Commentaires en ligne 


54 évaluations
5 étoiles:
 (17)
4 étoiles:
 (13)
3 étoiles:
 (11)
2 étoiles:
 (6)
1 étoiles:
 (7)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une bonne cuvée!
Dans "Une Forme de vie" Amélie Nothomb nous raconte l'histoire d'un mythomane obèse qui se lance dans une relation épistolaire des plus hilarantes avec la jeune auteure. Comme souvent chez Nothomb, cette intrigue farfelue n'est qu'un prétexte pour nous parler de la création et de la relation si particulière qui existe entre un...
Publié il y a 24 mois par lolvstein04

versus
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Du Amélie Nothomb pur jus, pas grand cru classé
Cet opus annuel d'Amélie Nothomb se lit vite et bien. La seule surprise réside dans la fin du bouquin: le livre se termine en queue de poisson. Le scénario est très improbable mais le thème de l'obésité des GI's américains ensablés (plus correct que embourbés) est intéressant et vraissemblable.
Publié le 14 octobre 2010 par martine Draguet


‹ Précédent | 1 26 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Du Amélie Nothomb pur jus, pas grand cru classé, 14 octobre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une forme de vie (Broché)
Cet opus annuel d'Amélie Nothomb se lit vite et bien. La seule surprise réside dans la fin du bouquin: le livre se termine en queue de poisson. Le scénario est très improbable mais le thème de l'obésité des GI's américains ensablés (plus correct que embourbés) est intéressant et vraissemblable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Étrange, 10 mars 2012
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une forme de vie (Poche)
Les romans d'A. Nothomb, ce sont toujours des expéditions courtes et intenses dans le monde singulier de son étrange imaginaire. On ne peut s'empêcher de recommencer, roman après roman. On en ressort toujours un peu hagard, parfois sans être tout à fait sûr d'avoir aimé ou détesté la sensation (c'est le cas ici).

2 étoiles, parce qu'une meilleure appréciation ne serait pas juste au regard de quelques-unes de ses autres créations :)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


46 internautes sur 55 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 UN LIVRE SOIT QUE VOUS DEVOREREZ SOIT QUI VOUS PROVOQUERA UNE INDIGESTION CAR VOUS LE TROUVEREZ ENCORE UNE FOIS INSIPIDE, 25 août 2010
Par 
Kerbrat "le blog aubouquinmalin.eklablog.fr" (france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une forme de vie (Broché)
Un livre d' Amélie NOTHOMB se reconnaît désormais à la couverture, le sujet illustré c' est Amélie NOTHOMB. Ce dernier opus n' échappe pas à la règle. Sous prétexte d' un échange épistolaire avec un GI américain en Irak, qui fait de son obésité une lutte et une protection contre la guerre, nous parlerons essentiellement d' Amélie. Du nombre de ses romans nous en sommes à 66, de son attitude vis à vis de la nourriture, de ses correspondances avec ses lecteurs. De son ego, de son égocentrisme, de sa difficulté à sortir de l' invraisemblance dans laquelle elle s' est plongée dans ce roman. Comment imaginer qu' un soldat puisse être si obèse !

Ce roman n' a qu' un mérite contribuer à faire grossir « l'aeuvre » d' Amélie, et sans doute son chiffre d' affaires. Contrairement à l' avant dernier il n' y a aucune émotion.

Autant vous dire que pour moi il y a une grande absence dans ce roman la littérature !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


36 internautes sur 43 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Le sujet est racoleur, l'écriture toujours aussi désinvolte, 21 août 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une forme de vie (Broché)
Je ne prends plus le risque d'acheter Nothomb, mais le parcours si je le trouve chez quelqu'un. Et franchement, une fois de plus depuis ces cinq ou six dernières années, je suis déçue. C'est de la daube... Indigeste, tiré par les cheveux, grosses ficelles, et même pas un peu d'humour fou-fou, comme parfois elle essaie d'en faire. La lettre peu ordinaire qu'elle reçoit n'est pas crédible... Rien ne l'est. Ce n'est plus de la fiction, c'est du tartinage. Devrait s'arrêter un peu d'écrire, surtout qu'en la lisant on voit bien qu'elle ne se donne aucun mal, elle griffonne, et je mettrai ma main au feu qu'elle ne se relit même pas. A travers les subjontifs (à tous les temps) on sent la grammairienne, mais la syntaxe laisse à désirer... c'est fatigant !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


49 internautes sur 59 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une forme de réflexion, 19 août 2010
Par 
Johan Rivalland (LEVALLOIS-PERRET France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une forme de vie (Broché)
Combien d'étoiles attribuer ? Deux ? Trois ? Qu'en sais-je ? En débutant la lecture, je partais sur une seule et regrettais bien d'avoir acheté ce livre (d'autant que je l'ai fait sans grande conviction et sans illusion, après les déceptions répétées des dernières années).
Les premiers titres de commentaire qui me venaient à l'esprit étaient alors "Amélie a les chevilles qui enflent" ou encore "N'importe quoi". Et je me disais que j'avais honte de lui donner une partie des 15 euros et quelques versés pour cela.

En effet, le début de cette histoire procède d'une situation assez improbable, où un soldat américain engagé dans la guerre d'Irak écrit à Amélie Nothomb en personne, pour se confier à elle.
S'en suit une stupéfiante litanie sur le succès d'estime dont jouit l'écrivain du fait de sa notoriété, l'abondance du courrier qu'elle reçoit et les cas souvent pleins d'impudeur ou de nombrilisme auxquels elle a à faire face ; les cas les plus pénibles étant généralement le fait de ceux qui lui écrivent de longues lettres (on aura bien compris, elle y insiste, qu'elle ne souhaite pas que les lettres qui lui sont envoyées dépassent un recto-verso, la qualité n'étant pas proportionnelle à la quantité, comme en de nombreuses autres choses). Et, outre l'auto-portrait dressé sur sa notoriété, on a le droit aussi aux opinions anti-Bush, anti-guerre d'Irak, presque par moments anti-américaines, ou au mieux pleines d'une "Obamania" sans beaucoup de réserves (Pourquoi pas ? Mais est-ce bien le lieu ?).
Amélie Nothomb en était-elle donc là, manque d'inspiration, panne d'imagination, besoin de trouver un sujet rapidement, au besoin en lisant un peu la presse et suivant l'actualité du moment, ou en évoquant son quotidien ? D'où mon très grand scepticisme de départ et les idées de titres précitées.

Puis vient le coeur du sujet, l'histoire elle-même, l'intrigue avec pour référence centrale l'obésité.
L'auteur continue de parler beaucoup d'elle-même, de se livrer, mais on retrouve davantage son style, sa personnalité, ses centres de préoccupation de toujours. Et surtout, sans vouloir en dire plus sur l'histoire et vous laisser le plaisir de la découvrir, pour ceux qui sont intéressés, apparaît une Amélie Nothomb comme on l'imagine (pour ceux qui ont lu tous ses romans), c'est-à-dire humaine, sincère, spontanée, que l'altérité ne laisse pas indifférente. En bref, une Amélie Nothomb attachante.
Et, en conclusion, même si la fin (les trois dernières pages) est encore tirée par les cheveux et retombe, à mon sens, dans le n'importe quoi (qui justifierait pleinement l'étoile unique), je n'ai pas envie d'être sévère et opte donc pour les trois étoiles (je n'en avais attribué que deux l'an passé, où le contenu était tout de même bien plus mauvais ; la hiérarchie des valeurs sera ainsi mieux respectée).

Maintenant, à vous de vous faire votre propre idée. Comme tous les romans de cet auteur, deux ou trois heures de lecture vous suffiront pour cela.
Pour ma part, je n'avais aucune idée préconçue en découvrant le livre, car je me garde toujours de lire des critiques ou évocations du contenu avant d'acheter et, pour l'heure, aucun commentaire n'est encore rédigé sur cette page, ne me donnant aucune idée des réactions auxquelles vont donner lieu ce roman. Je ne manquerai d'ailleurs pas de m'y intéresser. Il me tarde de vous lire et savoir comment vous avez perçu cette dernière production, pour ceux qui feront partager leurs impressions.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une bonne cuvée!, 30 août 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une forme de vie (Poche)
Dans "Une Forme de vie" Amélie Nothomb nous raconte l'histoire d'un mythomane obèse qui se lance dans une relation épistolaire des plus hilarantes avec la jeune auteure. Comme souvent chez Nothomb, cette intrigue farfelue n'est qu'un prétexte pour nous parler de la création et de la relation si particulière qui existe entre un artiste et son public. Si dans l'acte d'écriture s'entremêlent toujours le mensonge et la sincérité, c'est parcequ'il semble que ce soit les deux ingrédients nécessaires pour susciter le désir de l'autre. Vouloir être un écrivain à succès est-ce autre chose?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Exquis et subtil, 21 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une forme de vie (Poche)
“Une forme de vie” est un roman court qui se lit d’une traite … toute jubilatoire.
A l’aune des romans d’Amélie Nothomb, il est construit sur un mode qui se départit de la veine surréaliste. Pourtant, ce réalisme (relatif) évite l’écueil de la banalité : les personnages restent agréablement atypiques et l’histoire tient en haleine, distillant ses effets de surprise. Pour être complet, la fin -que je me garderais bien de dévoiler- est, quant à elle, plus extravagante, sur le mode au demeurant très classique du deus ex machina. Finalement, la brièveté du roman permet de lui conférer sa force et son rythme percutant.

Enfin, le style et l’histoire évitent la prétention et l’esprit de sérieux. Quand bien même, derrière cette facilité de façade, on trouve de la profondeur

« Derrière tout œuvre, se cache une prétention énorme, celle d’exposer sa vision du monde. Si une telle arrogance n’est pas contrebalancée par les affres du doute, on obtient un monstre qui est à l’art ce que le fanatique est à la foi. »

et naturellement des formules dont Amelie Nothomb a le secret du ciselage

« j’éprouve de l’amitié pour cet homme qui, lui au moins, ne recourt pas a la prétérition. »

Bonne lecture !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Enfin une vrai histoire, 7 août 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une forme de vie (Poche)
Très intéressant, ce livre nous raconte, et nous fait vivre, une correspondance entre deux êtres que tout oppose à prioris. L'auteure raconte, comme à son habitude, une histoire complètement incroyable et fascinante, avec une tel aisance de la plume, que l'on se laisse porté par cette superbe écriture. Merci Amélie de nous régalé avec ce magnifique roman. Ca faisait un moment que j'attendais de lire à nouveau quelque chose de vraiment interessant, et là on est vraiment bien servi. Merci encore.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Brillant comme d'habitude, 26 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une forme de vie (Poche)
On passe un très bon moment en compagnie de ce livre même s'il y a quelques longueurs. La manière de traiter le sujet est originale. Comme d'habitude, le lecteur doit faire confiance a Amelie Notomb qui l'embarque avec surprise dans un nouvel univers. Le livre plaira a ceux qui sont sous le charme de cette écriture brillante.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 2,5 étoiles, ce n'est pas possible ?, 14 juillet 2011
Par 
Incognita - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une forme de vie (Broché)
Je n'avais jamais lu un livre d'Amélie Nothomb ; tout ce qui est entouré d'un succès énorme, avec des couvertures médiatiques souvent dénuées d'intérêt et des articles de presse plus fades les uns que les autres me fait fuir. Lorsque le soufflé est un peu retombé, je me faufile discrètement jusque tel ou tel auteur pour tenter de me faire une idée, toute provisoire qu'elle puisse être.
La correspondance épistolaire de ce livre donne un rythme léger et facile à la lecture. Les thèmes de l'obésité (« C'était la conquête du vide par l'obésité : grossir annexait le néant. ») et de la guerre pourraient lasser rapidement, et la place qu'Amélie Nothomb s'octroie dans cet opus en a visiblement irrité plus d'un(e). Cela dit, comment dissocier écriture et mise en scène ? Ecriture et narcissisme ? Comment un lecteur peut-il reprocher à un auteur de parler de lui (d'elle), surtout s'il le fait avec une bonne dose d'auto-dérision ? Ne peut-on pas voir précisément dans ce livre quelques ressemblances entre le G.I. américain obèse, basé en Irak et le lecteur qui engloutit (plus ou moins volontairement) des tonnes d'inepties et de livres indigestes ?
Lorsque, entre deux lettres, Amélie Nothomb se laisse aller à des réflexions diverses et variées sur les relations humaines, le sens de l'art, ou la vie d'écrivain, on se surprend à aimer. Le style n'est pas aussi mauvais que je l'imaginais, surtout si l'on se réfère à l'écriture moyenne actuelle...
J'aurais souhaité pouvoir affecter deux étoiles et demie, mais le cadre, c'est le cadre ! Nous verrons bien si d'autres lectures du même auteur confirment une première sensation plutôt positive.

Pour finir, quelques extraits :
« Quand je repense à cette dizaine de mois pendant lesquels j'ai correspondu avec vous, moi qui ne vivais plus depuis près de dix ans, cette expression s'est imposée grâce à vous, j'ai eu accès à une forme de vie.
Ces mots évoquent en principe l'existence élémentaire des amibes et des protozoaires. Pour la plupart des gens, il n'y a là qu'un grouillement un peu dégoûtant. Pour moi qui ai connu le néant, c'est déjà de la vie et cela m'impose le respect. J'ai aimé cette forme de vie et j'en ai la nostalgie. L'échange des lettres fonctionnait comme une scissiparité : je vous envoyais une infime particule d'existence, votre lecture la doublait, votre réponse la multipliait, et ainsi de suite. Grâce à vous, mon néant se peuplait d'un petit bouillon de culture. Je marinais dans un jus de mots partagés. Il y a une jouissance que rien n'égale : l'illusion d'avoir du sens. Que cette signification naisse du mensonge n'enlève rien à cette volupté. »

« Les yeux évoquaient les points de renfoncement d'un fauteuil capitonné : censés être le miroir de l'âme, on n'y lisait rien d'autre qu'un effort pour se frayer un passage jusqu'au monde extérieur. Le nez, virgule de cartilage dans un océan de chair, possédait ses narines comme un trésor précaire : un jour, cette prise de courant serait absorbée par la maçonnerie de la graisse. Il fallait espérer que l'individu pourrait alors respirer par la bouche, qui tiendrait sans doute jusqu'au bout, elle, animée par la force de survie des assassins.
Difficile en effet de regarder ce qui restait de cette bouche sans penser que c'était elle la responsable, que c'était cet orifice infime qui avait livré passage à cette invasion. »

« Melvin était loin d'être le premier à avoir besoin d'exister pour moi et à sentir qu'avec moi tout était possible. Néanmoins, il était rare que cela me soit dit si simplement et clairement.
Quand je reçois ce genre de propos, je ne sais pas très bien quel effet cela me fait : un mélange d'émotion et d'inquiétude. Pour comparer de tels mots à un cadeau, c'est comme offrir un chien. On est touché par l'animal, mais on pense qu'il va falloir s'en occuper et qu'on n'a rien demandé de pareil. D'autre part, le chien est là avec ses bons yeux, on se dit qu'il n'y est pour rien, qu'on lui donnera les restes du repas à manger, que ce sera facile. Tragique erreur, inévitable pourtant. [...'] Il y a des phrases-chiens. C'est traître. »
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 26 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Une forme de vie
Une forme de vie de Amélie Nothomb (Poche - 11 janvier 2012)
EUR 5,10
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit