Commentaires en ligne 


15 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (6)
3 étoiles:
 (5)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 un beau roman initiatique, parfois difficile
Une présentation qui exprime très mal ce que contient ce livre.
Celui-ci est écrit à la première personne, l'auteur est un jeune pianiste d'Oslo, perturbé et dans une situation familiale difficle, celui-ci se réfugie dans l'ambition qui était celle de sa mère : devenir pianiste.
Nous partageons donc...
Publié le 14 mai 2008 par picokoa

versus
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Passage à l'âge adulte
A la toute fin des années 1960 à Oslo, des adolescents forment la société des jeunes pianistes. Ils vont se confronter à la dure réalité des concours et des premiers concerts qui leur assureront ou non un avenir dans la musique.
Aksel Vinding a décidé d'arrêter ses études après le...
Publié le 1 juin 2008 par Laure


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 un beau roman initiatique, parfois difficile, 14 mai 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Société des Jeunes Pianistes (Poche)
Une présentation qui exprime très mal ce que contient ce livre.
Celui-ci est écrit à la première personne, l'auteur est un jeune pianiste d'Oslo, perturbé et dans une situation familiale difficle, celui-ci se réfugie dans l'ambition qui était celle de sa mère : devenir pianiste.
Nous partageons donc trois années de sa vie d'ado solitaire et tourmenté, ses choix, sa vision, lucide ou déformée, du monde qui l'entoure, ses fascinations, ses premières amours....
Un très beau roman, pas toujours facile, qui oscille entre douceur et violence, passion et découragement.... Un roman initiatique de la fin de l'adolescence et du passage à l'âge adulte.
La fin n'apporte rien, on ne saura pas le devenir du narrateur (même si par endroits on peut le deviner lorsqu'il parle au passé), ni celui de la plupart de ses camarades, mais l'important n'est pas là et chacun pourra prolonger à sa guise.
bref, j'ai vraiment bien aimé, malgré un à priori négatif et un peu de mal à rentrer dedans au début !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Passage à l'âge adulte, 1 juin 2008
Par 
Laure (Sarthe, France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 50 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Société des Jeunes Pianistes (Poche)
A la toute fin des années 1960 à Oslo, des adolescents forment la société des jeunes pianistes. Ils vont se confronter à la dure réalité des concours et des premiers concerts qui leur assureront ou non un avenir dans la musique.
Aksel Vinding a décidé d'arrêter ses études après le décès de sa mère, pour se consacrer à la musique, qui était aussi la passion de sa mère. Il est amoureux de Anja Skoog, une jeune fille discrète et renfermée, véritable virtuose.
Roman d'apprentissage, du passage à l'âge adulte, c'est un roman riche de personnages intéressants et variés, qui montre bien combien la musique classique à ce niveau n'a rien de la pratique en dilettante. Drames, relations troubles entre élèves et professeurs, on est loin de la douceur de vivre.
Toutefois, je trouve dommage que bien des points soulevés par l'auteur soient restés sans réponse : quelle est la nature réelle de la relation entre Anja et son père : inceste ou violence psychologique ? Pourquoi sa mère reste-t-elle en dehors de cela et très évasive pendant les Ÿ du livre ? Dommage également que les personnages de Cathrine, saeur de Aksel et son père soient si peu creusés, alors qu'ils sont esquissés de façon prometteuse au départ. Et pourquoi Aksel vomit-il tout le temps quand il est stressé ? Ce n'est pas vraiment glamour pour un jeune héros ! (à vrai dire c'est agaçant).
De même si nous pouvons voir les débuts sur scène de Rebecca et d'Anja, tous deux mémorables dans leur échec, nous ne verrons jamais celui d'Aksel, alors que tout nous y conduit sur plus de 400 pages : dommage !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Musique et mélancolie, 20 janvier 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Société des Jeunes Pianistes (Poche)
Fin des années 60. En Norvège. A Oslo. Aksel Vinding est un adolescent issu d'une famille de mélomanes qui a hérité de la fibre musicale et compte embrasser une carrière de pianiste concertiste. Mais si les vocations sont nombreuses, les places le sont beaucoup moins, et parmi le petit groupe d'étudiants musiciens auquel le jeune Aksel appartient, l'amitié se heurte à la pression et à l'élitisme ambiant. Malmené dans sa vie familiale, avec un père maladroit cumulant les échecs professionnels et une saeur aînée distante, Aksel décide d'interrompre sa scolarité pour se livrer tout entier à sa passion. La pratique du piano devient son unique échappatoire et la musique, le refuge secret de ses craintes et de ses doutes, mais aussi de ses amours tus. Adolescent torturé et ténébreux, tourmenté, souffrant de la disparition tragique de sa mère dans un accident de noyade, il se fixe pour objectif de remporter l'un des nombreux grands concours qui lui ouvrira les portes des salles les plus prestigieuses et assurera sa reconnaissance. Autour de lui, Anja Skoog, Rebecca Frost, Margrethe Irene, Ferdinand, tous de jeunes virtuoses promis à un bel avenir. Réunis autour de leur amour de la musique, et en dépit de la compétition à laquelle ils se livrent, ils se fréquentent au quotidien et vont former ensemble « La société des jeunes pianistes » pour se soutenir dans le parcours semé d'embûches de leur carrière débutante.

Roman qui inclut en son sein quelques rémanences à propension autobiographique - Ketil Bjornstad a suivi un parcours musical similaire à celui des personnages qu'il met en scène : il a remporté, à l'âge de quatorze ans, le Grand concours des jeunes pianistes d'Oslo et affiche la double casquette d'écrivain et de musicien - « La société des jeunes pianistes » se révèle un roman à la texture toute particulière, comme tissée dans la trame de la mélancolie. Les pages, distillant un mal-être existentiel abrasif, cultive une tonalité mineure semblable à un lieder de Malher - ses « Kindertotenlieder » - sertie de nuances grisâtres qui ne peuvent qu'évoquer les stries nuageuses d'un ciel d'hiver norvégien. Car la vie d'Aksel n'est pas heureuse. Le premier chapitre, résolument tragique, ouvre sur la disparition de sa mère, emportée par les courants tumultueux d'une rivière. Et le roman se déploie à l'ombre pesante de la mort et du deuil. Pourtant, la souffrance intériorisée du jeune pianiste n'est jamais affirmée. C'est là la réussite de ce roman : diluer cette souffrance et ce malaise dans le climat général du texte sans jamais l'établir en tant que tel. Ici, pas de longues descriptions consacrées à la pratique instrumentale. Le pragmatisme laisse place au ressenti, à l'émotion, aux sentiments avant tout. L'auteur met plus volontiers l'accent sur la vie sociale et amoureuse de son personnage central : ses aventures, ses premières expériences, sa passion dévorante pour Anja Skoog, jeune et chétive pianiste surdouée oppressée par la figure d'un père tyrannique, et nous brosse le témoignage d'un passage à l'âge adulte. Roman initiatique parcouru par l'ivresse de la passion (amoureuse ou musicale) et de la douleur, roman sur l'ingratitude de la compétition et de l'élitisme musicale ayant cours dans les hautes sphères, « La société des jeunes pianistes » est hanté par une galerie de personnages féminins, ces femmes qui construisent l'homme que sera Aksel : Anja Skoog, évidemment, icône inaccessible, fantasme diaphane et évanescent définitivement rattachée à l'adolescence ; mais aussi sa mère Marianne, mystérieuse et introvertie ; et encore Selma Lynge, professeur de piano renommée et exigeante ; ou bien même Cathrine, la saeur jalouse et incomprise - terrible scène du premier concert public du jeune pianiste : Cathrine, la saeur, totalement ivre, ovationne son frère avant que ce dernier n'est achevé son morceau, coupant court à son interprétation et anéantissant toute chance de succès (P128-134)... D'échecs en expériences malheureuses, Aksel continue pourtant de s'accrocher à ses rêves. A mesure qu'il se forge une identité musicale, c'est avant tout les oripeaux de la jeunesse qu'il laisse derrière lui pour se glisser douloureusement dans l'âge adulte. Crépusculaire, zébré de névroses et de non-dits, le roman fait palpiter dans ses méandres émotionnels une tristesse larvée qui dispense au lecteur une nostalgie contagieuse. Un premier roman à saluer.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un univers à découvrir, 15 décembre 2007
Par 
Eric Fleutelot (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Société des Jeunes Pianistes (Broché)
Etrange de se plonger dans un monde si peu semblable à soi, et pourtant on s'y sent plutôt bien. La neige, le froid, la nature norvégienne en toile de fond, l'apprentissage difficile et jaloux de la musique, en artiste avec la virtuosité comme objectif, les relations familiales et amoureuses enfin, tissent un roman profond, simple et juste. A lire au coin du feu, pour son romantisme moderne et le souvenir d'un temps où s'aimer était aussi difficile.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une autobiographie ?, 29 juin 2011
Par 
Mélomane 78 (Aubergenville 78410) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Société des Jeunes Pianistes (Poche)
L'auteur du roman est lui-même pianiste et a gagné étant adolescent un grand concours à Oslo, il avait 14 ans ... Son héros, Aksel, est un étre sensible, très introspectif, et dont l'adolescence est faite de drames, de misère familiale, mais aussi de petits bonheurs avec la "Société des Jeunes Pianistes" à laquelle il appartient au côté d'autres jeunes, également apprentis pianistes talentueux. Durant ces trois années, cette tranche de vie, d'adolescent il devient homme, il rencontre l'amour, il connait les exultations du corps - cependant pas avec celle qu'il désire et qu'il aime, ce qui rend parfois ces expériences sexuelles pénibles pour lui ... C'est un très beau roman, qui nous fait pénétrer dans l'univers des professionnels de la musique (les oeuvres, le long travail solitaire, le mal au dos bien connu des pianistes, l'angoisse du trou de mémoire, de la fausse note, le bonheur d'être applaudi par une salle en délire, les profs, les impresarios ...) mais qui ravira également le lecteur peu sensible à cet aspect des choses. Les descriptions de la nature, de la neige, de la rivière, tout cela est parfaitement rendu. Et puis Aksel est réellement un garçon intéressant ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une sombre grâce, 8 novembre 2009
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Société des Jeunes Pianistes (Poche)
Bonjour à tous,

Musicienne moi-même, j'ai littéralement dévoré ce livre et le recommande vivement.

Il s'étale années charnières d'un adolescent et décrit ses choix de vie, ses amitiés, ses amours, ses déchirements.

Il parle de la musique et de certaines musiques (mes préférés pour ma part : Ravel, Schubert, Prokofiev), en des mots et des phrases superbes.

La mort, la vie y sont omniprésents, mais jamais l'écriture n'est pesante.

Bien sûr, ainsi que l'ont souligné quelques autres personnes, il laisse quelques interrogations et frustrations, mais il en est toujours de même avec la musique : quand la phrase musicale s'arrête, parfois, on aimerait l'entendre encore.

J'ai depuis la lecture de ce bouquin, j'ai surfé le web à la recherche de Ketil Bjornstad. Envie d'écouter tous ses disques, hâte que l'ensemble de son oeuvre soit traduite en français !

Ciao Tutti.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Un livre sur les musiciens, pas sur la musique, 28 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Société des Jeunes Pianistes (Poche)
Oslo, fin des années 1960 - Aksel est un adolescent qui se cherche, coincé dans une famille vivant au-dessus de ses moyens, et qui explose suite à un dramatique accident. Aksel décide de se consacrer à la musique, et comme d'autres pianistes qu'il fréquente, va se frotter aux concours et premiers concerts fondateurs qui orienteront leurs avenirs. Aksel tombe amoureux d'Anja, une fille mystérieuse, virtuose et surprotégée - l'amour romantique impossible, donc parfait.

La Société... est un roman de maturation, où l'on sent véritablement l'évolution d'Askel de l'ado énervé et énervant à un pré-adulte entreprenant, qui finalement réussit presque à vivre pleinement le recollement des morceaux épars de sa famille; c'est aussi un roman d'apprentissage de la vie par la musique à "haut niveau" - comme dit un commentateur plus haut, "on est loin de la douceur de vivre": cela ressemble davantage à un entraînement à la GRS en ex-RDA. Violence, secrets, compétition... La Société... en question n'est pas formelle, elle est faite de gens qui se croisent, s'apprivoisent sans former un véritable groupe - leurs raisons d'avoir choisi cette vie et cette voie leur restent trop personnelles, si différentes.

J'ai apprécié que certains secrets restent... secrets, tels que la relation entre Anja et son père, ou la fin - on sent les prémisses de volume 2 (l'Appel de la Rivière). La 2e moitié du livre, ou Aksel se rend plus accessible à ses contemporains, fait des choix plus rationnels, ou rendus tels pour le lecteur, se lit mieux. On y voit les débuts de Rebecca et d'Anja, on y apprend les déboires de bien des pianistes ambitieux qui souffrent de la réalité de cette vie, on y lit, et on comprend, les tiraillements d'Aksel entre plusieurs femmes, qui chacune représente une part de celle qu'il chercher.
On ne voit jamais les débuts d'Aksel... Tome 2, là encore?
Au final, un livre sympathique, engageant plus sur la fin qu'au début (j'ai eu, comme d'autres, beaucoup de mal à y rentrer).
Le livre est simplement écrit, peu d'envolées lyriques sur la musique véritablement (dommage pour un livre sur le piano)...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 un roman interessant, 12 mars 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Société des Jeunes Pianistes (Poche)
un roman qui se lit bien où se mêlent musique ,adolescence passage à l'âge adulte avec ses souffrances ,ses rêves et ses premiers émois
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 un livre intelligent et implacable, 10 août 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Société des Jeunes Pianistes (Poche)
Un roman initiatique? non, pas vraiment. Ce jeune pianiste, à priori doué et prometteur est le témoin et donc le narrateur de la vie compliquée de jeunes pianistes qui doivent passer de l'adolescence à l'âge adulte. Tout le monde sait que c'est un moment complexe. Cette complexité est exacerbée par la rigueur de l'apprentissage et les questionnement se succèdent, reflétant de manière assez réaliste la position psychologique de nombre de jeunes musiciens. Ce qui est vraiment intéressant dans ce roman, c'est que l'on suit l'évolution de différents personnages aux caractéristiques et caractères très différents. Les problématiques posées trouvent quelquefois des réponses dramatiques, quelquefois dures et, pourtant, très plausibles et réalistes. Car l'apprentissage de la musique, l'accession à un niveau professionnel est semé d'embûches; c'est un monde impitoyable que tout compte fait, peu de personnes connaissent vraiment.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 les tourments d''un groupe d'adolescent uni par leur passion: la musique, 9 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Société des Jeunes Pianistes (Poche)
Un groupe d'adolescents ayant pour passion commune la musique, vont participer au concours "du jeune maestro"; Ces ados en passe de devenir des adultes vont traverser différents tourments : concours, pression, deuil, passion, echec, découverte de l'amour, des corps.Dommage pour la fin...j'aurais aimé en savoir plus sur le devenir professionnel de chacun!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

La Société des Jeunes Pianistes
La Société des Jeunes Pianistes de Ketil Bjornstad (Poche - 27 février 2008)
EUR 7,10
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit