undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles12
3,8 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:16,30 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 3 octobre 2011
Voilà un brûlot que nous fournit Hervé Algalarrondo, « La gauche et la préférence immigrée » et contre lequel la nomenklatura intellectuelle qui détient un quasi monopole dans les médias, hésite à cette date entre le lynchage et le mépris d'un silence total, ce qui évite les vagues du débat.
Reprenant des thèses développées notamment par Emmanuel Todd (Après la démocratie) et Christophe Guilluy (Fractures françaises), il montre comment la Gauche, aujourd'hui représentative des préoccupations des classes moyennes aisées, les bobos, a délégitimé les revendications des classes populaires d'origine française ou anciennement immigrée, les a reléguées médiatiquement dans le no-man's land du non-être, politiquement dans le vote frontiste et géographiquement dans les zones péri-urbaines et rurales, passant de la prolophilie à la prolophobie, substituant une xénophilie à son ancien ouvriérisme. Emblématique est l'affection irrationnelle et immodérée d'un Badiou envers les immigrés, qui, au comble, tient même plus encore de « xénolâtrie »!
Parmi les caractéristiques du comportement collectif des classes moyennes aisées, il en est une que les marxistes ont depuis longtemps pointée, le fait que ces classes sociales sont « assises entre deux chaises », attachées à leur bien-être matériel tout en tenant à se conserver une bonne conscience, affichant un vernis idéologique de générosité et profitant des injustices. Bref, elles veulent avoir le « beurre et l'argent du beurre », le confort matériel, tout comme le confort moral. C'est un thème récurrent depuis Beaumarchais qui raillait déjà en 1792 les « Tartuffes humanitaires ».
Les bobos immigrationistes sont les premiers à exploiter les immigrés (nounous, femmes de ménage non déclarées, agents de sécurité, petits commerçants sans horaire exploitant toute la famille, restaurants pas chers car sous-payant leurs employés, dont le plongeur malien idolâtré par Badiou...), prônant la mixité sociale mais choisissant d'habiter des immeubles qui dans les faits excluent toute cohabitation, plaçant leurs enfants en école privée plutôt qu'à la communale. Ah! Certes le vernis des niveaux de langage sauve les apparences! Le bobo ne dira pas qu'il refuse que « son enfant soit avec des Arabes », car ceci est trop inconvenant. Il dira « je veux pour mon enfant un environnement éducatif épanouissant ». Vertu des euphémismes! Les bobos sont habitués à cet univers dissocié, le réel d'une part, les apparences de l'autre.
Mais gare! Car lorsque ces classes sont mises par les circonstances historiques devant l'alternative d'avoir à choisir entre « le beurre » ou « l'argent du beurre », le confort matériel ou la bonne conscience, elles optent toujours pour le premier, et s'associent aux solutions les plus brutales. Cette petite bourgeoisie, classes moyennes indépendantes ou salariées, a été, ne l'oublions pas, le socle social des fascismes européens du 20ème siècle.
L' épisode de la Révolution de 1848 est exemplaire de ce type de basculement. A l'abri de la monarchie de Juillet, la petite bourgeoisie prospère, alors que s'accumule la pauvreté ouvrière. Mais elle porte le romantisme à son épanouissement, elle est sociale, saint-simonienne, ouvriériste. « Chapeau bas devant la casquette! » est son mot d'ordre. Cependant, dès les premières peurs elle bascule dans la réaction et l'ordre moral, faisant fi des belles idées, et acclame les bataillons d'Afrique de Cavaignac qui massacrent les ouvriers. Les grands principes, c'est la cerise sur le gâteau, mais pour laquelle la petite bourgeoisie sait toujours ne pas sacrifier l'essentiel, à savoir le gâteau de ses intérêts.
C'est pourquoi il faut considérer l'évolution de l'idéologie de la petite bourgeoisie non par elle-même, mais mue par des causes socio-économiques de fond.
Dire comme H.Algallarondo que les classes moyennes aisées se sont détachées du prolétariat en 1968 suite au mauvais accueil que Sartre et les étudiants ont reçu chez Renault à Billancourt, c'est un peu rapide. Car les classes moyennes aisées, hormis les fonctionnaires, étaient alors, tout au long des « Trente Glorieuse », plutôt conservatrices que de gauche, la preuve en étant d'ailleurs du vote de juin 68. C'est la génération montante des jeunes étudiants qui l'était, de gauche, et non leurs parents. Ces jeunes anticipaient par leur idéologie libertaire le consumérisme des décennies suivantes, idéologie internationaliste et hédoniste qui a si bien cadré avec la mondialisation heureuse, cette orgie de consommation hypothéquant l`avenir. Cette jeunesse a mis une vingtaine d'années pour accéder aux postes de responsabilités, le temps de succéder à leurs parents, tout simplement, et ce n'est qu'à la fin des années 80 que leur promotion a été accomplie. Dès lors, partis de gauche, médias, administrations, et conseils d'administration sont acquis à cette idéologie libérale-libertaire, xénophile et prolophobe.
Toutes ces classes moyennes aisées sont passées, par succession des générations, non pas de l'ouvriérisme mais du conservatisme à la prolophobie teintée de xénolâtrie. Les villes de Paris et de Lyon en sont un bon exemple, de Chirac à Delanoë. Si les partis politiques de gauche ont abandonné leur culte de l'ouvrier rédempteur, ce n'est pas parce que leurs militants ont changé d'avis, c'est parce que leur militants ont changé, tout simplement. Place aux jeunes! Les vieux militants du PC, pour nombre, sont passés au FN. Et la Marine d'en appeler au souvenir de Georges Marchais!
Mondialisation heureuse seulement pour les classes moyennes aisées et pour les détenteurs de capital, cela va sans dire. Car la note a été jusqu'à présent payée surtout par la classe ouvrière confrontée au chômage, aux délocalisations, à la dégradation de son cadre de vie.
L'autre catégorie sociale qui a payé les frais de la mondialisation, c'est la jeunesse dont les conditions d'embauche et d'emploi se sont terriblement dégradées.
Jusqu'au tournant des année 2005, les classes moyennes aisées n'ont que peu été touchées. Mais voilà brusquement la crise qui les rattrape, leur pouvoir d'achat se dégrade. Les bobos mondialistes constatent brutalement que consommer à crédit n'a qu'un temps, que les oreilles d'âne de Pinochio sont en train de leur pousser et surtout pousser à leurs enfants, et bientôt leur tour viendra d'avoir à payer les conséquences du colossal déséquilibre commercial qui s'est creusé entre Chine et pays occidentaux.
Ils voient leurs enfants devoir payer les pots cassés, là où eux-mêmes avaient engrangé ce que leurs parents avaient construit. Et ces enfants de contester le soixante-huitardisme, un sacrilège!
Ils voient aussi avec horreur que les populations immigrées des banlieues pour l'accumulation desquelles ils ont tant oeuvré de manière irresponsable et contra-cyclique et qui ne peuvent trouver d'emploi dans les usines maintenant fermées, deviennent une classe dangereuse.
Tout se met en place pour un revirement brutal de l'idéologie des bobos.
La grande surprise électorale des années 80 a été le basculement de masses ouvrières vers le vote lepéniste.
Il y a fort à parier que la surprise des prochaines échéances électorales sera la lâchage de la Gauche par les classes moyennes aisées. Déjà en 2007, le vote Sarkosy en donnait une indication. Mais celui-ci n'est plus crédible en fin de mandat.
Reste donc Marine Lepen qui, gageons-le, va s'efforcer dans les mois précédant la présidentielle de 2012, de séduire cet électorat. Elle sait qu'elle a le vent en poupe, et qu'un boulevard est ouvert devant elle.
1919 commentaires|96 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 14 janvier 2012
Déjà, le titre peut surprendre par sa provocation : « La gauche et la préférence immigrée ». La thèse, elle-même, est aux antipodes du « politiquement correct » dominant. Par « préférence immigrée », il ne faut pas comprendre, évidemment, que la gauche, en cas de victoire, accorderait des avantages sociaux aux immigrés qui feraient défaut, en revanche, aux nationaux. En fait, la préférence immigrée définit une attitude qui tend à faire de l'immigré la figure privilégiée des luttes politiques. Algalarrondo s'attache notamment au « Malien qui fait la plonge dans un restaurant chinois » qui est devenu chez bon nombre de gens de gauche, à la suite du philosophe Alain Badiou, l'archétype du travailleur surexploité et remplace ainsi le traditionnel OS du travail à la chaîne en usine.
Le livre est bien sûr un pamphlet, sans doute vite écrit. Une analyse rigoureuse de l'ensemble de la production rhétorique de la gauche ne permettrait probablement pas d'étayer une conclusion aussi tranchée qu'il y a effectivement une préférence de la gauche pour les immigrés, même si certaines prises de position de gauchistes, de Verts, ou de bobos en sont des illustrations répétées. La gauche, dans sa majorité, est plutôt embarrassée face à la question de l'immigration. Volontiers, elle se plaît à en rappeler le bénéfice pour l'industrialisation française ou critique vigoureusement ceux qui pourraient l'accuser d'être responsable de la crise économique - critique bien tartuffe d'ailleurs et qui ne coûte pas cher car même le FN ne dit rien de tel. Mais, par ailleurs, la gauche se garde bien de s'interroger publiquement sur l'opportunité d'une immigration forte dans des conditions prononcées de récession économique (chômage à 10%, taux de croissance proche de zéro, comptes publics dans le rouge...) et encore moins d'envisager les caractéristiques concrètes d'une politique souhaitable en la matière.
Mais ce livre est surtout révélateur d'un courant de pensée qui est en train de prendre de l'ampleur (Guilluy, Baumel et Kalfon..., Sapir chez les économistes), contestant le libéralisme (social) mondialiste auquel a adhéré depuis une trentaine d'années une bonne part des élites de gauche ; une orientation politique responsable d'une désaffection préoccupante des catégories populaires. En cela, on ne peut qu'encourager la lecture de cet essai et y voir une utile contribution pour les débats à venir.
0Commentaire|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 décembre 2011
Il est intéressant de voir que la gauche commence à faire son mea culpa sur l'immigration incontrôlée, le rédacteur de ce livre étant le parfait exemple du bobo repenti puisque rédacteur au nouvel Obs. Il nous montre pour ceux qui n'en seraient pas encore convaincu que la gauche favorise l'immigration dans le seul but d'être majoritaire dans les scrutins locaux et dans le cynisme le plus total concernant l'avenir de notre pays. A lire !
0Commentaire|29 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 novembre 2013
Assez du "politiquement correct", il faut aujourd'hui en France poser les vraies questions, même si elles sont gênantes.
Ceci ne préjuge en rien des réponses à apporter qui doivent bien évidemment respecter notre pacte républicain.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 7 février 2015
Il est de ces livres qui vous éclairent sur notre société et notre conception des choses. Celui de M. Algalarrondo en fait partie.

Pour un grand nombre de français, les liens ouvriers-socialisme-gauche tiennent toujours dans leur esprit. L'auteur nous montre que ces liaisons n'existent plus depuis 50 ans.

L'ouvrage commence avec la rupture : Mai 68. L'événement qui a rompu l'amour de la gauche pour les ouvriers.

L'auteur au fil des chapitres fait de nombreuses réflexions toutes pertinentes sur les conséquences de ce changement d’électorat.

Ce livre n'est pas contre les immigrés bien au contraire ! M. Algalarrondo montre qu'au final les français de souche ET les français d'origine immigrée subissent avec la même intensité les mauvaises décisions prises par nos élites.
Il essaye de mettre en avant une immigration contrôlée ne voulant ni la régularisation de TOUS les sans-papiers ni la régularisation d'aucun d'entre eux.

Ce livre est une critique de cette gauche bobo, cette élite qui vit loin des zones qu'elle détruit à petits feux. Pour répondre une très bonne phrase de l'auteur : "Les conseilleurs ne sont pas les payeurs".
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mai 2012
Tout ce qui est dit sur ce sujet dans ce livre est rigoureusement exact. La République a favorisé l'implantaton d'étrangers en France et cela depuis la Révolution. A ce moment là les républicains avaient face à eux une France majoritairement royaliste et il fallait pour eux inverser l'opinion en leur faveur. Cette politique n'a pas changé et a été reprise par les républicains de gauche
Il faut retenit les paroles de L. Fabius lorsqu'il dit : " Quand la Mariane de nos mairies prendra le beau visage d'une femme française issue de l'immigration, ce jour-là la France aura franchi un pas en faisant vivre pleinement les valeurs de la République."
Cette thèse du penchant de la gauche républicaine en faveur de l'immigration est développé également dans : "La République, le futur ancien régime". Mais elle englobe l'ensemble des républicains, page 49 de ce livre. Il y a d'autres ouvrages qui évoquent ce sujet.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 décembre 2011
Un livre très intéressant, en bon état, et qui ouvre les yeux sur le monde que veulent nous livrer les socialistes et leurs amis... Bonne chance!
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Depuis la loi de 1976 de Chirac concernant le regroupement familial, beaucoup de nos artistes, bobos, évêques, politiques, journalistes et intellectuels, à peine désintoxiqués du regretté feu Marxisme vont trouver avec le "multiculturel" leur nouveau paradigme, une nouvelle addiction et un champ propice à leur nihilisme autistique inachevé. A lire impérativement pour mieux comprendre comment en France (et en Occident) la nouvelle idéologie dominante, toujours aussi arrogante et sur de détenir LA vérité comme naguére avec le communisme, nous entraine vers un futur forcément radieux. Attention tout contradicteur est forcément "quelquechosephobe".
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 novembre 2014
Utile et intéressant pour disposer d' explications claires et sans parti pris sur le pourquoi des orientations politiques et électorales du parti socialiste aujourd'hui. Le tout très condensé dans un ouvrage de style journalistique rapide à lire.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce livre se propose d'analyser la relation que tient la gauche en matière d'immigration depuis les années 70 et comment elle à délaissée son électorat au profit de nouveaux "damnés de la terre" que seraient les immigrés. C'est donc un livre à contre courant sur le sujet et on peut largement partager l'analyse de l'auteur. Seulement ce livre n'a rien de nouveau puisqu'il s'inspire énormément du livre "Fractures françaises" de Christophe Guilluy qu'il cité d'ailleurs abondamment. Don si vous voulez une analyse approfondie avec statistiques à l'appui lisez d'abord le livre de Guilluy.
L'intérêt du livre de Algalarrondo est qu'il s'inspire aussi d'exemple d'actualité ( Affaire Laurent Blanc sur les joueurs de l'équipe de France, affaire DSK...). Cependant l'auteur ferait mieux de ne pas s'éloigner de sa thèse principale car lorsqu'il le fait cela remet légèrement en question le sérieux de l'auteur. Ex: p.107 "On ne peut que saluer [BHL] pour son intervention auprès de Nicolas Sarkozy pour sauver les rebelles libyens menacés par la folie sanguinaire de Khadafi ."
p.129 : "Nous avons tous désormais des identités multiples. La région, la nation, l'Europe, le monde,[...] et chacun est en droit de les classer comme bon lui semble"
Encore un petit effort monsieur Algalarrondo pour lutter efficacement contre cette mondialisation destructrice de culture, et pour comprendre sur quoi repose le Républicanisme français à savoir la nation une et indivisible...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)