undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles24
4,5 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Colum McCann né en 1965 à Dublin est un écrivain Irlandais. Après des études de journalisme, il travaille comme rédacteur pour l'Evening Herald puis devient correspondant junior pour l'Evening Press de Dublin dans les années 1980. À l'âge de 21 ans il part aux Etats-Unis et sillonne le pays, multipliant les petits boulots. Il décide ensuite de partir vivre au Japon, avant de revenir à New York où il vit aujourd'hui et enseigne l'écriture. Son roman Les Saisons de la nuit date de 1998.
Le premier chapitre, très court en deux pages, se déroule en 1991 et présente rapidement Treefrog, un SDF vivant dans un tunnel sous New York. Le second chapitre, beaucoup plus long nous permet de faire connaissance avec Nathan Walker, ouvrier tunnelier construisant une ligne de métro sous l’Hudson en 1916. Tout le roman va désormais s’articuler entre ces deux dates lointaines.
Nathan Walker a 19 ans quand commence le récit. Il travaille à la construction d’un tunnel ferroviaire, un boulot dangereux et éprouvant mais qui créé des liens entre les ouvriers et c’est ainsi, qu’il deviendra ami pour la vie avec Con O’Leary l’Irlandais, Sean Power et Vannucci l’Italien. Nathan lui, est un noir venu de Géorgie. A eux quatre ils forment une petite bande multiculturelle dans un pays et à une époque où le racisme sévit, ce dont Nathan subit chaque jour les conséquences. Brimades exacerbées quand plus tard, Nathan épousera une femme blanche, Eleanor, fille d’O’Leary et dont il aura plusieurs enfants dont leur histoire va venir se greffer à la narration globale.
De son côté, dans le futur, Treefrog vit seul dans un tunnel de New York où il s’est aménagé un chez lui. Aucun confort, dans le sens commun où nous l’entendons, il fait froid, il n’y a aucunes commodités bien sûr, mais il s’y sent bien. Autour de lui, d’autres malheureux se sont installés, chacun se créant son propre univers solitaire. Jusqu’à l’arrivée d’Angela. Violée, battue, droguée, elle se rapprochera un peu de Treefrog à un moment, et de leurs discussions va surgir lentement et de manière confuse, l’histoire de la vie de ce Treefrog.
L’une des grandes réussites de ce roman tient dans sa construction savante. Historique d’abord, puisque le lecteur se retrouve balloté d’une époque à une autre, passé et présent s’éloignant ou se rapprochant ; narrative ensuite, car McCann ne dévoile pas son intrigue simplement, elle est comme en léger décalage, l’explication de situations arrivant après leurs descriptions ce qui oblige le lecteur à rester attentif pour suivre le cours de l’histoire et les liens entre les personnages. Si rien n’est évident durant la lecture, tout se tient et chaque pion est en relation avec son voisin, hier comme aujourd’hui, la vision globale n’étant révélée qu’à la fin.
Si la forme est donc particulièrement soignée, le fond emporte encore plus l’adhésion. A l’aide de phrases courtes et sèches mais d’une puissance rare tant chaque mot est chargé d’émotion, Colum McCann nous donne un roman réellement poignant comme on n’en lit peu souvent et faites moi confiance, je n’emploie pas une formule toute faite. Malgré un ton d’écriture qu’on penserait détaché, que ce soit pour décrire des joies comme des peines, l’écrivain nous met parfois au bord des larmes. Ses personnages, des gens très simples devant endurer la violence physique ou verbale permanente, font preuve d’un courage et de qualités morales exceptionnelles et leurs souffrances donnent tout son prix à ce livre.
Mêlant les faits réels à la fiction de son roman, avec en toile de fond le racisme, ce poison mortel lourd de conséquences pour les acteurs de ce drame, Colum McCann touche avec Les Saisons de la nuit, à la quintessence de la littérature ou pour le dire autrement, au chef-d’œuvre.

« Parfois, des couples s’injurient en se penchant aux fenêtres. Tout un paysage d’amour et de haine. Une brutalité sensible dans l’atmosphère. De la tendresse aussi, pourtant. Il y a là quelque chose de si vivant que le cœur de la ville semble près d’éclater de toute la douleur qui y est accumulée. Comme s’il allait soudain exploser sous le poids de la vie. Comme si la ville elle-même avait engendré toutes les complexités du cœur humain. Des veines et des artères – semblables aux tunnels de son grand-père – bouillonnantes de sang. Des millions d’hommes et de femmes irriguant de ce sang les rues de la cité. »
22 commentaires|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce livre est avant tout dédié aux prolétaires qui ont bâti New-York : il est centré en effet sur l'histoire de Nathan WALKER, colosse noir né en Géorgie, venu creuser le métro de New York pendant la première guerre mondiale et de son petit-fils : Clarence Nathan WALKER qui lui a succédé, en construisant dans les années 70, les building à ossature d'acier si caractéristiques de la ville.
C'est un livre dur et sombre, (car ces ouvriers, qui ont construit l'une des plus belles villes du monde, vivent à la limite du seuil de pauvreté) mais où parfois perce une pointe d'humanité (notamment la solidarité indéfectible qui lit Nathan à ses compagnons italien, irlandais et polonais en première ligne pour creuser, à la pelle!, la boue du fond de l'Hudson devant le tunnelier, permettant ainsi de relier Brooklin à Manhattan). C'est également un livre fort sur la ségrégation raciale et la difficulté de vivre des couples mixtes (Nathan a épousé la fille d'un de ses compagnons d'infortune) et qui aborde enfin le thème des SDF, exclus du pseudo-miracle américain, survivant à grand peine dans le réseau souterrain de cette ville toute en verticalité.
Un beau livre moins ambitieux et beaucoup plus accessible que Le temps où nous chantions, autre chef d'oeuvre traitant des couples mixtes et de la ségrégation, mais qui est, lui, beaucoup moins sombre (car illuminé par l'univers musical dans lequel baigne la famille étudiée).
11 commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un roman magnifique sur des personnages en marge de la société.
Un jeune mineur noir qui construit les tunnels du métro en 1916 puis son évolution dans le temps jusqu'à sa mort à un âge avancé. La vie d'un sdf dans un tunnel du métro en 1991. Ces deux personnages ont un lien que l'on découvrira dans les derniers chapitres.
Mc.Cann nous fait découvrir deux métiers très particuliers : mineur et monteur de building, vraiment les deux extrêmes sur le plan de la hauteur. Mais aussi le racisme qui assaille les minorités raciales aux USA (encore d'actualité : meurtre d'un jeune noir). Plus on avance dans le livre, plus le style devient haché, fantasmagorique, noir ; pour terminer sur une résurrection.
J'ai aimé ce livre très particulier, ce n'est cependant pas une lecture facile ni divertissante. Mais ce roman, écrit par un tout jeune écrivain, sort le lecteur de sa torpeur et nous fait prendre conscience que la vie peut basculer à tout moment.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 mars 2011
Colum McCann nous livre un roman émouvant et plein d'humanité, qui présente un véritable intérêt sociologique, avec des personnages riches et attachants, un suspense bien mené, une écriture fluide et percutante. La construction de l'histoire est très réussie : deux récits s'entrecroisent, le premier se déroule au début du 20ème siècle et relate la vie d'un couple mixte (et des enfants qui naîtront), le second se déroule des années plus tard, dans les sous-sols du métro de New-York, avec un personnage dont on ne connaît que le surnom, dont on découvrira l'identité vers la fin du roman. Excellent moment de lecture.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mai 2012
Un roman qui vous prend aux tripes et vous oblige à une réflexion sur la misère humaine. Deux récits parallèles : l'un de Clarence Walker en 1913, ouvrier à la construction des tunnels sous l'Hudson, à New York et Treefrog (grenouille reinette), sans-abri en hiver 1991, quand la température flirte avec les -10 °C. Clarence Walker est noir et il tombe amoureux d'Eléonor, la fille de son collègue décédé lors d'un éboulement d'un tunnel en construction. En tant que couple mixte, il sont obligés de vivre à Harlem. De leur union, naîtront 3 enfants.Treefrog vit dans le chantier désaffecté du métro, tout en haut d'un édifice de poutrelles. Il survit grâce à la vente de quelques cannettes vides qu'il récolte en rue.

Deux récits qui vous dépeignent la vie précaire des noirs américains, de leurs espoirs, de leur joie de vivre pour des choses simples. C'est aussi une description de la descente aux enfers d'un homme atteint d'une folie qui le mine peu à peu. Poignant !
22 commentaires|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 février 2008
Un livre fabuleux, très bien construit, énigmatique et émouvant. Les personnages sont attachants et ont une épaisseur. Les descriptions du "dessous" de la ville sont magnifiques de précision. C'est un des livres de ma vie ! Je ne l'oublierai jamais.
11 commentaire|19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juin 2010
Un remarquable livre et une épopée à travers le 20ème siécle, ayant pour toile de fond New-York, assez époustouflante.
On suit avec délice l'évolution des personnages et les liens qui les unissent. L'histoire est bien construite et le New-York des tunneliers, des souterrains et de ses sans-abris est retranscrit si fidèlement que cela nous donne l'impression d'y être.
Je suis passionné d'exploration urbaine, la réalité des souterrains, égouts et tunnels New-Yorkais et de la vie qui y regorge est suffisament bien décrite dans ce livre pour le rendre à mes yeux indispensable à tout bon féru de la grosse Pomme et du métro.

A lire sans retenu :)
0Commentaire|17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 septembre 2011
Ce livre remue notre part d'ombre (son titre est d'ailleurs très bien choisi...) en nous faisant accompagner des personnages dont la vie a été très particulière, et en nous montrant comment, malgré leurs difficultés énormes, ils essayent de trouver leur chemin vers leur libération. C'est à la fois un roman à dimension historique (avec l'univers de New-York et la construction de son métro) et à dimension psychologique importantes. Très "noir" quand même globalement, il faut le savoir... c'est un choix à faire avant de lire ce livre, mais personnellement je ne regrette pas de l'avoir exploré.
11 commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Colum McCann est né à Dublin en 1965. Il fut tout d'abord journaliste avant de parcourir les états-unis pendant 2 ans. Le succès est immense avec "Le Chant du coyote" et "Les saisons de la nuit"; 2 romans qui feront dire au public ainsi qu'à la critique qu'il est l'une des nouvelles voix les plus prometteuses de cette génération ! Colum McCann vit aujourd'hui à New York.

Une traversée du XX ième siècle à New-York, accompagnée de Nathan Walker, un "gadouilleux", ouvrier terrassier en charge de creuser les tunnels ferroviaires sous l'East River en direction de Manhattan.
Walker, O'Leary,Vannucci et Power, sortis des entrailles de la terre tels des dieux.
Des Bâtisseurs aux visages creusés par les risques du métier.
Walker est un ouvrier du tunnel mais n'en reste pas moins un "homme de couleur" qui doit subir le racisme au quotidien. Tout comme son épouse blanche et son fils métis.
En parallèle -en cette fin de siècle- Treefrog vit dans les sous-sols de New York, dans les ténèbres, avec les rats et les immondices.
Un microcosme souterrain que se partagent Dean,Elijah, Papa Love et Faraday.
Treefrog vit en solitaire -dans son nid- parmi les restes de désastre humain, des taupes, des cinglés.
2 histoires qui vont progressivement converger pour trouver une trame commune.

Un roman exceptionnel, immense, puissant qui ne se résume pas mais qui se vit .
Une oeuvre qu'on repose en se disant qu'on vient d'extraire une pépite.
Le temps est suspendu à la lecture de ce miracle de la littérature.
La puissance de Toni Morrison au service du talent romanesque de Richard Powers ?

Tout simplement inoubliable !!!
33 commentaires|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 août 2010
Je recommande et offre ce livre à toutes les personnes qui comptent pour moi. Quelque soit leur age ou leur histoire, toutes en ressortent marquées. L'histoire et surtout les descriptions de ce monde "undergroud" vous marquerons à jamais.
Ce live vous ouvre et vous bouleverse!
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,80 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)