undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles86
4,5 sur 5 étoiles
Format: PocheModifier
Prix:7,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

500 PREMIERS RÉVISEURSle 13 janvier 2010
Ce roman en dit long sur la relation entre l'écrivain et son œuvre, la façon dont sa vie coule dans ses personnages. Jack Torrance, c'est la version dominée par l'alcool de Stephen King. L'idée de Shining est venu à notre prophète des cauchemars lorsque son propre fils a gribouillé jusqu'à détruire un manuscrit (unique comme le veut la tradition donc impossible à refaire). Stephen King a failli le tuer, et cette histoire lui est venue à l'esprit. Shining, c'est ce qui aurait pu lui arriver. Rajoutons à ça l'alcool, démon du King, qui pourrit tout, même le coeur d'un père aimant, l'œuvre qui obsède son créateur, et surtout un contexte abominable d'isolement, dans un hôtel immense coincé par les congères et les montagnes. Qui ne deviendrait pas fou dans une situation comme celle-là, surtout quand le fils possède le Shining, qui redonne vie aux fantômes séjournant dans l'hôtel, des anciens maffieux et criminels de tout bords...Coincé à trois, nos personnages finissent, ce qui est compréhensible, par ne plus se supporter, et les fantômes tirent parti de l'alcoolisme de Torrance pour qu'il élimine son fils afin d'en libérer l'immense pouvoir. L'ingéniosité du livre, c'est d'avoir donné deux voix (ou voie également) à Jack, une raisonnée, une dominée par l'alcool qui au fur et à mesure du livre prend le pas sur la raisonnée, comme si, à l'instar de la créature qui prendra possession de Jack, elle rongeait l'être jusqu'à ses racines. Un roman d'épouvante, mais surtout une histoire humaine, celle d'une famille bouffée par un fléau.
0Commentaire19 sur 20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 novembre 2011
Alors beaucoup de choses à dire.
J'avais vu le film et je me suis dit que le livre devait être pas mal aussi.
L'erreur c'est le "pas mal" pck il est juste magnifique, super, trop bien (tromal)!
J'avais lu que le film n'avait presque rien à voir avec le livre et que Stephen King avait été très mécontent que ce film soit apparenté à son livre et je l'approuve to-ta-le-ment! Il est vrai que le film était pas mal mais franchement rien comparé au livre il est 1000 fois mieux si ce n'est plus!
Par contre 1000 fois mieux mais il fait aussi 1000 fois plus peur, AMES SENSIBLES S'ABSTENIR!!
Je dis ça pck moi-même je suis une âme sensible et le résultat c'est que je n'ai pas dormi de la nuit les 2 jours pendant lesquels j'ai lu le livre.
C'est véritablement un chef d'oeuvre, écrit à la perfection, on a l'impression (mais c'est pas la réalité hein heureusement) d'être avec eux dans l'hôtel.
Comme le pense si bien Wendy dans le livre, quand un tueur fou nous poursuit on peut le fuir mais que faire quand nous devons nous fuir nous-même?
Il n'y a pas un seul moment où l'on se dit "Bon c'est un peu long là hein", Stephen King a su nous mettre à fond dedans.
Et je me pose une sérieuse question quant à son sujet, pck pour écrire un livre comme celui-ci, il faut pas être fou soi-même?
En tout cas quoi qu'il en soit, même si l'auteur est peu^t-être (surement à mon avis) un psychopathe, c'est A LIRE DE TOUT URGENCE!
0Commentaire21 sur 23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 novembre 2011
Quel roman que ce shining du grand Stephen King! Cet auteur n'a pas son pareil pour instaurer un climat angoissant!
Shining est aujourd'hui très connu par les amateurs du cinéma de Kubrick, mais il ne faut pas oublier qu'il n'aurait rien pu faire sans l'imagination de Stephen King sans parler de son scénario qui n'a rien à voir LE shining de Stephen, mais passons.... Le personnage de Jack Torrance accepte un poste de gardiennage durant un hiver rude dans un hôtel réputé: "l'overlook"! En compagnie de sa femme et de son fils Danny, Jack va en profiter pour écrire le roman de sa vie, celui qui lui redonnera confiance en son talent d'écrivain. Mais le passé de l'hôtel va rejaillir sur cette famille, en particulier sur Jack. L'isolement prolongé dans cet hôtel emportera cette famille dans les bas-fonds de la folie jusqu'à l'explosion finale! Le Shining c'est le don de Danny, la clairvoyance amplifiée; Jack Torrance devient le coeur de "l'overlook", à l'image de cette chaudière, elle aussi, de plus en plus sous pression. La symbolique en devient évidente. Enfin, nous avons ici un grand roman, un classique de la littérature de suspense. Stephen King se surpasse une nouvelle fois et nous offre une oeuvre magnifique, subtile. A posséder de toute urgence!
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 février 2006
Il ne faut pas comparer le livre avec le film, en ce que ce dernier est postérieur au premier, King ayant "rejeté" l'adaptation cinématographique. La différence majeure consiste dans le côté grandguignolesque de l'oeuvre de Kubrick, tandis que le livre joue davantage sur l'ambiguïté psychologique. Ce sont les pouvoirs de la schizophrénie qui me semblent le plus intéressants dans le livre, tant chez Danny que Jack: du même défaut, l'un sait tirer parti, l'autre en meurt. Le morceau d'"anthologie" (et qu'on ne retrouve pas dans le film) est le chapitre intitulé "L'Ascenseur" : car il est rare d'éprouver la sensation d'être soi-même menacé de mort sur simple lecture (l'auteur possède ce talent de façon générale)!
S. King avoue sa dette à E.A. Poe. On pense également à E.S.Fitzgerald pour le côté brillant, absurde, et fantômatique des fêtes de la première moitié du XXè siècle. Pour ces raisons émotives et littéraires , je note 5/5.
0Commentaire8 sur 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 août 2013
La situation familiale de la famille Torrance est décrite avec de tels accents de vérité, que les illusions fantastiques qui surgissent dans le roman peuvent paraître sinon déplacés du moins amoindri dans leur puissance d'évocation. C'est d'abord un roman sur l'alcoolisme : Jack Torrance reproduit l'univers dans lequel il a grandi et notamment une scène où son père alcoolique bat sa mère à coup de canne sous ses yeux d'enfant. Le pouvoir étrange de Danny le fils de Jack et de Wendy Torrance, par contre, se mêle au récit, et alimente la fiction, en lui donnant la faculté notamment de lire les pensées de ses parents : quoi de plus effrayant pour un enfant d'être au courant des doutes, des peurs, des inquiétudes de ses parents dont l'addiction du père risque de fracasser le couple. Par une sorte de culpabilité intérieure très ancrée, il ne peut supporter que ses parents divorcent, il tient les fils, il se sent au fond de lui fils de l'un comme de l'autre. Et son désespoir que tout bascule dans la violence et qu'il ne peut panser les plaies, retenir la colère viscérale de son père, est terrible. Le roman cite une nouvelle de Poe « le masque de la mort rouge », comme lorsque on tombe les masques et qu'on découvre une réalité horrible.
Le film après la lecture du livre, prend de la valeur : comme quoi Kubrick est un immense visionnaire, mais si le côté famille détruite par l'alcoolisme est peu traité sinon pas, le questionnement de ce film énigmatique est ailleurs, et la force visuelle de certains plans est énorme, le côté temporalité qui fait un va et vient comme l'ascenseur de l'Overlook charge symboliquement le film en ouvrant des lectures et des analyses passionnantes.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 août 2012
15 ans au moins que je n'avais pas relu du Stephen King ! Le style est bon, les personnages creusés et crédibles. Le reproche qu'on peut lui faire, c'est qu'il y a des longueurs par moment et l'histoire met trop longtemps à vraiment démarrer... Une fois dedans par contre, on ne peut plus lâcher le livre... Les 150 dernières pages sont palpitantes... De plus, il a réussi un tour de maître en donnant vraiment vie à cet hôtel qui devient un personnage à part entière qui nous intrigue et dont on aimerait tt connaître du passé...
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 9 octobre 2013
A quel plaisir de retrouver Stephen King dans sa grande période. Certes il y a encore quelques erreurs de jeunesse qui se traduisent par de petites lenteurs dans le roman, des flashbacks répétitifs; mais c’est impressionnant de voir la maîtrise du genre narratif, du suspense, de l’horreur dès le troisième livre.

L’avantage du livre par rapport au film est de placer la situation dans un contexte familial. Le livre s’attarde sur l’alcoolisme du père, sa violence conjugale et paternelle; alors que le film va s’axer sur sa folie. La dimension psychologique est beaucoup plus grande dans le livre, et de fait le film accentue l’aspect paranormal, le fantastique et l’horreur à force d’images choc (les sœurs jumelles achevées à la hache n’apparaît pas dans le livre).

Mais il faut bien l’avouer, Stanley Kubrick a fait de The Shining un chef d’œuvre cinématographique. Il a sublimé le livre de Stephen King. Là où le livre s’embourbe sur la fin, et dans lequel le final est quelque peu facile, voire décevant; le film malmène les nerfs des spectateurs; la tension atteint son comble lors que Jack Nicholson poursuit le petit Danny dans le labyrinthe de buis.

Au final que ce soit pour sa culture littéraire fantastique ou sa passion cinématographique, il est bon de lire The Shining, ou le relire, à la veille de la parution de Doctor Sleep.

P.S : En cherchant ce qu’était devenu Danny Lloyd, l’enfant qui incarne Danny (hasard des prénoms ?) Torrance dans le film, j’ai appris que Stanley Kubrik avait tout fait pour faire jouer cet enfant sans qu’il ne soit affecté par le côté fantastique et d’horreur du film. Ce n’est que plusieurs années plus tard que l’enfant apprit le vrai thème du film. Chapeau Mr. Kubrick.

P.S 2 : Des personnes reproches une mauvaise traduction du livre; mais à la défense du traducteur, trouver un remplaçant au "redrum" est mission impossible. Alors si vous êtes anglophile, favorisez la version originale pour profiter au maximum de l’histoire.
(quoilire.wordpress.com/2013/10/09/stephen-king-the-shining/)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 janvier 2016
Je ne vous cache pas que j'ai commencé cette lecture avec une appréhension. En effet, j'ai craint d'y trouver de trop longues descriptions mais cette inquiétude n'était pas justifiée et ce fut un regal de découvrir ce livre.

Au début, nous apprenons à connaître Jack, Wendy et Danny et leur histoire. Et, déjà à ce moment-là, l'auteur a su me prendre dans ses filets au point que je voulais continuer le livre, car la mise en place de l'histoire n'est ni trop longue ni trop courte et nous permet d'apprécier les personnages.

Dans la deuxième partie, je me suis retrouvée isolée avec la famille Torrance tellement le style de Stephen King est incroyablement efficace. L'horreur, sans que les descriptions soient "gore", s'insinue petit à petit au fil des pages par petites touches au départ de façon à ce que l'on puisse reprendre notre souffle jusqu'à être à son comble au point que le livre est dur à lacher.

Je suis donc ravie d'avoir enfin découvert ce livre tellement j'ai aimé retrouvé l'écriture de Stephen King. Ce fut un bon moment de lecture très prenant.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 décembre 2002
Encore un chef d'oeuvre du maître de l'épouvante !!! Ce livre nous plonge dans l'univers de l'hôtel Overlook où vont se retrouver seuls Danny et sa famille coupés du monde. Enfin seuls... jusqu'à ce que les démons de l'hôtel se reveillent. Un histoire pour les amateurs de frissons.
0Commentaire5 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 novembre 2013
Je me replonge plus de trente ans en arrière : collégienne je découvrais S. King avec Shinning et les Stones dont ont m'avait offert 2 K7 "best-of" (je ne sais plus comment on disait à l'époque). Lady Jane, Paint in Black ... (excusez l'orthographe peut-être aléatoire) sont indissociables des ifs sculptés, du miroir où il est écrit TROMAL ... c'est loin, mais c'était hier.
Alors ce soir devant les infos je m'offre l'Offre Eclair Kindle ... et je vais retourner dans mes souvenirs ... retrouverai-je le morceau des Stones correspondants à chaque passage lus ... je crois que oui.
Vous l'avez compris, ce bouquin m'a marqué ... et je n'ai qu'une hâte : lire la première ligne dès que j'aurai bouclé Cloud Atlas.
C'est mon premier commentaire sur un bouquin ... j'espère qu'il vous aura donné envie de (re)lire la première ligne de Shinning ... et avec de vieux morceaux des Stones ... c'est vraiment pas mal !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,81 €
8,90 €
8,90 €
9,90 €