Commentaires en ligne 


33 évaluations
5 étoiles:
 (19)
4 étoiles:
 (6)
3 étoiles:
 (4)
2 étoiles:
 (4)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


18 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mise à nu et féminisme
Premier écrit de Virginie Despentes qui ne soit ni un roman ni un article dont le sujet est un féminisme qui n'exclut pas les hommes. Non parce que leur participation serait indispensable mais parcequ'ils sont eux- aussi victimes de la discrimination faite aux femmes.

Virginie Despentes n'a pas inventé le concept mais elle a le...
Publié le 18 novembre 2008 par Locusta*

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Percutant
Difficile de juger impartialement ce livre : Virginie Despentes émet un tel cri de rage (plutôt justifié) contre la société machiste, qu'elle y case un peu toute son fiel... Et parfois c'est plus ou moins justifié. En somme, je dirais que souvent ses théorie post-féministes pro-sex mon convaincue, et d'autres, plus...
Publié il y a 12 mois par esprit baroque


‹ Précédent | 1 2 3 4 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

18 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mise à nu et féminisme, 18 novembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : King Kong Théorie (Poche)
Premier écrit de Virginie Despentes qui ne soit ni un roman ni un article dont le sujet est un féminisme qui n'exclut pas les hommes. Non parce que leur participation serait indispensable mais parcequ'ils sont eux- aussi victimes de la discrimination faite aux femmes.

Virginie Despentes n'a pas inventé le concept mais elle a le mérite d'en faire une démonstration à partir de son vécu et de ce qu'elle est. L'ensemble est non seulement intelligible et sensé mais touchant.

On pourra arguer que Camilla Paglia et d'autres se sont penchées sur le sujet des décennies avant elle mais leurs écrits sont sans doute moins largement diffusés en France que ce livre de Virginie Despentes qui en est une excellente digestion et introduction. L'important étant que cette "théorie" fasse son chemin en dehors des réseaux universitaires dans un langage direct.

Les 3 pages concernant la bibliographie qui l'ont guidée/inspirée montrent bien qu'elle ne s'attribue en rien cette "théorie", et invitent au contraire à poursuivre les investigations.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magistral, comme toujours, 19 avril 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : King Kong Théorie (Poche)
Le premier livre de V. Despentes qui ne soit pas une fiction, mais nous livre une part d'autobiographie de l'auteur et surtout une réflexion sur la place de la femme dans la société et le fait que le combat féministe est très loin d'être gagné. Je n'adhère pas intégralement au point de vue de l'auteur, mais une fois encore le "style Despentes" m'a scotchée. Quelle puissance dans l'écriture, impossible de décrocher, on lit le livre d'une traite.
Et puis c'est surtout un livre qui a le mérite de faire réfléchir... et qui contient malheureusement une grande part de vérité, même si ça n'est pas de celles qui font plaisir à entendre.
Alors Bravo et surtout Merci à VD, pour ce livre et tous les autres.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


17 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Eblouissant d'intelligence et de générosité., 3 mars 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : King Kong Théorie (Poche)
Moi j'y crois. Parce que j'ai besoin d'y croire. Oui comme elle le dit en introduction, ce livre vient et prétend parler au nom des femmes réelles, celles qui vivent la galère tous les jours donc bien sûr toute langue de bois, toute comédie et toute bienséance est récurée pour laisser la place à l'instinct de survie et evidemment à la naïveté. Ca fait peine à voir mais malheureusement la réalité est comme ça. On en a pour son compte, trottoir, dope, les mecs, le boulot, ça renifle le caniveau mais ce livre m'a beaucoup aidé à comprendre notre monde en perdition. VD étale des sujets sur lesquels il est quasi impossible de dialoguer avec quelqu'un, ami, collègue, rencontre, famille n'en parlons pas... En lisant ce livre j'ai eu l'impression d'écouter une de ses personnes que l'on rencontre quatre ou cinq fois dans sa vie, dans une teuf ou par hasard et qui vous fait avancer d'une ou deux cases en partageant et en ouvrant son âme. Et c'est là qu'apparait la principale qualité de VD: sa générosité. Que l'on soit un mec ou une nana, impossible de ne pas repartir plus riche après la lecture de ce livre, dont on ne regrette qu'une chose: qu'il ne soit pas plus épais...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Secouer le king kong !, 7 février 2012
Par 
Roro "Ro" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : King Kong Théorie (Broché)
"Le sexe faible a toujours été une plaisanterie". Disons-le , Virginie Despentes ne mâche pas ses mots . Elle jure comme une charretier. Mais , ce que l'on admet d'un charretier , on ne le tolère pas d'une charretière. Cet "essai" sur la condition des femmes , à une époque où il est à nouveau de bon ton ( surtout dans les pays riches, et lorsqu'on est bien casées ...), de revenir à un élégant et studieux anti-féminisme ( dont Mme Badinter serait la chantre ) .Tout aurait été dit ou fait ( quelle blague !), ou du moins , en bonne voie de l'être ( comme il est facile de dire que la condition des noirs américains est nettement meilleure , puisqu'il y en a même qui réussissent :affaire classée ). La femme doit , de ce fait , retourner sagement à sa juste place : douceur , pose , coquinerie affriolante , écervelée ( ou hystérique , c'est selon ), soumission , fourneau et silence. A l'acquiesement tacite (" au fond , on s'en est bien sorties , non ?").
Comme le vital Toilettes pour Femmes, ce livre à gants de boxe, efficace , et bourré d'énergie, est bénéfique . Il secoue les consciences prêtes à reposer sur leurs lauriers . Virginie nous le dit franchement, puisque c'est toujours d'actualité ( et que le nier serait une sacrée farce ): ras le bol du sexisme , du viol , des grosses brutes , gros bourrins , gros vicelards , des profiteurs. Marre des mixers , des couches culottes , du maquillage , des bas résilles ... De la Féminité , cette étiquettes abstraite collée sur un archétype archaïque. En prenant l'exemple de brillantes personnalités comme Antonin Artaud , ou Sartre ,dont l'idéal féminin était une douce femme au foyer , attachée à combler d'attention leurs grandes âmes d'enfants-amants désespérés , elle nous rappelle que le fantasme masculin du mythe de l'éternel féminin , mère-protectrice , ou pulpeuse séductrice , est une arnaque ancestrale à l'encontre du soit disant sexe faible, pour mieux l'empêcher d'être indépendant. Quelle peur sous-jacente cela recouvre t-il ? Réponse dans King Kong Théorie , Mesdames et Messieurs !.
Courageuse Virginie. C'est beau une femme en colère.
Tiens , j'vais pas me faire des copains non plus. Tant pis.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une autobiographie punk-rock, 10 mai 2013
Par 
J-michel Tartayre (Toulouse, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : King Kong Théorie (Poche)
Entrer dans le texte de Virginie Despentes, c'est écouter une sorte de rhapsodie aux variations multiples dont le leitmotiv serait le féminisme perçu sous l'angle de l'authentique révolution, d'une pensée qui, pour le dire comme André Breton, entend « renverser la vapeur » du machisme exacerbé autour duquel cristallise tout pouvoir, depuis la cellule familiale jusqu'au cercle de l'État.

Il s'agit bien, selon elle, de remettre en cause et de saper les fondements de la société pour enfin accorder à la femme son statut d'être libre et pensant, et laisser parler sa puissance de sujet maître de sa vie, de son destin et de son art à l'égal d'un Bruce Lee ou d'un Mohamed Ali. « Parfois, écrit-elle par exemple, c'est simple, j'ai l'impression d'être Bruce Lee. Quand il racontait dans les interviews que, tout le temps, des mecs venaient lui taper sur l'épaule pour le provoquer en duel. Ils voulaient montrer à tout le quartier qu'ils étaient tellement forts, ils s'étaient fait Bruce Lee. »

L'auteur se définit ainsi comme une King Kong Girl et revendique sa part de masculinité, indispensable à l'accomplissement de soi. Virginie Despentes s'assume telle qu'elle est et le dit clairement sur le mode de la syncope et de l'effet de rupture, autant de marques d'une syntaxe qui va droit à l'essentiel et qui emprunte le plus souvent à la langue parlée. Les phrases sont courtes, incisives et ajoutent à l'alacrité du procès narratif : « Je ne suis pas douce je ne suis pas aimable je ne suis pas une bourge. J'ai des montées d'hormones qui me font comme des fulgurances d'agressivité. Si je ne venais pas du punk-rock, j'aurais honte de ce que je suis. Pas foutue de convenir à ce point-là. Mais je viens du punk-rock et je suis fière de ne pas très bien y arriver. »

De son adolescence, où elle fut victime d'un viol, et de sa période de prostitution, elle garde le caractère farouche et le franc parler d'un individu affranchi de toute moraline qui se fait le porte-parole des laissées-pour-compte : les lesbiennes, les femmes de la rue, les gamines des banlieues, les femmes noires, les actrices de X, les femmes écrivains et, par extension, toutes celles qui ont « tué l'ange du foyer », comme l'écrit Virginia Woolf qu'elle cite en épigraphe de sa dernière partie ; ces femmes qui ont su dire non à un moment de leur vie à la phallocratie régnante.

« À quand l'émancipation masculine ? », demande-t-elle, et d'y répondre par la mise en exergue du concept de puissance qui n'est ni l'apanage de l'homme, ni celui de la femme, mais le fait de l'individu qui a su construire son existence en puisant dans les ressources de sa volonté créatrice, pour le dire comme Friedrich Nietzsche : « Question d'attitude, de courage, d'insoumission. Il y a une forme de force, qui n'est ni masculine, ni féminine, qui impressionne, affole, rassure. Une faculté de dire non, d'imposer ses vues, de ne pas se dérober. »
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Percutant, 3 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : King Kong Théorie (Poche)
Difficile de juger impartialement ce livre : Virginie Despentes émet un tel cri de rage (plutôt justifié) contre la société machiste, qu'elle y case un peu toute son fiel... Et parfois c'est plus ou moins justifié. En somme, je dirais que souvent ses théorie post-féministes pro-sex mon convaincue, et d'autres, plus excessives (notamment une partie de celles relatives au viol) m'ont laissée plus dubitative et énervée. Néanmoins, je ne vois pas comment un tel personnage aurait traité le thème autrement, et le livre a le mérite d'avoir fait parler de la condition féminine actuelle sous un autre angle qu'à l'ordinaire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un regard neuf et salvateur sur le féminisme, 20 juillet 2012
Par 
Girieud (France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : King Kong Théorie (Poche)
Provocateur, peut-être. Salutaire, sans aucun doute ! Avec cet essai, Virginie Despentes nous met face à nos contradictions, à nos clichés sur les genres et les rôles dévolus à chaque sexe. Elle brise des tabous (notamment sur le viol) et défend un féminisme vrai et sans concession, une véritable révolution de la société à laquelle les hommes sont invités à participer.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


16 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 de l'ambivalence..., 2 juin 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : King Kong Théorie (Broché)
Assez d'accord avec le commentaire de "Robert Redford". La provoc' est sympa, mais le problème, c'est quand ça se transforme en plaidoyer agressif et désorganisé. Le propos n'est pas inintéressant, mais ambivalent. Beaucoup de contradictions, de non-sens, malgré de bonnes idées.

En-dehors de ça, je me questionne sur le besoin de certaines "nouvelles féministes" d'exposer les choses de manière encore plus crue et intrusive que ceux qu'elles critiquent. Il y a eu Ovidie, qui faisait moins de théories, mais qui prétendait faire du cinéma pornographique D'AUTEUR pour les femmes (laissez-moi rire, où est la différence avec la pornographie "pour les hommes"?? Pas vu...), il y a Virginie Despentes maintenant, dans une catégorie approchant.

