Commentaires en ligne 


61 évaluations
5 étoiles:
 (24)
4 étoiles:
 (13)
3 étoiles:
 (10)
2 étoiles:
 (11)
1 étoiles:
 (3)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un chef d'oeuvre?
J'ai trouvé qu'il n'y avait pas une phrase de trop dans les 800pages du livre......
En fait c'est l'histoire d'un enfant qui perd sa mére pour qui il etait tout et qui etait tout pour lui.
C'est l'histoire d'un enfant que plus personne n'aime et qui n'a de place nulle part ,et qui devient un adulte plutôt pas recommandable.
Il y a...
Publié il y a 1 mois par clauderr

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 L'histoire ne manque pas d'intérêt mais certains passages sont interminables.
Le chardonneret" est un tableau que l'enfant, le héros de l'histoire, s'approprie au cours d'un attentat, où il perdra sa mère.

Le début est vraiment agréable à lire.Il y a de l'intrigue et des personnages très intéressants. Ensuite certains passages découragent vraiment, on a envie de lire en...
Publié il y a 1 mois par Poupy


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ce que l'Art révèle, 6 mars 2014
Par 
Jay (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
De Donna Tartt je n’ai pas lu « Le Maître des illusions », je me suis profondément ennuyée avec « Le petit copain » et j’ai été agréablement surprise par « Le Chardonneret ». Bien sûr, ce roman de presque 800 pages n’est pas plus dans la concision que « Le petit copain » mais ce qui m’était apparu dans son précédent roman comme une logorrhée ennuyeuse a su me séduire ici. Les longueurs m’ont semblé nécessaires car elles dessinent avec beaucoup de précision et de justesse les personnages, les situations et les réflexions. L’auteur incarne vraiment ses personnages, nous transporte vraiment à New York ou Las Vegas, nous ouvre vraiment le monde des antiquités, de l’art ou même de la drogue et atteint parfois avec génie la quintessence du sentiment, de l’émotion ou de la relation humaine.

Suite à un attentat dans un musée, Theo perd sa mère et gagne un chef–d’oeuvre de la peinture flamande. Si la perte est indéniable, le gain est incertain. Ces évènements changeront en tout cas sa destinée à jamais. Après cette tragédie, d’autres situations exceptionnelles traverseront le parcours de Theo mais ce n’est pas pourtant le sensationnel que Donna Tartt semble rechercher. Elle apporte un soin particulier aux détails du quotidien et des échanges humains ou aux lentes progressions introspectives, si bien que paradoxalement, sa minutie, loin d’enfermer dans l’anecdotique approche l’universalité. Elle est si proche de la vérité dans sa globalité qu’elle fait toucher parfois du doigt quelque chose de fondamental. Malgré une diversité de sujets (l’art, la drogue, l’amour, l’amitié…), de lieux et de personnages il me semble que l’auteur parvient à centrer son oeuvre sur l’essentiel pour l’être humain : la quête de soi. Malgré un tableau dérobé, quelques malfrats très inquiétants et une jeune fille aimée, je ne parlerai pas non plus de roman à suspense, dans la mesure où je ne peux pas dire que j’ai avidement tourné les pages pour connaître la suite. Par contre, j’avais tout de même envie de connaître la destination du chemin long et sinueux de l’auteur et à la dernière page, l’architecture du roman m’est apparue dans toute son habileté.

Ce roman est très référencé de manière explicite ou implicite. Le plus flagrant pour moi est la filiation avec Dickens, bien sûr à cause de cette histoire d’orphelin, de l’amour de Theo pour une autre orpheline ou du type de péripéties mais dans le style aussi. Dans l’interrogation du Bien et du Mal, Dostoïevski affleure et j’ai d’ailleurs beaucoup aimé la référence à « L’Idiot ». Dans les relations amoureuses, l’invocation de Proust me paraît également justifiée. Mais Donna Tartt ne copie pas, elle vole avec génie et atteint elle aussi son ambition littéraire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Sympathique, mais trop long, 5 février 2014
Par 
delphine pirene - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Une histoire certes, intéressante, mais que j'aurais nettement préférée avec quelques centaines de page de moins, ce qui aurait limité le poids du livre pour une lecture couchée ou pour le transport... Dommage, cette "longueur" laisse sur une impression de soulagement plus que d'ouverture sur des idées à développer...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


35 internautes sur 46 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Et zou, sur l'étagère des indispensables !, 9 janvier 2014
Par 
cathulu - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Format Kindle)
"Et le tableau au-dessus de sa tête était le centre immobile autour duquel tout s'articulait: rêves et signes, passé et futur, chance et destinée. Il n'y avait pas une seule signification , mais plusieurs. Il s'agissait d'une énigme en constante expansion."

Brutalement devenu orphelin, dans des circonstances pour le moins extraordinaires,le jeune Theo va voir sa destinée liée à celle d'un tableau, Le chardonneret.
Ne comptez pas sur moi pour vous donner davantage de détails sur ce roman (moins vous en saurez, plus vous apprécierez les surprises qu'il vous réserve ! !). Sachez juste qu'il mixe en un somptueux mélange des thèmes aussi divers que la destinée, l'attachement aux œuvres d'art, l'amour, la culpabilité, le syndrome post-traumatique et emporte son lecteur dans un incessant rythme de montagnes russes , alternant l'ombre des appartements cossus new-yorkais et la lumière crue de Vegas, entre autres.
Donna Tart ,dans ces 787 pages, fait souvent osciller son héros entre rêve et réalité et gomme les frontières entre les genres littéraires, empruntant autant au roman d'apprentissage qu'au roman policier, avec des personnages toujours surprenants. On s'attache à eux, malgré ou plutôt grâce à leurs défauts, et on n'oubliera pas de sitôt Hobie ou Mme Barbour.
Donna Tart est une conteuse hors pair et son style l'est tout autant.On ne s'ennuie pas une minute dans ce roman aux tonalités très tranchées.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 De bon éléments perdus dans un texte trop long et lourd......, 27 février 2014
Par 
Galadriel (Normandie, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
"Le chardonneret" est ce tableau que le jeune "héros" dérobe au cours de l'attentat où il perd sa mère et rencontre son bon génie, Pippa, petite fille pâle, lumineuse et unique!
Il représente un oiseau retenu par une chaîne à son support, comme le jeune garçon le sera, toute sa vie à une forme de noirceur.

Il croise plusieurs personnages intéressants:
- des figures maternelles: sa mère, Mrs Barbour et........ sa belle-mère Xandra (Audrey hepburn, Katharine Hepburn et ..... Pamela Anderson, c'est un peu comme ça que je les vois... tout est dit);
- des figures paternelles: son père alcoolique, joueur et malhonnête, Mr Barbour au bord de la folie et Hobie qui l'aide et le protège avant que les rapports s'inversent, presque. Hobie: art, espoir, désintéressement , bonté, générosité, utopie........(un beau personnage ce vieux monsieur);
- les amis: Andy son double, Boris le mauvais génie si sympathique et puis Platt, Cable, les associés, ceux qu'il aurait pu éviter;
- les amours: la petite soeur d'Andy, parée de qualités, à elle probablement étrangères et Pippa qui refuse la duplicité et la noirceur (autre beau personnage).

Que peut-on voir dans ce roman?
- un combat pour la vie dont elle ne sort pas victorieuse?
- le trésor gâché d'un enfant surdoué?
- le parcours d'un homme entre le vice et la vertu (tout ce que le "héros" tente aboutit à la réalité, sordide)?
- une métaphore du tableau: que serait-il arrivé si l'oiseau avait brisé sa chaîne?

Le début m'a vraiment plu, au quart du roman, j'ai traîné, failli abandonner et fini en diagonale. La fin est un peu plus vive et intéressante.
Ce texte m'a semblé bien long, tous les éléments attrayants (intrigue, personnages, digressions artistiques et litttéraires) sont noyés dans le vide et des dialogues interminables.... comme ce commentaire, d'ailleurs, que j'arrête là!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Une écriture prenante et pleine, parfois un peu trop..., 11 avril 2014
Par 
Dr King - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
Voici l'histoire du jeune Théo qui vit avec sa maman tendre et présente, et un père distant et alcoolique. Le quotidien n'est pas facile quand on doit vivre avec un père lunatique, violent et instable. Pour compenser ces difficultés, Théo et sa mère vivent de façon très proche l'un de l'autre ; et c'est quasiment un soulagement pour eux de voir le mari et père se barrer un jour sans prévenir mais en embarquant les articles de valeurs qu'il restait. Alors que Théo et sa mère sont appelés par l'établissement scolaire pour mauvais comportement du jeune garçon, ils font un détour par le musée (la mère de Théo est une férue d'art) pour éviter les pluies diluviennes qui s'abattent sur New York city. A ce moment-là, un attentat vise le musée et la mère de Théo meurt lors de l'explosion. Théo, lui aussi victime de cet acte terroriste, se réveille totalement hagard et perdu et part à la recherche de sa maman. Il est interpellé par un vieil homme qu'il avait aperçu au préalable dans le musée qui lui tend une bague et un tableau. A la suite de cet échange, tout s'accélère pour le jeune garçon qui a rendu la bague à la personne pour qui elle fut destinée mais a préféré, pour une raison sentimentale, garder le tableau. Son père refait alors surface et l'embarque avec lui en Arizona, Etat qu'il ne connaît ni d'Eve ni d'Adam. Il rencontre alors Boris avec qui il va commettre les 400 coups. Mais les ennuis rôdent autour du jeune garçon et lui tombent à nouveau dessus sans prévenir. Il doit alors quitter l'Arizona et retourner dans la ville où ses souvenirs sont restés : NYC. Mais peut importe la distance que vous parcourez pour fuir, vous ne pourrez jamais semer votre destin...
Ce troisième roman de Donna Tartt est un peu décevant je trouve. Il y a la trame que je n'accroche pas trop mais ne suis pas un passionné d'art à la base, donc cet argument est subjectif j'en conviens. Mais certains passages me semblent lourds et légèrement indigestes (contrairement aux deux romans précédents), peut-être même inutilement longs. Maintenant l'écriture légendaire de l'auteure surgissent à maints moments et l'envie de continuer toujours à lire n'est pas absente. Moins prenant que "Le maître des illusions" et moins passionnant que "Le petit copain", un roman qui vous emmène de l'Est des Etats-Unis jusqu'au Nord de l'Europe et vous donne malgré tout l'impression de vivre l'histoire. Pas le meilleur donc (avis personnel) mais loin d'être inutile non plus.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Le Chardonneret de Donna TARTT, 10 avril 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Format Kindle)
Roman qui tient en haleine. Personnages attachants et intéressants. Jamais ennuyeux. Pour ceux qui aiment l'art et les autres aussi.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un chef d-oeuvre, 2 avril 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Format Kindle)
On ne s'ennuie pas une seconde malgré l'épaisseur du livre.
Tout est passionnant : la description de l'époque et de milieux qui nous surprennent, la psychologie approfondi des personnages, on est tenu en haleine par le destin sur le fil du rasoir de Théo, bref : un régal !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Très beau livre, 31 mars 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Format Kindle)
Très beau livre ! Certes très long mais très juste et surtout très subtil. L'histoire m'a touchée, le style me parle, ça se lit tout seul. Je n'ai pas lu les autres Donna Tartt, mais je compte le faire !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Un petit oiseau bien triste, 16 mars 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Format Kindle)
J'ai acheté ce livre suite à une critique passionnée d'une chroniqueuse sur France2. Je m'attendais aux dires de celle-ci à un récit extraordinaire d'un enfant déboussolé par la perte de sa mère dans un attentat. L'intrigue commence plutôt bien avec le vol de ce fameux Chardonneret dans un musée, mais ensuite on a des longueurs sur son parcours et ses états d'âme et surtout, ce qui m'a le plus choquée, c'est l'apologie des drogues dures et de l'alcool dont il va user tout au long de sa vie d'enfant, d'ado et d'adulte. Ce livre m'a laissé un goût de tristesse qui ne me donne pas l'envie de lire un autre livre du même auteur.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le romanesque à l'état pur, 9 mars 2014
Par 
Mme Joelle Carzon (Gien, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
Ce livre est un étonnement sans cesse renouvelé, un miracle, une drogue, un coup !
Un coup de génie sans aucun doute.
On suit Theodore de l'âge de treize ans à l'âge d'homme avec intérêt, passion. On se demande sans cesse ce qui va lui arriver !
Tous, absolument TOUS les personnages sont intéressants et extraordinairement bien décrits et analysés, on a envie de savoir ce qui va, à tous, leur arriver.
Les descriptions (même celle, très longue, du "bruit et de la fureur" du début du roman -un acte de terrorisme- sont nécessaires et passionnantes.)
La solitude du héros, l'abandon des parents dont il est l'objet, sont poignantes et mettent les larmes aux yeux.
Les rapports fils/mère, et père/fils sont extraordinairement étudiés. Théo a d'ailleurs un deuxième père dans le roman, et lui, fils unique, a plusieurs "frères", dont des frères comme Boris, personnage trouble, odieux, et pourtant qu'on aime !
L'addiction à la drogue, la description et l'analyse des effets des drogues sont hallucinantes. Comment reprendre son souffle au cours de cette lecture hors normes ? On est obligé parfois, tellement c'est fort !
Peut-être à ne pas mettre entre toutes les mains (les descriptions des drogues, de l'alcool...) tant la talentueuse Donna Tartt nous jette dans son univers et nous donne presque l'envie d'y être aussi.
Et sans oublier, bien sûr, cette étonnante histoire d'un tableau et du monde de l'art.
J'avais adoré "Secret History" ("le maître des illusions") que j'ai lu quatre fois, mais celui-là... (donc pour tous ceux qui ont également adoré ce premier roman). Je vais attendre un peu, reprendre mon souffle, avant de décider lequel des deux je préfère.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xa6b9d5b8)

Ce produit

Le Chardonneret
Le Chardonneret de Donna TARTT (Broché - 9 janvier 2014)
EUR 21,85
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit