Commentaires en ligne 


9 évaluations
5 étoiles:
 (6)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "Elle n'avait rencontré aucune famille aussi éprise de sa mythologie."
Alice,( la matriarche imperméable aux sentiments, une femme comme on n'aimerait pas en rencontrer pour de vrai), Kathleen, la fille, (ancienne alcoolique reconvertie dans l'élevage des vers de terre), Maggie (la petite fille trop accommodante) et Ann Marie , la belle-fille parfaite, sont réunies pour quelques jours dans la maison de vacances du...
Publié il y a 15 mois par cathulu

versus
2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un bon roman de plage, sans plus
Au début de l'été, Alice Kelleher, 83 ans, commence à vider la maison de vacances familiale dans le Maine: elle a décidé qu'après sa mort, la propriété située en bordure d'une plage privée, et évaluée à plus de deux millions de dollars, reviendrait à la paroisse locale...
Publié il y a 3 mois par Armalite


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "Elle n'avait rencontré aucune famille aussi éprise de sa mythologie.", 2 mai 2013
Par 
cathulu - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Maine (Broché)
Alice,( la matriarche imperméable aux sentiments, une femme comme on n'aimerait pas en rencontrer pour de vrai), Kathleen, la fille, (ancienne alcoolique reconvertie dans l'élevage des vers de terre), Maggie (la petite fille trop accommodante) et Ann Marie , la belle-fille parfaite, sont réunies pour quelques jours dans la maison de vacances du Maine
Si la situation géographique est idéale, la configuration familiale , elle, est pour le moins explosive ! On pouvait craindre le pire, clichés à gogo, situations convenues, mais, roman polyphonique, Maine alterne à chaque chapitre les points de vue et éclaire sous des angles différents les personnages. Nuancés, ils deviennent tour à tour attachants ou exaspérants , mais diablement humains. Notre opinion varie et nous éloigne de toute forme de caricature.
L'exploration psychologique est passionnante, les révélations se succèdent sans que le rythme fléchisse et l'on ne peut que se demander comment une "gamine" de trente ans peut avoir unr telle expérience humaine ! Si ce roman , impossible à lâcher, ne devient pas LE roman de l'été, c'est à n'y rien comprendre !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Attention, roman de l'été 2013 !, 14 juin 2013
Par 
Philisine Cave - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Maine (Broché)
Maine est un roman polyphonique aux quatre F :
1) famille, fortune, fuite et feu
ou bien
2) une vieille femme Alice, sa fille Kathleen, sa belle-fille Ann Marie et enfin Maggie la petite-fille.

Chez les Kelleher, on se partage les mois d'été pour jouir de la résidence familiale du Maine: juin est réservé à l'aînée Kathleen (ex-alcoolique repentie, exilée sur la côte ouest, le plus loin possible du clan) et sa progéniture dispersée (Maggie et Chris) ; juillet est l'occasion de retrouver le benjamin Patrick et sa desperate housewife avant l'heure Ann Marie (accompagnés de la tribu de Patty, plus rarement de Fiona et de Little Daniel) et enfin, août appartient à la cadette Clare. Cette organisation permet à chacun de s'éviter copieusement tout en gardant un oeil sur l’aïeule Alice, souvent acariâtre et difficile, sauf avec le père Donnelly à qui elle donnerait -le bon dieu sans confession- tout ce qui lui est le plus cher. Bien sûr, dans ce genre de famille, on parle de tout et surtout de rien : on évite d'aborder les soucis passagers, voire les très gros ennuis car rien ne vaut l'apparence et la paix sociale. Mais comme toujours, il faut trois broutilles pour que le mécanisme bien huilé vrille et que les secrets les plus enfouis éclatent au grand jour... pour notre plus grand plaisir ! (oui, le lecteur peut se révéler sadique).

Un roman éblouissant de maîtrise, drôle et foncièrement sarcastique : les quatre personnages féminins bien campés se distinguent très rapidement et dévoilent leurs états d'âme. Chacune suit son chemin -de croix- : Kathleen se découvre maternante quand il le faut, Ann Marie fait preuve de caractère et envoie bazarder tout ce petit monde (malgré les maisons de poupée), Maggie joue l'électron libre et liant au final les morceaux dispersés de cette famille d'origine irlandaise quelque peu décomposée et enfin, Alice apprend à se pardonner. Pas de manichéisme ou d'eau de rose, pas de happy end, juste un peu plus de considération et d'acceptation de soi, une tribu brut de décoffrage dont j'ai aimé lire l'évolution.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 maine, 24 novembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Maine (Broché)
un formidable roman empreint de nostalgie
un attachement a un lieu de vacances désormais peuplé des fantômes d une famille qui c est perdue ,dans l incompréhension ;les non dits et le chacun pour soit ,,,,tellement d actualité cette histoire
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Dans la famille Kelleher je voudrais la mère ..., 15 juin 2014
Par 
BMR & MAM "BMR & MAM" (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Maine (Format Kindle)
Dans la famille Kelleher, je voudrais la mère ...
On connaissait déjà le Maine (qui est un peu aux new-yorkais et aux bostoniens, ce que la Normandie est aux parisiens) depuis les parties de pêche du regretté William G. Tapply et ses trop peu nombreux polars ou les parties de chasse un peu folles de Gerard Donovan.
Voici un autre voyage organisé cette fois par Julie Courtney Sullivan, une auteure tout juste trentenaire. C'est là son second roman après Les débutantes (pas lu).
Saga familiale, roman choral, manifeste féministe, ... autant de classifications bien réductrices.
Oui, bien sûr il est question d'une famille.
Oui, bien sûr il est question de femmes.
Quatre femmes d'une même famille s'expriment chacune leur tour, au fil des chapitres, sur leur vie, leurs états d'âme, le poids de leur passé, les éducations et les hérédités pas toujours bien assumées, ...
Dans le Maine pas plus qu'ailleurs, on ne choisit sa famille. On ne s'aime donc pas plus qu'ailleurs. Et les regards des unes portés sur les autres ne sont donc pas plus tendres qu'ailleurs.
Sauf que J. Courtney Sullivan nous promène fort justement de l'une à l'autre.
Quatre portraits de femmes : la grand-mère, la mère, la fille, la pièce rapportée ...
Et telle qui se montrait tout à fait insupportable dans ce chapitre, apparaîtra quelques pages plus loin comme une personnalité bien plus complexe, plus riche et plus intéressante qu'au premier regard.
Une famille irlandaise, chaotique et catholique, quatre femmes et une maison de famille à Cape Neddick dans le Maine. Vieilles disputes, secrets inavoués, rancunes tenaces et jalousies entretenues : famille je vous aime.
Bien vite après quelques pages, l'ironie mordante ne prête plus à sourire : on comprend alors que chaque méchanceté, chaque vacherie, chaque rosserie, n'est finalement qu'un symptôme de plus de blessures profondes et douloureuses.
Aucune pesanteur dans ce gros pavé (plus de 400 pages : il faut du temps et de la patience pour plonger jusqu'au cœur de ces femmes) fait d'introspections, de dialogues et de souvenirs. L'écriture est agréable et fluide, au standard américain donc sans grande originalité mais parce que toute la place est laissée au sujet et à sa narration. Il ne se passe pas grand chose dans ce roman : peu ou pas d'action, on passe d'un personnage à l'autre, on découvre peu à peu toute l'histoire de cette famille et de ces femmes et l'on devine qu'au fil des pages, trois ou quatre générations finiront par se retrouver sous le même toit. Mais c'est captivant et lorsqu'aux trois-quarts du bouquin les quatre femmes se télescopent enfin, quel feu d'artifice (on approche d'ailleurs du 4 juillet) : on les connait bien désormais et leurs dialogues sont un vrai régal.
Ce qui rend ces femmes passionnantes et attachantes (alors qu'elles sont au demeurant exaspérantes et irritantes) ce sont bien leurs difficultés à endosser le rôle qui leur est donné : bonne épouse ou bonne mère, chaque génération a eu, a ou aura bien du mal à entrer dans le carcan, beaucoup de mal.
Le regard de la jeune J. Courtney Sullivan est étonnamment juste et perspicace.
Férocement désabusé aussi.
Theoma titrait son billet "les dents de la mère" et c'est bien de cela dont il est question tant cette maternité, souvent toxique, est au centre de ces histoires et de ce roman.

[...] Elle finit par se redresser et appeler sa mère. Elle ne pouvait pas garder le secret plus longtemps. Cet enfant la rendait littéralement malade (était-il possible d’être allergique à son propre fœtus ? Non, cela paraissait ridicule).
[...] C’est la maternité en général qui rend une femme folle. Toutes ces hormones te tombent dessus. Tu n’arrives pas à dormir. Tu ne peux pas raisonner cette créature hurlante. Avant d’avoir des enfants, je croyais que les gens qui secouaient les bébés étaient des monstres. Après, je me suis rendu compte que cette pulsion est totalement naturelle. C’est s’en empêcher qui demande des efforts. »
[...] C’était une malédiction bien particulière d’avoir une mère superbe, alors que vous-même n’étiez que dans la moyenne.
[...] Quand elle était petite, sa mère l’avait traînée à de nombreuses réunions des Alcooliques Anonymes, parce qu’elle ne trouvait pas de baby-sitter mais également parce qu’elle y voyait une sorte de traitement préventif.

En contrepoint, les hommes, pères ou maris, sont insignifiants, fondus dans le décor de la maison et donc presque absents de l'histoire, parfois même franchement décédés, ce qui est fort pratique pour les idéaliser et nous éviter d'avoir à regarder à l'intérieur ... La question des femmes suffit à J. Courtney Sullivan.
Pour celles et ceux qui aiment le Maine et les femmes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 très bon, 16 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Maine (Broché)
un très bon roman intergénérationnel où s'entremêlent les personnalités puissantes et contradictoires des 4 femmes du roman.
J'ai adoré le style de l'écriture,fluide,passionnante,attachante.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Un véritable régal, 19 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Maine (Poche)
Habitué de lire des polars j'ai acheté ce livre sur les conseils de Télérama et je me suis régalé, moi, je trouve ces quatre femmes extraordinaires, et pour les réfractaires à l'hebdo. télé, ce n'est pas du tout intello.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Coup de coeur !!!, 11 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Maine (Poche)
Livre passionnant. 3 générations de femmes dans la maison de vacances... Nostalgie et souvenirs. 4 femmes à caractère. J'ai adoré. Pour moi un véritable coup de coeur
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Tres bon livre...., 29 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Maine (Poche)
J'ai passé un excellent moment à lire ce livre :presque un coup de coeur!!Trois generations de femmes,trois façons de voir la vie....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un bon roman de plage, sans plus, 13 mai 2014
Par 
Armalite - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Maine (Poche)
Au début de l'été, Alice Kelleher, 83 ans, commence à vider la maison de vacances familiale dans le Maine: elle a décidé qu'après sa mort, la propriété située en bordure d'une plage privée, et évaluée à plus de deux millions de dollars, reviendrait à la paroisse locale qui l'a tant soutenue dans ses épreuves, et notamment après le décès de son mari Daniel dix ans plus tôt. Elle sait que ses enfants seront furieux, aussi ne leur a-t-elle encore rien dit.
Pendant ce temps, sa petite-fille Maggie découvre qu'elle est enceinte au moment où son petit ami Gabe, avec lequel elle a une relation très instable depuis deux ans, rompt avec elle.
Kathleen, la fille aînée d'Alice, ne s'est jamais entendue avec sa mère. Dotée d'un caractère rebelle, elle a été alcoolique pendant 20 ans avant de divorcer du père de Maggie et de reprendre sa vie en mains. Aujourd'hui, elle vit en Californie avec son petit ami hippie et fabrique de l'engrais à partir de déjections de vers de terre.
Quant à Ann Marie, la très pieuse belle-fille d'Alice dont elle a épousé le fils chéri Patrick, elle vient d'apprendre qu'elle fait partie des dix finalistes d'un prestigieux concours de maisons de poupée et ne se tient plus de joie. Elle va pouvoir se faire mousser aux yeux de Steve, le voisin avec qui elle flirte depuis quelques mois!
Lorsque Maggie, Ann Marie et Kathleen débarquent l'une après l'autre dans la maison du Maine pour les vacances d'été, les relations tendues entre elles vont mettre à jour les secrets de chacune...

J'avais beaucoup aimé "Les débutantes", premier roman de J. Courtney Sullivan, aussi me suis-je facilement laissé tenter par "Maine", d'autant que j'ai un faible pour les histoires de famille. Mais très tôt dans ma lecture, j'ai noté de nombreuses similitudes avec "Nos plus beaux souvenirs" de Stewart O'Nan, un de mes gros coups de coeur littéraires de l'an dernier, et... "Maine" ne tient tout simplement pas la comparaison. Oh, il se laisse lire sans déplaisir, même si Alice est parfaitement odieuse, Ann Marie incroyablement agaçante et Kathleen parfois gonflante. La révélation progressive du drame à l'origine de la formation du couple Alice-Daniel tient en haleine sur 600 pages, et les points de vue très différents des quatre femmes décortiquent assez bien la dynamique d'une famille sur plusieurs générations. Mais il n'a pas la profondeur psychologique et l'incroyable humanité de "Nos plus beaux souvenirs". C'est, en résumé, un bon roman de plage, vite lu et tout aussi vite oublié.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Maine
Maine de J. Courtney Sullivan (Poche - 30 avril 2014)
EUR 8,30
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit