undrgrnd Cliquez ici Bests nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles9
3,9 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 18 décembre 2004
Ou si l'on veut traduire : Prenez garde au génie de Danila ! Après avoir édité les ouvrages de Anne de Lesleuc et de Steven Saylor qui se déroulent également dans l'Antiquité romaine, les éditions 10/18 ont eu la bonne idée de publier les aventures du sympathique sénateur Publius Aurélius et de son roublard affranchi grec Castor (les deux personnages principaux d'une truculence toute méditéranéenne), écrites par l'italienne Danila Comastri Montanari. Et force m'est de constater que ces aventures qui se déroulent au Ier siècle après Jésus-Christ sont nettement au-dessus des deux autres séries précédemment citées. Qu'est-ce qui peut bien expliquer cet état de fait ?
Les puristes amateurs d'intrigues policières solidement construites et disposant d'un stock conséquent de coups de théâtres, de rebondissements et de meurtres trouveront leur bonheur dans "Cave Canem" qui parvient à entretenir le suspens jusqu'à la dernière page. Quant aux passionnés d'histoire latine, la satisfaction sera également au rendez-vous puisqu'en bonne italienne, l'auteur a une véritable passion pour l'histoire ancienne de son pays qu'elle sait faire partager en ses lecteurs dans un style très enlevé ( même si la traduction comporte ça et là quelques petites erreurs... )... Bref, si vous n'avez pas les moyens de vous payer un séjour en Italie, allez voir du côté de Danila Montanari, c'est comme si vous y étiez.
Ave atque vale, Danila !
0Commentaire16 sur 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 novembre 2012
C'est une intrigue policière de qualité que nous livre Danila Comastri Montanari ,toutefois je suis resté sur ma faim;l'écriture de l'écrivaine est "honnête" à défaut d'être transcendante , l'enquête est bien menée par le héros ,et le suspense est au rendez-vous.Il faut aussi signaler que le livre se passant dans une grande propriété à la campagne on apprend pas mal de choses sur le mode de vie des esclaves à la campagne comparativement à ceux de la ville (si un jour vous avez l'occasion de voyager dans le passé dans la condition d'esclave ,je vous conseille la ville).Bref j'aurais aimé que le roman me fasse voyager un peu plus dans l'époque antique,qu'elle ne soit pas prioritairement prétexte à une intrigue policière menée dans un huis-clos.Je conseille tout de même cette lecture car je compte en lire d'autres de cette auteure.A titre de comparaison ,pour l'instant j'ai une préférence pour les livres de Steven Saylor.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 juin 2010
Si vous aimez les romans policiers historiques et notamment durant l'Empire romain: ce livre est pour vous. C'est passionnant , agréable et facile à lire, je l'ai dévoré et je ne veux qu'une chose: lire les suivants.
Le héros, sénateur romain au Ier siècle après J-C, est en voyage dans le sud de l'Italie. Il se rend chez des amis et dès son arrivée il apprend que l'héritier du domaine familial vient de mourir. Une sombre prophétie annonçait que cela allait se produire; mais les meurtres s'enchaînent. Est-ce la prophétie ou un criminel sans scrupules qui s'abattent sur la famille? C'est dans un roman palpitant et captivant que Danila Comastri Montanari parvient à nous faire voyager dans le temps.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 mars 2013
Première enquète du sénateur Publius Aurélius Statius. A la première page il n'est qu'un enfant sans pouvoir mais déjà, il possède son intelligence et son sang froid qui lui permettront de devenir le personnage sans illusion qui se bat pour une justice à laquelle il fait semblant de ne pas croire.Le cadre antique fait vrai.L'esclavage est abordé sous plusieurs angles. Le héros répète qu'il ne croit en rien, pourtant, il nous fait croire que l'homme peut être quelqu'un de très bien.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mars 2007
Au début ce roman m'a véritablement passionné et j'ai poursuivi m'a lecture en éspérant continuer de me délecter ainsi. cependant pour une raison étrange, la suite de l'histoire (c'est à dire son corps, le plus important dans l'intrigue)m'a plu encore, tout en donnant l'impression de perdre de sa richesse: le suspens n'est vraiment pas au rendez-vous et les liens entre meurtres, indices, coupables, ..etc ne sont pas très bien ficellés (conférant une cohérance un peu bancale à mon goût, car TROP RAPIDE); c'est à croire que l'auteur à voulu condenser son récit et fait tout s'enchaîner sans répit et parfois sans trop de véracité.

STEVEN SAYLOR maîtrise une enquête mieux qu'elle.

CELA DIT, il faut bien convenir que CETTE OEUVRE MERITE D'ETRE LUE, car le travail de l'écrivain y est très interessant et le récit n'est pas sans l'être également.
0Commentaire6 sur 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 décembre 2004
"Prenez garde au génie de Danila !" si l'on veut traduire littéralement...En voilà une bonne idée de la part des éditions 10/18 d'éditer les deux premiers romans de la série des enquêtes d'Aurélius Statius, sympathique patricien romain, secondé par son roublard affranchi Grec, Castor ! Car, en effet, madame Comastri Montanari a le don pour nous faire découvrir ,avec un plaisir non dissimulé pour le lecteur, le passé glorieux de son pays, à travers les coutumes, la gastronomie, la littérature des ancêtres Romains. Dans le classement des auteurs de polars latins, je la positionnerai au-dessus de Steven Saylor et Anne de Leseleuc, qui font également se dérouler leurs polars dans la Rome Antique.
Les amateurs de la langue et de la culture latines seront comblés ainsi que les amateurs d'enquêtes bien ficelées, puisque les meurtres suivent les meurtres et les coups de théâtre se succèdent aux coups de théâtre tout au long du roman, sans aucun temps mort, durant cette enquête en Campanie, chez un riche pisciculteur, Gnaeus Plautius. Les personnages sont attachants, le style est fluide et agréable, même si la traduction comporte ça et là quelques petites erreurs... Il n'en reste pas moins que ce cycle d'enquêtes est à même de plaire à tout le monde ! Ave atque vale, Danila !
0Commentaire5 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 décembre 2004
Pour les fans de polars historiques (et les autres). l'histoire est intéressante est bien écrite. Comme c'est le cas de toute la série "grands détectives" chez 10/18.
0Commentaire3 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 février 2006
Mme Comastri fait revivre Rome avec passion et une précision infernale. A recommander à tous ceux qui vont, sont allés ou iront dans la Ville Eternelle !
0Commentaire1 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 août 2007
Du roman de gare à la sauce peplum. