Commentaires en ligne 


29 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (11)
3 étoiles:
 (7)
2 étoiles:
 (7)
1 étoiles:
 (2)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Les clés d'un conflit
Un conte passionnant, où l'on trouve en Téa Obreht le talent de celle qui font comprendre en décrivant simplement et subtilement. L'héroïne, Natalia, est un médecin qui en pleine reconsidération personnelle suite au décès d'un proche parent, traverse la frontière perméable d'un pays en guerre civile. On...
Publié le 18 septembre 2011 par M. Nicolas Imbert

versus
3.0 étoiles sur 5 Une lecture mitigée
Dans un pays jamais nommé des Balkans, les peuples se séparent au gré des nouvelles frontières que dessinent les guerres civiles qui se succèdent. Natalia, une jeune étudiante en médecine, part avec une amie de l'autre côté de la frontière pour mettre sur pied un centre de vaccination. Elle sera...
Publié il y a 21 jours par Brice


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3.0 étoiles sur 5 Une lecture mitigée, 30 mars 2014
Par 
Brice (La Roche sur Yon) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme du tigre (Broché)
Dans un pays jamais nommé des Balkans, les peuples se séparent au gré des nouvelles frontières que dessinent les guerres civiles qui se succèdent. Natalia, une jeune étudiante en médecine, part avec une amie de l'autre côté de la frontière pour mettre sur pied un centre de vaccination. Elle sera hébergée par une famille possédant des vignes, dans lesquelles des tziganes creusent à la recherche d'un corps enterré à la va-vite durant l'une des guerres, et dont l'esprit prendrait un malin plaisir à faire mourir le reste de la famille.

En pèle-mèle, elle évoque son grand-père, un médecin respecté, enseignant à l'université, qui n'a jamais vraiment plié face aux menaces, et a toujours exercé son métier avec dignité. Elle nous raconte ces souvenirs qui ressurgissent après son grand-père ne meurt de l'autre côté de la frontière, en partant la rejoindre.

Ce premier roman de Tea Obreht est assez particulier. Dévoré sans passion, il alterne des passages très ennuyeux et des petites pépites qui font tourner les pages à un rythme effrené. Si j'ai plus aimé les récits lié à l'Homme qui ne pouvait pas mourir, le reste de l'histoire, notament dans sa partie contemporaine, m'a semblée confuse et assez laborieuse, sans grand intérêt. Un roman mitigé donc, mais avec suffisament de qualités pas assez exploitées pour que je tente, à l'occasion, un nouvel essai avec un prochain roman.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2.0 étoiles sur 5 Neurasthénique, 20 décembre 2011
Par 
sholby (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme du tigre (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Ce gros roman ne m'a pas convaincu, et j'en ai interrompu la lecture à peu près à la moitié. Pourtant, il n'est pas vraiment mal écrit, ou même mal traduit (traducteur moi-même, j'ai repéré quelques petites erreurs, mais rien de déshonorant). Le désintérêt que j'ai éprouvé envers lui tient en partie à son style très plat, dénué de lyrisme (malheureusement pas au point de basculer dans la glaçante - mais extraordinaire - sécheresse d'un Houellebecq), et qui en somme semble plus approprié à la narration de faits divers.

La seconde façon qu'a cette pauvre femme-tigre d'être passablement gonflante, et qui est encore davantage une question de goût, est cette proximité du principe narratif avec une bonne partie de la littérature sud-américaine (le prière d'insérer renvoie d'ailleurs judicieusement à García Márquez), cette façon de procéder en pelure d'oignon, en empilant des petites histoires et en espérant que ça fasse un livre. J'ai plusieurs fois pensé au Pain et tempête de Stefano Benni, que certains adorent, et que j'avais trouvé personnellement terriblement ennuyeux. On peut supposer que ce soit le cas ici également.

Ces deux incompatibilités d'humeur ont fait que j'avais toujours l'impression d'avoir presque totalement oublié de quoi il s'agissait chaque fois que je reprenais, avec un appétit toujours moindre, la lecture de ce livre, et de me retrouver en terre étrangère.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2.0 étoiles sur 5 Je n'ai pas accroché à cette histoire, 7 décembre 2011
Par 
G. Jean-claude "jclgro" (Pontoise, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme du tigre (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Ce roman ne m'a pas convaicu. Une histoire alambiquée dans les balkans avec des personnages improbables, je n'ai pas accroché du tout.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Balkans félins, 18 février 2012
Par 
Bodin Frederic - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme du tigre (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
C'est un livre assez étonnant. Pas tant dans sa forme, car l'écriture, assez formatée, fait souvent penser aux best-sellers américains (une influence naturelle ou une volonté de faciliter la lecture ?) que dans son contenu.
La base de ce livre, c'est un emboîtement de récits, à partir de ce qu'un grand-père médecin transmet à sa petite-fille qui exerce le même métier. Deux de ces histoires se détachent particulièrement, dont celle de la femme du tigre, d'où le roman tire son titre. D'autres balaient les époques, remontant même jusqu'à l'époque ottomane. Cela crée un kaléidoscope assez fascinant et parfois fantastique, emporté par l'histoire de l'homme-qui-ne-mourra-pas. Et c'est cela qui fait la force de livre. On comprend que la presse ait évoqué Garcia Marquez. On en est loin, surtout à cause des différences stylistiques, mais c'est vrai que la force des superstitions et de l'irrationnel peut y renvoyer. En tout cas, ce livre tient le lecteur jusqu'au bout, l'emmène dans des contrées méconnues, et c'est déjà beaucoup.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Confusion, 29 novembre 2011
Par 
Thomas B. (Marseille) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme du tigre (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Il y a du talent chez ce jeune auteur, indéniablement. Mais que la filiation annoncée avec Garcia Marquez est lourde à porter à 25 ans ! Pour ma part, j'ai trouvé le rapprochement avec le lauréat du prix Nobel pour le moins usurpé... jusqu'à la page 189, où le récit décolle enfin après 6 chapitres plutôt laborieux. Téa Obreht nous transporte alors dans un monde totalement surréel qui rappelle vaguement le grand écrivain colombien. Pour ma part, je rapprocherais davantage la narration à celle du fabuleux roman de Thu Huong Duong, "Au zénith" : ce récit respire enfin lorsqu'au milieu, il prend la tournure d'un conte par sa description des moeurs "sauvages" d'un quelconque village d'une contrée lointaine, qu'il s'agisse ici de l'ex-Yougaslavie ou du Vietnam de Thu Huong Duong. Qu'il est fascinant alors de découvrir les croyances et les habitudes d'une communauté recluse sur elle-même ! Le style volontairement évasif aidant, on croit sans peine à toutes sortes d'histoires plus ou moins crédibles : cet homme qui ne meure jamais, cet autre qui se transforme en ours, cette femme prétendument enceinte d'un tigre... L'habileté de l'auteur tient à ce procédé qui consiste à rapporter les rumeurs avec un détachement apparent, laissant au lecteur le soin de croire ou non aux thèses déployées. Mais lorsque le récit revient au réel, au temps présent, il perd de sa force et la conclusion finit par détruire l'édifice fragile patiemment construit, laissant les pièces du puzzle totalement éparses. Promesse d'une future grande oeuvre à venir ?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 un livre original, 29 septembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme du tigre (Broché)
Ce n'est pas vraiment mon genre habituel de lecture, mais je ne regrette pas d'avoir ouvert ce livre. Le plus surprenant, c'est qu'il n'y a pas d'intrigue. Enfin, pas d'intrigue dans le sens où on l'entend généralement. C'est plus une saga familiale où une jeune fille retrace la vie de son grand-père et surtout son enfance inextricablement liée à « la femme du tigre ». Cette lecture, au final, est une succession de petites histoires où l'on ne peut pas vraiment démêler le vrai du faux, et qui à plus d'une reprise m'ont fait sourire. En commençant ma lecture je ne savais pas à quoi m'attendre, et c'est la surprise de la découverte qui fait tout le charme de ce roman, je ne vous en dirais donc pas plus '

Le principal intérêt de ce livre est finalement qu'il m'a permis de découvrir une culture, un mode de vie, un contexte particulier mais aussi et surtout des croyances, car c'est un peuple très superstitieux que nous présente Téa Obreht. Ils sont prêts à croire beaucoup de choses, même ce qui est difficilement « croyable ». Par exemple, l'histoire de l'homme-qui-ne-mourra-pas. Très intéressante ' elle m'a rappelé un conte de ma jeunesse et son titre « honorifique » est très explicite ' mais on peut difficilement croire que ce soit possible.

Niveau personnage, Natalia est touchante et intéressante. J'ai apprécié la découverte de son pays et de sa culture alors qu'elle nous raconte sa propre histoire. Elle est plus terre-à-terre que ses congénères et j'ai donc aimé la voir être confrontée aux contes et légendes de son peuple. C'est un personnage plein de profondeur tout comme le grand-père qui ' à travers les yeux de sa petite fille ' m'a paru vraiment sympathique.

Au final, c'est une lecture agréable, mais elle ne me laissera tout de même pas un souvenir impérissable. Je pense que le manque « d'intrigue » y est pour quelque chose même si cela m'a beaucoup intéressée de lire ce livre pour en apprendre plus sur ce peuple et cette région du monde.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Les clés d'un conflit, 18 septembre 2011
Par 
M. Nicolas Imbert "zecite" (France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme du tigre (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Un conte passionnant, où l'on trouve en Téa Obreht le talent de celle qui font comprendre en décrivant simplement et subtilement. L'héroïne, Natalia, est un médecin qui en pleine reconsidération personnelle suite au décès d'un proche parent, traverse la frontière perméable d'un pays en guerre civile. On croit y reconnaître les Balkans, les guerres tribales et les conflits ethniques, où le piège des tensions créent des clivages et construit des barrières dans une situation auparavant si sereine et poétique.

Voilà qu'au cours du conte les temps s'entremêlent, dans un rapport aigre-doux de filiation et de temps disparus. L'écriture est subtile et poétique. Le fil est très évocateur, mais nécessite une attention et une imagination certaines.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Des histoires en héritage, 15 septembre 2011
Par 
Jay (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme du tigre (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Dans un pays slave, Natalia, jeune femme médecin, passe une frontière pour aller vacciner des enfants mais doit également faire face au deuil de son grand-père. Cette situation est l'occasion pour elle de confronter passé et présent, destins individuels et Histoire, souvenirs et légendes. Aucun pays n'est clairement cité dans le roman, le lecteur devine l'ex-Yougoslavie mais finalement, il est peut-être plus pertinent de ne pas nommer des territoires que l'Histoire et les hommes ont eux-mêmes du mal à définir. Le lecteur croise néanmoins sans aucun doute l'Histoire malheureusement chaotique des Balkans, entre guerres et conflits de religion.

La femme du tigre, qui donne son titre au roman, fait partie des histoires, comme l'homme-qui-ne-mourra pas ou Darisa l'Ours, que son grand-père racontait à Natalia. Cette plongée dans le folklore est ce que j'ai préféré dans le roman. Brouillant la limite entre conte et réalité, ces histoires d'une part charment par leur mystère et leur poésie et d'autre part invitent à la réflexion par leurs symboles et leurs métaphores. J'ai aimé aussi l'évocation de la relation du grand-père et de sa petite fille (en particulier le rituel de la visite du tigre au zoo), devenue médecin comme lui, mais je regrette qu'elle n'est pas été plus développée. Ce lien devrait servir de trame au roman mais il reste un peu superficiel. Ainsi, si les histoires prises séparément m'ont charmée, j'ai trouvé que l'auteur ne parvenait pas vraiment à trouver une cohérence globale. Téa Obreht me paraît être meilleure conteuse que romancière mais s'avère néanmoins avec ce premier essai un auteur prometteur.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 L'âme slave., 18 septembre 2011
Par 
chantal bonnevault (Orléans) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme du tigre (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
La lecture de "La femme du tigre" nécessite plusieurs choses,
-Avoir une connaissance minimum de l'Histoire des Balkans".
-Etre ouvert à l'imaginaire, au fantastique et à d'autres cultures.
-Rester disponible lors de sa lecture afin de ne pas perdre le fil.
-Savoir surfer sur la vague du plaisir et de l'interrogation tout au long des pages.
Ceci posé, il est vrai que ce n'est pas un livre parfait, mais est-ce ce qu'on attend d'un premier roman? Téa Obreht , âme slave, nourrie à la mamelle d'autres cultures a su transcender son propos et tel les films d'Emir Kusturica nous transporte dans le foisonnement et l'effervescence de ses pensées: il est normal que nos esprits cartésiens boivent un peu la tasse! Laissez-vous happer par la magie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Mérite le Orange Prize 2011, 31 août 2011
Par 
arb (france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme du tigre (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Téa Obrecht a osé méler des récits graves et sombres lors des guerres de l'ex-Yougolavie, la complicité de Natalia et de son grand-père (tous les deux médecins) pleine de fraîcheur, avec les histoires véhiculées au travers des siècles.
Après la mort de son grand-Père, Natalia fait un lien entre les histoires que son grand-père lui a racontées et les croyances de son pays !
Au premier abord, tout ceci peut paraître absurde mais finalement on se laisse prendre par ces personnages comme l'homme qui- ne -mourra- pas et la femme-tigre ; j'ai beaucoup apprécié l'écriture fluide et le langage simple qui fait de ce roman un livre accessible à tous.
Les chapitres se suivent et s'emmêlent comme un tissage d'années de plusieurs vies et se trament en saga.
Laissons-nous porter par cette poésie qui nous surprend et nous entraîne dans un monde imaginaire et toutefois si réel !
Merci Téa Obrecht de nous rappeler que les légendes se créent avec de vrais faits et s'amplifient au fil des siècles pour le bonheur de ceux qi savent y croire!
Elle mérite un Prix!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xa98e6234)

Ce produit

La Femme du tigre
La Femme du tigre de Téa Obreht (Broché - 6 mars 2013)
EUR 6,75
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit