undrgrnd Cliquez ici Baby ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

1,6 sur 5 étoiles7
1,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
6
Format: PocheModifier
Prix:6,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Bertrand Renouvin me rappelait dernièrement, en souriant, que BHL était venu pour ses trois premiers bouquins ("La Barbarie à visage humain", "Le testament de Dieu" et "L'idéologie française" aux fameux Mercredis de la NAR. A l'exposé de ce dernier ouvrage, il fut hué, conspué, et faillit sortir à coups de pieds aux fesses. BHL n'a plus jamais été invité depuis, se répandant que la NAR avait disparu - un mensonge de plus ou de moins qu'est-ce ?

Je me suis amusé à collectionner quelques critiques percutantes sur "L'idéologie française", cette infamie intellectuelle, cette insulte à l'Histoire de France, ce crachat aux idées :

Alain Soral :

"Contenu objectif : Esprit français = fascisme = contraire de l'esprit des Lumières (colossal paradoxe, l'esprit français étant l'accoucheur historique de l'esprit des Lumières). Conséquence : Esprit français = Pétain = Shoah, et bien sûr, on le sentait aussi venir : Lumières (puisque pas françaises) = judaïsme !"

Raymond Aron, philosophe, juif, résistant, qui fut des premiers à rejoindre la France Libre à Londres (cf. "Alias Caracalla" de Daniel Cordier) s'emporta contre cette déjection de la sous-culture :

« Un auteur qui emploie volontiers les adjectifs infâme ou obscène pour qualifier les hommes et les idées invite le critique à lui rendre la pareille. Je résisterai autant que possible à la tentation, bien que le livre de Bernard-Henri Lévy présente quelques-uns des défauts qui m'horripilent : la boursouflure du style, la prétention à trancher des mérites et des démérites des vivants et des morts, l'ambition de rappeler à un peuple amnésique la part engloutie de son passé, les citations détachées de leur contexte et interprétées arbitrairement. » (L'Express, 7 février 1981).

Andrea Massari, sur le site Internet "Polemia" :

"Avec l' « Idéologie française », publié chez Grasset en 1981, BHL fonde la démarche de culpabilisation permanente de la France, puisque toutes ses gloires intellectuelles - Voltaire, Gobineau, Péguy, Maulnier et même Jean Jaurès - y sont présentées comme « préfascistes » et traînées au banc d'infamie.

C'est aussi l'exaltation des valeurs universelles et éternelles de « l'homme abstrait » et le dénigrement de « ces peuples d'autochtones enchaînés à leurs collines, enchaînés à leur clocher » (p. 212) et même la haine lyrique de la France charnelle :

« Qu'y a-t-il de plus imbécile, de plus bêtement obscurantiste qu'un nationaliste qui, dans les oeuvres de l'esprit, dans un livre ou dans une toile, s'attache à retrouver la trace d'un hypothétique génie français ? C'est un régionaliste qui dans les même oeuvres de l'esprit, dans le même livre ou la même toile, ne hume plus que les parfums de Lorraine, des grasses terres de Beauce ou des embruns bretons » (p. 214)."

Ces engagements valent à BHL un portrait au vitriol par Régis Debray dans "Le B.A. BA du BHL : Enquête sur le plus grand intellectuel français" :

"Nous avons les divas que nous méritons. Le fric, l'image et le lieu commun sont les trois pilotis de notre système social. BHL réussit la synthèse. Il mérite sa place."
1111 commentaires27 sur 29 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dès 1981, dans un commentaire cinglant de L''idéologie française, essai de Bernard-Henri Lévy sur la Collaboration, Raymond Aron notait dans L'Express :
« Un auteur qui emploie volontiers les adjectifs infâme ou obscène pour qualifier les hommes et les idées invite le critique à lui rendre la pareille. Je résisterai autant que possible à la tentation, bien que le livre de Bernard-Henri Lévy présente quelques-uns des défauts qui m''horripilent : la boursouflure du style, la prétention à trancher des mérites et des démérites des vivants et des morts, l''ambition de rappeler à un peuple amnésique la part engloutie de son passé, les citations détachées de leur contexte et interprétées arbitrairement. »
A l''époque, on lisait les livres du nouveau philosophe avant de se prosterner aux pieds de leur auteur. Ca continue, hélas.
55 commentaires46 sur 51 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 janvier 2014
C'est honteux.
Philosophie de supermarché, égo surdimensionné, auteur médiocre, falsification, triche, mensonge, escroc de grande envergure. Ce livre est exactement au meme niveau que les autres, au niveau de la poubelle. Cela vient confirmer que cet horrible personnage est un escroc en matière de littérature et de philosophie, et un type détestable humainement.
0Commentaire12 sur 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mai 2009
En 1979, le philosophe Cornelius Castoriadis admettait sa perplexité devant le « phénomène BHL » : « Sous quelles conditions sociologiques et anthropologiques, dans un pays de vieille et grande culture, un 'auteur' peut-il se permettre d'écrire n'importe quoi, la 'critique' le porter aux nues, le public le suivre docilement ' et ceux qui dévoilent l'imposture, sans nullement être réduits au silence ou emprisonnés, n'avoir aucun écho effectif ? »
Optimiste, Castoriadis ajoutait néanmoins : « Que cette camelote doive passer de mode, c'est certain : elle est, comme tous les produits contemporains, à obsolescence incorporée. »
Trente ans plus tard, la « camelote » se vend toujours.
Hélas.
0Commentaire46 sur 52 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 20 décembre 2013
"L'idéologie française" fait parti des premiers essais de Bernard-Henry Levy, écrivain médiocre et malheureusement sur-médiatisé. La thèse qu'il défend est plus que grotesque : la France est la patrie véritable du fascisme et du national-socialisme qui a engendré la bête immonde que l'on sait. A partir des textes d'écrivains de la fin du XIXeme siècle jusqu'aux années 1930 BHL prétend résumer ce qu'est "l'Idéologie française". Il faudrait rappeller à cet inculte que la France ne commence pas avec Drumont ou Gobineau mais qu'elle a 1500 ans d'histoire qui ont vu passer Montaigne, Descartes, Pascal et autres qui eux ont véritablement formé la singularité de pensée française.

L'apprenti philosophe commence très fort (p.68): "Oui, c'est cet homme là, ce sont tous ces hommes-là[Barrès, Maurras,Sorel, Péguy...] qui, pour la première fois dans notre histoire moderne perpétrèrent le crime de le plus absolu de légaliser le racisme et la xénophobie. C'est dans leurs rangs, dans leurs seuls rangs que se pensa et se planifia la solution finale à la française. Ce sont ces cervelles banales [...] qui accouchèrent, durant quatre ans, de la version française, si profondément française, de l'abjection du siècle."
Plus loin il reprend de plus belle (p.125) : "Je crois, effectivement, qui'il y a eu un demi-siècle avant Vichy, un national-socialisme à la française. Mieux : que la France, la patrie des droits de l'homme de nouveau, est, en un sens, la propre patrie du national-socialisme en général".
Les 300 pages du livre sont de cet acabit, BHL généralise à la France entière ce qu'une poignée de penseurs à pu dire à une époque donnée. Il fait du racisme et plus loin du sempiternel antisémitisme la marque de fabrique de la France. On n'a jamais vu quelqu'un détester autant le pays dans lequel il vit. Le contenu du livre est tout de même assez creux et reflète bien le vide de la pensée de ce triste individu. Un vide qu'il essaye de combler par un style lourd, ennuyeux et très formaté. Petit exemple (p.199) : "D'abord donc, le désordre. La cacophonie des énoncés. La pluralité des axes, des pôles, des crêtes discursives. Le jeu des contradictions même, des oppositions, des antinomies - un logicien dirait : des amphibologies - qui déchirent visiblement la trame de notre corpus. Et dont je voudrais sans plus de détour, donner quelques exemples simples, courants, présents à tous les esprits. Pour montrer qu'en réalité, et pour peu qu'on les examine de plus près, elles sont souvent plus feintes qu'effectivement contradictoires." On le voit, c'est totalement surfait et totalement creux dans le fonds.

Le clou du spectacle vient quant il donne sa définition du fascisme : (p.252) " Le fasciste ne dit pas " Vive les dogmes"; mais plutôt, et plus radicalement : "Tout - à commencer par les valeurs - est relatif." On sais pas trop s'il faut rire ou pleurer devant autant de stupidité. Dans les dernières pages on droit à l'apologie de la démocratie ploutocratique américaine qui achève de ridiculiser le livre, avec ce poncif absurde : patriotisme ou nationalisme = racisme, xénophobie et antisémitisme mais démocratie = cosmopolitisme = métissage = meilleur des mondes. Le problème c'est qu'à trop vouloir métisser on finit aussi par détruire toutes les cultures et supprimer la diversité...
Mais le plus étonnant c'est que BHl est très excité quand il s'agit de critiquer les tendances politiques françaises nationalistes mais il n'applique pas du tout le même procédé lorsqu'il s'agit de parler d’Israël (Etat auquel il est viscéralement attaché). BHL n'et pas du tout dérangé par le passé d’Israël (épuration ethnique de 1948 contre les palestiniens) ou par son présent (colonisation et dérives racistes). Le mystère reste entier.
En tout cas pour résumer, un livre d'un mauvaise foi considérable et rempli de haine qui mériterait d'être rangé au panthéon de la médiocrité.
22 commentaires13 sur 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juin 2009
Un ramassis de sottises incitant à la haine raciale envers le français moyen, dans lequel BHL n'a aucuns scrupules à faire passer, à partir de cas isolés, le peuple de France comme congénitalement fasciste et antisémite (cela tourne à l'obsession chez ce denier). Rappelons que la France, modèle d'universalisme, c'est la pensée des Lumières, la commune de Valmy, que lorsque les pays voisins basculaient dans le fascisme la France votait Front Populaire, que 80% des juifs de France ont échappés à la déportation grâce à la résistance des Français aux lois anti-juives et que la persécution juive EN FRANCE, c'est 80.000 déportés sur 550.000 victimes françaises... il serait grand temps de revenir à une saine réalité des choses, les français étaient loin d'être du côté des fascistes.
44 commentaires39 sur 47 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 septembre 2013
J'ai lu ce bouquin, lecture un peu ardue mais ce sont des idées justes et avec lesquelles je suis entièrement d'accord.
11 commentaire3 sur 21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

22,00 €
7,80 €