undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

3,3 sur 5 étoiles61
3,3 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 13 janvier 2003
Dans La mémoire des murs, l'auteur aborde un sujet plutôt surprenant : l'héroïne ressent physiquement le drame subi par une jeune victime dans son appartement. Cette sensibilité extrème va tourner à l'obsession, au point de vouloir rendre une sorte d'hommage à la victime. Un hommage que l'héroïne va étendre à d'autres victimes inconnues d'elle ainsi que particulièrement bien connues. Le thème n'est pas des plus gais et pourtant on lit ce roman d'une traite tant l'auteur révèle une finesse d'esprit très poussée. L'intrigue est bien montée et chaque personnage interpelle. Ce roman prend à bras le corps parce qu'il souligne intelligemment tout ce que chaque humain veut enfouir. Il ne peut pas laisser de glace. T. de Rosnay possède un sixième sens, son roman le prouve!
11 commentaire|21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mai 2008
Un seul conseil à vous qui allez ouvrir La Mémoire des murs : Ménagez vous deux à trois heures de liberté pour vous consacrer à cette pierre précieuse ! Coupez votre portable, déconnectez vous de facebook, isolez vous ! Car vos amis ou vos proches ne comprendraient pas cette asociabilité soudaine qui vous frappe ce jour-là. Prévoyez également un peu de temps pour récupérer, car vous sortirez à bout de souffle de cette expérience.

Pascaline Malon, informaticienne de quarante ans, a décidé de donner un nouvel élan à sa vie de femme divorcée. Elle loue un deux-pièces calme et clair. Le souvenir de Fréderic, son ancien mari, est encore très présent, mais Pascaline est une battante et semble décidée à tourner la page.

Mais très rapidement, elle ressent des ondes négatives dans cet appartement. Elle apprend qu'un crime odieux a été commis par un serial killer dans cette chambre qui est maintenant la sienne. Pascaline est traumatisée par ce drame. Elle recherche des informations sur ce tueur en série, sur Anna, la victime, et sur toutes celles qui ont subi, ensuite, le même sort qu'elle. Peu à peu sa vie bascule. Une blessure secrète resurgit. Pascaline n'écoute plus ceux qui souhaitent l'aider, elle se coupe progressivement du monde.

Ce roman, écrit à la première personne, nous plonge au plus profond des secrets de cette héroïne qu'on aimerait tant protéger. Et on assiste, impuissant, à cette ronde frénetique dans laquelle Pascaline se lance à corps perdu. Les petites lumières s'éteignent les unes après les autres. N'y a-t-il d'autre issue que cette nuit noire qui progressivement l'ensevelit ?

Comme dans tous les romans de Tatiana de Rosnay, il est des scènes qui resteront à jamais gravées dans votre mémoire : ce plafond sous lequel Pascaline s'abandonne, malgré elle, à un amant qu'elle ne désire pas ; la soirée où Fréderic regarde un match de football à la télé, tandis que Pascaline préfère aller au cinéma ; cette marche autour de la prison de la santé, où l'héroïne trace une frontière invisible entre le criminel et ceux qu'elle aime '

La Mémoire des murs est un diamant noir : il est magnifique et tranchant comme le diamant; noir comme l'obsession, le viol, le crime, la folie et la mort.

A ceux qui pensaient que les murs n'ont que des oreilles, Tatiana de Rosnay démontre de la plus belle façon qui soit, qu'ils ont aussi une mémoire (avec la souriante complicité de Koryfée).
GJ
11 commentaire|25 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 janvier 2003
Qui ne s'est pas demandé, en arrivant dans un nouvel appartement, si il ne s'était pas passé quelque chose dans ces nouveaux murs ? ce livre explore avec sensibilité cette peur là...à ne pas lire tard le soir....
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 août 2007
C'est suie aux bonnes critiques lues ici ainsi que dans un magazine dit "sérieux" que j'ai lu "La Mémoire des Murs", dont le sujet, en plus, m'intriguait, me fascinait... Las, après un début prometteur, on finit par s'ennuyer... Je n'aime pas l''écriture de Tatiana de Rosnay, plate, sans saveur, sans "tripes". Les tribulations de l'héroïne, Pascaline, finissent par agacer: on en vient à se demander qui pourraient la secouer... Pourtant le sujet, lieux "hantés", nevrose post-traumatique, solitude, auraient pu faire un bon livre... Mais non... S'il est encore temps, passez votre chemin, il y a mieux à lire!
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 novembre 2006
Dans les murs de son tout nouvel appartement, après son divorce, Pascaline ressent très vite de singuliers malaises. Ils la conduisent à découvrir qu'elle perçoit le terrible drame s'y est perpétré et dont la mémoire se serait inscrite dans les lieux. Sa vie commence alors à basculer, ses habitudes se modifient, sa personnalité se tranforme.

Aussi, comme obnubiléee, elle n'aura de cesse de glaner les informations concernant ces viols et assassinats en série de jeunes filles dont une des victimes habitait justement son tout nouveau logement. Mais c'est son propre passé, tissé en toile de fond, son incommensurable traumatisme, qui dirige cette obsession investigatrice à propos de ces crimes en série, jusqu'à flirter avec la démence. Des cicatrices encore très vives qui semblent se réveiller dans ces murs chargés d'une dramatique mémoire.

Il me semble difficile d''en dire davantage sans en dévoiler l''intrigue. Il s'agit en tout cas, comme dans l'ensemble des livres de cette auteure, d'un suspense psychologique mené toujours aussi subtilement, mêlant émotion et situation d'attente.

Un livre rapide, prenant qui peut se lire d'une traite.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mai 2011
Pascaline vient de divorcer, elle doit refaire sa vie ailleurs.
Elle pense avoir trouvé l'appartement où elle pourra commencer sa nouvelle vie mais à peine a-t-elle pris possession des murs qu'elle ressent un malaise, des angoisses incompréhensibles jusqu'à ce qu'elle apprenne qu'un horrible meurtre a été commis dans cet appartement.
Elle finit par s'intéresser à cette affaire qui a fait les gros titres des faits divers, et qui cache encore d'autres meurtres. Ses victimes deviennent une obsession pour Pascaline et la renvoie à un drame survenu dans sa propre vie.
Alors que de son côté, son ex mari refait sa vie et va devenir père, Pascaline plonge dans un gouffre obscur.

La fin est vraiment surprenante voire ahurissante et on ne s'y attend vraiment pas. C'est un bon roman qui aurait mérité quelques pages supplémentaires, plus de détails pour être plus aboutit.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 octobre 2015
ce n'est pas un livre transcendant, j'ai lu des livres bien mieux que celui ci même s'il traite d'un sujet qui est la sensibilité à fleur de peau
cela part pas trop mal, le cheminement de la folie de Pascaline, se libère au fur et a mesure de la lecture mais traine en longueur
je suis restée sur ma faim, il manque des pages pour que ce livre soit vraiment abouti
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 août 2013
très bien écrit, l'histoire est prenante. on est rapidement installés dans un sentiment de malaise et d'opression...J'ai trouvé par contre que l'histoire rappelait trop Guy George et ses victimes...
Je l'ai en revanche lu après "Elle s'appelait Sarah", donc forcément un peu déçue par la longueur et la structuration. Mais bon livre dans l'ensemble....
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 octobre 2003
La citation d'introduction du livre est prise de « Dora Bruder » de Patrick Modiano : « On se dit qu'au moins les lieux gardent une légère empreinte des personnes qui les ont habités. » Fascinée par les espaces habités, Tatiana de Rosnay explore une nouvelle fois, mais sous un autre angle, les lieux et leur effet sur ceux qui y ont vécu. Pascaline, quarante ans et informaticienne, récemment divorcée, emménage dans un nouvel appartement à Paris. Très vite, elle se sent mal à l'aise, et apprend qu'un meurtre, un parmi plusieurs commis par un seul homme, s'est déroulé dans sa nouvelle chambre à coucher. Au fil des jours, elle devient obsédée par cet événement, recherche jusqu'aux plus petits détails les faits du drame, se renseigne sur ce tueur en série, pousse l'obsession jusqu'à se promener autour de la prison où est détenu le coupable. On est très vite pris dans l'engrenage de la folie, on suit Pascaline pas à pas, on se demande jusqu'où tombera cette femme secrètement fragile ; Tatiana de Rosnay décrit très bien ce plongeon dans l'abîme, dans la folie. Plume claire et vive, qui nous fait haleter en tempo, les pages s'envolent, et la fin est surprenante.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 décembre 2015
Ayant lue tous les romans de tatiana de rosnay, je dois avouer avoir été extrêmement déçue par celui-ci !!!J'ai trouvé l'histoire dérangeante et empreinte de voyeurisme même si elle dit ne pas s'être inspirée de faits réels!!!Ben voyons!!!!!Si vous pensez passer un bon moment vous serez peut-être déçu...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,10 €
7,10 €
6,60 €
5,40 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)