undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_TPL0516 cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles38
3,5 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 26 décembre 2007
J'en ai lu beaucoup de bien, je partais donc avec un a priori plutôt positif... Et bien quelle déception ! L'écriture est fluide, certes, mais le style est simple, voire méprisant pour son public (comme si Attali s'adressait à des adolescents...). L'utilisation du futur, dans la deuxième partie, donne à penser que l'auteur prédit l'avenir, comme si celui-ci était tracé alors que nous savons, de plus en plus (et d'ailleurs le livre, bien que récent, m'a paru déjà très dépassé), que le sort de l'histoire est entre notre mains. Autre point négatif : aucune note de bas de page, aucune bibliographie, aucune étude scientifique ou autre, aucune source citées pour étayer le propos de l'auteur. Certaines de ses "thèses" ne sont pourtant pas sorties tout droit de son chapeau, loin de là... Bref, grosse déception pour ce livre au style poncif.
Dans le même genre, mais plus axé sur la question du lien entre crise environnementale et crise sociale, je vous conseille à tous "Comment les riches détruisent la planète", de Hervé Kempf.
0Commentaire|31 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 mai 2009
Jacques Attali dont le style sentencieux pourra agacer les lecteurs les plus patients nous livre un ouvrage en deux parties :
- une première partie très convaincante sur l'histoire de l'Occident et des "coeurs" successifs qui ont dominé l'économie, la pensée, les arts : Bruges, Gênes, Venise, Amsterdam, Londres, New-York, Los Angeles... (il reprend sur ce thème une idée qui avait déjà été développée par Fernand Braudel dans "la dynamique du capitalisme".)
- une deuxième partie qui détaille sans nuance ni précaution les prochains siècles : hyperempire, hyper..., hyper.... peu de place à l'inconnu ou à la modestie!

En conclusion, je recommande la lecture de ce livre pour sa première partie convaincante et ne laisse la seconde partie qu'à ceux qui savent apprécier Jacques Attali et ses excès. Je lui reconnais le mérite de prendre des risques en écrivant sur papier un histoire de l'avenir que son manque de précaution rendra rapidement inévitablement caduque alors qu'elle comprend quelques éléments de réflexion intéressants.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Attila pompe sans vergogne les travaux de l'économiste du XVIII° Johan Heinrich von Thunen, popularisé, entre autres, par Fernand Braudel dans Civilisation, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle , sans citer ses sources cela va sans dire.
Tout cela a une fonction à l'heure où l'on abolit l'enseignement de l'histoire au lycée, pour la remplacer par de la propagande et de la "repentance" à tire larigo!
Si vous voulez vous instruire, lisez Braudel et laissez cet escroc dans la poubelle où il doit être.
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mai 2007
Des fois, la vie c'est pas juste ...... Ainsi, considèrons Jacques Attali : voilà un homme qui, en plus de posséder plusieurs très grands talents (celui de la communication et de l'écriture, le sens de l'humour et de la formule, la clarté et la précision des termes...), en plus d'avoir des engagements humanitaires forts c'est à dire pas simplement compassionels mais marqués par la recherche d'efficience, en plus d'avoir une intelligence très au dessus du commun des mortels, voilà un homme, donc, qui vous donne l'impression d'être devenu plus intelligent et plus ouvert à la compréhension du monde après qu'on aie lu son ouvrage.

Ce qui, pour l'individu lambda que je suis, m'emplit d'une admirative jalousie!

Cette "brève histoire" se constitue de deux parties : une qui nous montre d'où l'on vient (et qui au passage nous fait adhérer avec une facilité déconcertante à sa théorie des "coeurs") l'autre qui nous fait entrevoir les hypermachins qui nous attendent (hyperempire, hyperconflit, hyperdémocartie...) et auxquels il serait judicieux que l'on se prépare tant leur inéluctabilté semble certaine.

Un ouvrage clair, limpide, facile à l'abord et à l'appropriation des concepts qu'il développe ; bref, un ouvrage hautement pédagogique à mettre entre toutes les mains, surtout celles des jeunes générations tant il est vrai que ce sont elles qui devront absorber les chocs et infléchir autant que faire se peut la course folle à laquelle le monde semble promis.
11 commentaire|46 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 novembre 2007
J'avais gardé un souvenir lumineux des analyses d'Attali sur la musique ou sur le travail, publiées il y a lontemps. Depuis je n'avais plus suivi, je me contentais de suivre les échos de sa réputation de penseur génial que je trouvais méritée.
J'ai acheté "Une brève histoire de l'avenir " en confiance.
Quelle déconvenue. Qu'est-il arrivé à Attali?
A qui fera-t-il croire que la longue énumération des civilisations qui nous ont précédé( mais un listing de plus de 160 pages quand même, quel ennui...) est autre chose que du remplissage à destination d'un public méprisé?
Quant aux fameuses "lois universelles" leurs titres ronflants peuvent-ils à cacher l'analyse superficielle et la médiocrité de l'argument?.
Tout cela est vide et l'utilisation d'un futur péremptoire dans toute la 2è partie en devient presque génante.
Au final,l'injonction verbale sera-t-elle suffisante pour obliger l'avenir à se soumettre à ces élucubrations?
Consternant.
0Commentaire|29 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 août 2012
Dans son dernier livre, Une brève histoire de l'avenir, à la fois fascinant et dérangeant, Jacques Attali déroule l'histoire des soixante prochaines années du monde. Dans une brillante synthèse, historique, politique, sociale, économique, écologique, scientifique et technique.
Le premier tiers du livre constitue une des plus étonnantes histoires «co-évolutive» des civilisations humaines jamais écrite: de l'ancienne Egypte aux dynasties chinoises, en passant par le Bassin méditerranéen, le Moyen Age européen, l'Inde ou le Moyen-Orient, il met en perspective les trois ordres qui conditionnent le développement des sociétés humaines: l'ordre rituel (religieux), l'ordre impérial (militaire) et l'ordre marchand (contrôle de l'économie). Etape par étape, il décrit l'implantation de la démocratie de marché, la naissance du capitalisme, la mondialisation, l'influence croissante d'Internet et des objets nomades dans les relations sociétales et dans les nouvelles formes de travail.
Puis progressivement, il se projette dans un avenir de plus en plus inquiétant, marqué par ce qu'il appelle «l'hyperempire» (l'extension de la démocratie de marché, avec ses règles impitoyables, allant jusqu'à la marchandisation du temps et du corps), «l'hyperconflit», (le choc armé de politiques, de cultures, de religions, entre des Etats ou des groupes se déclarant incompatibles, en lutte pour le contrôle des flux financiers, de l'énergie ou de l'eau). Des groupes puissants représentés par les mafias, les cartels, les «entreprises pirates», les « criminels en col blanc », s'appuyant sur «l'hypersurveillance», au détriment des règles de base de la vie privée et de l'éthique de la vie en société. De ce champ de bataille réel et virtuel des prochaines années Jacques Attali fait émerger la lueur de l'espoir.
Mais les bases de la construction de ce grand futur sont jetées: réseaux solidaires, démocratie participative, «entreprises relationnelles», ONG, micro-crédits, intelligence collective... Encore faudra-t-il qu'au-delà des luttes de pouvoir et de l'égoïsme de chacun, les hommes prennent conscience de leur communauté de destin avec une nouvelle forme de «sagesse» pour référence principale.
Certes, on pourra dénoncer le caractère utopique, ou trop optimiste de cette vision à long terme. Certes, une collection de mots ne fait pas une politique globale, en particulier lorsque certains d'entre eux dénotent une certaine ambiguïté idéologique (comme «transhumanisme» ou «gouvernement mondial»). Mais pour ma part, je trouve très intéressant ces points de vues de l'avenir.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 janvier 2008
Ce livre vaut surtout pour la première partie consacrée au passé. J. Attali y réalise un condensé d'histoire de l'humanité des origines à nos jours tout à fait époustouflant et qui justifie à lui seul de se procurer l'ouvrage. La suite du livre consacrée à l'avenir est beaucoup moins convaincante. Des hypothèses sont avancées sans être solidement étayées. L'avenir envisagé par J. Attali me semble bien peu crédible et cela devient par moment très confus.
11 commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 janvier 2016
Une connaissance de l'état du monde rare mais une analyse qui ne veut blesser personne. Les évènements que pourraient provoquer la surpopulation et la désertification naturelle et implacable de certaines zones ne sont pas abordés.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 novembre 2014
Oeuvre osée et intelligente qui fait voyager le lecteur dans l'espace temps de l'existence. A travers une analyse sophistiquée du passé, Jacques Attali reconstruit une vision d'avenir.

Inger van Dobben.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 décembre 2009
Il n'est pas raisonnable d'écrire sur l'ensemble de l'histoire de l'homme et son avenir. En refusant de se spécialiser et donc en n'approfondissant rien, l'auteur se limite à une frise rapide, qui s'apparente à un cours d'histoire ultra-accéléré. A éviter donc pour les amateurs d'histoire, désireux de lire des choses approfondies. De plus, sa vision de l'avenir ne convainc pas.
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus