undrgrnd Cliquez ici KDP nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles13
4,1 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

J'aimerai être bilingue, totalement, pour pouvoir lire ce livre en version originale. Le traducteur a du s'arracher les cheveux ou alors il est très fort. J'ai découvert Selby grâce à Requiem For A Dream, le film tiré de ce roman, où il tient un petit rôle. Oui, passons sur la traduction du titre (aucun rapport), puisque le gros travail est dans le roman. Le style de Selby, la forme de ce livre, sert magnifiquement le fond : haché, sans distinction entre dialogues et récit, poétique, et pourtant très noir. Car on suit ces personnages, tous intoxiqués, on s'y attache, à ces âmes perdues. C'est choquant mais beau. En égratignant et dénonçant les travers de tous et de la société, Retour à Brooklyn se transforme par moments en pamphlet, sans jamais digresser de la trame. Un roman très fort, plus abouti encore que le film : comment adapter le style de Selby ? Une bonne claque pour ceux qui passeront les vingt premières pages.
0Commentaire|23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 avril 2009
Titre: Retour à Brooklyn
Auteur: Hubert Selby Jr
Titre original: Requiem for a Dream
Traduit de l'américain par Daniel Mauroc
Editeur: Christian Bourgeois (1978)
Collection 10/18
ISBN: 2264006323
300 pages

Si le décor est le même, tout aussi sordide, que dans 'Last Exit to Brooklyn', les personnages de 'Retour à Brooklyn' n'ont rien de la violence et du désespoir qui habitaient ceux du premier roman de Selby.
Près de quinze ans séparent la parution des deux oeuvres.

Harry est juif, Tyrone est noir.
Ils sont amis, inséparables, et vivent à la limite, à la marge, des territoires qu'occupent leurs communautés respectives.
Marion, fille de bourgeois juifs, plus ou moins artiste, rejetant la société de consommation, est venue se loger à Brooklyn.
Marion et Harry s'aiment d'un amour très pur, tout aussi pur que la livre de 'pure' que Tyrone et Harry, revendeurs de cocaïne associés, rêvent d'avoir les moyens d'acheter un jour avec les gains de leurs ventes quotidiennes pour en tirer le gros bénéfice qui leur permette de se retirer du trafic et d'ouvrir un théâtre et une galerie de peinture où Marion pourra exposer ses dessins.

Sara, la mère d'Harry, veuve et pauvre, vit avec son réfrigérateur, où elle entasse les pralines et autres nourritures dont elle se gave et s'engraisse, et son poste de télévision que son fils vient lui dérober régulièrement pour le revendre afin de se procurer un peu de liquide quand les affaires marchent mal.
Un démarcheur d'une chaîne de télévision locale lui demande un jour par téléphone si elle accepterait de participer à une émission.

Harry, Marion et Tyrone d'une part, Sara d'autre part, s'enfoncent dans leur rêve, et, très vite, ne vivent plus que dans la perspective de le voir se réaliser.

Harry, Marion et Tyrone deviennent de véritables trafiquants, et, pour se doper, ponctionnent de plus en plus dans leur approvisionnement de drogue pour leur usage personnel, en s'affirmant chaque jour qu'ils s'arrêteront le jour qu'ils en auront envie.

Sara, convaincue qu'elle passera bientôt à la télévision, guette le facteur tous les jours, et entreprend des régimes de plus en plus sévères, jusqu'à tomber dans le piège de « pilules » amaigrissantes que lui vend un médecin véreux et dont elle ne peut bientôt plus se passer.

L'auteur nous fait assister à la lente dégradation de ces personnages poignants: les affaires marchent mal, Marion s'abandonne peu à peu à la prostitution pour approvisionner Harry, la belle amitié entre Tyrone et Harry et le pur amour entre ce dernier et Marion se déchirent quand la drogue manque au point que le partage n'est plus supportable.
Le rêve télévisuel de Sara et sa volonté de maigrir tournent à l'obsession, et la mère d'Harry tombe dans les mains d'un psychiatre qui , ayant besoin de patients pour alimenter son service, la fait interner et finit par la rendre folle.

Dans Last Exit to Brooklyn, l'absence de projet, de projection dans le futur, de rêve, d'espoir explique la violence et l'amoralité des personnages.
Dans Retour à Brooklyn, c'est l'espoir de la réalisation d'un rêve qui les détruit.

Dans les deux romans plane le spectre d'une inéluctable fatalité sociale...

Patryck Froissart
Plateau Caillou, le 18 avril 2009
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 juin 2009
La dépendance... progressive.. irréversible... Voilà la plongée en apnée vers laquelle vous entraîne ce roman. L'histoire est guidée par les destins parallèles d'un jeune garçon (et ses amis) et de sa mère. La descente est rapide, terrible, d'autant plus qu'elle n'est due qu'aux choix des personnages qui s'engouffrent vers leur destruction sans que quiconque d'autre qu'eux y participent. L'écriture est brute, violente, chirurgicale. Il n'y a pas de place ici pour autre chose que la terrible réalité de la toxicomanie. Un bon roman, mais surtout un redoutable témoignage.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 mars 2002
Ce roman a été adapté récemment au cinéma sous le titre "requiem for a dream" avec Jared Leto et Jennifer Connelly. Cette histoire est puissante, elle décrit sans complaisance les principales formes de dépendance dans notre société (drogue, médicaments, télévision...). Un tel réalisme ne laisse personne indifférent. Une sacrée claque...
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 octobre 2009
c'est évidemment à une descente en enfer que l'on assiste tout au long de ce roman. On la voit venir dès le départ, inéxorable et implacable. En tout cas, c'est une sacrée claque pour le lecteur qui reste scotché au déroulement de l'intrigue.
Un livre fort qu'il est difficile de présenter en quelques mots tant il est puissant.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 octobre 2006
Un livre qui traite essentiellement du rêve, plus que de la drogue.

Suite au coup de fil d'une société s'occupant de recruter des candidats pour des jeux télé, Sarah Goldfarb, une retraitée qui n'a plus que la télévision (que son fils va mettre en gage dès qu'il a besoin d'argent) se met à rêver du grand soir, de sa tenue, de sa coiffure.

Son fils, Harry, et le meilleur ami de celui-ci, Tyron, sont persuadé qu'ils ne deviendront jamais des junkies. Ils rêvent d'acheter de la drogue pour la couper, la revendre, puis acheter de plus grandes quantités à couper et à revendre. Ils rêvent de devenir millionaires grâce à la drogue.

Marion, la copine de Harry, se contente de suivre le mouvement.

Tous ces personnages vont se retrouver accrocs aux drogues (Sarah aux amphétamines, les autres à l'héroïne).

Le rêve des personnages les a conduit à la drogue, qui les a conduit vers la fin...

Comme d'habitude, les héros de Hubert Jr Selby "montent" progressivement (ils deviennent de plus en plus beaux, de plus en plus riches, de plus en plus désirables). Jusqu'à la chute, qui ne vient d'aucune cause extérieure.
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 août 2014
Malgré une lecture compliqué, avec une traduction parfois difficile à comprendre, ce livre m'a beaucoup plu.

Impossible pour moi de regarder le film, et ce livre à répondu à mes attentes en m'expliquant comme il se doit, l'histoire se chacun des personnages!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 avril 2015
C'est le Style Selby, un melange entre narration et coversations. C'est tres tres noir, plus que les autres que j'ai lus avant et ca ne donne pas du tout envie de tomber dans une addiction. Pour ceux qui aiment le noir allez-y, pour les autres, evitez.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mai 2013
Je n'ai pas encore eu le temps de lire le livre, mais le film "requiem for a dream" est juste troublant au plus haut point donc j'ai eu envie de lire le livre, car généralement ils sont encore mieux !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mars 2003
Quand j'ai vu pour la première fois Requiem For a Dream le film inspiré par ce film, je suis resté totalement scotché sur une canapé, incapable de faire quoi que ce soit.
Ce livre est encore mieux : Selby, de part son style si personnel (ponctuation ...) nous éblouit de tout son génie.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,80 €
7,50 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)