Commentaires en ligne


 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


25 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un livre fantastique
Après avoir eu toutes les peines du monde à le lâcher depuis deux semaines, et c'était de plus en plus difficile à mesure que ma lecture avançait, j'ai refermé (façon de parler quand on lit sur Kindle) le Chardonneret cet après-midi... fantastique.
Il me faudra certainement un peu de temps et de recul pour donner une...
Publié il y a 11 mois par Guillaume

versus
11 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Pesant et glauque
Tout d’abord, un bon point quand même pour Donna Tartt : ce livre est bien écrit, très bien même, ce qui est plutôt rare de nos jours, les personnages souvent complexes sont fouillés, profonds, les analyses de leurs émotions et états d’âme sont pleines de finesse. C’est principalement ce qui m’a permis de lire...
Publié il y a 3 mois par Fred


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 OUI, 10 octobre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
J AI AIMER CE LIVRE IL EST TRES BEAU TRES BIEN ECRIT ET IL LAISSE UN MESSAGE A LA FIN TRES BON LIVRE JE LE RECOMMANDE
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


19 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le roman au long souffle, 17 mars 2014
Par 
Laure (Sarthe, France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TESTEURS)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
Théo Decker a 13 ans quand il perd sa mère dans un attentat lors d'une visite dans un musée new-yorkais. Mais pourquoi file-t-il avec le tableau préféré de sa mère sous le bras, au milieu du chaos, cette petite toile de Carel Fabritius, Le Chardonneret (1654), qui deviendra le fil indéfectible du roman ? Voilà le début de l'histoire, et d'une longue, longue aventure.

J'avoue, j'ai entamé ce roman à reculons tant de nombreux avis m'avaient refroidie (la principale critique émergeant étant la longueur – les longueurs), d'autant plus que je n'avais jamais réussi à finir jusque-là un roman de Donna Tart, qui tous (il n'y en avait pourtant que deux jusqu'alors!) m’étaient tombés des mains par ennui. Eh bien contre toute attente, celui-ci m'a embarquée d'emblée, et je lui ai consacré le temps qu'il méritait, avec une curiosité toujours renouvelée. Certes, j'ai trouvé le temps long à un moment (la fin de la période à Las Vegas), mais pas tant que cela sur l'ensemble.

Orphelin, (père vivant mais absent), Théo est recueilli – un temps seulement - par une famille bourgeoise pour échapper aux familles d'accueil des services sociaux. Son secret le conduit à fréquenter également un antiquaire, le bon vieux Hobie. Inutile d'en dire plus tant le roman d'aventures est dense et joue son rôle avec des rebondissements et des personnages hors normes, vous accrocherez ou pas, si oui, quel roman ! Qui pourrait en contenir plusieurs à lui seul.

Roman d'apprentissage, les références à Dickens et Dostoïveski souvent citées se retrouvent en effet dans l’atmosphère, les personnages, les situations, pour balayer tout autant de thèmes : un 11 septembre qui hante encore le souvenir des Américains au point d'en nourrir beaucoup de fictions (ici l'explosion au musée), se remet-on jamais d'un tel traumatisme et de la perte d'un être cher ?, le monde sage et compassé des familles bourgeoises qui cachent leurs cadavres intimes sous le tapis, la violence de milieux où drogue et alcool abolissent la raison, le monde de l'art et son revers monétaire, l'amour (le grand, le vrai, pas si simple), mais aussi la possibilité de croire encore en quelque chose et en l'autre dans un tel monde, etc.

Donna Tartt excelle dans l'art de raconter une histoire au long souffle.
Certains y ont vu trop de clichés, pour ma part je penche plutôt pour des longueurs où j'aurais bien eu envie de dire : c'est bon là, on a compris, il est temps de passer à la suite maintenant !

Le rapport intime tant universel qu'individuel à l'art est abordé en toute fin de roman, une réflexion un peu tardive mais qui apporte une conclusion intéressante, soignée, et apaisante après tant de remous éprouvants. Alors long, oui, mais sans regrets : jusqu'au bout j'ai voulu savoir ce qu'il adviendrait de chacun des personnages, et de cette toile qui est mise en valeur aussi par un joli jeu de couverture sur l'objet livre: un trompe-l’œil sur la première de couv, et la reproduction du tableau qui s'ouvre avec les rabats en couverture intérieure, permettant d'y revenir à tout moment.

Un roman qui marquera inévitablement, de par son ambition et sa prouesse, dans une époque où le vite lu vite consommé est devenu plus ou moins la norme, on dirait bien que celui-ci a vocation à prendre le chemin des classiques.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 bien écrit oui,mais déçue !Des oeuvres d'art,des meubles et surtout la drogue et l'alcool .Pas de sentiments profonds, 14 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
.j'ai eu du mal à le terminer il y a des pages trop" lourdes " des détails qui embrouillent l'histoire .etc .; désolée j'ai en vain espéré mieux .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Trop lourd, au propre comme au figuré, 26 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
Long, bien trop long, verbeux, des descriptifs à n'en plus finir - sans oublier les entre parenthèses. L' histoire n'avance pas, on tourne en rond. C'est pourtant intéressant et le livre réduit à sa moitié de taille aurait sans doute suffit. J'ai toujours eu du mal avec la littérature contemporaine américaine et cet ouvrage ne m'a malheureusement pas enthousiasmé contrairement aux critiques élogieuses. Il faut dire aussi qu'avant celui-ci je terminais l'excellent Duong Thu Huong " les collines d'eucalyptus" !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


12 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Très beau livre, 6 février 2014
Par 
Fou des livres "rotule" (Strasbourg) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Le Chardonneret de Dona Tartt n’est en aucun cas un thriller au sens du mot. A ceux qui sont à la recherche d’actions rapides et efficaces, de suspense, voire de scènes un peu gores, ce livre ne saurait convenir.En revanche ce livre n’en reste pas moins un très grand roman. Le synopsis est un brin racoleur en particulier avec les commentaires du Times qui font allusion à Dickens, Tolstoï et Doîstoievski, rien que ça !

En faite, ce commentaire cela n’est pas tout à fait faux, parce que ce livre une fois terminé reste graver en mémoire.

L’écriture de Dona Tartt est superbe, son style efficace, il y a par moment quelques longueurs en particulier lors de la description des sensations perçues et vécues par le personnage principale (Théo). La consommation des drogues et la descente qui s’en suit sont très bien évoquées, à ce demander si l’auteur elle même n’a pas été confrontée à cette expérience. Un plus gênant, à la fin du roman le personnage central erre dans un état d’hébétude, c’est superbement écrit mais cela devient un peu pesant au bout d’un moment.
En revanche, les deux premières parties du livre sont excellentes, l’attentat du musée qui va déterminer toute la suite de l’histoire avec ses conséquences, puis la rencontre avec Boris et la vie que les deux compères vont mener à Las Végas.
Un des points forts du roman, mis à part le style qui je le rappelle est génial, reste la psychologie des personnages très fouillées avec des rapports affectifs qui sont vraiment très détaillés, les rapports parentaux avec leurs manques sont également omniprésents, bref du grand art.
A noter aussi l’idée de départ, commencer l’histoire à partir d’un tableau réel : le chardonneret de Démétrius qui a réellement existé.

Au final, un superbe livre, avec quelques longueurs, des descriptions peut-être un peu trop longues mais à côté de ça, beaucoup d’émotions, de finesse, de psychologie et une histoire originale dans le milieu de l’art et des antiquaires.
A ne pas rater
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 mitigé, 14 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
Ai aimé le livre de par ses descriptions car je suis une grande fan de Zola et ai retrouvé un peu cette ambiance mais modernisée. Par contre je pense que il y a beaucoup de longueurs, que certains passages auraient pu être raccourcis et de ce fait ai parfois tourné, tourné, les pages pour aller un peu plus au but. C'est dommage car c'est un livre très bien écrit.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 décevant au regard des critiques, 20 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
le début de l'ouvrage est réussi suscitant la curiosité et même une forme de sidération à la lecture du récit de l'attentat; certains personnages sont réussis comme Hobie l'antiquaire. La description de la banlieue de Las Vegas poussiéreuse désertée même par la voirie fonctionne bien. L'ouvrage est d'ampleur mais contrairement à Irving la lecture tourne un peu à vide. Tout est très noir et les longues heures partagées avec le narrateur ne créent pas de réel attachement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 irrégulier, 4 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
C'est un roman à l'américaine dont on soupçonne qu'il a été écrit à la suite de longues heures studieuses dans des writting class tant il respire encore "les ficelles". il y a de très beaux moments cependant, surtout au début lorsque le récit prend son envol pour retomber ensuite, les pattes engluées dans des rebondissements qui se succèdent et se nuisent les uns aux autres. c'est très dommage car le héros est attachant tout comme son double sombre qui ne le quitte pas. la lecture est au final fastidieuse, triste et désolante. je ne comprends pas l'engouement général pour ce livre et recommande d'autres merveilleuses lectures initiatiques américaines "to kill a mockingbird". un oiseau qui n'est pas attaché par un fil à la patte...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


15 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Le chef-d'oeuvre, dans ce livre, c'est sa couverture !!!, 24 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
En un mot comme en cent, le chef d'oeuvre de ce livre est sa couverture qui représente "LE CHARDONNERET" du peintre FABRITIUS, seule chose pour laquelle j'ai hésité à m'en séparer après l'avoir lu.
Je n'ai hélas ressenti aucune empathie pour le jeune héros, Théo, me demandant même si j'étais devenue inhumaine tant le destin le frappe encore et encore mais non, aucune compassion. Rien. Mauvais départ donc.
Les personnages secondaires sont beaucoup plus intéressants et attachants : Hobbie, la bonté et l'honnêteté faites homme ; Boris, chien-fou, fidèle et aimant ; les parents de son "ami" qui le recueillent lorsqu'il se retrouve orphelin...
Pour le reste, comme beaucoup je crois, j'ai attendu, attendu et encore attendu.
...Lorsque Boris est réapparu j'ai cru que Donna Tartt allait nous faire un coup à la William Styron "La vérité chacun la sienne", 2 versions de la même histoire en un livre...
Mais non. Ce n'était pas ça du tout et rien n'est jamais venu. La fin, quelques propos philosophico-existentialistes. Bref.
Il n'en demeure pas moins qu'envoûtée comme je le fus par l'inoubliable "Maître des Illusions" (mais pas par "Le petit copain" qui est un livre moyen++), DANS 10 ANS, si je suis toujours en vie et pas encore sénile, J'ACHETERAI LE NOUVEAU DONNA TARTT...
Car il faut raison garder et lui reconnaître un talent certain.

...Même si je pense que SON chef-d'oeuvre est derrière elle.

** C'est peut-être ça, le hic, d'ailleurs. On attend trop de Donna Tartt depuis son premier livre.
** Ou bien, n'aura-t-elle été capable d'écrire UN seul bon (excellentissime) livre ????

LA QUESTION EST POSEE.

Et ceci n'est que mon ressenti de ce livre-ci et de son oeuvre en général
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


15 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Pfiou... j'abandonne !, 13 février 2014
Par 
lauraline79 (la rochelle - france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
Eh bien, voilà qui ne m'arrive pas souvent, mais... j'ai jeté l'éponge à la page 212 ! En pleurs

Je n'en pouvais plus de lire toutes ces phrases qui se suivaient, bien alignées certes, mais pour une histoire qui n'avançait pas. J'étais noyée dans des détails infinis et le sur-place était assuré. J'ai relu certains paragraphes plusieurs fois car j'avais perdu le fil. C'est dense, touffu, trop ! Moi je préfère le "show, don't tell !" sauf quand c'est Proust qui écrit Clin d'œil

Un personnage a attiré mon attention, plus que le héros en tout cas, c'est Hobie, le réparateur de vieux meubles, dont j'ai pensé qu'il pourrait aider Théo à grandir, grâce à sa bonhommie et sa bienveillance.

Alors, tant pis pour tous les commentaires dithyrambiques que j'ai pu lire sur les blogs (plus ou moins calqués du reste à ceux de la presse...) ; sans doute pensera-t-on que je n'ai rien compris à ce style magnifique, "méticuleux de détails", à tous les thèmes abordés : le deuil, la dépendance, les suites post-traumatiques et autres. Je ne vais pas dire que j'ai aimé juste pour faire bien. Ce qui est certain, c'est qu'au lieu de me délecter de ce gros pavé de 795 pages, j'ai peiné, ramé, râlé (d'avoir mis 23 € et de ne pouvoir aller au bout), et pour finir fermé le livre en me disant que peut-être un jour.....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Le Chardonneret
Le Chardonneret de Donna Tartt (Broché - 9 janvier 2014)
EUR 23,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit