undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles129
3,7 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:9,60 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 10 avril 2016
Toole est vraiment un écrivain qui aurait mérité d'être plus connu de son temps. Ce livre est d'une drôlerie sans pareille et pertinent sociologiquement (à remettre dans le contexte de la Louisiane des années 60). Je recommande.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 février 2016
Super livre drôle et émouvant pour ceux qui apprécient cet humour qui pour moi est un peu du genre Simpsons...
Un épisode marquant est celui où Ignace travaille dans les bureaux de l'usine de jeans ... fou fou fou.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 janvier 2016
Hélas, une déception. Je venais de lire La Bible de Néon du même auteur, un roman initiatique que j'avais adoré. Mais La Conjuration des Imbéciles est bien loin de cette réussite. Certes, il y a une drôlerie dans ce roman, mais un ton et des personnages qui deviennent vite agaçants. Des dialogues sans fin, laissant peu de place à une prose narrative plus poétique... Très moyen... pour le peu que j'ai pu lire...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Augustus Reilly, protagoniste principal de cette conjuration des imbéciles, est un sacré personnage que l’on n’oublie pas de sitôt après l’avoir croisé. “A fat mother with a green cap” comme le décrit Jones, autre figure marquante du livre. Augustus est obèse, féru d’histoire, joueur de luth, il a un avis sur tout, est en guerre contre la société dans laquelle il vit et il ne sort jamais sans sa casquette verte de chasseur, dont il soulève la partie qui recouvre son oreille quand il veut entendre ce qu’on lui dit. Encore hébergé chez sa mère à plus de 30 ans, il s’enferme dans sa chambre pour rédiger un recueil pompeux d’histoire médiévale, quand il ne s’abreuve pas de télévision populaire ou de films faciles tout en hurlant son mépris à leur égard. Très éduqué (il est allé à l’Université) et peut-être très intelligent -j’ai encore des doutes-, il est en tout cas complètement inadapté au monde dans lequel il vit (La Nouvellle Orléans, dans les années 60).

Une succession d’événements rocambolesques qui ouvrent le livre va entraîner un accident de voiture, qui mènera à des dettes et l’obligation pour Augustus d’aller pour la première fois de sa vie travailler afin de rapporter un peu d’argent à sa mère.

S’ensuivront des péripéties multiples qui le mèneront d’un emploi de bureau dans une usine de vêtements à la vente (hum) de hot-dogs dans la rue. Autour de cette intrigue principale gravitent d’autres personnages quasiment aussi allumés que lui qui participent de la folie furieuse qui baigne le livre et lui donne un ton assez particulier.

C’est d’ailleurs quand il nous plonge dans cette ambiance surréaliste que le livre est le plus réussi, ses tentatives de devenir plus sérieux sont couronnées de moins de succès et provoquent même un léger ennui.

L’histoire qui a présidé à la publication de ce livre (à titre posthume, après le suicide de son auteur incompris de son vivant) a poussé à en faire peut-être un peu vite un chef d’oeuvre. S’il est certainement à part, souvent réjouissant et occasionnellement très drôle, il souffre à mon sens de quelques longueurs et de répétitions un peu maladroites.

Toole possède c’est certain un vrai talent pour faire exister ses personnages à l’aide de dialogues ciselés couleur locale, où les mots sont distordus pour coller à l'expression orale (children devient ainsi chirren). Par conséquent, il est indispensable de maîtriser assez bien l’anglais pour lire ce livre en VO, d’autant que Augustus, du haut de sa culture et de son langage châtié, use et abuse d’un vocabulaire sophistiqué quand il n’est pas occupé à roter ou à se soucier de sa valve pylorique qui lui cause des inquiétudes permanentes.

Ce livre est une farce et considéré comme tel il est assez irrésistible le long de ses trois premiers quarts avant de sombrer dans la redite. Néanmoins je conseille sa lecture pour son originalité et le fait qu’on ne rencontre pas si souvent un énergumène tel que celui-ci.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 septembre 2015
Un roman vivifiant, revigorant, savoureux. Chaque page, chaque aventure d'Ignace et de ses loufoques semblables est une abracadabrantesque et fantasque génialité. La vie de ce gentil héros oscillant entre la bouffonnerie et le risible, ses idéaux, ses valeurs, ses mésaventures, ainsi que tout son monde (cette ville, son économie et ses occupants hallucinés et hallucinants) font de ce roman une satire certaine de la société urbaine américaine.
Une œuvre indémodable qui vous fera assurément passer de singuliers et plaisants moments de franche rigolade.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 septembre 2015
Nous suivons les péripéties d'Ignatius Reilly et de son anneau gastrique capricieux en marge d'une société aux règles totalement absurdes. Les personnages certes caricaturaux, évoluent à travers le prisme de cet être inadapté, passionné de littérature du Moyen-Age et vivant dans un siècle qu'il "exècre". Nous nous apercevrons très vite qu'Ignatius rejette cette société de consommation, ce libéralisme de masse dans lequel est plongé son pays : les Etats-Unis. Chaque entreprise dans laquelle il se retrouve, est l'occasion pour lui, de contrer cette idéologie et d'imposer sa vision d'un monde nostalgique, d'un passé révolu. Le ton, kitsch à souhait, confère à cette oeuvre, un caractère unique et littéraire, bien loin des romans formatés qui pullulent sur les étagères des librairies et des bibliothèques. "La conjuration des imbéciles" est une ode à la différence, à l'humanité mais c'est aussi une satire de la société grinçante qui révèle à l'Amérique, ses propres failles et ses dérives idéologiques. Bref, ce livre est un chef d'oeuvre d'écriture et un objet littéraire unique en son genre ! A (re)lire absolument !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce livre inclassable est, pour moi, incontournable. Il faut l'avoir lu. Le personnage principal, misanthrope, mégalo, schizophrène et j'en passe, amène à lui et provoque les pires catastrophes. Sa pauvre mère tente sans succès de tirer quelque chose de cet adulte dépendant et obèse, certain d'être un génie incompris. Une toile de l'amérique profonde avec une galerie de personnages d'un réalisme terrible, qui se débattent dans leurs névroses et rêves de grandeur au milieu d'un quotidien souvent misérable. A lire si ce n'est déjà fait.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 juillet 2015
Même pas pu lire plus de 20 pages... je l'ai aussitôt refourguée à la bibliothèque sauvage de mon quartier ! et vraiment rien pour vous faire rire ...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 juin 2015
Livre burlesque et aigre doux...ou l'auteur arrive au tour de force à nous faire aimer son personnage,Ignatius un anti héros : obèse, crado, de mauvaise foi, parano.....mais aussi comique, cultivé, conservateur qui site regulierement le livre " la consolation de la philosophie" de Boece..
On suit donc Ignatius dans ses pérégrinations, et aussi une foules de personnages tous differents qui se télescopent : le black qui galere, le patron juif, la mère d'ignatius et sa copine Santa, le policier Mancuso..et differents milieus : homo, la boite louche a streep tease, l'usine etc....
On est frappé par la modernité de l'oeuvre, par exemple son amie Myrna , tres politiquement correct qui prone la sexualité debridée et l'aide aux minoritées !! on dirait le programme du PS !!
Comme Celine dans "Mort a crédit", Ignatius s'adapte tres mal au monde du travail et se fait rejetter, plutot pour des raisons burlesques et de folie douce !!!
On est ému quand on pense à l'auteur, suicidé à 32 ans face aux refus des maisons d'édition...sa mère obtiendra l'edition et le prix Pulitzer !! rien que ca !!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 avril 2015
Impossible pour moi de terminer le livre, ce qui me met de facto dans le groupe des imbéciles. Le livre est daté, le personnage central antipathique, l'histoire sans intérêt de mon point de vue (je respecte ceux qui ont aimé ce livre).
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,10 €