undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles128
3,9 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:6,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 29 mai 2012
Au début, j'ai vraiment eu du mal à accrocher tant j'ai trouvé le style et l'humour déjantés, je trouvais l'histoire beaucoup trop irrationnelle... Puis au fur et à mesure de la lecture, une fois cette première étape de « choc » passée, et peut être par habitude du style, on perçoit beaucoup mieux cet humour à prendre au second degré et on rit de l'absurdité des situations et des mots. J'ai particulièrement aimé l'idée de la maison qui rétrécit quand son propriétaire s'appauvrit, la banalisation de la mort, le travail que l'on trouve inutile, l'amour inconditionnel pour Jean-Sol Partre et l'histoire d'amour de Colin et Chloé, le concept du pianocktail...

Tous les sujets sérieux sont traités ici avec humour et sur fond de jazz, Boris Vian faisant naturellement la satire de la société de l'époque ; il est difficile de croire que ce roman a été écrit 60 ans auparavant. En bref, un roman pour le moins original, où de nombreuses références culturelles sont faites, des images, des jeux de mots et tant de subtilités que je suis sans doute passée à côté de certaines. L'idée même d'aberration qui m'a déplue au début m'a finalement beaucoup surprise par la suite, comme quoi il faut parfois se forcer et aller au-delà d'une mauvaise impression !
11 commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 juin 2011
Colin, Chloé, Isis, Chick...tous jeunes et beaux dans un monde où travailler est mal vu, où l'écrivain du moment s'appelle Jean-Sol Patre (ce nom ne vous direz pas quelquechose?), où le soleil est liquide...et ce ne sont que des exemples.
Une histoire d'amour et un train de vie mis en péril à cause d'un nénuphar qui a pris ses quartiers dans un des poumons de Chloé, une autre à cause d'un fanatisme sans borne pour Jean-Sol Partre.
Un monde surréaliste, décalé qui est également une critique à demi cachée de notre société et de l'homme.

J'ai découvert Boris Vian avec grand plaisir, ce célèbre écrivain (entre autre) que je n'avais pas encore pris le temps d'aborder. Un régal pour l'imaginaire .
Ce n'est pas LE coup de coeur de l'année mais c'est un petit coup de coeur quand même!
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 avril 2007
Cruel. Cruel jusqu'à la dernière goutte puisqu'il ne laisse aucune lueur d'espoir, aucune reconstruction possible. La fin ne laisse entrevoir rien. Rien... Comme si le bonheur une fois brisé n'est plus substituable. Comme s'il n'existait qu'un seul grand bonheur dans la vie, et dont la disparition duquel entraine l'effondrement de tout le reste.

une oeuvre inimitable, poétique, métaphorique...
0Commentaire|15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 juin 2010
dans mon monde il ya deux sortes de gens : ceux qui adorent ( au vrai sens du mot) l'Ecume des Jours et ............. tous les autres.

ce livre est pour moi une grille de lecture du monde : je peux concevoir qu'on ne l'ait pas lu : c'est un oubli réparable, mais pas qu'on ne l'aime pas, ou pire ... qu'il puisse laisser indifférent.

ce que pense un lecteur de "L'écume des jours" m'en dit plus long sur l'être qu'il est que n'importe quel portrait détaillé.

amoureux de "l'Ecume des jours" et de Boris Vian en général , je vous aime !
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 novembre 2006
Cette histoire d'amour, noire, est profondément belle, le fond et la forme se complétant si bien que le résultat final dépasse largement ce que j'en attendais... Boris Vian conte à merveille l'histoire d'un amour réciproque voué à la réussite la plus complète (beauté, richesse, intelligence...) mais vaincu par la maladie. Dans cette oeuvre, les métaphores prennent vie (l'appartement rétréci, la lumière solaire diminue, les souris dansent...) et plongent le lecteur dans une ambiance sombre (voire glauque) pour le bouleverser bien plus que si l'histoire était contée d'une manière "habituelle"... On en retient quelques annecdotes violentes ou amusantes, comme le meurtre à la patinoire à coup de patins à glace, à interpréter au premier ou second degré en fonction, ou bien le pianocktail qui associe à chaque morceau joué au piano un coktail savoureux... Ces petits rien font de ce roman une oeuvre innimitable dont on sort dans un état bizarre, mélange d'idées suicidaires et de contemplation muette. Si vous aimez lire en musique, une musique d'ambiance et une lumière basse vous plongeront dans ce livre au point qu'il vous faudra 24 heures pour en ressortir après l'avoir fermé...
0Commentaire|27 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 septembre 2001
ce livre est le plus beau que je n'ai jamais lu, et la meilleure lecture a été la première donc je ne le relirai pas une quatrième fois (quoique). Je n'ai jamais autant pleuré et ri en lisant un livre. c est une vision du monde qui peut sembler etrange au début, mais qui est tellement vraie! la vie, dans son absurdité, dans sa bizarrerie comique. Je suis donc devenue une amoureuse de Vian, et je vous conseille de lire tous ses romans, en particulier "l'herbe rouge" que j ai trouvé plus drôle encore, et plein de références, ainsi que certaines nouvelles très amusantes. En revanche, certains de ses romans (par ex "les morts ont tous la même peau") sont assez glauques, mais aussi géniaux.
0Commentaire|26 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 novembre 2003
Simplement mon livre préféré... Doux et dur, ironique, tendre et dramatique, on a jamais aussi bien rendu l'amour réciproque. Au vide ordure les romans sentimentaux, "à l'eau de rose" comme on dit ! Ici, la vie bat son plein, se teinte d'adjectifs colorés et par touches succesives peint le tableau d'une vie. Joie et peines s'entremêlent sans que l'auteur ne tombe dans du sentimentalisme douteux. Une bouffée d'air frais, de l'absurde poétique et un style inégalable... la recette miracle de ce livre exceptionnel !
0Commentaire|20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 août 2011
Acheté par hasard, peut-être par lassitude d'en entendre parler sans l'avoir lu... et quelle surprise !!!
Le monde (surréaliste ?) dans lequel évoluent les personnages m'a initialement un peu dérouté mais je m'y suis accroché très vite. Un des rares livres qui a su m'arracher tant des éclats de rires que des larmes. Je regrette d'avoir découvert si tard ce livre magnifique...
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 avril 2014
Beaucoup d'avis positifs me sont revenus sur ce livre de Boris Vian, qui est souvent qualifié "d'incontournable" et de littéralement "inclassable". J'ai eu le loisir de lire L'arrache-coeur il y a de çà quelques années, mais l'histoire s'est complètement effacée de ma mémoire, seule le style littéraire de Boris Vian est resté gravé dans mon esprit.

Mêlant une histoire totalement vraisemblable d'amour et une grosse dose de fantastique, Boris Vian se montre d'une originalité désarmante.

Souvent désarçonnée, au début du roman, par la créativité de l'auteur et par ses nombreux jeux verbaux qui prennent des allures comiques (biglemoi, Chuiche, blocnotez, doublezon, pianocktail...), j'ai su m'adapter au style singulier et loufoque de cet homme. Il se montre d'ailleurs d'un génie et d'une créativité sans faille, qui peuvent faire penser à un rêveur sacré, ou tout bonnement à un utopiste.
Car son texte est basé essentiellement sur une histoire, certes fictive, mais avec tellement d'éléments imaginaires, que, sans même tomber dans l'imaginaire pure, il arrive à constituer à échelle humaine. Utopiste, il l'était sûrement, mais visionnaire... à chacun sa propre perception de la chose, mais ça ne m'étonnerait pas que certaines inventions de Boris Vian soient réellement crées dans le futur.
D'ailleurs, son pianocktail à été reproduit à taille humaine, exactement comme décrit dans le livre (j'ai eu le plaisir de le voir au Salon du Livre de mars 2013).

Mais outre son style particulier, qui font de lui un écrivain à part entière, l'histoire d'amour des héros du roman ne m'a pas transportée. Décrite par Raymond Queneau comme "le plus poignant des romans d'amour contemporains", je ne partage pas son enthousiasme à l'issu de ce fait.
Originale, elle l'était, de l'amour, il y en avait même à revendre. Vous me direz alors, qu'est-ce qui m'a gêné ? C'est le manque d'émotion que j'ai ressenti. Ces personnages ne sont pas attachants, rien ne m'a touché dans leurs actions ; rien ni personne ne m'a directement atteint. Je n'ai pas apprécié comme je le souhaitais ce livre, et notamment cette histoire d'amour...

De plus, certains passages étaient vides et très lents. Les dialogues étaient également éreintants "dit Colin", "dit Chloé", "dit Isis"... Les personnages sont donc le gros point rouge que j'ai prélevé dans ce livre. Je n'ai pas ressenti l'entrain des précédentes personnes ayant lu ce même livre. C'est dommage ; j'en attendais peut-être trop de ce roman...

L'étrangeté du livre est intriguant à souhait, et la forme d'écriture que prend Boris Vian, fait de lui un écrivain unique et inventif.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce roman m’a honnêtement de plus en plus perdu au fil du récit qui voudrait emmené dans un monde féerique et d'une tristesse toujours plus poétique.
Ce roman suit le parcours de jeunes parisiens qui tombent amoureux et sont touchés par le malheur, sur un fond de musique jazz et de surréalisme enfantin.

J'ai personnellement eu beaucoup d'espoir au début du roman où une évocation de la jeunesse parisienne de ces belles années et la fête où les garçons et filles se draguent et se rougissent sous des couleurs criardes et des robes mi-jambe.
Puis la montée en puissance de la fantaisie de Vian prend alors une place centrale et m’a fait déchanter.
Mais je dois avouer que la poésie tragique qui se dégage de la déchéance des personnages et de leurs environnements, comme l’appartement qui rapetisse, amène un tragique léger.
De plus, le réalisme ou en tout cas la vérité de l'Homme et de la nature me touche plus dans les grands romans estimés.
La volonté que j'avais de vouloir sentir ces années là a été déçu, et surement ce roman n'avait pas cette prétention, alors que le début pouvait sembler paraitre.
Ce roman reste également un très beau roman sur la jeunesse où chaque personnage est confronté aux malheurs de son âge, c'est à dire la passion, le romantisme ou l'excès.

Je le conseille à ceux dont la sensibilité se marie avec l'imagination de Boris Vian et dont sa poésie leur apporte l'enchantement. Moi je n'ai pas été sensible à cette poésie, mais je ne nie pas la qualité d'écrivain de Boris Vian, où je n'ai trouvé qu'à la toute fin les rythmes de jazz de Duke Ellington pour un final dramatique.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus