undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

151
3,8 sur 5 étoiles
Stupeur et Tremblements
Format: PocheModifier
Prix:5,60 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Affichage de 1-10 sur 68 commentaires(5 étoiles)afficher tous les commentaires
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Stupeur et tremblements, d'Amélie Nothomb, est son neuvième roman, publié en 1999. Dans ce livre, Amélie est à la fois narratrice et protagoniste. Elle est née en Belgique, mais a vécu au Japon quand elle était petite (son père était un diplomate), et dans ce moment là, à 22 ans, elle veut retourner au Japon pour travailler dans une entreprise Japonaise, apparemment comme traductrice.
Dès qu'elle arrive à la compagnie Yumimoto, Amélie est présenté aux échelons hiérarchiques de l'entreprise, et très vite se rend compte d'un certain malaise à son arrivée. Le ton du livre est, en général, assez ironique, avec de nombreuses phrases à double sens et des renvois à des éléments de la culture japonaise et européenne. De tous les personnages avec lesquels elle interagit dans l'entreprise, c'est avec Fubuki que l'auteur aura ses principaux et cruciaux confrontations.
Fubuki est sa supérieure immédiat dans l'entreprise. C'est à Fubuki qu'Amélie doit toujours se reporter. Tout au long du récit, Amélie va louer la beauté contenue nippone Fubuki. Cependant, la relation entre les deux se détériore rapidement quand Amélie accepte une tâche d'un autre employé de la compagnie, M. Tenshi, à l'insu de Fubuki.
Outre la gravité de la situation (ne pas tenir compte de la hiérarchie), Amélie a provoqué colère en Fubuki, en faisant preuve d'excessive compétence. Pour éviter une telle menace à sa poste, Fubuki fait Amélie se soumettre à des tâches banales, de sorte que Amélie ne devienne pas une menace à sa position hiérarchique au sein de l'Yumimoto.
Ces tâches ne demandent pas beaucoup du cerveau d'Amélie, ce qui lui rend se laisser distraire pendant leur exécution. Ces distractions causeront de graves erreurs. Ces erreurs coûteront cher à Amélie, car ils posent du soupçon sur la compétence de Fubuki. Amélie justifie son échec au fait de ne pas avoir besoin d'utiliser son cerveau pour les tâches qui lui sont assignées.
Fubuki décide alors de lui affecter une tâche plus complexe, qui nécessite une certaine connaissance un peu plus sophistiqué des mathématiques. Toutefois, sans lui donner aucune explication, Fubuki savoure le désespoir d'Amélie devant une tâche si compliquée. Amélie capitule après quelques jours de tentatives infructueuses sur la calculette.
Pour Fubuki, Amélie est juste une complète handicapée mentale, qui ne sert à rien. Deux semaines plus tard, Fubuki est soumis à une grande humiliation devant ses subordonnés par son supérieur. Fubuki va à la toilette se fondre en larmes, et Amélie commit sa gaffe mortel: en essayant de la réconforter, Fubuki rejette sa compassion, et décide de la punir.
Dorénavant, elle devient nettoyeuse de chiottes à son étage. Dans un premier moment, Amélie est étourdie par une telle attitude de Fubuki, mais avec le temps elle commence à jouir de la situation. Maintenant elle est sûr qu'il serait impossible de descendre plus bas.
Amélie trouve un certain réconfort dans le fait que, dans quelques mois, son contrat de travail expirera. Elle n'allait pas à démissionner, ce qui serait pour la culture japonaise le même que perdre la face. Voir Amélie comme nettoyeuse de chiottes gêne certains au sein de l'entreprise.
Les hommes commencent à utiliser les toilettes d'un autre étage, afin d'éviter l'embarras. Aller au toilette dans Yumimoto est devenu un acte politique. À la fin de son contrat de travail, Amélie présente sa démission à chaque échelon hiérarchique de l'entreprise.
À plusieurs reprises dans le livre, Amélie fait l'éloge de la beauté de son supérieur et essaie de lui deviner quelque trace d'humanité.
En vain. Fubuki s'a révélé aussi froide qu'un réfrigérateur, même dans une situation de galanterie présumée d'un hollandais d' une compagnie amie qui a visité le Yumimoto. Tout au long du livre, il est clair le choc des cultures: même en sachant très bien la langue et la culture Japonaise, Amélie entre en collision avec la froideur glaciale de sa supérieure hiérarchique dans l'entreprise.
La méchanceté qui se révèle à chaque mouvement de Fubuki mène Amélie à la toujours traiter avec ironie, au point de se ridiculiser devant son chef pour y savourer son méchant plaisir. Je soupçonne même que l'ironie d'Amélie atteint la si proclamée beauté de Fubuki, elle qui sera sûrement l'un des lecteurs du livre. D'une certaine manière, Amélie savourerait ainsi une vengeance à travers un certain plaisir extrêmement pervers.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
52 sur 60 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 1 février 2006
J'ai moi-meme vecu au Japon plus de six annees et y ai travaille en local (comprenez, employee sur place, dans des entreprises japonaises souvent sans autre employe etranger), et bien que j'aime toujours beaucoup ce pays et travaille toujours avec des Japonais, j'ai retrouve dans ce livre des situations que j'avais vecues.
J'etais donc heureuse de voir qu'une personne ayant vecu des galeres ou situations ridicules similaires (attendre qu'on vous attribue une tache, etre harcelee sans que le patron qui vous estime pourtant ne fasse rien, etc.) avait eu le courage d'ecrire les choses telles qu'elles sont.
Le Japon est un pays fascinant, avec une culture raffinee et des traditions bien vivaces, tout en etant une civilisation tres moderne a la fois. La societe japonaise est exigeante, et le soi-disant respect des autres est surtout vrai envers les plus haut-places dans la societe. Fait moins connu et dont en fait l'auteure nous parle ici, l'usage courant de l'humiliation envers les subalternes est tout a fait choquant pour les Occidentaux (qui y mettent au moins un peu d'hypocrisie). Dans son experience, Amelie Nothomb a souffert moins d'etre occidentale, bien que le racisme soit a peine tabou dans cette societe hyper-conservatrice, que d'etre en bas de la hierarchie.
Par consequent, quiconque a vecu le Japon en visiteur prestigieux (expatries aux contrats juteux, artistes, hommes d'etat, businessmen invites, ou meme touristes) s'insurgeront de la description que ce livre fait des Japonais, car ceux-ci sont egalement capables du meilleur, de beaucoup de delicatesse et de petites attentions tres touchantes. D'ou ses souvenirs d'enfance.
Le probleme de ce livre est qu'il s'adresse a un grand public qui ne connait pas les belles facettes du Japon, car il est vrai que le milieu professionnel japonais n'est pas le plus flatteur aspect de ce pays. Du coup, il est normal de s'inquieter de son impact sur les lecteurs qui ne le connaissent pas assez pour ne pas en etre degoute a la lecture de ce recit. Pour cette raison, j'ai hesite a mettre 4, mais le style du livre le rend irresistible et remonte la note.
Enfin, ce livre traite aussi de passion decue pour un pays idealise, et a ce titre concerne tous ceux et celles qui adorent une culture tres differente de la leur, car la desillusion est souvent amerement vecue.
En conclusion, malgre le petit bemol, je ne peux m'empecher de recommander cette lecture a quiconque envisage de travailler avec des Japonais, tout en insistant sur le fait que ce n'est la qu'un aspect de la societe japonaise qu'il decrit. Endurez le choc et vous serez pare(e) pour vivre une longue histoire d'amour avec ce pays...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 juillet 2013
C'est mon premier livre d'Amélie N. et je l'ai adoré. Il mêle le vécu intime, l'humour désopilant, et les grandes considérations sociologiques. Etonnament, sa peinture de la mentalité japonaise m'a éclairé sur certains aspects de la mentalité française. Par exemple, les injonctions reçues par la femme japonaise, qui se doit d'être parfaite: "tu as pour devoir d'être belle", "Si à vingt-cinq ans tu n'es pas mariée tu auras de bonnes raisons d'avoir honte", "si tu ris, tu ne seras pas distinguée"..."si tu manges avec plaisir tu es une truie", "si tu éprouves du plaisir à dormir tu es une vache", "ta beauté ne t'apportera rien d'autre que la terreur de la perdre", etc. Il y a aussi la jalousie professionnelle des vieux envers les jeunes, l'incapacité à résoudre des conflits par le dialogue, la honte de ne pas être à la hauteur, la honte d'avoir honte....Enfin, je ne résiste pas à vous faire partager un trait d'humour particulièrement percutant: parlant d'une "engueulade" au travail, l'auteur écrit: "pour que ces cris odieux cessent, j'aurais été capable du pire: d'envahir la Mandchourie, de persécuter des milliers de chinois, de me suicider au nom de l'empereur, de jeter mon avion sur un cuirassé américain..." Ca fait rire et ça fait réfléchir....
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 octobre 2008
Qu'il est bon de s'apercevoir à travers cette lecture que la différence des cultures est là et bien là, et sera certainement toujours un barrage efficace à la globalisation.
Ici, il est question d'analyse de comportement entre une même idée européenne ou japonaise. On se rend compte que le résultat est totalement différent et que parfois on en arrive à des situations paradoxales.
Se comprendre avant de communiquer est donc primordial.
Le roman est mené sans temps mort dans un style accessible à tous. Il se veut didactique pour bien appréhender les problèmes rencontrés par la narratrice. Il n'est pas dépourvu d'humour ce qui agrémente généreusement la lecture.
Quant au racisme, s'il faut y voir l'opposition simple de résultat d'analyse d'une même situation par deux cultures, cela s'arrête bien là. Ne nous cachons pas qu'il est sous-jacent par méfiance ancestrale et de par les guerres qui ont tiraillé l'Histoire. Aujourd'hui encore rien n'a changé, citons pour seul exemple les doutes quand aux élections américaines en ce moment !
En bref, ce livre est à lire sans aucune arrière-pensée, il permet simplement de comprendre qu'on ne vit pas ici comme ailleurs, et tant mieux.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 9 mai 2009
Amélie Nothomb relate sa descente aux enfers dans la société nippone où elle est employée. Plusieurs fois, elle croira bien faire, mais mal lui en prendra. Elle payera ses erreurs "cash".

Amélie Nothomb a rédigé ce roman autobiographique comme s'il s'agissait des mésaventures d'une autre personne que de la sienne. Le résultat d'écrire avec cet état d'esprit déluré est sans retenue : corsé d'humour noir, humiliant et affligeant pour la protagoniste.

Certes, le portrait du mon professionnel Japonais n'est pas reluisant. Cependant, je ne pense pas qu'il faille considérer ce roman comme anti-japonais. C'est le monde professionnel avant tout qui est touché. Dans bien d'autres pays -dont des pays occidentaux, j'en suis certain-, le résultat n'aurait pas été plus probant. Puis, il s'agit un récit autobiographique. Amélie a vécu ces situations. Il est naturel, après de telles tribulations, d'en tirer des conclusions plus ou moins judicieuses. Pour finir, gardez à l'esprit qu'il s'agit d'Amélie Nothomb. Lisez ses autres romans et voyez si elle est plus tendre avec ce qui l'entoure.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 mai 2014
J'ai comme l'auteure travailler dans un etablissement ou j'etais la seule etrangere, et je trouve tout cela tres juste meme si le monde de l entreprise et la societe japonaise ont evolue , ce roman reflete bien le monde du travail nippon en general, les regles non ecrites, les bourdes a repetitions, les punitions indirectes, la soumission aveugle... Le livre est tres agreable a lire , je regrette de ne pas l 'avoir lu plus tot!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 mai 2010
Le titre et l'illustration ne mettent pas en valeur de contenu du livre.
On s'attend à avoir peur et à trembler, eh oui!
Mais non, rien à voir avec tout ça, juste un petit épisode de vie d'environ un an qui développe les déboires d'une jeune belge travaillant dans une entreprise japonaise.
Quelques petites pointes d'humour, un style très agréable, un livre rapide à lire, et beaucoup de fraîcheur.

A lire, bien sûr. ;)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 1 mai 2014
J'ai dévoré le livre en même pas 3h.
Drôle et consternant.
Je conseille ce livre, cela fait bien relativiser des
situations.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 juillet 2009
Cela est mon premier livre d'Amélie Nothomb, et je dois dire que je suis conquis.
J'adore le Japon, et pourtant, l'auteur dresse ici un portrait de l'univers de l'entreprise au pays du soleil levant assez sombre.
Cependant, l'objectivité et les explications culturelles de l'auteur nous permettent de continuer à aimer ce pays qui la rabaisse.

De plus, l'écriture d'Amélie est à la fois accessible et riche.
A ne pas manquer !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 25 juillet 2013
Un petit roman sans prétention de 250 pages. Pour qui veut savoir comment on vit vraiment au Japon. L'auteur y a passé une grande partie de son enfance et y a travaillé. Un récit sur le choc des cultures, les différences de perception entre deux mondes que tout sépare. A lire absolument.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Métaphysique des tubes
Métaphysique des tubes de Amélie Nothomb (Poche - 2 mai 2002)
EUR 5,10

Hygiène de l'assassin
Hygiène de l'assassin de Amélie Nothomb (Poche - 6 octobre 2004)
EUR 5,10

Ni d'Ève ni d'Adam
Ni d'Ève ni d'Adam de Amélie Nothomb (Poche - 29 avril 2009)
EUR 6,10