Commentaires en ligne 


9 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (4)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


17 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Dieu que la guerre est laide!
Vietnam,1969,près de la frontière du Laos.Une compagnie de marines,nommée Bravo,constituée pour l'essentiel de gamins tout juste sortis de l'adolescence,commandés par des officiers inexpérimentés et guère plus âgés,vient de prendre de haute lutte une place forte en pleine jungle:la colline de Matterhorn(les...
Publié il y a 24 mois par serpollet

versus
3 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 C'est un roman....
C’est un Roman….

Et c’est un gros roman, dont l’auteur aurait pu réduire de moitié les 300 premières pages d’un livre qui en compte le double, car l’intensité dramatique ne débute véritablement que vers le 12° chapitre…La « mise en bouche », pourrait-on dire, met en fait le...
Publié il y a 19 mois par Elrousa


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

17 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Dieu que la guerre est laide!, 18 septembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Retour à Matterhorn (Broché)
Vietnam,1969,près de la frontière du Laos.Une compagnie de marines,nommée Bravo,constituée pour l'essentiel de gamins tout juste sortis de l'adolescence,commandés par des officiers inexpérimentés et guère plus âgés,vient de prendre de haute lutte une place forte en pleine jungle:la colline de Matterhorn(les américains aiment rebaptiser à leur goût les endroits où ils combattent,dans cette région,des noms de sommets alpins,Eiger,Matterhorn le Cervin en allemand).Pour d'obscures raisons tenant plus de la politique que de la tactique militaire,ordre leur est donné de quitter cette position pour rejoindre leur base ,dans la vallée à quelques jours de marche:ce sera "la route des larmes":épuisée ,mal nourrie,harcelée par les vietcongs,les sangsues,les tigres,lâchée par leur commandement qui refuse de les ravitailler et les oblige,au contraire à sécuriser une autre position,la troupe perd beaucoup d'hommes mais finit par rejoindre la base.Quelques jours de repos,et ,en haut lieu,on se rend compte que les vietnamiens se sont installés sur Matterhorn.Ordre est donné à la compagnie de reprendre la position...et les hommes repartent,cette fois vers l'abattoir.Comme le dit à un moment l'un de leur officier,ce n'est "ni noble,ni héroïque,simplement humain"...
Formidable roman de guerre,réquisitoire implacable contre son absurdité,violent,poignant ,bouleversant,terriblement humain,démonstration que la peur ultime exacerbe les haines et transcende les amitiés.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Boulversant, 30 septembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Retour à Matterhorn (Broché)
Plus qu'une critique de la laideur de la guerre, je vois ce formidable roman (certainement tiré de fait réel vu la parcours de l'auteur) comme une ode au courage et à la fraternité. les personnages sont d'une vertigineuse humanité et leurs sacrifices emeut profondément. Ce livre confirme mon avis qu'une guerre qui se gagne grâce à ses soldats qui se battent et se perd finalement à cause des officiers qui font de la politique.
Ce livre méritait le pulitzer
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Géant !, 1 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Retour à Matterhorn (Broché)
Un livre passionnant, poignant, féroce sur les affres de la guerre. L'auteur, un ancien combattant, utilise son experience d'officier pour décrire le quotidien tragique de ces jeunes soldats durant une mission au Viet-Nam. L'auteur ne nous épargne rien dans ses descriptions réalistes, pas même les plus petits détails morbides. On a l'impression d'être dans la jungle en compagnie de ces marines: les odeurs, les sangsues, les tigres...ces jeunes soldats se battent autant contre un milieu hostile que contre des ennemis, la plupart du temps invisibles.
On suit également les pensées du jeune lieutenant, obligé de suivre des ordres d'une impardonnable bêtise.
Un livre émouvant, un témoignage éloquent sur l'absurdité de la guerre, sur le courage et le sens du sacrifice. Un livre "géant" dans tous les sens du terme. Enfin, saluons le travail particulièrement efficace de la traduction française de ce roman.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Très réaliste, enfin, je crois!, 8 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Retour à Matterhorn (Broché)
Passionné par l'Indochine et le Viet Nam, je me suis jeté dans ce gros roman qui m'a captivé de bout en bout. Les personnages y sont tous crédibles. Ils nous aprennent la différence entre les décideurs et la chair à canon, entre l'ambition et la résignation. Juste un petit bémol: je me suis vite perdu dans les noms des personnages secondaires malgré l'organigramme de la hiérarchie du bataillon (en début de bouquin)et dans le déroulement géographique des opérations malgré les deux cartes des lieux (également au début).La description des combats est toutefois très réaliste, enfin je crois...
A lire absolument...si vous voulez vous faire une opinion.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Hamburger hill, 29 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Retour à Matterhorn (Broché)
Retour à Matterhorn parle certes de l'absurdité de la guerre et des généraux qui la dirigent mais surtout des gamins qui la font.Le lecteur reste collé au récit de ces hommes issus d'horizons et de milieux différents.On suit l'itinéraire du lieutenant Mellas,universitaire idéaliste,candide,un peu arriviste et qui au fil du récit "perd sa virginité"pour se muer en meneur d'hommes.A travers lui on découvre toute l'Amérique du Vietnam.Celle issue du ghetto avec China et parker,militants convaincus des black panthers et qui utilisent le conflit pour mener leur guerre personnel.Celle des jeunes gens issus de l'amérique profonde.Celle des généraux qui jouent avec la vie des troupes pour des motifs peu avouables.Enfin il y a Matterhorn,colline conquise puis abandonnée aux vietnamiens pour devenir à nouveau l'objet d'une re-conquête.On reste collé à ses hommes et on souffre avec eux.Un grand roman qu'on quitte avec émotion.Un peu comme ses soldats qui regrettent de quitter la brousse pour ne pas lâcher leurs copains.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Death from above., 23 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Retour à Matterhorn (Broché)
Enorme roman de guerre. Un des meilleurs que j'ai jamais lu avec Sympathy For the Devil. (Entre autres). Les descriptions sont fabuleuses. L'ambiance de guerre respire le vécu; c'est l'enfer avec un grand E. Bravo et merci à l'auteur. Pour les passionnés de récits épiques et du conflit americano-vietnamien, ce livre est indispensable. Je conseille aussi d'acheter chez Amazon l'excellent documentaire de Pierre Schönderfer : La section Anderson, qui donne à ce roman une toute autre dimension.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Très grand moment, 2 janvier 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Retour à Matterhorn (Broché)
Retour à Matterhorn est une plongée dans un enfer aux multiples facettes. Avec Mellas, jeune lieutenant qui semble beaucoup emprunter à l’expérience de Marlantes, nous nous retrouvons en 1969, à la frontière entre Laos et Nord-Vietnam. Malgré la réussite militaire US de la bataille du Têt qui a laminé le vietcong jamais l’Oncle Sam ne pourra gagner cette guerre. Impossible d’envahir le Nord ou le Laos, les militaires mènent une guerre pieds et poings liés par la politique. La guerre est donc perdue, les négociations de paix ont commencé mais on continue à se battre. L’état-major est obnubilé par le boby count alors on envoie les sections traquer le Viet.

Retour à Matterhorn est un roman, en partie fictif, de guerre. Cette dernière est traitée sous toutes ses formes : la vie quotidienne, sa monotonie, son ennui. Les opérations de reconnaissance, les combats, terribles, la peur, les blessés, les mutilés, les morts. Mais le Vietnam est une guerre singulière : c’est une guerre de l’Amérique contre elle-même. C’est une guerre de pauvres, avec ses pauvres blancs, ses pauvres noirs, ses luttes entre le black power et le racisme sudiste. C’est une guerre que les militaires de rang ne peuvent gagner ; seuls restent aux officiers de carrière l’ambition de monter dans la hiérarchie, de glaner une médaille, de gagner une place à l’état-major. L’homme de troupe lui n’a rien d’autre que la perspective de terminer indemne son turn of duty. Physiquement, peut-être y arrivera-t-il. Mentalement, c’est impossible.

Un à un les Gis tombent ; ici une balle, là une mine, là un tigre, là les moustiques, les fièvres, le suicide, l’alcool, la dope, la connerie d’ordres impossibles, la soif en pleine Mousson, la folie.
Marlantes livre ici le livre d’une vie, gestation chaotique de 30 ans. Une fulgurance absolue, une œuvre vrai, inoubliable. J’ai du, parfois, refermer le livre pour sortir prendre l’air. Le cinéma nous a gâvé d’images terribles, de Stone à Coppola, de Kubrick à Cimino, de Hamburger Hill à l’Echelle de Jacob ; une série magistrale comme L’Enfer du Devoir a marqué le jeune téléspectateur que j’étais. Et bien toutes ces œuvres, aussi majeures soient-elles, ne sont rien comparées aux mots, aux phrases, au talent de Marlantes.

La guerre est horrible, mais elle est un fait. Pour la faire, contrairement à l’amour, il suffit d’un être. Dans nos sociétés civilisées, selon les désirs de Clémenceau et sa fameuse supplique « La guerre est une affaire trop sérieuse pour être laissée aux militaires », ce sont les politiques qui envoient de jeunes hommes et femmes au carton. Mais, surtout, il ne faut pas la montrer ; La guerre, c’est sale. Marlantes, sans jugement, nous montre ces hommes, faibles, forts, terrifiés, certains découvrant l’ivresse de donner la mort, sans fard. Tout est là. A nous de faire avec. A nous de vivre avec sans oublier que eux, ils sont morts. Physiquement ou psychologiquement, ils sont tous morts. Pour le bien ou le mal, on s’en fout ; à la fin, c’est la nature qui gagne.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Des hommes au Vietnam, 18 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Retour à Matterhorn (Broché)
Mon premier livre sur la guerre du Vietnam, bien écrit, Marlantes nous emmène dans la jungle humide du Vietnam, avec de jeune hommes parfois tout juste majeures. Wairos Mellas débarque à 21 ans dans une région qu'il ne connait pas, ambitieux (il rêve d'une carrière politique) il voudrait bien faire ses preuves, prouver sa bravoure et gagner des médailles. son plan sera légèrement modifier et cette guerre le changera. Dans un pays totalement différent de ce qu'ils connaissent, dans une jungle et un climat rude, les soldats attrappent des maladies horribles et douloureuses, des sangsues et des tigres. La camaraderie les fait se souder mais les problèmes raciaux sont aussi présent.
J'ai trouvé le livre avec quelques longueurs sur la vie, j'aurais bien aimer une autre fin, un peu plus 'explicative' disons mais j'ai passé un bon moment.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 C'est un roman...., 12 février 2013
Par 
Elrousa "Orange" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Retour à Matterhorn (Broché)
C’est un Roman….

Et c’est un gros roman, dont l’auteur aurait pu réduire de moitié les 300 premières pages d’un livre qui en compte le double, car l’intensité dramatique ne débute véritablement que vers le 12° chapitre…La « mise en bouche », pourrait-on dire, met en fait le lecteur mal à l’aise, tant les Marines de la compagnie Bravo se vautrent dans la violence verbale, l’alcool, le racisme, la drogue et pour tout dire la bêtise. Ces jeunes « gamins », mal commandés, sont révélateurs de l’une des facettes de cette troupe d’élite au Vietnam, mais la seconde partie du roman démontrera que ces mêmes soldats américains ont su faire preuve d’un courage exemplaire, qui se manifeste d’autant mieux, qu’il s’exprime au nom d’un esprit de corps, celui des « Marines ». L’auteur a donc forcé le trait dans la première partie de son roman pour mieux faire ressortir l’héroïsme des acteurs des combats décrits dans la seconde partie du livre.
Mais il faut aussi replacer le récit de Karl Marlante dans le contexte politique de l’époque, pour comprendre l’intensité et la violence des sentiments racistes, qui s’expriment dans son roman. L’Amérique vit à l’heure des « Black Panthers » et à celle de leur violence, en réponse aux comportements d’exclusion caractéristiques notamment des états du sud des Etats-Unis.
La lecture de ce roman n’est pas toujours aisée ! L’auteur a situé son récit au sein d’une communauté d’une centaine d’hommes ( la compagnie Bravo), dans laquelle se perd un peu le lecteur. Un organigramme de l’unité figure heureusement au début de l’ouvrage. Le lecteur averti de la chose militaire ne manquera pas de regretter en outre les erreurs de traduction. Suzy Borello n’est pas à l’aise avec le langage spécifique d’une section de combat d’infanterie, c’est le moins qu’on puisse dire !
On a pu comparer « retour à Matterhorn » au roman de Norman Mailer, « les nus et les morts ». L’ouvrage de Marlantes renvoie plus selon moi au film « apocalypse now ».
Ceux des lecteurs qui ont « vécu » à l’heure de la « 317° section » de Schöndorfer, dont l’action ne se déroule guère qu’une dizaine d’années avant celle décrite dans « retour à Matterhorn », ne manqueront pas de noter qu’avec peu de moyens, le corps expéditionnaire français en Indochine, n'aura pas fait moins bien que l’énorme machine de guerre engagée par les Etats-Unis au Vietnam.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Retour à Matterhorn
Retour à Matterhorn de Karl Marlantes (Broché - 21 août 2013)
EUR 9,20
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit