undrgrnd Cliquez ici Toys Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

  • Joukov
  • Commentaires client

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles37
4,5 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:28,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Et ce pour plusieurs raisons:

- Tout d’abord, cette biographie du maréchal russe est quasiment la seule, éditée en français, sur ce personnage déterminant de la seconde guerre mondiale. Il faut remercier les auteurs de nous l’avoir offerte ! Il y avait bien une biographie datée des années 60 ainsi que la traduction des mémoires de Joukov mais j’imagine que la version française de ces dernières portait sur l’une des éditions censurées par le pouvoir soviétique…
- Elle est le fruit d’une collaboration exemplaire qu’on avait déjà pu apprécier dans « Grandeurs et misères de l’Armée rouge« .
Bien évidemment, l’ouvrage est co-signé par Jean Lopez qui s’affirme désormais comme le spécialiste français de l’Armée rouge et de ses opérations durant la seconde guerre mondiale. Voir ses ouvrages consacrés à ces opérations aux éditions Economica: Stalingrad, Koursk, Berlin, Korsun-Tcherkassy et tout récemment Bagration.
- La biographie est un exercice difficile car il s’agit de relater des faits mais aussi de rentrer dans l’époque du personnage, dans son intimité, dans ses succès comme dans ses échecs. Et là c’est une belle réussite car on navigue aisément entre l’historiographie et les documents officiels, les mémoires avec et sans censure, les témoignages et interviews. Bref, un vrai travail d’enquête pour distinguer le vrai du faux, l’hagiographique du possible.. Et quand les auteurs ont un doute, ils nous livrent leur version la plus probable.
- Au delà de la dimension biographique, il existe clairement ici un style qui était moins évident dans les ouvrages consacrés à des opérations militaires ou au recueil de témoignages comme ‘Grandeurs et misères de l’Armée rouge ». Il y a ici un vrai style littéraire, agréable, prenant de bout en bout capable de nous faire sentir « le vent de l’histoire ». Ce n’est pas si courant de nos jours…
- J’ai énormément apprécié la plongée dans le système soviétique: de la montée en puissance du bolchévisme jusqu’au purges de 1937, de la folie de Barbarossa jusqu’à la prise de Berlin mais aussi sur l’après guerre jusqu’à la mort de Joukov. Le maelström dans lequel vécut Joukov des mois précédant Barbarossa jusqu’à la bataille de Moscou est restitué de manière impressionnante.
- En contrepoint, on découvre bien des portraits de personnages historiques soviétiques d’où sort, bien évidemment la stature du Vojd, Staline ! Une période de folies, un pays de fous, une idéologie destructrice mais finalement victorieuse.
- J’ai aussi bien apprécié la conclusion et l’hommage final rendu au seul vrai héros de l’époque: le soldat soviétique…

Pour résumer, il ne faut vraiment pas rater cet ouvrage qu’on soit passionné d’histoire militaire, attiré par la Russie ou curieux de connaître de plus près le système soviétique. Ceux qui, aujourd’hui, vilipendient la Russie, seraient bien avisés de lire cet ouvrage pour mieux comprendre les Russes à l’aune de la Grande Guerre Patriotique…

Un grand moment de lecture vivement recommandé !
66 commentaires|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dès l'introduction (remarquable)le ton est donné: les auteurs n'entendent rien occulter des qualiés et des défauts de leur personnage,de ses succès ni de ses (rares)échecs.Cette biographie est loin d'être réservée aux passionnés d'histoire militaire,qui connaissent déjà les ouvrages de ce spécialiste de la guerre germano-soviétique qu'est Jean Lopez;les aspects sociaux et historiques sont brillamment traités,et l'interaction entre le politique et le militaire dans d'URSS de Staline,de Khrouchtchev et de Brejnev fait l'objet de développements éclairants.
La personnalité de Joukov est emblématique:issu de la paysannerie,il parvient à force de tenacité,de chance et de volonté au sommet de la hiérarchie militaire,où il se montre un maître consommé de la "guerre opérative".La synthèse de la Grande Guerre Patriotique est,comme attendu,de très grande qualité et le rôle personnel de Joukov,sa détermination,son courage (et sa brutalité) sont bien mis en évidence.
Le travail dont nous avons ici le fruit est gigantesque,et les deux auteurs rendent un hommage justifié à leurs documentalistes;mais,loin d'être pesant,ce livre est très bien écrit et constitue désormains un incontournable de l'histoire de l'URSS.
11 commentaire|19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 mai 2015
Excellent livre qui aborde tous les sujets et environnements liés au personnage qui lui même est très largement digne d'une bibliographie. Compréhension totale d'un monde totalitaire ou l'individu, à part Staline bien sûr, est systématiquement inexistant.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mars 2014
un livre passionnant, qui permet de dresser le tableau de l'URSS au moment de l'opération de Barbarossa, vidée des ses cadres par les purges effectuées par Staline et de la terreur qu'il inspire, paralysant les initiatives.
Ce livre dépeint son caractère sans concession, ainsi que les situations qu'il a du affronter et les replaçant dans le contexte de l'époque.On y voit son évolution , son ascension irrésistible, ses revers et sa chute, rien n'étant acquis dans le système stalinien.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 juillet 2014
Très instructif, documenté.
Je ne suis pas spécialiste, mais j'ai beaucoup appris sur ce grand général et sur l'armée rouge.
Un peu difficile à lire sur Kindle avec les cartes.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Attention : ce n'est parce que Jean Lopez est le premier à signer une biographie moderne de Joukov (en comblant assurément un trou) que l'ouvrage est indépassable, définitif, etc.

On peut ainsi noter, dès l'introduction, que J. Lopez attribue les succès de l'Armée Rouge (en particulier dans la seconde moitié de la Grande Guerre Patriotique dans le livre) au seul Joukov, ce qui peut se discuter. De plus, l'auteur adopte ce ton volontiers journalistique du "chasseur de mythes", le même que celui de son magazine Guerres et Histoire, qui le pousse à formuler des jugements de valeur parfois peu compatibles avec la posture d'un historien, qu'il assume désormais ouvertement. Il faut remarquer aussi que Jean Lopez s'est fait aider par au moins deux personnes pouvant prospecter dans les archives russes : l'ouvrage est donc davantage collectif qu'individuel. Par ailleurs, il semble avoir manifestement été écrit en peu de temps, surtout si l'on se souvient qu'aux près de 700 pages du Joukov s'ajoutent les 400 pages du Bagration sorti seulement 6 mois plus tard (!).

Un des meilleurs exemples des choix opérés par Jean Lopez dans la biographie se trouve dans le passage sur la Première Guerre mondiale et son portrait de l'armée russe. L'auteur fait volontairement le choix d'utiliser davantage des travaux datés et non les travaux les plus récents, ce qui donne un ensemble insistant sur des poncifs négatifs et non sur la réévaluation entreprise ces dernières décennies par des historiens anglo-saxons, notamment -dont certains manquent à l'appel en bibliographie. De la même façon, la guerre civile est expédiée assez vite alors qu'elle participe de la naissance du fameux art opératif soviétique qui intéresse tant Jean Lopez. D'ailleurs celui-ci se contente, sur ce dernier sujet, de reprendre ce qu'il avait dit dans ses ouvrages précédents sans rien apporter de véritablement nouveau. De la même façon, le passage sur les grandes purges staliniennes manque visiblement des références les plus récentes à la date de sortie du livre.

Jean Lopez ne s'attarde pas trop non plus sur le passage de Khalkin-Gol, renvoyant les Japonais au niveau d'un "tigre de papier". De manière similaire, l'évolution de l'Armée Rouge durant la campagne de Finlande est négligée pour n'en retenir que les désastres initiaux. Au moment des débuts de Barbarossa, l'auteur démonte, dans sa logique de "chasseur de mythes", l'effondrement supposé de Staline dans les premiers jours suivant l'invasion (en particulier les 28-29 juin), qui selon lui ne serait qu'une reconstruction postérieure. Or certains historiens spécialistes de l'URSS, qui publient récemment, comme F. Thom, disent exactement le contraire : l'effondrement, certes passager, a bien été réel. La description de l'opération Barbarossa fait curieusement l'impasse sur des travaux récents, anglo-saxons en particulier, comme ceux de D. Stahel. D'ailleurs Jean Lopez passe rapidement sur l'adaptation de l'Armée Rouge à la fin de l'été et durant l'automne 1941, notamment dans certains combats défensifs comme à Mtsensk.

De manière générale, le travail de J. Lopez, plutôt efficace sur l'histoire militaire malgré quelques manques en bibliographie, l'est beaucoup moins dès que l'on sort de ce domaine. Il ne parle pas par exemple de l'achat du haut-commandement soviétique par Staline et ses sbires, mais il est capable de modifier son point de vue sur la bataille de Koursk, où il concède davantage que dans l'ouvrage éponyme que ce sont bien les Soviétiques qui ont l'initiative stratégique. En revanche, quand Jean Lopez aborde l'opération Vistule-Oder en janvier 1945, les lignes sont plus ou moins reprises de son Berlin, là encore sans ajout neuf. Le passage sur les crimes de guerre de l'Armée Rouge en Allemagne, lui aussi plus ou moins recyclé du Berlin, reprend les mêmes généralisations parfois un peu abusives sur les comportements soviétiques, comme s'il fallait donner encore des "gages" pour un public occidental. "L'effet Nemmersdorf", par exemple, a été remis en cause par des historiens sérieux comme Ian Kershaw. De la même façon, Jean Lopez compare la bataille de Berlin, en conclusion du chapitre correspondant, avec les combats urbains d'Aix-la-Chapelle ou d'Okinawa (!), comparaison qui a, à vrai dire, peu de sens.

La conclusion résume bien l'esprit du livre, puisque l'auteur compare Joukov, uniquement sur le plan militaire, aux autres chefs militaires de la Seconde Guerre mondiale, Eisenhower étant le seul selon lui à se hisser au niveau du Soviétique. Surtout, Jean Lopez ne veut pas voir que Joukov n'est pas forcément le seul sauveur de l'URSS, mais que l'effort de commandement a été relativement collectif dans l'Armée Rouge ; en outre il ne répond pas vraiment aux questions plus larges posées en introduction.

Au final, cette biographie de Joukov est bien écrite, remet à place le personnage et réhabilite encore le genre de la biographie du chef militaire, mais va peut-être trop loin en présentant Joukov comme le sauveur de l'URSS au-delà de 1941. Surtout, Jean Lopez se concentre surtout sur l'histoire militaire, et avec des à-coups (cf les manques à certains endroits signalés plus haut), sans balayer des perspectives plus larges. Et le propos reste parfois marqué par une touche d'anticommunisme. Enfin, la posture de journaliste le conduit souvent à distribuer les bons points, les mauvais points, et finalement à ne pas se retrouver dans le rôle d'historien qu'il prétend incarner. Alors oui, Jean Lopez est le premier à écrire en français sur le conflit germano-soviétique, mais il n'est désormais plus le seul, et pas forcément le meilleur : cet auteur nous livre en réalité, en français, les avancées des travaux anglo-saxons essentiellement, mais avec quelques décennies de retard, et par ailleurs il ne colle pas forcément aux travaux les plus récents, y compris en histoire militaire. En somme, un retour à l'histoire-bataille dont le grand public peut être friand, oui, mais point de nouvelle histoire-bataille ici, si tant est qu'elle puisse exister. C'est sans doute la limite principale de l'oeuvre de J. Lopez.
44 commentaires|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 juillet 2014
Pas grand chose à ajouter au concert de louanges donné par tous les lecteurs.. Nous voilà entraînés dans l'univers militaire stalinien présenté sans concessions mais avec objectivité. On est loin des récits dithyrambiques tenus en d'autres temps et on découvre une réalité que beaucoup ne voulaient pas voir. Mais on peut mesurer aussi le rôle déterminant joué par l'armée rouge, un rappel qui n'est pas inutile au moment où, dans un contexte de russophobie médiatique pesant, certains seraient tentés de récrire l'histoire. Bref, un bouquin passionnant, un des meilleurs assurément écrit sur la réalité de la vie militaire soviétique. A vivement recommander!
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 avril 2014
Je ne suis pas une historienne et encore moins une specialiste de la seconde guerre mondiale, mais j'ai dévoré cette grosse biographie comme un roman. Les auteurs ont su magnifiquement peindre le portrait de Joukov et son époque (cher Staline...) et surtout rendre compréhensible la "guerre operative". Je conseille la lecture de cet ouvrage partout autour de moi!
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 février 2014
Ce livre, s'il met en lumière les qualités militaires évidentes de ce grand soldat que fut Joukov, ne dissimule pas, contrairement à d'autres études réalisées sur ce même personnage, son attachement et son obéissance quasi aveugle à Staline, lequel, après l'avoir porté au pinacle l'enterra dans sa datcha provinciale.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mars 2014
Un monument, l'homme comme le livre !
Le cartésianisme de l'auteur sied à merveille pour décrire entre autre, le parcours exceptionnel et les innombrables batailles militaires de ce bouledogue infatigable !
Gueorgui Konstantinovitch Joukov, l'homme aux nerfs d'acier qui a démoli le 3ème reich !
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)