undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

21
4,4 sur 5 étoiles
Érasme : Grandeur et décadence d'une idée
Format: PocheModifier
Prix:5,10 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

35 sur 38 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Erasme, inspirateur de Luther (qui lui reprochera furieusement de ne pas l'avoir rallié en lui disant "tu n'es pas pieux"), Erasme fidèle à sa foi qu'il voulait intériorisée, apaisée, épurée de ses scories passionnelles, mais surtout Erasme "créateur" d'un concept nouveau, la Tolérance (pour paraphraser Saint Just : " la tolérance, une idée neuve en Europe"), c'est cet Erasme là que nous raconte Stefan Zweig. Né pauvre, élevé à la dure dans un siècle dur, il deviendra Conseiller des Princes et donnera à la foi chrétienne une impulsion qu'elle gardera jusqu'à Vatican II (naissance du Protestantisme, contre-Réforme soclée par les décisions du Concile de Trente, violences intereligieuses liées aux abus fanatiques ni voulus, ni espérés ni soutenus par Erasme).

Cette biographie, outre son intérêt propre, est une précieuse introduction aux travaux d'historiens, traitant du XVI ème siècle religieux, et faisant autorité tels que Lucien Febvre, Hugh Trevor-Roper, Pierre Chaunu, Elie Barnavi pour ne citer qu'eux.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 27 janvier 2013
C'est TRES intelligemment construit. On y découvre un homme, ses doutes, ses réussites, ses utopies, ses combats. Mais aussi une Europe qui aurait pu déjà s'unir à la Renaissance.
C'est très documenté, entre autre sur le combat entre Erasme et Luther dans une écriture très claire.
Ce livre a une construction qui est à la fois chronologique et thématique.
De plus, Zweig nous tient en haleine. Et l'intolérance humaine a mis fin à ses propres jours, on le sent donc très investi dans ce récit. Excellent.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
20 sur 22 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
1935. Stefan Zweig s'est exilé à Londres, fuyant l'antisémitisme exacerbé en Autriche. Il a publié un an plus tôt le remarquable ouvrage "Vingt-quatre heures de la vie d'une femme". Il n'ose totalement envisager la reprise du combat qu'il avait mené avec quelques intellectuels dont Romain Rolland, pendant la Première Guerre Mondiale, pour réinstaurer un humanisme en Europe (cf. "Le Monde d'hier"). le déchaînement de la violence en Allemagne et en Autriche révèlent de manière certaine les marques de la barbarie, une pénible régression en Europe. Annoncent-ils la prochaine guerre ?

C'est dans ce contexte de prise de conscience dramatique que l'humaniste Stefan Zweig écrit la biographie d'un philosophe, maître de l'humanisme de la Renaissance, Erasme, connu des étudiants pour son chef d'oeuvre "Éloge de la folie" - qu'il me faut relire.

Erasme de Rotterdam (1466 ou 1469 - 1536), enfant bâtard d'un prêtre, très jeune orphelin, recueilli par l'Eglise, devint prêtre, fonction qu'il n'assura jamais, ayant été autorisé à vivre en laïc. Grand lettré, philosophe, il fut admiré des plus grands esprits et politiques en Europe. Il était LA référence intellectuelle de son temps, brillant, oeuvrant pour les progrès de la civilisation :

"Erasme et les siens croyaient la civilisation capable d'améliorer les hommes et ils espéraient que la vulgarisation de l'étude, des belles-lettres, de la science, de la culture développerait les facultés morales de l'individu en même temps que celles des peuples."

Erasme est un chrétien pacifiste ("christianisme n'est pour lui que le synonyme de haute et humaine morale"), très exigeant envers lui-même comme il le déclarait : "où que tu rencontres la vérité, tiens-la pour chrétienne".

Il est gouverné par les deux lois de "la bonne volonté et de la liberté de conscience". C'est l'homme de la concorde, de la tolérance.

Le grand adversaire de Erasme survient dans sa cinquantième année, brutalement, en révolutionnaire : Martin Luther. "Luther, c'est en quelque sorte l'explosion à travers le monde de tout ce qui est allemand". Luther, dont l'honnêteté est soulignée par Zweig, est portraituré comme un guerrier.

"Dans la lutte, le très éminent docteur en théologie devient aussitôt un lansquenet : 'Quand j'arrive, je cogne à coups de massue'; une grossièreté inouïe, une véritable frénésie s'emparent de lui, il saisit indistinctement toutes les armes qui lui tombent sous la main, l'épée étincelante de la dialectique et la fourche pleine de fumier et d'ordures (...)"

Face à l'irruption de l'intolérance, de l'intransigeance, et pire encore, du dévoiement du débat théologique dans le peuple ignorant et brutal, Erasme compose, veut apaiser sans prendre le parti d'un camp ou de l'autre. Erasme est faible. Il craint tellement la confrontation qu'il la fuit. Il ne saura, hélas, jamais s'exposer physiquement pour défendre la position de concorde, de tolérance, qu'il exprime à travers ses nombreux écrits. Aurait-il pu éviter les guerres de religion, les bains de sang s'il était venu à la Diète d'Augsbourg ?

"Rien ne démontre plus clairement que ce n'est pas le blâme d'un abus qui est décisif au point de vue historique, mais bien l'expression donnée à ce blâme."

Stefan Zweig, avec son rare talent de peintre des ombres et lumières de la psychologie humaine, passionné de philosophie, de littérature, d'histoire, saisit sans complaisance le portrait d'un grand humaniste, apôtre de la tolérance, qui ne sut passer aux actes dans les moments critiques de l'Histoire. Zweig nous livre une analyse profonde, à méditer, dont nous retrouverons la teneur chez Marc Bloch ("L'Etrange Défaite") :

"C'est justement l'attitude des humanistes à l'égard du peuple, leur insouciance des réalités qui a enlevé dès l'origine toute possibilité de durée à l'empire d'Erasme et qui a arrêté la force d'action de ses idées ; leur faute fut de vouloir instruire le peuple de haut, au lieu d'essayer de le comprendre et de se laisser enseigner par lui."
1313 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
10 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Stefan Zweig à travers la biographie d'Érasme (1469-1536), nous plonge en plein dans l'atmosphère de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance en Europe.
Cette biographie est un bouillon de culture passionnant et enrichissant (parfois pour comprendre les personnages cités gardez votre encyclopédie sur votre table de chevet).

Il est vrai que l'on peut reprocher à Zweig de réécrire une histoire de l'intolérance religieuse montante à sa manière...
Certains disent qu'il s'agit d'une autobiographie masquée de Zweig, personnellement je trouve que son ouvrage sur Montaigne est réellement son autobiographie secrète.

En somme, ce livre nous montre un Érasme plein de bonnes intentions "Humanistes", qui en critiquant certains points de la doctrine de l'Église, va laisser une brèche dans laquelle Luther avec beaucoup plus de violence amènera la rupture, puis la guerre. Chose que notre triste Érasme regretta amèrement...

Comme écrivait Bossuet "Dieu rit des gens qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes"; ainsi, la maxime s'appliquait à Érasme...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 janvier 2014
Remarquable ouvrage, mais à lire à la lumière de la montée du nazisme (l'ouvrage est publié en 1935). Zweig y dresse surtout le portrait d'un humaniste internationaliste et pan-européen, qui se trouve malgré lui confronté à la montée en puissance d'un fanatique nationaliste (Luther). Ce livre n'est pas celui d'un historien, certes, mais c'est un pamphlet encore et toujours d'actualité contre l'hystérie des fanatiques de tout poil. Petit bémol : sa vision concernant Machiavel (le "cruel Florentin") dans le dernier chapitre manque singulièrement de recul et de connaissance sur la période de la Renaissance...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Le portrait du grand humaniste Erasme écrit en 1935 par Stephan Zweig est plus qu'une biographie. La vie d'Erasme ne contient pas assez d'aventures pour être romancée. C'est davantage un essai de réflexion sur l'idéal humaniste, la construction européenne, la paix et les forces passionnelles qui opposent et détruisent les entreprises pacifistes.
Erasme le cultivé, le modéré, le penseur libre qui souhaite une amélioration en douceur des travers de la société et de l'Eglise voit naître et se développer la Reforme emmenée par le fanatique Luther, prêt à tout pour imposer ses vues révolutionnaires, religieuses et nationalistes qui vont conduire pour des siècles l'Europe à s'entredéchirer.
Ce livre est donc par opposition le portrait de Luther : deux hommes, deux manières de penser et d'agir. Et c'est bien évidemment un message d'avertissement : "lorsque le national et le social s'unissent, dans l'ardeur de la foi religieuse, il en résulte toujours es secousses qui ébranlent l'univers."
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 octobre 2013
Remarquable livre de Zweig. Il s'agit davantage d'un essai qu'une biographie, écrit en 1935, l'auteur livre une réflexion sur la pensée et l'homme qu'était Erasme. Le contexte d'écriture est extrêmement important, Zweig écrit quand le nazisme commence à s'installer et montre donc toute sa foi en l'humanisme, la tolérance, l'importance des intellectuels dans le monde. Généralement, on connaît Erasme de nom, ou encore Erasmus (union européenne), mais en lisant cet essai, on comprend davantage l'impact d'Erasme sur la culture et l'histoire de l'Europe, il est le premier véritable intellectuel au sens moderne du terme et anticipe même les actions de Voltaire: lutte contre le fanatisme religieux, engagement sans être un homme de parti, non violence, ironie... Et avant même Voltaire et Rousseau, deux intellectuels qui se sont affrontés: Luther et Erasme. Zweig fait un parallèle avec son temps, à savoir le totalitarisme qui s'empare de l'Europe (Zweig prévoit aussi l'Union Européenne). Quelques citations soulignant la profondeur des sentiments de Zweig:

"Mais lorsque le national et le social s'unissent dans l'ardeur de la foi religieuse, il en résulte toujours des secousses qui ébranlent l'univers; et quand il se trouve un homme pour symboliser les désirs inconscients d'une multitude d'individus, cet homme acquiert une puissance qui tient de la magie"

"C'est d'abord le fanatisme, ce bâtard né de l'esprit et de la brutalité qui veut imposer à l'univers tout entier la dictature d'une idée en ne tolérant aucune autre forme de pensée, aucune autre manière de vivre que celle qu'il a choisie, le fanatisme qui divise la famille humaine en amis et en ennemis, en partisans et en adversaires, en héros et en assassins, en fidèles et en hérétiques; n'admettant que sa vérité, ne reconnaissant que son système, il lui faut recourir à la violence afin d'étouffer tous les autres au sein de cette diversité des choses voulues par Dieu. Les restrictions brutales à la liberté de pensée, à la liberté de conscience, l'inquisition et la censure, le bûcher et l'échafaud, ce n'est pas à la violence qu'il faut les imputer, mais au fanatisme, ce génie de la partialité, cet ennemi héréditaire de l'universalité, ce prisonnier d'une idée unique qui essaye de traîner et d'enfermer dans sa prison l'univers tout entier"

Un livre à méditer en ces temps où les opinions se radicalisent, qu'elles soient religieuses, politiques... Enfin, un livre utile pour comprendre l'extrême importance des intellectuels et de la culture, qui favorisent la liberté de pensée donc le débat et qui rapprochent les gens.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 27 juillet 2012
C'est la conclusion désabusée à laquelle Stefan Zweig aboutit au travers de l'étude de la vie d'Erasme. L'auteur n'est pas un historien, mais il est d'une grande érudition et son ouvrage est captivant. On comprend vu son parcours et son époque pourquoi S.Z. s'est intéressé à cet humaniste qui prône la tolérance comme vertu absolue. Bien qu'admiratif d'Érasme, l'auteur pointe du doigts ses erreurs, son intellectualisme, son absence physique des débats qui secouent son époque lors des diète de Worms et d'Ausbourg. Il est aussi réaliste. Il sait que la posture humaniste d'Erasme n'est pas la formule gagnante, mais qu'il reste un idéal à atteindre comme l'éthique chrétienne.L'humaniste est toujours en avance sur sont temps.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 décembre 2012
Comme toujours, on ne peut guère s'arrêter dès qu'on commence une biographie de Zweig, et du coup, j'ai relu l'Eloge de la Folie, de celui à qui on doit Erasmus en Europe ! Un récit passionnant, des analyses toujours d'actualité !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 15 février 2015
Une fois de plus, Zweig nous délivre un cours magistral d'histoire, ici sur les prémices, la genèse du siècle des lumières...
...un "avant" siècle où la tyrannie s'impose injustement à l'endroit même où l'homme peu se libérer : l'esprit... Le combat d'un homme qui a dû louvoyer, simplement pour rester en vie, s'éduquer et apporter intelligiblement et sans controverses possibles, une argumentation irrévocable pour la libération d'une humanité à l'agonie devant la perversité de ses dirigeants... Nous y rencontrons aussi, plus brièvement Luther, un homme d'une trempe moins "patiente" qui s'engouffre dans la brèche que Érasme à ouverte, à force d'études et de démonstrations par l'absurde (Éloge de la folie...).... Les idées sont acquises, démontrées, irrévocables, mais le pouvoir tarde lamentablement à les mettre en pratique... Luther hausse le ton, s'attelle à la tâche, la naissance de la réforme et des lumières voit le jour dans un bain de sang,... terreur définitive que voulait éviter notre pacifique Érasme... Comme à son habitude, Zweig nous éclaire finement et intelligemment sur une période charnière de l'histoire de notre civilisation...
Érasme a su attendre la fin, malgré la lassitude de son cœur devant les atrocités de l'Europe en folie, la peine de Zweig fût à se point immense qu'il a préféré mettre un terme à ce que son intelligente compréhension infligeait à son cœur devant l'incurie de l'humanité... toute ressemblance avec ce qui se déroule en ce moment sous nos yeux n'est pas fortuite, et la dictature moyenâgeuse réapparait aujourd'hui sous la forme de dictature de l'argent, cachée en "crise économique absolument inévitable"... Il est peut-être temps de revoir nos classiques et que plusieurs se lèvent et dénoncent, en remplaçant simplement le nom des intervenants dans les écrits d'Érasme...! Le "placide" Érasme est encore d'une actualité sidérante...!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Les Très Riches Heures de l'humanité
Les Très Riches Heures de l'humanité de Stefan Zweig (Poche - 25 février 2004)
EUR 6,60

Magellan
Magellan de Stefan Zweig (Poche - 7 mars 2012)
EUR 6,60

Amerigo : Récit d'une erreur historique
Amerigo : Récit d'une erreur historique de Stéfan Zweig (Poche - mars 1997)
EUR 4,10