undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

3,4 sur 5 étoiles62
3,4 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:5,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Vingtième roman en autant de rentrées littéraires. Dans le monde des (grosses) lettres, métronome se prononce Nothomb. La quatrième de couverture de Tuer le père est brève : ""Allez-savoir ce qui se passe dans la tête d'un joueur." Amélie se prendrait-elle pour Zweig ou Dostoïevski ? On demande à lire. Evidemment, c'est une fausse piste, le livre se concentre sur le monde de la magie et, dans une moindre mesure, sur celui du jonglage de feu (le meilleur passage du roman). 150 pages écrites avec d'énormes interlignes et, dès l'ouverture, cette réplique d'un invité d'une soirée de magie à la narratrice : "Habile, votre déguisement d'Amélie Nothomb, me dit quelqu'un." Tordant, n'est-il pas ? C'est d'ailleurs la seule note d'humour (?) d'un récit qui n'égrène pas, comme à l'habitude, des mots savants et des prénoms à coucher sous la véranda. Une Nothomb nouvelle serait-elle arrivée ? Pas d'enthousiasme prématuré, svp, si les cinquante premières pages peuvent faire illusion -un magicien en herbe de 15 ans est "éduqué" par un mentor qui devient peu à peu son père de substitution-, la suite est inconsistante au possible. Entre Reno et Las Vegas, avec une soirée psychédélique au milieu, l'intrigue se délite peu à peu. Le twist final, à peine surprenant, achève le lecteur qui n'a pas eu le temps d'être déçu. Le roman est trop court. Et bâclé, avec ça. Quelle note pour ce devoir de rentrée ? En-dessous de la moyenne, certainement, mais pour être honnête, l'élève Nothomb a fait pire dans le passé. Si elle se foulait un peu plus, elle pourrait presque livrer un bon roman. Si, si, vraiment. Rendez-vous en août 2012, et sans rancune.
44 commentaires|36 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 septembre 2011
Une fois de plus Amélie Nothomb nous emporte dans son univers, une fois de plus on se prend à l'histoire, oui, ça fonctionne, oui j'ai aimé, mais non, je ne suis pas content de découvrir une nouvelle sous l'étiquette de roman, non je ne pense pas que cela soit normal de payer le prix d'un roman pour 3 heures de lecture, même de qualité. Pourquoi l'auteur qui écrit plusieurs "nouvelles" par an nous fait subir le supplice de Tantale et nous livre ses oeuvres a doses homéopathiques, et surtout pourquoi avoir perdu cette plume si précise des oeuvres de jeunesse?... C'est parceque j'aime, que je suis exigent et si critique, et dire qu'il faudra attendre encore un an avant le prochain...
11 commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 août 2011
Déception... Si les livres de Nothomb sont rarement de gros pavés celui-ci est expédié en moins de temps qu'il ne le faut pour regarder un bon Film. Détail diront certains, mais 16 euros les 2h, c'est bon à savoir avant de cliquer sur "ajouter au panier".

Bref, si encore le roman était bon... A vouloir publier un roman par an Amélie Nothomb les bâcle et malgré une fin surprenante, quelque chose nous reste quand même au travers de la gorge.

A noter quand même que ses descriptions - aussi bien celle du Burning Man que celle de la magie - nous transportent dans l'histoire... C'est toujours ça.
22 commentaires|26 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 août 2013
Ce livre raconte l’histoire d’un adolescent qui vit chez sa mère sans connaître son père. Un beau jour, sa mère lui demande de quitter le domicile familial : il a 15 ans. Il rencontre alors le plus grand des magiciens, et sa vie va changer. C’est ma 19e lecture d’Amélie Nothomb. Ce fut une lecture très rapide, le temps d’une fin d’après-midi à la plage. L’histoire est intéressante, prenante et gentillette sur 150 pages, mais je trouve que la fin est bâclée, en queue de poisson. Bref, ce n’est pas un de ses meilleurs.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 octobre 2012
On serait tenté, sous l'influence du titre de cet opuscule, de le qualifier de roman psychologique.
Sans vouloir diminuer en rien le sens psychologique aiguisé de l'auteur, je le comprends davantage comme une fable morale doublée d'un traité d'esthétique :-)
En effet, ce dont il s'agit réellement, à mon sens, c'est non pas de l'initiation d'un jeune magicien, mais de la dialectique du sublime et de l'immonde, de la pureté et de la perversité, de la sincérité et de la manipulation, du merveilleux du magicien et de la duperie du tricheur, de l'admirable et de l'abject - tout cela sur le même substrat, s'agissant de la même réalité : tour de magie, usage de la drogue, accueil dans un foyer, scène d'amour. Chacun de ces événements peut être perçu et vécu de deux manières qui semblent diamétralement opposées.
Le thème n'est pas nouveau et se retrouve dans d'autres romans d'Amélie Nothomb dans lesquels on hésite à qualifier, à juger, à prendre parti.
Elle-même ne semble d'ailleurs pas vouloir trancher, ne pas vouloir choisir, mais vouloir plutôt marier les contraires, l'ange et le monstre, ou plutôt établir un lien de filiation entre les deux sans que l'on sache lequel est le père et lequel est le fils. Le monstre finit par contaminer l'ange de sa folie, tout en étant lui-même, d'une certaine manière, subjugué ou vaincu sur la durée - moyennant quoi c'est finalement l'esthétique de cet entremêlement grotesque et magnifique qui l'emporte.

P.S. On retrouve des constantes. L'auteur se met en scène jusque sur la couverture dans un nombrilisme assumé. Ses phrases sont courtes, encore plus claires que d'habitude, épurées au maximum, avec à peine quelques obsessions (comme les borgorygmes et quelques autres loufoqueries). On y trouve quelques adages qui feront les délices des bacheliers, comme "les sages affirment que rien n'a de sens. Les amoureux possèdent une sagesse plus profonde que les sages. Qui aime ne doute pas un instant du sens des choses". Pas mal, non ? Bien. Amélie Nothomb écrit toujours d'un seul tenant. La narration est écrite exactement comme ses dialogues et tous les protagonistes parlent de la même manière. Il est évident que, dans la "vraie vie", les gens ne s'expriment pas ainsi et je rêve qu'un jour, Amélie Nothomb écrive ses dialogues de manière plus vivante en variant le style suivant le personnage. Elle répondrait peut-être qu'elle détesterait cela et qu'il lui semble délicieux de sculpter toutes ses figures de la même manière et dans le même moule, ou qu'elle écrit comme elle parle et comme elle pense, sans voir la moindre raison valable de s'écarter de ce modèle. Dommage !

J'ai quand même pris plaisir à cette heure de lecture que m'a permis ce roman et je ne vois aucune raison de lui donner 3 médiocres étoiles.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 septembre 2011
Je suis un fan de la première heure des romans d'Amélie, pour son humour cynique principalement. Les 3 derniers romans m'ont profondément déçu, et celui-ci vient s'ajouter à cette liste de "tas de papier". Je sens même une aggravation et n'ai éprouvé absolument aucun plaisir à cette lecture laborieuse et vide. C'était le dernier roman de Nothomb que j'achetais.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 juillet 2013
Encore un bon roman d'Amélie Nothomb dans un univers très particulier, celui du jeu et de la magie.
Malheureusement, on aurait souhaité que le sujet soit davantage développé pour le savourer plus longtemps.
Mais malgré le fait que l'on reste un petit peu sur sa faim, cela reste un bon moment qui se dévore en un rien de temps!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Puisqu'on parle de magie voilà une belle illusion mais avec des ficelles parfois grossières.
Dans le positif je dirai que c'est bien meilleur que ce qu'Amélie Nothomb à pu sortir ces derniers temps. L'histoire est prenante, je l'ai dévorée et ai bien aimé la fin inattendue quoi que pas tant que ça quand on est adepte de ce genre d'histoires.
Par contre tour de passe passe, ce livre à l'appellation roman reste pour moi une nouvelle, comme beaucoup des dernières productions de Nothomb. Je préférerais qu'elle écrive moins mais mieux et plus dense. Je m'en fiche d'avoir un"roman" par an, j'aurais aimé savourer celui là pour que le souvenir de ce livre ne s'échappe pas de ma mémoire au bout de quelques semaines... Et je parle en connaissance puisque j'ai relu hier ce livre et me suis aperçue seulement au bout de quelques chapitres que je l'avais déjà lu..
Nothomb est encore capable d'écrire de bonnes choses, il ne tient qu'à elle d'en écrire d'excellentes !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juin 2014
Ce n’est pas le premier roman d’Amélie Nothomb que je lis (avec plaisir) et ce ne sera sans doute pas le dernier : son style est toujours très fluide et très agréable à lire. De plus, ce sont souvent de courts romans (celui-ci fait 130 pages) qu’on termine donc assez vite. En gros donc, j’aime assez bien la plume d’Amélie Nothomb !

De plus, elle décrit souvent, si pas toujours, des cas psychologiques assez spéciaux mais néanmoins tellement humains et tellement proches de la réalité. On pourrait presqu’appeler ses romans de la psycho-fiction, mais assez proche du réel.

L’histoire ici, sans vouloir trop en dévoiler au risque de gâcher la découverte du roman, concerne un jeune homme qui cherche à trouver un père qu’il n’a jamais vraiment eu. Quand il en trouve enfin un, son histoire est assez chaotique et adolescente…. Mais est-ce bien celui-là le père à tuer ?

A suivre, dans le roman…
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 août 2011
Comme tous les ans c'est le premier livre de la rentrée littéraire..
Ce roman m'a particulièrement déçu, je ne reconnais pas la "patte d'Amélie"....pas d'humour ni de vocabulaire specifique....on dirait que ce n 'est pas elle qui a écrit le livre...à par 2-3 phrases de son cru....de sa patte! Rien de plus pour se régaler...elle qui nous emmenait souvent loin dans la reflexion!!!!
L histoire est également quelconque, un magicien...c'est plat...pas de quoi captiver le lecteur...c'est dommage...il va falloir attendre une année pour un nouveau Nothomb...
C'est une mauvaise année, un mauvais cru....ou mauvais choix....
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

5,90 €
5,10 €
6,10 €