Commentaires en ligne 


30 évaluations
5 étoiles:
 (11)
4 étoiles:
 (6)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:
 (4)
1 étoiles:
 (7)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


29 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un grand roman, dense et fiévreux
Pour moi, Histoire de Lisey rappelle Sac d'Os à travers certains de ses passages et aussi - et d'avantage d'ailleurs - Rose Madder. Il y a également un air de Shining et de Vue Imprenable sur Jardin Secret qui flotte sur ces pages. Cela dit, Histoire de Lisey est suffisamment puissant pour être considéré comme une oeuvre à part...
Publié le 1 octobre 2007 par Mixed up as a milkshake

versus
30 internautes sur 35 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Histoire d'une déception
Lisey's story (pourquoi a-t-il été traduit "Histoire de Lisey" et non "L'histoire de Lisey", voilà déjà un mystère assez perturbant) n'est pas, à mon sens, le roman ambitieux annoncé en quatrième de couverture et certainement pas le meilleur de son auteur. Je ne pense pas non plus que ce soit un livre...
Publié le 7 septembre 2007 par mrlgaunt


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

29 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un grand roman, dense et fiévreux, 1 octobre 2007
Par 
Mixed up as a milkshake - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Histoire de Lisey (Broché)
Pour moi, Histoire de Lisey rappelle Sac d'Os à travers certains de ses passages et aussi - et d'avantage d'ailleurs - Rose Madder. Il y a également un air de Shining et de Vue Imprenable sur Jardin Secret qui flotte sur ces pages. Cela dit, Histoire de Lisey est suffisamment puissant pour être considéré comme une oeuvre à part entière, une des pièces maîtresse de l'oeuvre de King.

Déjà, ce livre est beaucoup plus passionnant que Roadmaster qui ne révélait pas grand chose du mystère de la buick, ce qui était très frustrant ; il est aussi beaucoup plus abouti que pouvait l'être Cellulaire. Histoire de Lisey est donc un roman largement plus ambitieux que les dernières oeuvres de King. De plus, si des romans comme Dreamcatcher et Roadmaster reflétaient l'état d'esprit très pessimiste de King (et post-accident), Histoire de Lisey reflète plutôt l'état serein (c'est du moins ce que je ressens) de l'auteur, qui semble ici comme enfin apaisé, malgré les côtés très tourmentés de l'histoire.

Avec Lisey, j'ai compris tout ce dont il parlait dans les dernières parties d'Ecriture, Mémoires d'un Métier, et ce roman, Histoire de Lisey, est un véritable hommage à tout ce qui lui a permis de s'accrocher et de continuer d'écrire, et donc de vivre, à savoir sa femme, mais aussi l'imagination, qui se trouve bien quelque part dans un endroit précis en chacun de nous, endroit que nous seuls connaissons, et qui a eu ce pouvoir, dans son cas à lui, de lui faire oublier la douleur et le désespoir les mois qui ont suivi son accident, comme il le dit si bien dans Ecriture ; je crois avoir saisi le sens d'Histoire de Lisey, et son message m'a profondément touché.

Pour le reste, il faut être très patient lors de la difficile lecture de ce roman, où l'on tombe vraiment dans le fantastique à partir du milieu du bouquin, voire même un peu plus loin que le milieu. Avant cela, toutes les pièces du puzzle se mettent en place tellement lentement que s'en est irritant et que l'on se demande quand est-ce qu'il va enfin se décider à nous en dire plus et laisser le récit s'emballer. Et puis lorsque cela arrive, on plonge alors dans un univers purement Kingien, autrement dit absolument magique, et tous les doutes que l'on pouvait encore éprouver par rapport à cette histoire et même au talent de King qu'il avait autrefois de nous effrayer et de nous emmener dans des mondes vraiment inoubliables s'envolent d'un seul coup ! on étouffe sous le poids des mots (un déferlement narratif pour reprendre les mots d'un critique), mais on s'accroche avec Lisey, on s'accroche et à la fin, la récompense est énorme !

Un grand roman donc, puissant et émouvant (vibrante déclaration d'amour !), merveilleux et cauchemardesque, et possédant aussi un côté disons plus « classique », dans le sens où ce roman peut-être classé ailleurs que dans les rayons fantastiques. Et ce roman, on le referme en étant assez bouleversé, triste et nostalgique ; pris dans l'histoire de Lisey - désormais l'un des personnages les plus forts que King ait créé - le retour à la réalité se fait douloureusement.

Ca faisait longtemps qu'un nouveau roman de King ne m'avait pas autant plu ; il rappelle un peu les meilleurs moments de ses vieux romans, et il rassure après deux derniers livres peu convaincants. Bref, que l'on aime ou pas son nouveau style d'écriture - qui n'a plus rien à voir avec celui des années 80 et 90 - ou cette histoire qui étrangement n'en n'est pas vraiment une - pas au sens traditionnel disons - et cette façon parfois très lente qu'on les choses de se mettre en place, King a de toute façon signé là un roman inoubliable. Voire un chef d'oeuvre !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 L'amour de l'art., 9 janvier 2008
Par 
D. Dequidt "entre deux pages" (Sud de la France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Histoire de Lisey (Broché)
Lire un Stephen King, c'est comme se promener sur des chemins connus, riches de souvenirs. Celui-là nous emmène sur un sentier déjà partiellement exploré dans Sac d'Os, seulement, cette fois-ci, l'écrivain est mort, à moins que le narrateur ne soit Scott Landon, dont l'esprit soupire dans sa grange surchauffée. La structure est habile, réjouissante même pour les amateurs de narratologie, ou tout simplement ceux qui aiment jouer avec leur auteur préféré. L'écrivain qui se volatilise est une "image" qui existe dans un roman de Paul Auster, "La nuit de l'oracle". Là, cette image devient motif, puis leitmotiv.
Lire King c'est aussi accepter de se faire embarquer dans ses idées jusqu'à l'absurde, l'incroyable. Son talent est aussi là, qu'on accepte de le suivre aussi loin que ça, sans réticence ni soupir. Celui-là résulte d'un travail de langage impressionnant. Les accents, les expressions personnelles, caractérisent les personnages, mais surtout les relations qui existent entre eux. Lisey dit "toufu" au lieu de "Foutu", de la même façon que le vieux Landon bouffé de crapouasse. Les mots sont donnés et transmis, comme des héritages fabuleux.
L'environnement des personnages est fait de lieux, mais aussi d'expressions d'écrivains, qui sont autant d'effets de réalisme.
Comme pour 'La petite fille qui aimait Tom Gordon', L'auteur est parti d'un présupposé simple et familier, voire ennuyeux, un schéma basique et anodin autour duquel il a construit un édifice complexe et brillant. Il n'y a pas de vrai "grand méchant" personnifié dans ce roman. Le fanatique est un leurre, il n'est que le vecteur de la catharsis de l'héroïne, celui qui la libèrera, non pas des fantômes du passé, mais de ceux de l'avenir. (pour qui a lu Dickens)
Il est vrai qu'il est plus simple de faire de l'horreur ou de l'angoisse avec des vampires, loups garous ou autres morts vivants assoiffés de sang. Merci de ne pas avoir cédé à la tentation de la facilité, Mr King.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 S'abreuvrer à la mare aux mots de King : patron, vous me remettrez ça !, 11 novembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Histoire de Lisey (Poche)
D'accord je l'avoue, comme je l'ai lu dans un commentaire, j'ai moi aussi failli abandonner Lisey et son histoire au tout début, chez King le tout début pouvant dépasser les 100 pages.
Et puis, comme Lisey et ses intuitions (qui lui font laisser la bêche à Na'ya Lune, par exemple), j'ai repris la route et King a saisi ma main pour m'entraîner, me plonger dans son monde et sa mare aux mots.
Y a pas à dire, que King soit maître de l'horreur ou pas, je n'ai pas trouvé d'autre romancier capable de vous transporter vraiment "ailleurs" à partir de toutes nos petites et grandes tracasseries de la vie. Et en l'occurrence, et entre autres, la mort.
Certes, comme je le dis plus haut, le démarrage est poussif, confus et ne laisse pas présager de la qualité du roman. Mais en écrivant cela, je me rends compte que je dis une bêtise... car les débuts de pas mal de romans de King sont aussi excitants que le coulage de la dalle béton d'une maison. Justement, King pose habilement et patiemment les fondations, avant de nous élever des bon sang de murs dans une architecture pas croyable !
Histoire de Lisey (j'ai vu que la traduction du titre gêne certains... moi pas compris...) est de mon humble point de vue une oeuvre majeure de King. C'est une plongée dans l'amour, le deuil, la fraternité (la soeurité ?), la folie comme fléau, la folie comme porte de sortie et finalement un certain isolement (un contournement ?) vis à des vis des grands remparts sociaux de notre monde (la clinique pour fous, les adjoints du shériff barraqués et rassurants, l'hôpital, etc.). King nous ramène à l'essentiel : l'amour de nos proches, la perte de nos proches. L'aspect irrationnel de l'amour (Lisey aimera Scott dès le début, malgré son côté inquiétant).
Alors, j'ai lu dans les commentaires que certains ont repéré les passages qui seraient du vrai grand King. Si j'ai bien compris ce sont ceux qui font la part belle au fantastique. D'accord. Mais pour moi King c'est aussi une construction habile, comme un magicien qui fait disparaître des objets, pour nous les resservir un peu plus tard, nous laissant pantois. C'est aussi tout le reste et notamment cette bonne vieille habitude de nous faire "connaître", nous détailler, nous faire aimer ses personnages. Ils sont d'ailleurs toujours aussi durs à quitter. On se retrouve à notre tour avec un deuil sur les bras. Merci Stephen King. Patron : la même chose ! Vite !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 POURQUOI STEPHEN KING SERAIT IL QUE LE MAITRE DE L'HORREUR ?, 1 janvier 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Histoire de Lisey (Broché)
Je commence ce commentaire en vous avouant que je n'en suis qu'à la page 172 donc je ne peux pas noter l'oeuvre dans son integralité pourtant je peut déjà emettre une critique . Qu'est ce que j'aime dans ce livre ? C'est tout simplement qu'à l'instar de "différente saison" ou "colorado kid" King nous prouve une fois de plus qu'il est capable de faire autre chose que de l'horreur et qu'il peut dans tout type littéraire pousser la psychologie des personnages et leur socaibilité magistralement . Les gens qui lise Stephen king seulement pour le suspense et l'épouvante passe vraiment devant quelque chose . L'auteur le dit lui même :"je n'écris pas d'histoire d'épouvante j'écrit sur des gens" . J'avoue que le style d'écriture d'histoire de lisey peut dérouter mais c'est justement ça qui fait ça force . Aprés plus d'une soixantaine de livres king innove est c'est ça qui fait de lui le grands auteur qu'il est .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 De l'excellent KING, 12 novembre 2007
Par 
ADANSON. "Marco" (Poitou.) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Histoire de Lisey (Broché)
Il faut faire un effort pour rentrer dans l'histoire. Pendant plusieurs pages, je me demandais si je n'étais pas en train de lire du " San Antonio". Au fil des pages Lisey, son défunt mari puis ses soeurs deviennent étrangement familiers et attachants et on se laisse complètement plonger dans le récit. Puis l'épouvante commence à apparaître d'une part avec le psychopate qui veut les manuscrits de Scott Landon et surtout avec les souvenirs que Lisey a de l'enfance de son mari. Et puis il y a ce monde inquiétant, cette autre dimension.
Un excellent KING qui rachète "CELLULAIRE".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


30 internautes sur 35 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Histoire d'une déception, 7 septembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Histoire de Lisey (Broché)
Lisey's story (pourquoi a-t-il été traduit "Histoire de Lisey" et non "L'histoire de Lisey", voilà déjà un mystère assez perturbant) n'est pas, à mon sens, le roman ambitieux annoncé en quatrième de couverture et certainement pas le meilleur de son auteur. Je ne pense pas non plus que ce soit un livre raté, parce que, pour paraphraser ce qu'a dit Harlan Ellison quelque part, "Stephen King possède une qualité que tout écrivain devrait avoir: il assure", et les 60 ou 70 dernières pages du livre suffisent effectivement à sauver l'histoire du marécage dans laquelle elle était -lentement-en train de s'embourber.
Mais peut-être que je suis de mauvaise foi. Peut-être que, d'une façon qui m'échappe, "Histoire de Lisey" est bien le roman le plus personnel et le plus ambitieux de SK. Je comprends même ceux qui soutiennent ce point de vue, parce que c'est vrai que les thémes du livre (la part obscure inhérente à tout acte créatif, l'amour par-delà la mort et à travers l'art, les ressources inépuisables du courage et de l'imagination, mais aussi le fanatisme et l'obscurantisme qui entourent certains artistes adulés) correspondent bien à l'idée qu'on se fait d'un livre ambitieux. En soit, les thèmes sont intéressants -le problème, c'est qu'ils sont au service d'une histoire qui ne m'a pas enthousiasmé.
En effet, je pense qu'en abordant des sujets plus personnels (aussi profonds soient-ils), Stephen King s'éloigne de ce qu'il sait faire le mieux: raconter des histoires. Or celle de ce livre peut se résumer à ceci: Lisey vient de perdre son mari-écrivain-célèbre-et-reconnu, assassiné par un fan cinglé, et se retrouve soudain la proie d'un autre fan cinglé qui cherche à récupérer des livres introuvables de ce mari dont certaines publications inédites s'apprêtent à tomber dans le domaine public sous la pression d'obscurs universitaires. C'est donc une histoire d'écrivain,dans un contexte d'écrivain avec des problématiques d'écrivain -en fait, on n'est à mon sens pas loin de l'autofiction, mais une autofiction que King aurait fantasmé dans la peau de sa femme en mettant en scène sa propre mort.
Malgré ce que le synopsis peut laisser croire, le côté "thriller horrifique" du livre est peu présent, et l'essentiel de l'histoire nous raconte l'évolution de Lisey dans la jungle obscure qu'est l'esprit de son mari (décédé, rappelons-le). C'est donc un récit principalement tourné vers l'introspection, la mémoire, l'accès à l'univers parralèle que constitue l'esprit de Scott. En fait, on est plus proche de la littérature générale que du roman fantastique ou du thriller horrifique -les apparitions de Dooley, le "méchant" de l'histoire, paraissent d'ailleurs étonnamment brèves quand on se rappelle des confrontations bien/mal omniprésentes auxquelles nous a habitué l'auteur.
Plusieurs aspects liés à l'écriture même m'ont aussi passablement agacé. En vrac, des néologismes omniprésents (même si sur le principe ça reste une bonne idée pour traduire le langage assez particulier et familier de Scott -dont le métier, rappelons-le, consiste aussi à jouer avec les mots-,je n'ai pas trouvé ces néologismes, en tout cas dans leur version traduite, très "significatifs"; je pense que King aurait pu en faire un emploi plus judicieux), un côté sentimental parfois un peu trop appuyé (ça suprendra peut-être ceux qui ne connaissent pas l'oeuvre récente de King, où l'auteur fait -à mon humble avis- de plus en plus de concessions à l'émotion facile, même si ça reste discret), et puis surtout cette impression persistante que j'ai eue parfois de lire une espèce de soap-opera non assumé. King flirte de plus en plus (c'est vrai depuis "Sac d'os", à mon sens) avec le sentiment, au détriment de l'émotion véritable. Les flash-backs sur l'enfance de Scott contrebalancent heureusement cette tendance, et c'est dans ces flash-backs (ainsi que dans les brèves excursions de Lisey au royaume imaginaire de Scott) qu'on trouvera les meilleures scènes du livre.
Au bout de deux-cents cinquante pages, je croyais tenir un des 2-3 plus mauvais bouquins de King (avec "Roadmaster", "Cellulaire" et autres "Territoires"). Une fois le livre refermé, cependant, je me suis rendu compte que même si celui-ci m'avait rarement emballé (hormis lors des passages évoqués plus haut), le tableau dans son ensemble était malgré tout assez réussi, d'une étrange façon. Peut-être est-ce dû à un profond souci de cohérence, pas forcément perceptible en cours de lecture, mais qui se révèle presque magiquement à la fin -nuançant les impressions franchement mitigées qu'on a pu avoir en cours de route. Peut-être cela rejoint-il tout simplement ce que voulait dire Ellison quand il affirmait que King "assurait".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un king pour ceux et celles qui aime, 21 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Histoire de Lisey (Poche)
Je suis une grande lectrice de S.King, et je dois dire que cet opus m'a un peu dérouté. Ce n'est pas à proprement parlé un roman d'horreur, il est plutôt psychologique.
On se perd un peu dans le langage particulier inventé par King dans ce livre, cela peut rendre la lecture difficile. De nombreux flash-back sont aussi présents. Il souffre aussi de longueur mais cela reste pardonnable du fait de la qualité de l'écriture.

Je pense que c'est un livre qu'on aime ou pas, une histoire d'amour à travers le temps et l'espace alors à vous de voir si vous voules plonger dans un univers fait de "crapouasse" !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Indubitablement plus psychologique que fantastique !, 27 mars 2008
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Histoire de Lisey (Broché)
J'ai bien aimé "Histoire de Lisey". Un Stephen King, comme il a été dit plus psychologique que fantastique mais avec des passages imprimés d'une magie impressionnante.
Il est vrai que les premières pages m'ont fait douté... Par moment, je pensais commencer le roman d'une histoire à l'eau de rose...
Mais même si certains passages sont d'une nature soporifique, l'ensemble frôle le chef-d'oeuvre.
Les lecteurs qui se plaignaient du manque de psychologie chez les personnages dans "Cellulaire" vont être servi !
Malgré cela, "Histoire de Lisey" ne fera pas partie de mes romans préférés chez Stephen King.
Dans "Histoire de Lisey", pour moi encore une fois, il manque quelque chose qui ne me permet pas de le mettre totalement au rang de chef d'oeuvre...
Peut-être le fait que tout s'embourbe autour de Lisey et Scott...
A ne pas rater tout de même!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Persévérez, ça vaut la peine, 30 janvier 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Histoire de Lisey (Broché)
C'est vrai, les premières pages sont un peu difficiles, mais cette histoire est sans doute une des plus profondes que SK ait écrites, parce qu'elle nous fait réfléchir sur la difficulté du deuil. Ce n'est pas le roman le plus terrifiant de King (même si le fantastique apparaît peu à peu), mais l'auteur démontre qu'il est un grand écrivain, tous genres confondus.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un King soft, 23 septembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Histoire de Lisey (Poche)
...Et c'est pas plus mal :)

Quand je dis "un King soft", cela ne veut pas dire un "Richard Bachman". Histoire de Lisey est bien un livre de Stephen King, avec la façon de conter, les petits travers des personnages et leur psychologie poussée, les chimères et l'univers magico-glauque qui s'imposent.

Alors, oui : il est moins haletant qu'un Dôme, moins riche que La Tour Sombre. Mais il n'en reste pas moins doté de son propre univers, d'une vie intrinsèque qui fait son petit chemin dans l'esprit du lecteur. Certes, les nombreux flashbacks qui permettent d'apprendre à connaître le héros de l'histoire alors qu'il est mort contribuent à donner cette impression de lenteur à l'histoire. Mais la force de King, qui est de faire tourner notre imagination à plein régime et de nous faire pénétrer dans des mondes impossibles presque à notre insu, se trouve dans ce roman comme dans tous les autres, et je l'ai laissé faire avec grand plaisir.

Vrai, si vous aviez envie d'une lecture qui vous prenne à la gorge, Histoire de Lisey n'est sans doute pas celui qui vous conviendra le mieux. Mais si, comme moi, c'est le talent de conteur de l'auteur qui vous emporte, vous trouverez bien là sa marque et serez tout à fait en mesure d'apprécier ce voyage aux côtés de Lisey !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Histoire de Lisey
Histoire de Lisey de Stephen King (Poche - 2 septembre 2009)
EUR 8,60
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit