Commentaires en ligne 


21 évaluations
5 étoiles:
 (11)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:
 (4)
1 étoiles:
 (2)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


13 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Chef-d'oeuvre
Stendhal, cauchemar littéraire de tous les collégiens ou lycéens à l'égal de Flaubert, statut peu envieux du romancier classique, donc supposé soupoudré de poussière...
Il faut passer un cap pour apprécier Stendhal, son style, son humour (et oui ! son humour !), son originalité et surtout, sa...
Publié le 5 octobre 2007 par FRANCOIS

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 La chartreuse.
Je n'ai pas réussi à lire jusqu'au bout ce livre, difficile pour moi, mais je compte bien le reprendre plus tard.
Publié il y a 11 mois par Liliane Bellier


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

13 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Chef-d'oeuvre, 5 octobre 2007
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chartreuse de Parme (Poche)
Stendhal, cauchemar littéraire de tous les collégiens ou lycéens à l'égal de Flaubert, statut peu envieux du romancier classique, donc supposé soupoudré de poussière...
Il faut passer un cap pour apprécier Stendhal, son style, son humour (et oui ! son humour !), son originalité et surtout, sa modernité.
Car ce que Stendhal décrit, ce sont justement,et plus particulirément dans la chartreuse, les errements du coeur, l'action initiée par les sentiments et donc, irraisonnée, le tout sur fond de pouvoir, de politique, d'intrigues.
Et ces thémes-là sont toujours au gout du jour et ce que Stendhal en dit au XIVéme me semble toujoure valable encore au XXIéme.

Lire et relire Stendhal encore et encore, on ne l'épuise jamais et parmi son oeuvre, l'un des sommets, la Chartreuse de Parme.
Inoubliable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


16 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Epique et flamboyant, 23 mai 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chartreuse de Parme (Poche)
La Chartreuse de Parme est un roman fleuve, à lire de longue haleine, et captivant jusqu'au bout ! L'histoire décrit à travers le microcosme de la cour de Parme une epoque et l' etat d'esprit du XIXeme siècle, plus préoccupé d'argent que de conquêtes et d'audace. En suivant Fabrice, si léger et en même temps si fougueux, nous voyons se dessiner un héros des temps anciens, qui privilégie l'honneur aux richesses. La Chartreuse de Parme est le roman de la deliquescence de l'aristocratie, où les personnages chevaleresques et entiers tels que Fabrice et la Sanseverina sont les derniers représentants d'un monde révolu, qui mettait le courage et la folie audacieuse en première ligne, loin de la morale bourgeoise de la mesure. Mais surtout, La Chartreuse est un magnifique roman sur l'amour, non pas l'amour sage, mais sur la passion excessive que des êtres peuvent eprouver l'un pour l'autre, au-delà de toute règle. La Sanseverina eprouvant un amour absolu pour son neveu, au point de vendre tout pour lui, et de se mettre à dos toute la bonne société de Parme, tout en conservant ce charme altier et flamboyant, ou encore Fabrice qui, au lieu de perdre sa vie dans des conquêtes sans lendemain, se retirera à la chartreuse de Parme pour rester fidèle à son unique amour, Clélia, sont des personnages qui défient la logique de la société actuelle, et nous rappellent que la passion est une composante de l'homme, et qu'il ne depend que de nous pour la reveiller, et abandonner notre rationalité et notre desir de conformité aux normes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


29 internautes sur 34 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magnifique Fabrice del Dongo, 1 novembre 2003
Par 
Catheline (Newton, MA United States) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chartreuse de Parme (Poche)
C'est quand une amie m'a parlé de son héro préféré, Fabrice del Dongo, que je me suis décidée à retourner aux classiques et relire Stendhal, délaissé après « Le Rouge et le Noir » que tout le monde connaît. « La Chartreuse de Parme » est un chef d'œuvre, mais je ne sais où commencer pour en parler. Dire que c'est un roman d'amour, c'est le mettre dans une case où il n'aurait pas sa place, car c'est aussi un roman philosophique, historique, un roman d'aventures, et une grande tragi-comédie.
Un petit résumé, un aperçu plutôt : C'est en 1796 que Bonaparte et son armée entrent dans la ville de Milan, la libérant de l'autorité autrichienne. Le lieutenant Robert loge au château de Grianta, demeure du Marquis del Dongo, et séduit la marquise. Fabrice del Dongo est conçu. En 1814, la ravissante et joyeuse tante de Fabrice del Dongo, Gina, de treize ans son aînée, s'installe au château. Une grande tendresse se développe eux. On peut dire que Gina est amoureuse, mais Fabrice ne l'est pas, à ce stade d'ailleurs, il est volage, et l'amour ne l'encombre jamais. En 1815, Napoléon quitte l'île d'Elbe et débarque dans le sud de la France. Fabrice del Dongo, qui n'a même pas dix-huit ans, prend la décision d'aller se battre, et ainsi commencent ses aventures, ses mésaventures, et le champ de bataille, et professionnellement, et amoureusement, les rebondissements sont multiples et on n'a jamais le temps de s'ennuyer ! Fabrice est un héros complexe, sublime dans le pathétique, effronté sans conscience de l'être, chanceux dans son malheur, malheureux dans le hasard, spirituel sans être particulièrement intelligent, brillant dans sa naïveté. Un grand, grand héro de roman, entouré de personnages extrêmement bien développés, tous étudiés et amenés à vivre sur le papier de manière palpable. Il y en a une multitude et je ne saurais tous les citer, mais ils sont tous indispensables à l'histoire. Je mentionnerai au moins Clelia, le véritable amour, le seul, de Fabrice. Elle est elle aussi une héroïne de substance, au même niveau que Gina, mais si différente ! Et le Comte de Mosc, amant de Gina et ministre du tyrannique Prince de Parme. Le comte, jaloux de l'amour que Gina porte à son neveu, fera son possible pour éloigner le neveu. Gina, en retour, fera toujours son possible pour mettre Fabrice en avant. C'est une véritable danse entre un complot et un autre, et le tout est raconté de façon merveilleusement fluide. On entre dans ce livre et on en ressort épaté, tout simplement. Stendhal me rappelle Le Prince de Machiavel, dans les embrouilles qu'il crée, qu'il démêle et ramène pour mieux nous surprendre, et dans l'énergie de sa plume. On sent l'histoire courir sur les pages, et le pavé devient liège, on est ravi. Je crois que c'est un livre, et un héros qu'on n'oublie pas.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Mauvaise edition, 27 juin 2013
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chartreuse De Parme (Format Kindle)
Bien sur il ne s'agit pas de l'oeuvre, mais la version kindle est absolument impossible, bourrée de fautes de frappe. Je n'ai pas continué apres la deuxieme page. Je ne recommande absolument pas cette version.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 La chartreuse., 9 mai 2013
Par 
Liliane Bellier (france) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chartreuse de Parme (Poche)
Je n'ai pas réussi à lire jusqu'au bout ce livre, difficile pour moi, mais je compte bien le reprendre plus tard.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Toujours autant de plaisir, 8 mars 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chartreuse De Parme (Format Kindle)
Même plaisir que lors de son étude pendant ma scolarité. Rien n'est démodé dans ce texte qui peut être transposé à notre époque.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Un beau roman d'aventure qui finit en tragédie sous le soleil de l'Italie, 5 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chartreuse de Parme (Poche)
Malgré les avis qui voit se roman, comme roman "romanesque" et seulement d'aventure, je l'est personnellement trouvé très "Stendhalien" dans le romantisme qu'on retrouve, surtout à partir de l'arrestation de Fabrice, où la passion et le malheur frise le mélodrame, et qu'on touche clairement à la fin, mais sans ôter une légèreté à travers les histoires se déroulant dans la cour du roi de Parme et les paysages italiens.

Dans ce roman, on suit le parcours de Fabrice Del Dongo, un jeune noble lombard rêvant d'aventure, naïf, courageux et romantique et se déroulant après la chute de Napoléon Ier dans l'Italie des principautés.

Il vit dans une famille aisée, mais avec un père, qui n'est pas son véritable père, et un frère, tout deux réactionnaires et contre les idées nouvelles représenté par Napoléon, alors que lui rêve de rejoindre ce dernier. Ce héros, ayant engendré des générations nourri de romantisme face aux exploits de la grande armée. Et en apprenant le retour de Napoléon, Fabrice, tout en fougue décide de rejoindre la France et de s'engager dans l'armée de Napoléon pour la bataille de Waterloo.
toute la candeur et la volonté pure se retrouve dans cette aventure où il rencontre le maréchal Ney, la prison, le vol et les champs de batailles.
De retour en Italie, il doit quitter la maison familiale en raison de sa fuite en France.

L'autre personnage important de ce roman est la marquise Del Dongo, qui jouera un rôle fondamental dans la vie de Fabrice et sa propre histoire est d'importance dans l'ouvrage.
Elle est en admiration de son neveu qu'elle loue pour son courage et sa légèreté.
Après quelques péripéties, la marquise se retrouve en couple à Parme avec le comte Mosca, qui l'aime profondément et est un ministre du prince de Parme. Elle devient une des personnages les plus importantes de la cour du prince Eugène IV.

Ce roman est également une belle satire de la société et des intrigues de cours, ici entre le camps libéral et monarchique, mais également entre des individualités liés à l'ancien système où les relations entre individus étaient plus appuyés.
Fabrice arrive peu de temps après à Parme pour devenir prêtre et va pour cela étudier à Naples. Dans tous les endroits où il s'installe, par sa prestance et sa grande beauté, il est aimé des femmes et vit en libertin.

A Parme, la duchesse Del Dongo se découvre un attachement particulier à Fabrice, déjà présent avant, en réalité.
Et les intrigues liées à la personnalité de la duchesse font qu'après un affrontement entre Fabrice et un homme lui faisant grief pour une histoire de femmes et la mort de dernier, après une escapade et des aventures à Bologne entres autres, le roi Eugène décide d’arrêter Fabrice Del Dongo pour meurtre.

Dans sa prison, Fabrice retrouve Clélia Conti, une fille qu'il avait rencontré dans sa première fuite. Elle est très belle et il tombe follement amoureux d'elle.
La duchesse Del Dongo, très attaché à Fabrice est effondré par la nouvelle de son arrestation et réussira à faire échapper Fabrice. Pour se venger, elle fera tuer par l'intermédiaire d'un poète républicain, Ferrante Palla, le prince Eugène IV.

L'amour impossible entre Conti et Fabrice, elle étant promise à un autre, fait tomber Fabrice en dépression. Il finit prêtre, rétablit dans la société parmesan du nouveau prince Eugène V, mais perd sa gaieté pour être obsédé par Clélia.
Il retrouve alors une Clélia marié,mais réussi à récupérer sa bien aimé avec laquelle il un enfant, qui meurt et fait mourir Clélia de chagrin. Fabrice décide alors de de quitter le monde et de s'enfermer dans la chartreuse de Parme.

Fabrice est pour moi, comme l'était Julien Colas du Rouge et le Noir l'archétype du héros romantique et de la destinée funeste de ces personnages grandiose. Il sera, pendant son séjour en prison, plus heureux que jamais de simplement pouvoir apercevoir son amour et si malheureux après sa fuite jusqu'au malheur final.

Le personnage de la duchesse et de la cour, comme les premières aventures de Fabrice apportent une certaine légèreté dans ce roman, même si à mon avis le souffle romanesque est beaucoup moins présent que celui que l'on peut retrouver dans les meilleurs romans de Dumas ou même les romans romantiques de Hugo.

Chaque personnage de ce roman ont une épaisseur qui fait les grands romans.
De plus, ce roman veut rendre compte de l'esprit italien. Un pays où la passion est encore plus vibrante qu'en France, les Italiens étant plus latin que nous. Mais par cette latinité, les italiens nous sont proche par l'esprit artistique et romantique et de légèreté magnifique en opposition au peuple où le protestantisme à put si bien se fondre et dont Nietzsche à si bien parlé.

Je conseille évidemment ce roman, car il reste un formidable roman sur l'aventure, la passion, la vie de cour et l'âme de l'Italie, tout cela allié à un formidable style qui n'est plus à réfuter et des personnages magnifiquement romanesques.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 La Chartreuse de Parme, 26 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chartreuse de Parme (Poche)
Julien Sorel, Fabrice del Dongo, Lucien Leuwen...Stendhal était un peu tous ses personnages. Grand voyageur, il souffrait de la syphilis. Il avait rejoint les armées napoléoniennes. Sa tendance anticléricale l'a poussé à écrire Le Rouge et le Noir notamment.
Il y a un peu de Stendhal dans tous ses livres.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Magistral, 29 septembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chartreuse de Parme (Poche)
Cela débute par Waterloo. Fabrice rêve de gloire et d'amour. Après bien des péripéties, Clélia croise son chemin. Il la voit du haut de sa tour où il est emprisonné par ses ennemis... Oeuvre magistrale dont l'action se déroule dans le nord de l'Italie, seconde patrie de Stendhal.
A lire aussi le Rouge et le Noir, autre chef d'oeuvre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Sublime, tellement sublime, 13 août 2013
Par 
Valnoise (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chartreuse de Parme (Poche)
Lire ou relire La Chartreuse de Parme, cet immense roman dicté par Stendhal en seulement cinquante-deux jours, c’est retrouver l’Italie du nord, au début du dix-neuvième siècle.

Dans la plaine du Pô s’affrontent les partisans des idées nouvelles, qui lisent les journaux français, et les forces réactionnaires, dont les cheveux poudrés symbolisent pour l’auteur tout ce qui est lent et triste. Lointaine époque, obsédée par la rente, fascinée par le prestige du pur sang anglais, où l’on écrit, en prison, avec une encre formée de vin, de chocolat et de suie.

Fabrice del Dongo, qui n’est pas vraiment le fils de son père — cet homme sévère qui ne l’a jamais aimé —, est porté par une admiration enthousiaste pour Napoléon, qui l’entraîne jusqu’en Belgique où il assiste en juin 1815 à la bataille de Waterloo, à tout juste dix-sept ans :

« Il entendit distinctement les biscaïens frapper sur les cuirasses et il vit tomber plusieurs hommes. »

Sa tante paternelle, femme la plus brillante de Parme, en est éperdument amoureuse. S’il éprouve pour elle une vive amitié, c’est sans le véritable amour, comme si la nature l’avait privé de la capacité d’aimer. Ayant embrassé la carrière ecclésiastique (« le parti des bas violets »), et devenu bientôt archevêque, il connaît pourtant les transports les plus fous dans les bras de la jeune Clélia, qu’il encourage à épouser un vieux marquis, et dont il a un fils. Mais son bonheur ne dure pas : il n’a pas trente ans quand il meurt, au terme d’une vie aussi brève que riche en aventures.

Contrebandier ou prélat, bourgeois de campagne ou simple prêtre, le nombre de fois où le héros se déguise ou change d’identité ne laisse pas de nous amuser comme de nous intriguer, à mesure que la narration progresse, au gré de ralentissements interminables et de brusques accélérations, la question de la temporalité, du vieillissement et de la mort figurant au cœur même de la sublimité la plus sublime.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xa9699618)

Ce produit

La Chartreuse de Parme
La Chartreuse de Parme de Stendhal (Poche - septembre 2000)
EUR 4,18
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit