Commentaires en ligne


20 évaluations
5 étoiles:
 (6)
4 étoiles:
 (7)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:
 (3)
1 étoiles:
 (2)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


18 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ce qu'il faut lire
C'est un livre passionnant, sans aucun doute le meilleur de Bret Easton Ellis. D'un point de vue littéraire, la forme est très travaillée, l'auteur maîtrise parfaitement l'écriture à la première personne. Quant au contenu, il ne quitte pas le lecteur une fois le roman refermé. Les personnages semblent si loin de nous dans...
Publié le 13 juillet 2003

versus
8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Mal être
Récit de plusieurs étudiants dans la même université d'arts branchés pour fils à papa friqué. Consommation de drogues, amourettes éclairs, baise à tout va, fêtes sans occasion, mais surtout désoeuvrement et vide existentiel profond, voilà ce que nous réserve le deuxième roman de Bret...
Publié le 17 avril 2006 par RaZ


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

18 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ce qu'il faut lire, 13 juillet 2003
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les lois de l'attraction (Poche)
C'est un livre passionnant, sans aucun doute le meilleur de Bret Easton Ellis. D'un point de vue littéraire, la forme est très travaillée, l'auteur maîtrise parfaitement l'écriture à la première personne. Quant au contenu, il ne quitte pas le lecteur une fois le roman refermé. Les personnages semblent si loin de nous dans un premier temps, alors qu'au fond, ils ont les mêmes angoisses et le même désir : celui de vivre vraiment. La peur de devenir adulte est omniprésente même si elle n'est que suggérée. La drogue et le sexe sont les seuls exutoires que possèdent ces étudiants avides de sensations fortes.
N'hésitez plus : si vous ne devez lire qu'un seul roman d'Ellis, achetez celui-là!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Génie dans la forme et lucidité dans le fond..., 11 septembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les lois de l'attraction (Poche)
Plus de doute à la lecture de ce deuxième roman, Ellis possède un style qui sert tellement bien les émotions ( ou l'absence d'émotions) qu'il veut décrire ainsi que les pensées de ses personnages, qu'il paraît se confondre avec elles. C'est donc une tranche de vie déconnectée et comme prise au hasard qu'on suit là, balloté entre les relations vertigineuses de ces étudiants qui ressemblent à des prolongements directs de ceux décrits dans "Moins que zéro".
Malgré une trame narrative aussi improbable que décousue ( voire inexistante pour certains), la force d'écriture de l'auteur est telle qu'on ne peut que se laisser entraîner jusqu'au bout- non pas impatients de connaître la fin à tout prix, mais vivant au présent. Comme ces étudiants désillusionnés et en mal de sensations fortes pour qui sexe, drogue et soirées interminables ne sont qu'un moyen de combler l'ennui terrible qui semble sous-tendre leur existence.
Inoubliable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Mal être, 17 avril 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les lois de l'attraction (Poche)
Récit de plusieurs étudiants dans la même université d'arts branchés pour fils à papa friqué. Consommation de drogues, amourettes éclairs, baise à tout va, fêtes sans occasion, mais surtout désoeuvrement et vide existentiel profond, voilà ce que nous réserve le deuxième roman de Bret Easton Ellis.
Ce livre est découpé en brefs passages où des étudiants divers racontent un moment de leur journée, sans aucun intérêt la plupart du temps, on y voit des gens qui se cherchent, qui s'ennuient, qui sont omnubilés par quelque chose, qui parlent sur tout et n'importe quoi. C'est une jeunesse perdu, désabusé qui est dépeinte ici, leurs frasques quotidiennes ne les amusent plus mais ils s'y raccrochent car ils n'ont que ça, tout est vide de sens. Ici, un suicide est décrit comme un événement banal, on dit d'une voix monocorde que "les premières années ne font pas d'overdose", tout paraît plat et sans consistance, même les drogues ne procurent plus d'effet.
L'écriture d'Ellis est en parfait accord avec le manque de but de ces jeunes, simple et forte, elle nous immerge dans cet univers de faux-semblants où personne ne connaît personne. Des événements nous sont décrits à la suite, on ne s'ennuie pas grâce à leur diversité, il est agréable d'explorer toutes les préoccupations de ces différents personnages, cependant ce choix de narrateurs multiples dilue le vide et le malaise de ces jeunes, de même l'aspect "discontinue" du roman par le fait qu'il débute et finisse au milieu d'une phrase nous empêche de ressentir une "descente aux enfers" comme dans l'impressionant Moins que zero du même auteur, l'expérience émotionnelle n'est pas achevé, mais Les lois de l'attraction reste néanmoins un bon roman.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Immaturité et nihilisme, 23 juillet 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les lois de l'attraction (Poche)
Encore plus profond dans la vie décadente des petits bourgeois yankees, Les Lois De L'Attraction voit Bret Easton Ellis faire exploser le style narratif mis en oeuvre pour son premier roman Moins Que Zéro. Le récit se passe toujours à la première personne mais, cette fois, ce sont plusieurs protagonistes qui interviennent à tour de rôle, chapitre par chapitre.
Nous est donc dépeint, l'automne 1985 d'une université d'art et lettres. La triplette fêtes/sexe/drogues est toujours le principal centre d'intérêt d'une bande d'étudiants décadents. Comme dans son premier bouquin, aucune intrigue, aucun suspens. Le calme plat pour dépeindre une vie terne, sans but et sans enjeu autre que de trouver de quoi sniffer pour la prochaine fête, réussir à baiser sa voisine de cours et, quand même, parfois, quelques interrogations sur les cours à suivre ou sur un hypothétique avenir. Sans début ni fin (les première et dernière phrases du roman sont d'ailleurs tronquées), comme une plongée temporaire dans un milieu qui ne changera jamais. Peu importe les protagonistes et leurs différents tracas. On sait pertinemment que quoiqu'ils fassent, cette débauche est récurrente génération après générations. Les fêtes sont le but principal. L'endroit idéal pour picoler, se défoncer et, peut-être, parvenir à baiser. But ultime. Celles-ci s'enchaînent donc entrecoupées de scènes 'à jeun' démontrant une incapacité quasi-totale pour la moindre communication essentielle. Et, quand certains étudiants pédants et snobs (n'oublions pas que tout ça se passe en fac de lettres !) tentent un débat autour d'un art quelconque, leur manque de discernement, associé à une vacuité analytique crasse, les range définitivement dans la catégorie des ignares incultes dont ils cherchent vainement à se démarquer.
L'intérêt narratif principal est cet entrecroisement des personnages. Chacun racontant sa vision, ses ressentis d'évènements communs avec un style propre. Une des principales relations, homosexuelle, est, par exemple, narrée comme telle par un des étudiants. Tandis que l'autre, refoulé, ne fait jamais état des liaisons amoureuses ni du sexe. Qui croire? Enjolivement d'un côté, déni de l'autre? Les différents points de vues, l'importance donnés aux évènements, capitale pour certains, anecdotique pour d'autres,
Bret Easton Ellis dévoile les doutes, les besoins d'affirmation, les fantasmes d'un âge plein de contradictions. Une époque où l'on ressent plus que tout l'envie de prouver sa valeur, son charisme alors que l'on est encore complètement immature. Une époque où l'on met en oeuvre des efforts considérables pour se démonter la tête sans être capable de la moindre responsabilité face à la préparation d'un avenir proche. Incapable de juger à sa juste valeur la moindre facette de son existence.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


13 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ou comment un roman nous révèle à nous-même, 25 juillet 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les lois de l'attraction (Poche)
Les Lois de l'attraction est un livre bien moins célèbre qu'American Psycho et il a eu moins de succès lors de sa sortie que Moins que Zéro. Pourtant, il est à mon avis le meilleur roman de Bret Easton Ellis, celui qui pousse le plus loin l'analyse de l'être humain dans sa complexité.
L'auteur maîtrise parfaitement - comme toujours - l'écriture à la première personne et innove dans son style en nous donnant régulièrement à voir une même scène perçue par plusieurs personnages.
Ce livre nous met face à nous-même, face à notre propre vulnérabilité, notre impuissance et notre naïveté.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Dans la lignée de Moins que zéro, 12 décembre 2010
Par 
Alastor78 (France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les lois de l'attraction (Poche)
Si l'univers de Ellis est un tout et qu'on a l'habitude de voir des personnages passer d'un roman à un autre, aucun de ses livres ne sont aussi intimement liés que Moins que zéro et Les lois de l'attraction, ses deux premiers romans, écris à une époque sensiblement identique et qui présente deux facettes d'un même univers. Moins que zéro c'était la Californie, les vacances la famille, Les lois de l'attraction se sera l'Est et l'université. Deux romans qu'on peut considérer comme deux facettes d'une même pièce et qui sont donc complémentaires.
Le style est d'ailleurs similaire même si au point de vu unique de Clay dans le premier roman succède un enchevêtrement de plusieurs points de vues, Paul, Lauren et Sean étant les principaux narrateurs.
Sauf que Les lois de l'attraction n'aurait pas grand intérêt si Ellis ne faisait que répéter ce qu'il a déjà dit dans son premier roman. Ce second roman est un vrai prolongement sans doute plus fin dans l'écriture, mieux maîtrisé et qui tourne autour d'un thème abordé avec distance dans le premier livre: les couples.
L'univers d'Ellis est souvent très nihiliste (quoiqu'il en dise) et il est vrai que la notion d'amour peine à y trouver sa place mais l'interrogation est au coeur de ce récit plutôt amer, plutôt pessimiste et dont la neutralité du style ne serait se confondre avec un manque d'émotion. A bien des égards ce roman triste, éphémère et fragile touche autant que Moins que zéro, mais il invite le lecteur a un travail de réflexion sans doute pas habituel.
Les Lois de l'attraction n'est ni le plus connu, ni le plus apprécié des romans de Ellis mais sa maîtrise stylistique et l'approfondissements des thèmes de son premier roman en font pourtant l'un de ses meilleurs.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Un pari réussi pour un récit aussi malsain que prévisible, 24 août 2006
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les lois de l'attraction (Poche)
Déçu. Je suis généralement assez friand de ces récits sans intrigue où l'on se greffe sur le quotidien d'une (ou de plusieurs) personne(s) mais le schéma répétitif sexe-drogue-rupture écoeure à mon sens plus qu'il ne fascine. Passée la découverte du style, on prend effectivement ses marques et apprécie le côté "journal morcellé" du livre. Conduit à travers la descente aux enfers d'une poignée d'américains paumés, aux comportements sexuels encore incertains, le lecteur finit par se laisser. Pire, les attitudes des personnages agacent, preuve qu'Easton Ellis a réussi son pari: restranscire les errances d'ados torturés, à la vie aussi malsaine que prévisible.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 L'élite dévergondée, 21 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les lois de l'attraction (Poche)
On décrit ce roman comme une "descente aux enfers"; je crois malheureusement qu'il y a une méprise réelle à ce niveau-là. Car le livre ne donne pas à voir n'importe quels adolescents, n'importe quels étudiants. On parle ici d'un tas de fainéants nantis, dont les parents sont tous des grands patrons et des banquiers. Ils s'achètent des Porsche, des BMW, des MG, et claquent des sommes faramineuses en alcool et en came. Descente aux enfers ? Non : bêtise et ignorance d'une jeunesse qui finalement n'a pas de souci à se faire pour son avenir, et qui donc est vouée à se la couler douce dans une vie de stupre et de fornication, en vivant sur les rentes du papa. Evidemment (cerise sur le gâteau) il faut bien voir que les personnages principaux sont tous beaux. On est en Amérique, hein...

Du coup, le livre tourne en rond, exactement comme les personnages qu'il décrit. Ils sont beaux donc ils couchent tous les uns avec les autres (ils sont tous bi, ça va de soi), ils sont riches donc ils voyagent en voiture de luxe et crêchent dans des hotels 5 étoiles, ils sont drogués donc ils planent tout le temps. Du coup ils ne vont pas en cours, mais ça n'est pas grave, hein, quand les parents sont derrière, pas besoin de diplôme pour être assuré de vivre tranquillement.

Voilà voilà. On est donc à des années lumière de la réalité de la vie d'étudiant, et a fortiori de la vie d'étudiant en université. Du coup je ne comprends pas trop l'intérêt de ce bouquin, qui ne fascinera que les quarantenaires bourgeois en faisant écho à leurs beuveries passées.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Attention à ceux qui ont vu le film !, 17 août 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les lois de l'attraction (Poche)
Je fais partie de ceux qui ont eu envie du livre après avoir vu le film ... Je suis archi fan d'American Psycho dans les deux arts.

Par contre à la lecture de celui-ci j'ai été étonnée de voir combien le film atténuait la haine que l'on peut avoir envers tous les personnages ... J'ai bien dit TOUS !

Dans le film certains passages sont drôles, émouvants, tristes, surprenants et déroutants ... Dans le livre tout m'a exaspéré. Dans le bon sens du terme vu que cela doit être l'effet voulu par BEE ...

Quoiqu'il en soit ce livre donne une autre vision de Sean, Paul, Laurenn et les autres ... Qui plus est les 100 dernières pages ne sont pas dans le film ...

J'ai aimé détester cette lecture de jeunes riches complétement déconnectés du monde ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Excellent livre, traduction approximative, 28 mai 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les lois de l'attraction (Poche)
Le récit est bien évidement excellent, le style et le discours de Brett Easton Ellis y sont parfaitement maîtrisés. A mon sens le meilleur livre de cet auteur avec Lunar Park...

cependant la traduction française donnée ici ne rend pas du tout hommage au style de l'auteur, remplaçant la rythmique et le vocabulaire aristocrato-vulgaire par un style désuet annulant toute personnalité des characters...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Les lois de l'attraction
Les lois de l'attraction de Bret Easton Ellis (Poche - 1 mars 2003)
EUR 7,10
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit