undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles67
4,3 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:6,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 15 octobre 2012
Bravo, Éric Zemmour, pour oser aller à contre courant des "vérités" officielles, et rétablir l'histoire telle qu'elle s'est réellement passée. La culture d’Éric est telle qu'il nous prend parfois au dépourvu et nous oblige à aller rechercher dans d'autres ouvrages les éléments d'information qu'il sous-entend, persuadé qu'il doit être que ses lecteurs auront les mêmes connaissances que lui. Il se contente alors de rassembler les faits et d'en dégager les enseignements, montrant ainsi comment le parcours de la France va déclinant. Il accompagne de fort belle manière le "Réveillez-vous" de Nicolas Baverez.
Nos deux Cassandre seront-ils enfin entendus ? Peut-être faudra-t-il attendre d'autres graves accidents de parcours - mais nous nous en approchons chaque jour un peu plus - pour que les Français finissent par regarder la réalité en face.
Merci Éric.
0Commentaire|36 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 septembre 2015
Ce livre est à mon sens meilleur que le "suicide français", car plus global. La thèse de Zemmour dans ce livre, c'est que la France avait un projet dès son origine, celui d'être l'héritière de Rome, à la fois culturellement par la romanisation (les routes, les monuments, les Arcs de triomphe...), géopolitiquement (en reconstituant la Gaule romaine par les "frontières naturelles") et politiquement par l'Etat. L'ouvrage est plus centré sur la politique étrangère, Zemmour s'est quand même beaucoup inspiré de Bainville sur l'Allemagne, mais aussi sur Napoléon.
Il explique que ce projet de reconstituer la Gaule romaine fut à chaque fois contré par Carthage (l'Angleterre puis les USA à partir de 1945) et l'Allemagne à partir de 1870. Il explique également la difficulté de la France de choisir entre la politique de la mer (colonies et marine) et de la terre (domination continentale) puisque son drame fut d'avoir les deux.
Comme moi, il n'aime pas le XVIIIème siècle où il pense que tout n'est que déclin et ruines. Il prend les exemples des traités d'Aix-la-Chapelle de 1748 où la France renonce à la Belgique alors qu'elle l'avait conquise et du traité de 1763 où la France perd le monde comme le dit Michelet en perdant l'Amérique française.
La France essaiera une dernière fois d'être Rome en 1789, avec les conquêtes révolutionnaires et de l'Empire, où l'Empire de 1807 correspond grosso modo à la Gaule romaine (Belgique, rive gauche du Rhin), mais ce rêve se fracasse sur la "morne plaine".
La France perd la bataille de la mondialisation en 1763, et perd l'Europe en 1815, à Waterloo dont elle ne se relèvera jamais, car la bataille contre Carthage, par laquelle s'effectue la mondialisation, est définitivement perdue. Elle cherchera ensuite des compensations, avec l'empire colonial français de la IIIème République, mais la France ne voit pas le danger allemand sur le continent, elle périra pour cela, en 1870 et en 1940. La France renonce après 1815 à son projet millénaire, refaire Rome sur le continent par les frontières naturelles.

Un chapitre particulièrement intéressant ("Le maréchal") émet l'hypothèse que l'erreur de Pétain ne fut pas celle en 1940 mais en 1917 car à cette date il attendait les Américains, alors que la France pouvait s'en sortir seule selon Zemmour. Cela aura des conséquences en 1919 lors du traité de Versailles puisqu'ayant eu besoin des Anglais et des Américains, nous serons moins forts pour négocier ce traité. Clemenceau n'obtiendra jamais ce qu'il demandait, à savoir la rive gauche du Rhin sous domination française, et cela aura des conséquences en 1940 car les Allemands arriveront de là.

