undrgrnd Cliquez ici Baby ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles5
4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Prix:6,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Dans ces deux chapitres des `Compléments' à son `Monde comme Volonté et comme Représentation', Arthur Schopenhauer explique sa vision sur l'amour et la mort dans l'optique de sa philosophie générale, qui est un développement ingénieux de la théorie d'Immanuel Kant.

Kant et Schopenhauer
Kant fait la distinction entre la `chose en soi' et ses phénomènes. Mais il prétend que l'être humain ne peut pas connaître cette `chose en soi'. Schopenhauer, par contre, a remarqué que l'être humain connaît son propre corps et, de la sorte, vit la `chose en soi' en tant qu'individu (phénomène). Pour Schopenhauer, cette chose en soi n'est rien d'autre que la fureur de (sur)vivre, qu'il a baptisée `la volonté'.

Schopenhauer et les autres
Pour Schopenhauer, tous les philosophes se sont trompés en plaçant le principe métaphysique indestructible dans l'intellect, alors qu'il réside exclusivement dans la volonté. L'intellect est un phénomène secondaire conditionné par le cerveau, donc périssable. Il ne fournit que des motifs à la volonté, qui est indépendante des formes phénoménales.

Métaphysique de l'amour
Toute inclinaison amoureuse prend racine uniquement dans l'instinct sexuel. Cette inclinaison est un démon hostile, qui s'efforce de tout mettre à l'envers, parce que la fin de toute intrigue galante n'est rien de moins que la composition de la génération future (de l'espèce).
Mais, il y a un conflit entre ce que veut l'individu et ce que veut l'espèce. L'égoïsme est un caractère si profondément enraciné que, pour inciter à l'action un être individuel, la nature doit inculquer à chaque individu une illusion grâce à laquelle il regardera comme un bien personnel ce qui est profitable à l'espèce. Cette illusion est l'instinct, le besoin impérieux de jouissance de l'individu, qui n'a comme but véritable que l'être à créer, en qui l'espèce se perpètre.
La sélection individuelle qui préside à la satisfaction sexuelle repose sur l'intérêt de l'homme à la constitution `spéciale' de la génération future. La `chose en soi', qui est identique dans tous les individus, survit aussi à la mort de chaque individu.

Métaphysique de la mort
Les phénomènes (individus) disparaissent, mais la volonté (la `chose en soi') continue à vivre par l'intermédiaire d'autres individus créés. Cette volonté reste éternellement jeune, car le temps, qui est aussi un phénomène, n'existe pas pour elle.
Néanmoins, cette `chose en soi' est une part entière de l'individu. Elle est la part indestructible et impérissable de chaque être humain. La mort n'est en fait que la destruction de l'individu en tant que phénomène, pas en tant que `chose en soi'. La mort des individus n'est pour la volonté que ce que le sommeil est pour l'individu.

Arthur Schopenhauer reste un philosophe remarquable et très actuel. Sa 'chose en soi' (la volonté) peut être considérée comme un précurseur du gène égoïste de Richard Dawkins et sa théorie sur l'espèce du Darwinisme.
Son influence, aussi bien sur le plan philosophique (Nietzsche, Sartre), littéraire (, T. Mann, G. de Maupassant) ou artistique (H. Broch, M. Kundera) est énorme.
On ne peut que critiquer sa réaction finale par rapport aux maux de ce monde (`on rattache toujours à l'espoir de l'immortalité de l'âme celui d'un monde meilleur - preuve que le monde actuel ne vaut pas grand `chose').

Lecture hautement recommandée.
0Commentaire19 sur 19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 avril 2012
Après le brillant exposé de Luc Reynaert, il reste encore à dire ceci : cette édition est matériellement très agréable à lire et surtout l'exposé préliminaire de Martial Gueroult est magistral ; il réussit le tour de force de résumer l'essentiel de la métaphysique de Schopenhauer en moins de dix pages et sans erreur majeure, même si on peut discuter certaines de ses autres affirmations. Bref une édition très pratique en présentation aérée.
0Commentaire9 sur 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 janvier 2013
Livre d'une compréhension facile. L’écriture du philosophe est accessible. Le contenu est passionnant. Delai respecté Etat impeccable.Cet écrit annonce les concepts de S Freud
0Commentaire5 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 octobre 2014
Schopenhauer jamais vulgaire dirait mon frère Nicolas.Pour moi un livre fondateur d'une philo perso.
acheté pour offrir à un jeune homme de l'age que j'avais quand je l'ai lu la première fois, jamais oublié depuis.
La philo simple c'est comme la poésie ça vous change à l’intérieur dedans.
0Commentaire4 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 septembre 2015
Comme tous les philosophes, pas très facile à suivre leurs explications leurs théories et leurs définitions, mais possible.
Je le conseille à ceux qui aiment se creuser la tête.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus