undrgrnd Cliquez ici Toys KDP nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici ECFR_GNO_Flyout Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles33
4,4 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:6,60 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 14 août 2009
Je l'ai dévoré.
A l'époque je vénérais exclusivement Hinault, et donc je n'aimais pas Fignon, qui venait lui faire de l'ombre.
Je l'ai ensuite plus apprécié, surtout s'il pouvait battre LeMond (Ah, ces 8s!).
Ce livre me l'a fait finalement découvrir, tout particulièrement son esprit d'attaque et de gagne, ce qui manque dramatiquement dans le cyclisme d'aujourd'hui (voir le TdF 2009, lamentablement dénué d'intérêt).
Alors j'espère que Fignon remportera la victoire dans le combat qu'il mène actuellement.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 août 2009
Moi j'ai aimé... Fan des Renault Gitanes alors que j'étais encore môme, Laurent Fignon était mon idole. Aujourd'hui en lisant ce livre je me retrouve il y a vingt ans, au milieu d'un cyclisme plein de panache, découvrant l'envers du décor que j'aurais voulu connaître.
On découvre dans ce livre un Laurent Fignon vrai, cru, fidèle a lui-même et a ses pensés. On découvre aussi toutes ses expériences, tous ses rêves, ses conflits dans ce monde qui est le cyclisme. C'est vrai qu'il écorche aussi quelques grands noms du cyclisme, en espérant simplement qu'il ne s'agit pas de règlements de comptes.
A lire pour les passionnés.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 avril 2010
Avec Leducq, Vietto, Robic, Bobet, Geminiani, Hinault ..., Fignon fait partie des grands coureurs français à panache. A la lecture du livre, j'ai apprécié son honnêteté et sa lucidité dans l'analyse de son propre parcours ainsi que dans celle du milieu ambiant, et on reconnaît l'acuité et la pertinence hors normes perçues lors de ses commentaires TV. Sous un angle critique, il évoque la fin d'une époque mais n'oublions pas que cela ne concernait pas uniquement le cyclisme; c'est tout un pan de la société qui a basculé en ces années, où l'apparence, le "pognon" à outrance, l'horrible mot "gagneur" ont commencé à dominer des valeurs un peu plus nobles. Au temps où Hinault écrasait de sa pugnacité le cyclisme mondial, rien ne préparait à voir surgir un autre veloceman français et Laurent Fignon est arrivé avec son "look" d'étudiant, son goût de vaincre et sa classe! Dès lors, un vent de jeunesse et de brio a balayé les pelotons. Oui, il a dérangé une certaine caste (il sait aligner plusieurs mots dans un français correct!) mais qui aurait pu lui interdire l'accès aux portes de la légende? Lorsque mes deux fils étaient jeunes cyclistes, je leur montrais comment accélérer vivement (à mon humble niveau!), ce que j'appelais un "démarrage à la Fignon". Une référence! Merci Laurent.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 août 2009
j'ai beaucoup aimé et j'ai avalé ce livre. Le Fignon secret et lointain que l'on connait, y est trés émouvant de vérité. Les succés obtenus trés tôt dans la carriére y sont décrits avec beaucoup d'enthousiasme. Communicatif! le début des ennuis arrive vite mais l'essentiel est fait avec 2 Tours de France dans la musette. En 1985, Laurent Fignon se fait opérer du tendon d'Achille, et cette opération marque un tournant dans sa vie de champion. Il décrit à partir de là les hauts et les bas qui jalonneront la suite et la fin de sa carriére. Dans cette partie du livre, nous aimerions le voir triompher à nouveau et redevenir le grand coureur dominateur qu'il a été. Mais il ne s'agit bien sûr pas d'un roman, mais simplement de la crue réalité. Alors il raconte si bien ses galéres, avec tellement d'humour aussi que nous en avons mal pour lui, mais qu'on se plait à rire en même temps! merci à Laurent Fignon d'amorcer une réflexion sur le dopage. Ce sujet ne saurait pourtant accepter de compromis. Le dopage est bien la gangréne du sport cycliste pro. Il a le grand mérite d'évoquer les pratiques douteuses et hypocrites du peloton. Il est, à ma connaissance, l'un des seuls à avoir écrit et reconnu ses erreurs. Laurent Fignon est un grand champion cycliste, classé au 4éme rang des champions français par le mensuel Vélo Magazine, derriére Hinault, Anquetil, Bobet, et devant Jalabert et Poulidor. Je lui souhaite beaucoup de courage - mais il n'en manque pas - pour son nouveau combat.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 juillet 2011
j'ai beaucoup apprécié de suivre le tour de france, depuis 2004, grâce à laurent. son analyse de la course était formidable, il nous faisait découvrir la stratégie du cyclisme, comment rouler, etc. rien à voir avec les autres journalistes qui n'ont jamais fait de cyclisme en compétition. "Jaja" est son digne successeur, j'en suis ravi.
dommage que laurent fignon ne soit plus là, c'était une belle personne et un excellent commentateur sportif !
bonne lecture,
Bruno, 49ans, vttiste et routier, Nice 06000.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Une autobiographie, ça faisait bien longtemps que je n'en avait pas lu. Il faut savoir que moi et le cyclisme, ça fait deux. Je ne connais rien de ce sport, je n'ai rien suivi et tous les événements racontés dans ce livre, je n'était pas née. C'est pour vous dire à quel point j'ai commencé cette lecture. Une des particularités que j'adore avec les livres, c'est aussi de lire des textes sur un sujet où j'y connais pas grand chose, voir rien, pour apprendre et découvrir :)

Alors si vous êtes comme moi et que vous ne savez rien, je précise que Laurent Fignon est décédé par une maladie peu après la sortie de son autobiographie. Le début de la lecture sont les avants-propos de l'auteur. Il à écrit ça après avoir su sa maladie. En sachant cette triste nouvelle, c'est d'autant plus dur à lire ses écrits. Il explique clairement qu'à part cette introduction, il ne parlera pas à un seul instant de sa maladie. Que c'est volontaire car il ne veut pas qu'on pleure sur son dos.

La suite est un chapitre nous expliquant le Tour de France de 1989 où il perd avec un ridicule écart de seulement 8 secondes sur le premier, un américain, après avoir fait 3.257 kilomètres dans notre beau pays vert. Cet américain utilisait un guidon de triathlète, qui, normalement, est interdit pour cette compétition. Sans ce guidon, Laurent aurait été le grand vainqueur. La méchanceté des gens qui se foutait de lui, avait un regard noir car il avait 8 secondes de retard, c'est terrible. C'est un des événements dont il s'en souviendra toute sa vie. J'ai lu toutes ses explications durant toute ma lecture avec un grand plaisir. Il écrit très bien. J'ai débuté son histoire en ne connaissant absolument rien de cet homme qui était tant aimé et tant critiqué par les médias et les français et en avançant dans les nombreux chapitres détaillant toute sa vie, j'ai découvert un grand sportif qui ne vivait que pour le vélo qui est sa passion depuis tout jeune et pour la compétition. Il avait la rage de vaincre. Tout en gardant une humanité. Enfin, pas toujours car au bout d'un moment, pendant un long mois, il à pris la grosse tête. Il le reconnaît lui-même. C'est ça que j'ai aimé avec ses écrits. Il peut très bien faire des critiques sur certaines choses et d'autres sur lui-même. Ça arrive même souvent.

On ressent aussi à des kilomètres à la ronde l'amour qu'il avait pour ce sport. Ses nombreuses rencontres avec de grands cyclistes, lorsqu'il signe son premier contrat avec Renault, la coke, les injustices contre lui avec de la triche pour pas qu'il remporte des prix car comme il était LA star du moment, il avait bien sûr beaucoup de jaloux. Sa détermination à se dire qu'il est le plus fort, qu'il est imbattable. Qu'il peut accomplir les 12 travaux d'Hercule en étant assis sur son vélo. Ses nombreuses blessures dont une très grave qui l'empêchera de pédaler pendant presque une année entière et en reprenant le vélo c'était comme si il n'en avait jamais fait, suite à sa blessure. Ses nombreuses courses en France, en Espagne. Ses gamelles. Ses nombreuses rivalités entre cyclistes et certaines des super belles avec Bernard Hinault, autre grand cycliste. Il à eu beaucoup de coups de gueule. A plusieurs reprises lors de sa carrière, il était prêt à dire stop. Il le critique beaucoup mais il l'adorait. Il en parle quasiment tout le temps et malgré les critiques, il le porte haut à son coeur en écrivant de belles paroles sur lui. C'est pareil pour d'autres personnes comme Cyrille Guimard, le dirigeant de l'équipe. Laurent Fignon est quelqu'un très sûr de lui. En lisant son livre, on pourrait même se dire qu'il est arrogant. Mais après tout, il se sait fort et bon.

Autre point que j'ai aimé, c'est que comme sa génération est des 60-70-80, il explique plein de détails sur ces époques. De comment qu'était le milieu de ce sport dans ces années-là, que les cyclistes couraient tous pour être le vainqueur et non le gagnant (celui qui vise pour avoir le plus d'argent possible et passer sur des plateaux de télé), que le dopage existait déjà mais était différent d'aujourd'hui, que les courses était bien plus longues et plus dures et encore tant d'autres points. En revenant dans les débuts des années noires 90-2000, il démontre aussi comment le dopage se généralise sur tous les coureurs. C'est une belle lecture. J'ai aimé découvrir sa vie. Je le connaissais juste de nom. Maintenant j'en sais beaucoup plus.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juillet 2015
On apprend pas mal de choses sur son itinéraire et sa progression mais ses propos peuvent quelques fois passer pour de l'arrogance.
Peut-être est-ce juste une grande confiance en soi ou tout simplement beaucoup de franchise...

Le dopage est évoqué mais le thème n'est que superficiellement abordé. Il explique que certains coureurs moyens se mettaient soudainement à voler en montagne mais il ne cite aucun nom. Pourquoi ne pas se mouiller alors que sa carrière était terminée depuis plus de 15 ans? Il préfère dire qu'il restait en retrait de cette problématique et qu'on ne lui confiait donc pas grand chose.

Pour le reste, cette vie dans le peloton, sa relation avec Guimard et Hinault et le jugement qu'il peut poser sur certains coureurs, sont très intéressants. Ce bouquin se lit au final très vite, un bon moment.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 octobre 2010
Ayant été moi même courreur cycliste, Laurent Fignon fut avec Bernard Hinault des références durant mes années en catégorie débutant à amateur.Après ces deux champions, et comme le dit si bien Laurent dans son livre, je pense que l'on n'a plus revu des coureurs de cette trempe, capable de s'illustrer autant dans des classiques que dans des tours, ou du moins être aussi régulier du début à la fin de la saison.Dans ce livre on ressent la prétention qui caractérisait à l'époque ce coureur d'exeption mais quand on connait sa classe et la facilité avec laquelle il dominait ses adversaires,n'était elle pas justifiée.Je suis sûr que ce champion pouvait gagner d'autre tour et classique s'il avait canalisé sa fougue.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 août 2010
Pleins de souvenirs, bien écrit, rythmé, on découvre la vraie personnalité de Fignon. intéressant de voir aussi comment le champion se voit, image différente que le public a de lui... On "avale" le livre en une bouchée !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 novembre 2015
L'auteur est un coureur cycliste, vainqueur de trois tours dans les années 80, largement oublié avant - paix à son âme - qu'il ne succombe sous les coups du crabe.
Le titre ne brille, c'est le moins qu'on puisse dire, par son originalité.
A priori, on s'attend donc au pire. On est donc très surpris de tomber sur un bouquin, fort bien écrit, sincère, ultra critique sur le milieu du cyclisme professionnel, haletant, bref ... un quasi chef d’œuvre !
Si Laurent Fignon a écrit "Nous étions jeunes et insouciants" sans aucun "nègre" ou "agent littéraire", alors nous n'avons pas seulement perdu qu'un grand coureur. Nous avons aussi perdu un grand écrivain.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

20,00 €
6,60 €