Elles me diront certainement que je suis une coincée mal émancipée, qu'il faut dépasser le cliché de la femme garante de l'harmonie affective, et que je n'ai pas encore découvert ce qui me fait réellement jouir (sic) Cf: "nombreuses sont les femmes qui préfèrent ne pas se masturber, prétendant que ça ne les intéresse pas, plutôt que de savoir ce qui les excite", p. 55. Certes, certes, mais tout le monde n'est pas obligé d'avoir le même type de fantasme (viol) et cela ne signifie pas pour autant être coincée. Cela pourrait aussi se traduire par: le fantasme est individuel, et chacun a la chance de découvrir le sien, s'il le désire. Militer pour le décoincement général est aussi essayer d'imposer une liberté qui n'en est plus une, et faire preuve de beaucoup de violence patriarcale.

D'autre part, revendiquer un droit à la dédramatisation concernant le viol, ok. Mais de là à prôner avec fierté que c'est quelque chose dont on peut se détacher relativement facilement, c'est simplement assimiler la sensibilité à de la sensiblerie. Peut-être devrait-elle juste passer par la case psychanalyse pour découvrir également que le fantasme n'a absolument rien à voir avec sa réalisation effective, et que ce n'est pas parce que le viol peut constituer un fantasme que la mise en acte de celui-ci est bien assimilable par la psyché (même si ça peut être le cas lorsque les défenses psychiques sont suffisamment importantes, ce qui est RARE et pas forcément enviable).

Bref, Virginie Despentes ne fait pas dans la dentelle et ça manque foncièrement de respect envers la différence qui peut s'exprimer partout autour entre LES femmes (car elles sont plurielles, et non semblables), envers LES traumatisé(e)s (car il n'y a pas que des femmes!) qui ressentent le besoin d'être soutenus après une épreuve qui reste l'une des expériences les plus déshumanisantes que l'on peut imaginer.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


12 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Des mots crus pour une cause juste, 1 juin 2010
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : King Kong Théorie (Poche)
Le ton de Virginie Despentes est très cru et dur. On sent qu'il y a des années de colère et de frustration, parce que la femme qu'elle est ne peut plus vivre dans un monde d'homme.
J'ai beaucoup aimé ce livre, et je pense que je le recommanderai à ma fille quand elle sera en âge de comprendre. Parce qu'il est vrai que ce monde est une jungle pour les femmes, et qu'il est temps d'en sortir.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Manque de cohérence, 15 avril 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : King Kong Théorie (Broché)
Sur la partie biographique (le viol, la prostitution), Virginie Despentes fait tomber à la fois de nombreux préjugés et de nombreux tabous. Il y a là quelque chose de véritablement salvateur qui mérite d'être mis en lumière. Comme pour ses romans, j'y trouve matière à réflexion car il y a, exposée devant moi de manière lucide et sans voile, une vie hors normes.

Sur la partie "théorie", là c'est déjà moins bien. À force de généralisation ("il est important que la sexualité fasse peur" ?!), de réflexions brumeuses ("Ce qui nous excite, ou pas, provient de zones incontrôlées, obscures" ?!!), et de théorie du complot où des forces obscures, invisibles et diaboliques (et dont le chef est Sarkozy...) qui nous surplombent cherchent à nous contrôler, je suis moins convaincu, voire pas du tout. Je peux tout contredire sans me forcer.

D'autant plus qu'elle n'évite pas les contradictions.
Ainsi, tout en étant contre un monde capitaliste où travailler est une souffrance et une humiliation, elle prend parti pour le cinéma porno et sa démocratisation (porno qui est une des formes du capitalisme, un objet de consommation pure), pour les actrices du X qui en mini-jupe impressionnent les hommes, pour plus loin s'alarmer (bien légitimement d'ailleurs) que Britney Spears incarne la vierge et la catin à la fois...

Sur l'ensemble du livre, Virginie Despentes se contredit sans cesse. Sa pensée bâtarde manque de cohérence. Les intentions sont là, elles sont bonnes, mais ce n'est pas suffisant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 4 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xa7fa8d14)

Ce produit

King Kong Théorie
King Kong Théorie de Virginie Despentes (Poche - 3 octobre 2007)
EUR 4,85
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit