Commentaires en ligne


 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


25 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un livre fantastique
Après avoir eu toutes les peines du monde à le lâcher depuis deux semaines, et c'était de plus en plus difficile à mesure que ma lecture avançait, j'ai refermé (façon de parler quand on lit sur Kindle) le Chardonneret cet après-midi... fantastique.
Il me faudra certainement un peu de temps et de recul pour donner une...
Publié il y a 11 mois par Guillaume

versus
11 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Pesant et glauque
Tout d’abord, un bon point quand même pour Donna Tartt : ce livre est bien écrit, très bien même, ce qui est plutôt rare de nos jours, les personnages souvent complexes sont fouillés, profonds, les analyses de leurs émotions et états d’âme sont pleines de finesse. C’est principalement ce qui m’a permis de lire...
Publié il y a 3 mois par Fred


‹ Précédent | 16 7 814 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Beau livre mais..., 17 mars 2014
Par 
M. J-claude Montanier (Grenoble France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
…mais j'ai toujours le même sentiment avec les livres de Donna Tartt : l'auteur est douée, sans nul doute, elle est aussi très cultivée ; son imagination est débordante ; elle écrit bien (ou est bien traduite) mais je ne parviens pas à accrocher pleinement, sans doute parce qu'elle "en fait trop". Tout a été dit ou presque de l'histoire elle-même, celle de Theo Decker, orphelin de mère puis de père, qui a subtilisé un tableau, "le chardonneret", alors qu'il était prisonnier des décombres du musée où il se trouvait avec sa mère, à la suite d'un attentat. Le lecteur va le suivre de New York à Las Vegas, à New York, à Amsterdam dans un périple un peu rocambolesque. Il va partager un temps la vie de Boris, jeune Ukrainien (Russe ?) qui accompagne son père, mineur et ivrogne, à travers le monde, celle de Hobie, vieux monsieur surdoué quand il s'agit de retaper un meuble ancien et seul personnage vraiment attachant du roman. Il va "entrer" (à moitié) dans une famille riche, les Barbour dont un des fils, Andy, est l'ami de Theo ; cette famille va le recueillir quelque temps et Theo, 14 ans plus tard, sera fiancé à la fille de famille, beauté froide et peu attachante. Mais l'amour de Theo est ailleurs : c'est, d'une part, le tableau, "Le chardonneret" et, d'autre part, Pippa, fillette aperçue au musée et qui sera blessée elle aussi lors de l'attentat. Ils finiront, des années plus tard, par s'avouer leur amour impossible : deux êtres ayant vécu le même drame ne peuvent pas s'aimer sans dommage. Le livre foisonne, part un peu dans tous les sens sur quelque 700 pages...mais, encore une fois, je n'ai pas été séduit ; j'ai lu un bon roman d'aventures mais pas le chef-d’œuvre dont la presse a parlé. Est-ce dû au fait que Theo n'est pas très sympathique (il trompe volontiers ceux qui l'aiment) ou aux trop nombreux rebondissements et invraisemblances (j'avoue que je me suis un peu perdu à Amsterdam où apparaissent, sortis d'on ne sait où, des truands aussi vite expédiés ad patres) ??? Moralité, 4 étoiles un peu du bout des lèvres.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 excellent, 23 mai 2014
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Format Kindle)
On voyage du New-York d 'un Paul Auster aux coulisses d' un Las Vegas mange par le desert avvec un adolescent qui a perdu tout repaire.Superbe écriture pour un livre intime et bouleversant.
La fin pourrait inspirer Tarantino, tout est mené de main de maitre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Un livre pompeux et pompant!, 28 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
Moi non plus je n'en peux plus! 200 pages de cette soupe pseudo-érudite. Je ne comprends pas toutes ces critiques dithyrambiques. Sur France Inter (et pourtant je croyais qu'on pouvait leur faire confiance...) : une journaliste, parlait de "chef-d'oeuvre" mais c'est un livre d'une pauvreté effroyable (le style, les personnages (une russe qui boit de la Vodka (ah ça me fait une belle jambe!), l'intrigue, jusqu'à la photo de Donna Tarrt en 3ème de couverture...). Je pense que je vais le mettre au compost mais il risque de me le faire tourner! M***!
S'il vous plait, Messieurs - Dames les critiques littéraires : taisez-vous! ce n'est pas la peine de nous inventer Un chef d'oeuvre par semaine!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un chef d-oeuvre, 2 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Format Kindle)
On ne s'ennuie pas une seconde malgré l'épaisseur du livre.
Tout est passionnant : la description de l'époque et de milieux qui nous surprennent, la psychologie approfondi des personnages, on est tenu en haleine par le destin sur le fil du rasoir de Théo, bref : un régal !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Le Chardonneret, 7 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
Prolixe ! Elle se laisse aller à faire de la page, . Le sujet reste passionnant au demeurant C'est tout .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 très prétentieux et sans grand intérêt., 21 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
certes, il y a quelques moments agréables et quelques phrases bien trouvées, mais dans l'ensemble, c'est surtout très prétentieux. Le personnage principal ne m'a jamais émue (alors qu'il a perdu sa mère tragiquement et qu'il aurait du me sembler sympathique) au lieu de quoi je l'ai trouvé caricatural dans son rôle de "orphelin que les adultes ne peuvent pas comprendre, parce que ce qu'il a vécu, personne ne peut comprendre...". Mais ce qui est difficile, c'est surtout le manque d'intrigue de ce roman assez nombriliste. AU bout de 300 pages, il ne s'est toujours pas passé grand chose. Donna Tart nous fait croire à chaque fin de chapitre que ça y est, ça va enfin commencer, mais non l'épreuve continue : description sans fin et sans intérêt, dialogue improbable (l'ami de 13 ans du narrateur qui dit à son père : j'éprouve pour elle (la mer !) une haine naturelle ! ) Euh ... Dans la vraie vie, un jeune de 13 ans dit "j'aime pas la mer"... Du coup, je n'ai jamais réussi à rentrer dans ce roman qui manque de l'essentiel : avoir quelque chose à raconter. En conclusion, si vous voulez lire Donna Tart lisez son premier roman.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


31 internautes sur 44 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Beaucoup trop long !, 12 janvier 2014
Par 
Eminian - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Donna Tartt écrivain américaine est née en 1963 dans le Mississippi. Elle a étudié au Bennington College dans le Vermont où elle s'est liée d'amitié avec l'écrivain Bret Easton Ellis, à qui elle a dédicacé son chef-d'œuvre, Le Maître des illusions paru en 1993. Dix ans plus tard elle publie son second roman Le Petit Copain. Son troisième bouquin, Le Chardonneret, vient tout juste de sortir en librairies.
Alors que le jeune Théodore Decker, treize ans et narrateur du roman, visite le Metropolitan Museum de New York, un attentat meurtrier dévaste plusieurs salles d’exposition et fait de nombreuses victimes, dont sa mère et un vieil homme qui a tout juste le temps de lui confier une bague en or et une adresse. Le gamin s’échappe des lieux, emportant avec lui une toile qu’aimait particulièrement sa mère, Le Chardonneret, un petit tableau d’une valeur inestimable, du peintre flamand Carel Fabritius, élève de Rembrandt et inspirateur de Vermeer, dont la plupart des œuvres ont disparu dans l'explosion de la poudrière de Delft en 1654.
A partir de cet instant, le roman va s’étendre sur une quinzaine d’années au cours desquelles Théo est recueilli par les Barbour, riches parents de son unique ami. Il retrouvera aussi Hoby l'associé de l'antiquaire dont il avait accompagné l'agonie au musée et revoit la rousse Pippa, blessée dans l'attentat. Puis, son père alcoolique et joueur qui avait quitté le foyer familial refait surface et l'emmène à Las Vegas où il se lie à un adolescent ukrainien, Boris, qui l'initie aux drogues et aux coups fourrés. C'est le début d'une longue amitié. Après la mort brutale de son père, Theo repart à New York. Et durant tout ce temps, le tableau en fil rouge, recherché par les autorités, change de mains, est volé au voleur et vice versa… Et ce n’est qu’un aperçu des multiples péripéties contenues dans ce bouquin.
Qu’ai-je pensé de ce roman me demanderez-vous ? C’est exactement la même question que je me pose en rédigeant cette chronique car il illustre parfaitement à mon sens, la fameuse métaphore du verre à moitié plein ou à moitié vide.
C’est un bon roman avec un bon sujet, oui. Il est bien écrit, dans un style alerte qui incite à poursuivre la lecture, oui. Mais il souffre d’un défaut énorme, c’est le cas de le dire, il est beaucoup trop long, huit cents pages ! En découlent des dommages collatéraux : des digressions à n’en plus finir, des précisions qui ne servent à rien, un point de vue de lecteur biaisé et un agacement qui monte car la narration sous-tend un mystère rampant dont on attend avec une impatience exaspérée qu’il explose. Ressort sur lequel joue Donna Tartt et c’est son droit absolu mais quand j’ai en mains un tel pavé si je ne vois pas bien où je vais, je crains de perdre mon temps. Et c’est là que je suis resté un peu perplexe, il se passe énormément de choses dans ce roman, mais rien de vraiment intéressant ! La preuve, c’est qu’on pourrait amputer le texte de longs paragraphes sans en dénaturer le sens. Comme ces téléfilms diffusés à la télé, ça bouge beaucoup mais quand ça s’arrête, on n’en retient rien de particulier. Par exemple, on n’a que peu d’empathie pour Théo qui n’est pas une blanche colombe (un des thèmes du roman, qu’est-ce que le Bien ou le Mal ?), sauf au tout début au moment de l’attentat, et dans l’ensemble le texte manque d’émotions, sauf quand Théo adulte retrouve Mrs Barbour.
Pas vraiment un polar, pas réellement un thriller, mais si quand même sur la fin. Roman initiatique ai-je lu, oui un peu par évidence - une tranche de vie entre treize et trente ans - mais tellement loin de la vraie vie qu’on n’en retire aucune morale. Et quand le roman semble prendre de l’épaisseur dans les dernières pages, enfin ( !), on tombe dans le lourdingue qui contraste avec le reste du roman, et l’éthique simpliste qui veut que même nos mauvaises actions peuvent, in fine, aboutir à faire le bien si c’était écrit.
En résumé, un roman qui n’est pas mauvais intrinsèquement mais gravement handicapé par sa longueur et bien loin de l’engouement général que je vois poindre dans les médias et sur les blogs.

« Il avait enlevé sa bague, une lourde bague en or ornée d’une pierre sculptée ; il essayait de me la donner. « Mais non, je n’en veux pas, ai-je protesté, effarouché. Pourquoi vous faites ça ? » Mais il l’a pressée dans ma paume. Sa respiration gargouillait de vilaine manière. « Hobart & Blackwell, a-t-il lâché, et sa voix était telle qu’on aurait cru qu’il se noyait de l’intérieur. Appuie sur la sonnette verte. – La sonnette verte », ai-je répété, dubitatif. Il a laissé sa tête pencher d’avant en arrière, comme s’il était groggy, ses lèvres tremblaient. Ses yeux ne convergeaient pas. Quand ils ont glissé vers moi sans me voir, j’en ai eu des frissons. »
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Ensorcelante Donna Tartt, 13 février 2014
Par 
channe.jeff "channe01" (France Normandie) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Ecrivaine rare, Donna Tartt laisse une petite voix dans votre tête, une petite musique que vous gardez en mémoire jusqu'à la prochaine rencontre. S'il me faut espérer encore 10 ans pour découvrir un nouveau joyau de la belle ensorceleuse, je suis prête à attendre. Le Chardonneret, roman d'initiation, polar, roman sentimental, passion, tous les genres romanesques se tissent et se détissent pour constituer la trame à vif d'une histoire de vie où l'art a la place essentielle, celle de la survie. Bien sûr, au fil des 680 pages, je me suis agacée parfois mais toujours sous le charme, impossible de laisser le livre de côté. Je voulais savoir, éprouver, ressentir le mystère du Chardonneret. J'étais comme attachée au livre par un lien de mots puissants. Donna Tartt, c'est une petite voix qui va m'accompagner, persistante, personnelle, originale.... On n'oublie pas un livre de Donna Tartt, c'est là son charme particulier. Alors, à moins que vous ne soyez allergique au lecture au long cours, laissez vous emporter comme sur une vague....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


13 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Long, trés long, 12 février 2014
Par 
Amandine "Damnedia" (France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Théo, un jeune garçon de 13 ans perd sa mère au cours d'une explosion dans un musée à New York. En sortant du musée, il prend le tableau préféré de sa mère et s'enfuit. On va suivre sa vie qui ne sera vraiment pas rose avec un père alcoolique et lui qui sombre dans la drogue. Pourtant Théo est un garçon intelligent mais mal entouré, il va vite déraper.
Ce roman m'a semblé très long, je n'ai pas vraiment accroché. Je sais que Donna Tartt écrit bien mais personnellement son style ne me touche pas. J'ai aussi lu ses deux précédents romans, et pareil bien que l'histoire soit bonne je trouve qu'il y a beaucoup de longueur et que finalement il ne se passe pas grand chose. Désolé mais je n'adhère pas.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 De bon éléments perdus dans un texte trop long et lourd......, 27 février 2014
Par 
Galadriel (Normandie, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chardonneret (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
"Le chardonneret" est ce tableau que le jeune "héros" dérobe au cours de l'attentat où il perd sa mère et rencontre son bon génie, Pippa, petite fille pâle, lumineuse et unique!
Il représente un oiseau retenu par une chaîne à son support, comme le jeune garçon le sera, toute sa vie à une forme de noirceur.

Il croise plusieurs personnages intéressants:
- des figures maternelles: sa mère, Mrs Barbour et........ sa belle-mère Xandra (Audrey hepburn, Katharine Hepburn et ..... Pamela Anderson, c'est un peu comme ça que je les vois... tout est dit);
- des figures paternelles: son père alcoolique, joueur et malhonnête, Mr Barbour au bord de la folie et Hobie qui l'aide et le protège avant que les rapports s'inversent, presque. Hobie: art, espoir, désintéressement , bonté, générosité, utopie........(un beau personnage ce vieux monsieur);
- les amis: Andy son double, Boris le mauvais génie si sympathique et puis Platt, Cable, les associés, ceux qu'il aurait pu éviter;
- les amours: la petite soeur d'Andy, parée de qualités, à elle probablement étrangères et Pippa qui refuse la duplicité et la noirceur (autre beau personnage).

Que peut-on voir dans ce roman?
- un combat pour la vie dont elle ne sort pas victorieuse?
- le trésor gâché d'un enfant surdoué?
- le parcours d'un homme entre le vice et la vertu (tout ce que le "héros" tente aboutit à la réalité, sordide)?
- une métaphore du tableau: que serait-il arrivé si l'oiseau avait brisé sa chaîne?

Le début m'a vraiment plu, au quart du roman, j'ai traîné, failli abandonner et fini en diagonale. La fin est un peu plus vive et intéressante.
Ce texte m'a semblé bien long, tous les éléments attrayants (intrigue, personnages, digressions artistiques et litttéraires) sont noyés dans le vide et des dialogues interminables.... comme ce commentaire, d'ailleurs, que j'arrête là!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 16 7 814 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Le Chardonneret
Le Chardonneret de Donna Tartt (Broché - 9 janvier 2014)
EUR 23,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit