Commentaires en ligne


13 évaluations
5 étoiles:
 (7)
4 étoiles:
 (4)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Tragédie nationale en trois actes
Dominique de Villepin nous a offert, je dis bien "offert", une trilogie napoléonienne dont il a commencé à écrire la conclusion, en 2002, avant de nous en livrer les deux premiers tomes, qui sont Le soleil noir de la puissance : 1796-1807 et La chute ou l'empire de la solitude : 1807-1814.

Acte I : le retour du banni...
Publié le 17 septembre 2012 par Alexis Livier

versus
6 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 La fin d'un rêve ... mais le mythe a la vie dure !
La fin d'un rêve, celui de Napoléon, dans les 100 derniers jours. Livre bien documenté. Cependant l'alternance de styles entre l'analyse et l'emphase altèrent la qualité de l'ouvrage. L'auteur est passionné par son héros, aux funestes conséquences pour la France, comme il l'indique d'ailleurs :
- 50.000 soldats de...
Publié le 9 février 2007 par Latour07


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Tragédie nationale en trois actes, 17 septembre 2012
Par 
Alexis Livier - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Cent jours (Poche)
Dominique de Villepin nous a offert, je dis bien "offert", une trilogie napoléonienne dont il a commencé à écrire la conclusion, en 2002, avant de nous en livrer les deux premiers tomes, qui sont Le soleil noir de la puissance : 1796-1807 et La chute ou l'empire de la solitude : 1807-1814.

Acte I : le retour du banni.

Battu, trahi, chassé, déchu, exilé, remplacé, l'Homme vit sur une petite île, lui qui a visité toutes les capitales de l'Europe (auxquelles il faut ajouter Le Caire). L'Homme des masses de granit, l'Homme aux innombrables batailles gagnées, l'Homme entouré de tous les talents croupit sur son île, attendant et méditant sur son destin. Dès les premières pages, on sent la dimension antique de ce héros français, esclave de la destinée.
La situation en France dégénère à tel point que Napoléon envisage un retour et commence à le préparer.
La fin de l'acte un est exceptionnelle : il débarque en Provence, et remonte à Paris, sans tirer un coup de feu. Son nom fait partir les traîtres, et rallie paysans et soldats dans une longue, immense cohorte patriote qui le porte sur Paris. Les régiments envoyés contre lui se rallient, les régiments royalistes se débandent et fuient vers la Belgique. En lisant cet acte un, on peut entendre la Marseillaise retentir, tant la geste est grandiose est unique au monde ; un nom a livré un pays à un homme !

Acte II : Désillusion

Arrivé à Paris, passées les premières acclamations populaires, Napoléon se rend compte de la gageure dans laquelle il s'est engagé : arrivent sur la scène les notables, les bourgeois que la Révolution puis lui ont élevé au rang de classe dominante, et qui n'ont plus du tout envie de se battre pour quoi que ce soit, si ce n'est pour que la rente augmente ! Les anciens membres du Tiers-Etat ont tout, et sont donc devenus conservateurs, prêts à tous les renoncements pour garder leurs avantages ; d'ailleurs, ces notables appellent l'Europe coalisée "les Alliés" (comme aujourd'hui...), ce qui en dit long sur leur patriotisme, dont on a encore des preuves quotidiennes en 2012 !
Napoléon sait qu'il n'y arrivera pas, les dieux de l'Olympe sont contre lui. Sa réforme constitutionnelle ne satisfait personne, il faut lever une énorme armée pour contrer le million d'ennemis qui s'apprêtent à déferler sur le territoire national, mais l'armée est totalement désorganisée ; Fouché complote, Talleyrand est avec le roi, seuls quelques maréchaux répondent à l'appel ; les fidèles se regroupent en un dernier carré. Néanmoins, l'effort surhumain est accompli, et l'armée se met en marche vers la Belgique. A la fin de l'acte II, on est en droit de penser que l'acte III sera un feu d'artifice, puisque la première rencontre des deux armées a lieu à Ligny, et tourne à notre avantage (25 000 tués contre 7 000 pour nous) !

Acte III : La fin d'une époque

Après Ligny, l'armée est gonflée à bloc, les ennemis recommencent à trembler, les notables n'osent plus parler. L'Aigle est de retour pour de bon ! Il va voler de capitale en capitale, massacrant l'ennemi par milliers. Las ! Le dieu de la défaite a un nom : Waterloo, et son apparition est datée : 18 juin 1815 !
Tout concourt à la défaite finale : Soult qui n'envoie pas assez de messagers pour rappeler Grouchy, Ney qui charge comme un givré avec toute la cavalerie, Napoléon qui commet des erreurs d'appréciation. Finalement, en cette funeste journée, même la Garde (la jeune Garde) prend peur, et c'est un monde qui se débande ! L'empereur attend quelques jours en France, attendant un soulèvement général contre l'ennemi dont il prendrait la tête, mais le soulèvement n'arrivera jamais. Finalement, l'empereur se rend et se sacrifie pour éviter la guerre civile. Il part loin de nous, et sera empoisonné. C'est la fin de l'épopée, les royalistes purgent le pays, les acteurs de l'épopée sont fusillés (Ney, Murat, La Bédoyère, Lavalette, etc.). Ultime victoire de Napoléon, ultime pied-de-nez, posthume : le mémorial de Sainte-Hélène, que l'on lit encore aujourd'hui ! L'Aigle a gagné la bataille du Temps, contre l'Oubli ! Il a gagné l'Immortalité !

Dominique de Villepin, que je trouve bien piètre politique, se relève être un écrivain de talent. Les trois tomes sont bien documentés, et l'approche est novatrice. A lire ! Pour les passionnés de Napoléon, mais aussi pour tous les passionnés d'Histoire.

Je vous copie une petite citation (je pourrais en copier des milliers) de ce magnifique ouvrage, page 364 ; attention, ça pique les yeux : " "Point de traité avec les Français ! La proscription prononcée par le Congrès contre le chef doit s'étendre à toute la nation. Il faut les exterminer, les tuer comme des chiens enragés" [Journal de Franfort]. On s'est montré trop bon l'année précédente, éructe un journal prussien : "Nous aurions dû les exterminer tous. Oui, il faut exterminer cette bande de cinq cent mille brigands", avant de "mettre hors la loi tout ce peuple sans caractère, pour qui la guerre est un besoin", et de démembrer son territoire par régions dans l'espoir qu'elles se déchirent entre elles." " Fin de la citation. Très actuel n'est-il pas ? Les euro-régions, ça vous dit quelque chose ?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le vol de l'Aigle et la ronde des vautours, 23 juin 2007
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Cent jours (Poche)
Une documentation abondante, un foisonnement d'anecdotes passionnantes et une plume pleine de grandeur servent avec passion le récit d'une épopée unique en son genre, exclusivité de notre vieux pays pétri d'histoire. Et bien que l'on puisse douter que cette étude dense ne soit l'oeuvre que d'une seule main, Dominique de Villepin y apporte en tout cas le regard perspicace de l'homme d'état sur la prise du pouvoir et des déconvenues qui s'ensuivent...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un livre de référence, 8 juin 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Cent jours (Poche)
C'est un livre d'un grand secours sur cette épisode du règne de Napoléon. Il est, d'un point du vue d'historien, très documenté, très sérieux, bref une vraie synthèse des Cent Jours. Le regard d'un homme politique, fusse t-il d'un bord opposé au mien, est fort intéressant car il nous donne l'impression d'être au coeur de la politique de 1815 : les intrigues, Napoléon qui ne se fait pas d'illusion, les compromis calamiteux (et pour l'Empereur et pour Constant et même pour Talleyrand). Il est vrai que j'ai lu ce livre avec un réel plaisir car le style ressemble à celui de Chateaubriand dans le ton du moins, avec cette mélancolie qui se prête bien au sujet (c'est mon opinion personnelle bien sûr). Villepin ne tombe pas, toutefois, dans le récit épique ou dans le "tout" pour Napoléon... Il reste objectif, tout en ramenant ses personnages à ce qu'ils sont : des hommes de convictions. Il ne fait pas de concession et il sait cibler les opportunistes, les failles de chacun, la peur des parlementaires qui n'hésitent pas à abandonner l'empereur pour se sauver eux, l'héroïsme de Ney, qui, après avoir trahi revient avec panache, toujours aussi courageux et brouillon qu'avant... Vient enfin mon moment préféré, le récit de la bataille de Waterloo, le suspens... et puis... à vous de lire et de découvrir ce chef d'oeuvre qui a reçut d'ailleurs un prix pour sa pertinence...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Au coeur de l'histoire, 2 août 2004
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Cent jours (Poche)
J'ai beaucoup aimé ce livre car il nous plonge au coeur de notre histoire. Outre le recit passionant de cette periode de l'epopée Napoleonienne, Dominique De Villepin nous presente les differentes philosophies de l'epoque. Certains passages ne sont pas sans rappeler le contrat social de Rousseau ou Le Projet de Paix perpetuelle de Kant. Nous decouvrons ainsi le debut de cette evolution constitutionnelle qui nous menera jusqu'à la V ieme Republique.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Excellent, 1 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Cent jours (Poche)
Que l'on aime ou pas Dominique de Villepin en tant que politique, sa littérature est vraiment passionnante. J'ai lu ce livre d'une traite et me suis empressé d'acheter les tomes suivants. Vivement la suite!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une référence!, 26 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Cent jours (Poche)
Complet et précis, ce 3ème et dernier ouvrage de la trilogie écrit par DdV est identique aux précédents: C'est une référence!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 5 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une profession de foi politique, 25 février 2008
Par 
P. Vero (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Cent jours (Poche)
Il s'agit d'un bel ouvrage exaltant la force des destins d'une nation et et d'un homme, et de leur rencontre. Un bon livre d'histoire, certes, mais un plaidoyer irritant pour la grandeur du peuple français et pour celui qui l'exalte.
Un politique ne devrait pas écrire l'histoire, le contemporain s'y glisse toujours de manière indiscrète et envahissante
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 La fin d'un rêve ... mais le mythe a la vie dure !, 9 février 2007
Par 
Latour07 (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Cent jours (Poche)
La fin d'un rêve, celui de Napoléon, dans les 100 derniers jours. Livre bien documenté. Cependant l'alternance de styles entre l'analyse et l'emphase altèrent la qualité de l'ouvrage. L'auteur est passionné par son héros, aux funestes conséquences pour la France, comme il l'indique d'ailleurs :
- 50.000 soldats de France morts au combat à Waterloo,
- amende colossale imposée par les ennemis de la France pour sanction de rebellion armée,
- fragilisation du pouvoir national, représenté par le Roi Louis XVIII, avec pour corollaire, montée en puissance des ultras.

Pour un homme politique de premier plan, défenseur a priori des intérêts de la France - ou qui se poste comme tel - cet ouvrage est surprenant.

Le rêve demeure, hélas.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Les Cent jours
Les Cent jours de Dominique de Villepin (Poche - 3 octobre 2002)
EUR 11,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit