undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

3,6 sur 5 étoiles154
3,6 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:23,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 15 décembre 2014
L'histoire est prenante mais l'auteur nous donne trop de détails et du coup j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de longueur inutile.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Ce livre est une espèce d'OVNI. thriller,roman initiatique, récit psychologique, ce n'est pas, malgré ces 800 pages un "page turner" qu'on dévore en quelques nuits. C'est un ouvrage d'une exceptionnelle densité servi par un magnifiqe écriture. Donna Tartt a mis dix ans à l'écrire et elle se donne le temps de décrire longuement chaque situation, chaque sentimentt éprouvé, chaque événement rencontré par son héros au cours de 14 ans d'une vie tumultueuse. On songe au début du livre à " l'attrape "coeur" de Salinger mais l'ambition de l'auteur est toute autre. De nombreux personnages improbables traversent l'existence de Théo qui tout au long du récit reste marqué par la souffrance de la mère disparue. L'accompagne aussi durant toutes ces années un petit tableau, chef d'oeuvre d'un maitre hollandais, dérobé lors de l'attentat magnifiquement décrit où périt sa mère et qui donne son titre au roman. Volé, disparu, retrouvé, dérobé encore puis perdu définitivement, ce tableau c'est l'impossible doeuil de la mère tant chérie et d'une certaine façon l'impossibilité de vivre. On peut trouver certaines pages fastidieuses, certains passages inutiles, mais après avoir refermé ce livre on sait qu'il sera difficile de l'oublier.
22 commentaires|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 juin 2014
bien aimé" ce livre, mais je l'ai trouvé un peu long. J'ai aimé le style, l'histoire et les réflexions qu'il entraîne
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juin 2015
Bon roman avec toutefois une fin qui manque de souffle. Mais c'est sans doute inévitable car cela colle au personnage.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 janvier 2016
juste fabuleux, du debut à la fin, un immense roman! je vais le relire avec le plus grand plaisir! j'ai plus qu'adoré
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mai 2014
Une ouverture explosive dans un musée new–yorkais au moment de l’attentat du 11 Septembre, une errance du héros, de New York à Amsterdam en passant par Las Vegas, à travers les bas-fonds (de l’univers des Antiquaires à celui des junkies, les uns et les autres reliés par le trafic de tableaux), une poétique de la lumière (lumière blanche et impersonnelle de Las Vegas, lumière pâle et intemporelle d’un atelier d’antiquaire, grâce lumineuse du tableau de Fabritius, le joyau du roman…), de beaux personnages romanesques (tel Boris, le junkie) et une fin captivante, passionnante, époustouflante (les deux cents dernières pages)…….Quel talent ! Donna tartt est une romancière exceptionnelle !
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Une histoire certes, intéressante, mais que j'aurais nettement préférée avec quelques centaines de page de moins, ce qui aurait limité le poids du livre pour une lecture couchée ou pour le transport... Dommage, cette "longueur" laisse sur une impression de soulagement plus que d'ouverture sur des idées à développer...
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 février 2015
« Le chardonneret » de Donna Tartt
Donna Tartt est une auteure américaine contemporaine, qui a obtenu le prix Pulitzer 2014 pour ce roman. Je conseille aussi ses deux premiers, à l’atmosphère étrange : « Le maître des illusions » et « Le petit copain ».
Théo Decker, 13 ans, perd sa mère au cours d’un attentat dans un musée de New York. Lui-même sort indemne de l’explosion, et dans la confusion qui s’en suit, dérobe un joyau du XVIIème : « le Chardonneret », tableau préféré de sa mère, et fil rouge du roman.
La première partie décrit l’adolescence de Théo, placé en famille d’accueil puis récupéré par son père, homme faible en proie à des addictions successives (alcool puis jeu et médicaments). J’ai retrouvé ce thème de l’enfance livrée à elle-même dans des lectures récentes (Cormac Mc Carthy, Richard Ford, David Vann, Russel Banks…), c’est visiblement un sujet de prédilection de la littérature américaine contemporaine (enfant seul, adultes déficients…).
La suite le trouve apparemment apaisé, travaillant pour un antiquaire. Ce n’est qu’une apparence : miné par les opiacés qu’il absorbe pour masquer son stress post-traumatique, il vit dans le souvenir. Souvenir de sa mère (que le temps magnifie), de son père, d’un ami de sa famille d’accueil mort noyé. La possession du « Chardonneret » semble sa raison de vivre, tout comme l’amour pour Pippa (jeune femme qu’il a aperçue enfant quelques minutes avant l’attentat, et qu’il vénère).
Le dernier tiers du roman est plus confus (à l’image du cerveau de Théo, embrumé par les drogues et l’alcool), nous menant à Amsterdam dans un milieu interlope de trafic d’œuvre d’arts. « La chardonneret », volé, retrouve la place qu’il n’aurait jamais dû quitter, celle d’un musée.
Un beau roman sur le deuil et l’amour de l’art, qu’une angoisse diffuse maintient sous tension permanente. De magnifiques moments de littérature aussi, lorsque Théo décrit son amour sans issue pour Pippa ou sa fascination pour le tableau.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mars 2014
…mais j'ai toujours le même sentiment avec les livres de Donna Tartt : l'auteur est douée, sans nul doute, elle est aussi très cultivée ; son imagination est débordante ; elle écrit bien (ou est bien traduite) mais je ne parviens pas à accrocher pleinement, sans doute parce qu'elle "en fait trop". Tout a été dit ou presque de l'histoire elle-même, celle de Theo Decker, orphelin de mère puis de père, qui a subtilisé un tableau, "le chardonneret", alors qu'il était prisonnier des décombres du musée où il se trouvait avec sa mère, à la suite d'un attentat. Le lecteur va le suivre de New York à Las Vegas, à New York, à Amsterdam dans un périple un peu rocambolesque. Il va partager un temps la vie de Boris, jeune Ukrainien (Russe ?) qui accompagne son père, mineur et ivrogne, à travers le monde, celle de Hobie, vieux monsieur surdoué quand il s'agit de retaper un meuble ancien et seul personnage vraiment attachant du roman. Il va "entrer" (à moitié) dans une famille riche, les Barbour dont un des fils, Andy, est l'ami de Theo ; cette famille va le recueillir quelque temps et Theo, 14 ans plus tard, sera fiancé à la fille de famille, beauté froide et peu attachante. Mais l'amour de Theo est ailleurs : c'est, d'une part, le tableau, "Le chardonneret" et, d'autre part, Pippa, fillette aperçue au musée et qui sera blessée elle aussi lors de l'attentat. Ils finiront, des années plus tard, par s'avouer leur amour impossible : deux êtres ayant vécu le même drame ne peuvent pas s'aimer sans dommage. Le livre foisonne, part un peu dans tous les sens sur quelque 700 pages...mais, encore une fois, je n'ai pas été séduit ; j'ai lu un bon roman d'aventures mais pas le chef-d’œuvre dont la presse a parlé. Est-ce dû au fait que Theo n'est pas très sympathique (il trompe volontiers ceux qui l'aiment) ou aux trop nombreux rebondissements et invraisemblances (j'avoue que je me suis un peu perdu à Amsterdam où apparaissent, sortis d'on ne sait où, des truands aussi vite expédiés ad patres) ??? Moralité, 4 étoiles un peu du bout des lèvres.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 mai 2014
On voyage du New-York d 'un Paul Auster aux coulisses d' un Las Vegas mange par le desert avvec un adolescent qui a perdu tout repaire.Superbe écriture pour un livre intime et bouleversant.
La fin pourrait inspirer Tarantino, tout est mené de main de maitre.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

11,49 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)