De même, Zemmour affirme à tort ou à raison que la principal division du XXème siècle en France ne fut pas entre la gauche et la droite mais entre les pacifiques et les bellicistes, la gauche a davantage collaboré que la droite en 40 (voir aussi Simon Epstein) car la gauche était antimilitariste et avait une fascination pour l'Allemagne et voulait l'Europe unie (l'Empire) contre la nation qui selon eux était dépassée et désuète. Les collabos étaient à bien des égards des fédéralistes avant l'heure, d'ailleurs le premier à avoir prononcé la phrase "il fait faire l'Europe" était un certain...Pierre Laval ! Les résistants étaient moins "européistes", ils étaient plus partisans de la France éternelle, ils préféraient la nation à l'empire.

Le dernier chapitre intitulé "la chute de Rome" évoque l'importance de l'Etat en France, de sa façon d'assimiler les étrangers en refusant tout communautarisme (contrairement aux anglo-saxons) et en souhaitant que les étrangers adoptent les coutumes françaises, et pas seulement les lois. Zemmour pointe une menace réelle ou supposée de la chute de Rome par l'arrivée des barbares (comprenons musulmans et islamisés). Un chapitre à lire et relire dans une actualité particulièrement riche dans ce domaine, avec l'arrivée des migrants...

En résumé, selon la thèse de Zemmour, si la France est si "mélancolique", c'est parce que le monde dans lequel nous nous dirigeons, va à l'encontre de toute l'histoire de France, la mondialisation par l'hégémonie américaine, le commerce, le multiculturalisme forcé, la modernité, les droits de l'Homme et le libéralisme, vont à l'encontre d'une France classique qui s'est construite sur le droit romain, l'assimilation des étrangers, et le protectionnisme ou colbertisme.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mai 2010
Bien qu'en désaccord avec certaines hypothèses historiques avancées par Eric Zemmour (par exemple la monarchie française voulant dominer l'Europe entière comme le fera Napoléon, ou sur la chance manquée de la France en 1917), je les trouve néanmoins intéressantes, et on a enfin droit à un essai politico-historique qui sort des sentiers battus, loin des repentances monolithiques et dénigrements mensongers sur notre passé.Zemmour a réussi a réintroduire le débat là où il n'y avait plus qu'une pensée convenue, ce qui constitue un véritable tour de force. Tant pis pour les "professionnels" de l'histoire qui vont se sentir outrés!
0Commentaire|23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 février 2015
...serait donc le fantasme originaire de la France et la rétablir sous son autorité, le fondement inconscient de sa politique depuis Charlemagne ! L'idée est séduisante et court en filigrane tout au long du livre, elle expliquerait toutes les époques, tous les comportements politiques, tous les revirements, tous les échecs aussi car nombreux ont été ceux opposés au long de l'histoire à un leadership français.
Le paradoxe est que cette paix peut sembler atteinte dans l'Europe actuelle, mais les français restent mélancoliques, et réticents à œuvrer pour la consolider !
J'ai lu ce livre après Le Suicide Français, et je craignais d'y retrouver les mêmes thèmes mais non, c'est un livre singulier, original, qui est probablement critiqué par les spécialistes pour son projet très ambitieux qui conduit à un " survol historique " pas toujours facile à suivre. Quant au style, parfois...
J'ai appris, compris beaucoup de choses, entre autre sur les conséquences à long terme de la chute de l'empire napoléonien, sur l'histoire de la Belgique et sur sa fragilité dont je n'avais jamais pris la mesure, sur De Gaulle, Pétain, les résistants de droite, les collaborateurs de gauche etc.., tout cela ne manque pas d'étonner parfois et reste à vérifier. Citons enfin le dernier chapitre sur l'immigration !
Je me suis ouvert des horizons nouveaux de réflexions !! Merci monsieur Zemmour !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 mars 2010
Etonné par le bruit autour de ce livre et regardant peu la télévision, j'ai voulu découvrir ce que cachait ce titre étrange mais aussi me faire une idée sur l'auteur. La surprise fut de taille. Enfin un journaliste disant des choses inhabituelles en se fondant sur des faits précis sans à peu près. Le style est de trés bon niveau et malgré une formation en histoire et sciences politiques, j'ai pu comprendre des aspects que je soupçonnais (mais sans preuve) de l'histoire trop souvent malheureuse de notre pays.
L'utilisation sans préjugée de sources de tout les bords politiques sur les périodes modernes et contemporaines manifeste une vraie volonté d'objectivité. Cela devient rare et je comprend devant certaines pages que le rappel de faits indiscutables irrite jusqu'à l'hystérie certains animateurs de la télévision ayant fait voeux d'hypocrisie et de sectarisme mais pas de francophilie.
C'est donc un livre que je conseille pour ceux qui aiment comprendre notre place dans le monde et préparer l'avenir. Il faut cependant quelques connaissances de base en histoire mais je le fais lire à un collègien déja "emballé". L'intelligence n'à pas d'âge!
0Commentaire|58 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mars 2010
Jusquà présent nos maîtres à penser nous imposaient le "déni de réalité" : spécificité de nos classes parlantes ! Aujourd'hui nous assistons à une nouvelle étape dans la restriction de la liberté d'expression : les officines gardiennes du temple du politiquement correct (Licra, Cran, Mrap,Club Averroes etc...)veulent instaurer le "délit de réalite".
Il n'est pas étonnant que le livre d'Eric Zemmour déchaîne leurs foudres. Nous devons le remercier pour son livre qui doit nous inciter à nous réveiller, à nous libérer du prêt à penser et à regarder une réalité même si elle est inquiétante. C'est à ce prix que nous conserverons nos valeurs démocratiques et que nous n'aurons pas honte du monde laissé à nos enfants. Eric Zemmour nous encourage à ne pas être les nouveaux munichois ou "Les Naufrageurs de la France"(comme le suggère l' excelllent petit essai d'Henri Cavailles).
0Commentaire|38 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Jacques Bainville, dans son avant-propos à l'exceptionnelle "Histoire de France" écrivait :

"La tâche de l'historien consiste essentiellement à abréger. S'il n'abrégeait pas, - et la remarque n'est pas nouvelle, - il faudrait autant de temps pour raconter l'histoire qu'elle en a mis à se faire."

Eric Zemmour construit une thèse de la construction de l'histoire de France, "celle d'être reconnue comme l'héritière de Rome, de son Etat, de sa langue, de sa manière unique d'assimiler les étrangers - à la fois hautaine et égalitaire - et même de sa façon d'imposer la paix en Europe."

Si l'Angleterre fut notre Carthage, l'Allemagne (la Prusse) fut son plus fidèle élève, imitateur comme l'a brillamment exposé René Girard dans "Achever Clausewitz", ouvrage cité et clairement exposé par Eric Zemmour.

Les remarques brillantes se succèdent :

- "La "nation" allemande, vue par les élites françaises, est depuis deux siècles une projection du moi français sur une Allemagne transformée en une France idéale. Les rôles sont inversés, mais le désir mimétique demeure." (p. 90).

- Après Waterloo, "Mme de Staël glorifiait le premier général d'un siècle (Wellington) où avait vécu Napoléon. Elle ouvrait le bal de ces intellectuels français libéraux et progressistes qui ne cessèrent depuis lors de se chercher un maître étranger, qu'il soit anglais, allemand, russe, américain. Et demain, chinois, indien, arabe ?" (p. 80)

- "Contrairement à ce qu'écrivait Montesquieu, et ce que prétendent tous nos théoriciens libéraux [ricardiens] depuis lors, ce n'est pas le doux commerce qui a fait la fortune du Royaume Uni, mais l'implacable défense militaire du commerce." (p.67)

- "Le raciste hiérarchise les individus en fonction de leur race; le Français pense que tout étranger, quelles que soient son origine, sa race, sa religion, peut accéder au nirvana de la civilisation française. Attitude un brin arrogante, xénophobe même, mais aucunement raciste. Le raciste, à l'instar de l'Anglais, considère qu'un Indien, malgré tous ses efforts, ne parviendra jamais à parler avec l'accent d'Oxford."

Provocateur, Zemmour est digne d'intérêt quand il s'exprime qu'une idéologie du métissage a remplacé la vertu de l'assimilation, vecteur de notre Histoire.

"Sur les ruines de l'assimilation, le culte du métissage fut édifié comme le miroir inversé de la race pure. Le métissage nous apporterait la réconciliation universelle. Outre que ce discours est historiquement faux - le métissage entre conquistadores et Indiens n'ayant nullement empêché massacres et pillages - il est erroné intellectuellement. Ainsi comme le note pertinemment Pierre-André Taguieff, le métissage "obligatoire" est souvent associé à l'exaltation de la diversité, deux notions antagonistes. Le mot "race" est devenu dans notre société le tabou suprême, comme le sexe au XIX° siècle. Celui-ci est refoulé parce qu'on aimerait tant qu'il n'existe pas; mais il nous obsède. Le puritain voyait le sexe partout; l'anti-raciste moderne voit des racistes partout." (p.234)

Bien entendu, Zemmour ne s'oppose pas au métissage comme ses détracteurs le lui reprochent. Il dénonce l'idéologie du métissage (qui rappelle celle du "melting-pot" américain) qui dégénère en communautarismes, poison de la Société, anti-Histoire de France.

Zemmour conclut que "la romanisation s'essouffle, l'assimilation n'est plus de saison, la francisation, comme disait le général de Gaulle, reste en panne" (p.251).

Réinventer un projet pour la France passe-t-il donc bien par le retour à sa vocation universelle, celle d'héritière de Rome ?

J'y répondrai que la thèse de Zemmour est intéressante, mais que cette vocation universelle est née dans le pré carré de l'Ile de France, incarnée dans la monarchie sauvée par Jeanne d'Arc, très éloignée de la vision impériale qui fut celle de l'Empire Romain Germanique (dit "saint") de l'autre côté du Rhin reprise sans doute par les Etats-Unis. La France n'a aucune vocation impériale. Au contraire. Notre Nation, par sa taille, rassure les "petites" Nations, y puisera ses alliées, pourra promouvoir un vrai projet citoyen.

Rome sans l'Empire, est-ce pensable ?
1616 commentaires|26 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 décembre 2014
J'apprécie Zemmour. Je n'avais jamais rien lu de lui. En attendant d'acheter le fameux "Suicide français" au format Poche qui devrait sortir dans un an, je me suis donc rabattu sur son précédent bouquin.
C'est une histoire de France depuis Napoléon en gros. Zemmour fait de la France une nation au destin impérial, une sorte de France qui aurait du remplacer le rêve de l'empire Romain européen. On n'est pas forcément d'accord. D'autres diront que la France a plutôt toujours résisté aux empires et que ses épisodes d'expansion n'en font pas sa caractéristique principale. Bref, à débattre, quoiqu'il en soit c'est bien écrit, on sent que Zemmour a une grande culture de l'histoire de France, je dirais même que c'est un livre qui prendra tout son sens pour des historiens ou des amateurs férus d'histoire. Sans cela, on perd beaucoup parce qu'on ne saisit pas bien les raccourcis de l'auteur, les idées fortes qu'il expose par rapport à tel ou tel période. Quoiqu'il en soit c'est un essai historique Intéressant et instructif par un amoureux de la France.
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 avril 2014
Une vision très stimulante de l'histoire de la France et de l'Europe.
Cet Eric Zemmour est vraiment quelqu'un, c'est le moins qu'on puisse dire.
11 commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 avril 2010
Le long commentaire de Perceval, ci-dessus, résume parfaitement ma pensée. Etant citoyen du Plat Pays cher à Brel et supposant que je ne suis pas seul à visiter ce site, j'informe l'internaute que Zemmour consacre un chapitre sur la Belgique, la RDA de la France. Avec culot et un certain cynisme jubilatoire, il brosse un portrait incisif de l'histoire de ce pays somme toute artificiel. Au moment où un Belge est `au sommet' et que la Belgique prendra prochainement les rênes de l'UE, que la bataille du séparatisme est plus virulente que jamais, Zemmour a raison d'inclure ce cas d'école géostratégique européen dans son excellent essai. Mieux vaut être informé ! Bravo, Zemmour.
0Commentaire|28 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

5,00 €
6,80 €