undrgrnd Cliquez ici Toys Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_GWeek16Q2 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles31
3,7 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:8,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 21 mars 2003
Oui, ce livre est émouvant. Sans doute le plus personnel de Stephen KING, d'où parfois il peut sembler hermétique et ce qui explique qu'il ait dérouté bon nombre de ses jeunes fans. Pourtant, les démons qu'il décrit dans ce livre (la guerre, les souvenirs atroces et le fait de devoir vivre avec) sont peut-être les plus terrifiants de son bestiaire, car ils existent pour beaucoup d'américains de la génération de KING. Le livre des démons d'une génération sacrifiée et qui pourtant vivait à une époque pleine de promesses et d'espoir. Mais ont-ils su en profiter ? Voilà l'angoisse qui ronge ces personnages et qui les hante jusqu'à la fin de leurs jours. Un bel ouvrage inédit dans l'oeuvre de Stephen KING qui saura toucher les acteurs et les nostalgiques des sixties.
0Commentaire|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 avril 2010
On considère souvent à tort Stephen King comme le "Maître de l'Horreur" de la littérature contemporaine, car ses romans font rarement frissonner. On devrait plutôt dire "Maître du Fantastique" tout simplement, tant l'auteur s'amuse à introduire des éléments surnaturels dans la vie tranquille de ses personnages.

Au fur et à mesure de son travail, on devinait qu'il existait un autre Stephen King, un auteur intéressé par les Etats-Unis de son enfance, par un doux parfum de nostalgie. Prenez "Ça", un de ses classiques : le roman regorge de flashbacks consacrés aux escapades fantastiques d'un groupe de gamins. Et l'exemple le plus flagrant est la nouvelle "Le Corps" (du recueil "Différentes Saisons") qui est un vibrant hommage à l'Amérique des années 50-60 et à une époque et une jeunesse désormais révolues.

"Coeurs perdus en Atlantide" s'inscrit parfaitement dans la veine nostalgique de l'auteur. L'ouvrage se présente concrètement sous la forme de cinq nouvelles de tailles très variées et à première vue indépendantes.

"1960 - Crapules de bas étages en manteau jaune" nous permet de suivre les aventures du jeune Bobbie Garfield. Ce petit garçon vit avec une mère autoritaire (suite au décès de son père) et sa vie va changer du tout au tout lorsqu'il va se lier d'amitié avec un vieil homme bien mystérieux.
Dans "1966 - Chasse-coeurs en Atlantide", nous suivons le quotidien de Peter dans un internat d'étudiants, plus préoccupés à jouer aux cartes qu'à réussir leurs études. Sachant que ceux qui ne décrocheront pas leur bourse d'étude finiront probablement au Viêt-Nam.
Willie Shearman est un homme perturbé puisqu'il endosse quotidiennement trois personnalités disctinctes, dont celle d'un mendiant. Vous découvrirez une journée type dans "1983 - Willie l'aveugle".
Sullivan est un vétéran du Viêt-Nam qui revient d'une réunion d'anciens combattants, lorsque d'un coup d'un seul une multitude d'objets tombent du ciel. Quel est le passé de Sully ? A suivre dans "1999 - Pourquoi nous étions au Viêt-Nam".
Enfin, "1999 - Ainsi tombent les ombres célestes de la nuit" conclue le livre et boucle les intrigues laissées en suspens.

Le livre de King n'échappe pas à une règle simple : dans un recueil de nouvelles, il y a forcément du bon et du moins bon. Vendu comme un roman (d'après la couverture), le livre est constitué de ces nouvelles habilement rafistolées pour former un tout cohérent. Car à travers les différentes histoires, nous retraçons le parcours de deux jeunes enfants présentés dans la toute première nouvelle. Mais l'on sent tout de même le rafistolage, et l'on se dit par moment que les liens sont bien artificiels. Pirec, la première nouvelle en question ne peut être totalement comprise uniquement si l'on a lu le Cycle de la Tour Sombre, une saga titanesque de Stephen King. Si ce n'est pas votre cas, rien d'incompréhensible mais vous passerez à côté de quelques allusions.

Si l'on passe outre ces soucis, l'ouvrage se lit avec grand plaisir, car comme d'habitude avec cet auteur, on s'attache très rapidement aux personnages et à leur destin. Si bien qu'à travers une nouvelle, on guette des informations sur les deux personnages principaux.

"Coeurs perdus en Atlantide" essaie de transmettre au lecteur un morceau d'une époque, celle des années 60, et il en ressort une sensation de nostalgie peut-être encore plus importante que dans les autres romans de King. Un roman rafraîchissant et à part dans la biographie ténèbreuse du King.
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 février 2005
Il faut connaître par coeur la trame de "La Tour Sombre" de Stephen King pour vraiment comprendre le fond de la première des 5 nouvelles. La cinquième nouvelle est d'ailleurs la suite de la troisième. Par contre, les 3 autres nouvelles sont des spin-offs aucunement horrifique mais retraçant les décennies qui suivent, en se concentrant chacune sur un des personnages de la première histoire.
Si vous ne connaissez pas l'oeuvre de SK, ne commencez pas par ce livre. Et si vous voulez le lire parcequ'ayant vu le film, passez votre chemin aussi. Le film n'a rien à voir avec le livre. Bien que regardable, on a droit à une histoire de communisme alors que le livre parle de dimensions parallèles.
Pour les adeptes de SK, par contre, quelques indices sur les rayons qui tiennent la Tour et sur le Roi Pourpre ! Alors à ne pas manquer.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mars 2014
Quel voyage Marty ! Les années 1960 ! Le respect, l’innocence de l’enfance, les jeux simples, la liberté, l’université, les manifestations, les guerres, les morts. Stephen King, dans « Cœurs perdus en Atlantide », nous transporte dans une époque qu’il a à la fois aimée et détestée. Il en est nostalgique et ça se sent. On a ici un roman très personnel composé de 2 romans courts et de 3 nouvelles. Ici, pas de clown, pas de sang, presque pas d’épouvante. C’est un King brut d’émotions qui nous offre un livre comme rarement il nous en a offert.

C’est l’histoire un ka-tet (vous comprendrez un groupe de personne partageant un même destin) avec à sa tête Carol « bébé » Gerber. Ce livre se divise en 5 histoires intimement liées par les personnages :

La première est ma favorite et de loin. C’est une déclaration d’amour à l’innocence de l’enfance que l’on sait chère pour King. Un vieux monsieur, Ted, emménage chez la mère du jeune Bobby. Ce Ted est un homme d’une richesse incroyable. Il permet à King de déclarer également sa flamme à Golding et à son majestueux « Sa majesté des mouches » (voir à la littérature et à la culture américaine en général). Ted et Bobby vont s’attacher jusqu’à une sortie brutale de l’enfance. (5/5)

La seconde se déroule en 1966, 6 ans plus tard, dans une université. On suit Pete et sa bande de potes du second étage du dortoir. King peint les première années de faculté, les tentations que nous avons tous connus en tant qu’étudiant. Se laisser tenter par le jeu, par la folie, par le « chasse cœur ». Et à côté de ça, on découvre les débuts de la révolte étudiante contre la guerre du Vietnam. Le signe ND dont je connaissais très peu de chose. Un roman avec beaucoup de longueur mais aussi très touchant. (4/5)

Puis arrive les nouvelles. Avec tout d’abord l’histoire de Willie, vétéran du Vietnam complétement fou. Le livre tourne ici au drame, peignant les ravages d’une guerre pas encore terminée tant que ces vétérans survivront comme ils le peuvent dans cette société. Puis c’est le tour de Sully, se rendant à l’enterrement d’un de ses compagnons de guerre, tout aussi malade. Des nouvelles qui procurent beaucoup d’émotions mais j’ai eu beaucoup de mal tout de même à être transporté. Surement parce que je n’ai pas cette culture de la guerre du Vietnam et des 60’s. (2/5)

Enfin la dernière nouvelle, c’est celle qui termine la boucle, c’est le 6 ou le 0 qui se ferment. Je ne vais trop rien dire, je vous laisse découvrir mais c’est fort en émotions quand on a aimé, comme moi j’ai pu l’aimé, la première nouvelle et les aventures de Bobby et Carol.

Bref, la critique s’allonge mais il y a tant à dire. Ce livre est si riche ! Je pense qu’il doit vraiment toucher cette génération d’américains des années 60, peut-être moins les étrangers des années 90 comme moi. Mais on ressent tout de même la nostalgie de l’auteur. Non pas du « Ah c’était mieux avant » mais juste une déclaration d’amour pour une époque où il y avait du bon et du mauvais. Riche en informations, riche en émotions, ce livre est une vrai DeLorean.

Enfin, et je ne peux passer à côté, ce livre est une annexe de la Tour Sombre. Ted est un personnage que l’on retrouve dans le tome 7 de la saga. Puis vous trouverez aussi un avatar de Randall Flagg. Bonne recherche !

Ce livre (du moins le premier roman/dernière nouvelle) a été adapté au cinéma. Une version sans trop d’intérêt car trop bref pour s’attacher aux personnages et dépourvu de la terreur que nous procure les personnages tirés de la tour sombre, totalement absents du film.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
A classer dans la veine "Littérature Générale" plutôt que dans la catégorie "Fantastique" ou "Horreur", ce roman du maître est déroutant. Publié en français en édition "broché" en 2001, puis en édition de poche en 2003, c'est cette dernière que j'ai eu entre les mains. Année 60, Vietnam, on a du mal à se plonger dans l'histoire au début tant on ne voit pas où l'auteur veut aller. Puis, au fur et à mesure on comprend : le Temps, le souvenir de l'enfance, l'université des années soixante, on semble avoir déjà vécu cette histoire : celle d'une enfance lointaine et pourtant si proche...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 octobre 2003
C'est énorme ce que ce livre apporte. Ni fan, ni habitué de King, j'ai abordé ce livre sans m'attendre à quoi que ce soit. Et dès les premières pages, vous êtes immergé à l'intérieur de l'histoire. Plusieurs histoires composent le livre, dont le fil conducteur est une petite fille devenue femme, du nom de Carol. Ceci n'est pas évident au premier abord, mais on se surprend à être à sa recherche au fur et à mesure que les pages se tournent.
J'ai rarement lu un livre avec autant d'attention que celui-là... Conseillé fortement.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 septembre 2009
Ce livre est émouvant et certainement le plus personnel de Stephen KING.
Je ne peux pas comprendre qu'un lecteur ait cherché à le comparer à la ligne verte!!! Les sujets traités sont incomparable. Les sixties y sont bien décrit (avec toutefois beaucoup de pudeur)Les lecteurs de 50ans et plus le liront avec beaucoup d'émotion. La guerre du viet nam et ses suites y est bien mais sobrement abordée. Certainement un ''autre'' Stephen King..., mais pour moi le plus beau.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 septembre 2014
nouvelles merveilleuses du maître incontesté, mais je suis une très grande fan donc pas objective du tout, mais pour ceux qui ne connaissent pas s. king, je conseille, c'est un écrivain remarquable
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 décembre 2013
Comme toujours pas de déception pour un livre du grand Stephen King : c'est mon écrivain préféré. maintenant je vais regarder le film adapté du livre et on verra
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 janvier 2014
Ce "roman" n'est autre qu'un recueil de 2 romans ( 200 pages chacun) et de deux nouvelles (50 pages chacune).

Chacune des parties révèle tous les talents de Stephen King qui arrive à mettre en avant une intrigue poignante tout en restant dans la simplicité des mots choisis.

Je regrette cependant les quelques liens avec "la tour sombre" présent dans le premier roman. En effet, n'ayant pas lu cette sage, j'ai été volontairement mis à l'écart d'un certain nombre d'informations par l'auteur.

Recommandé à tous !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,60 €
9,60 €
8,10 €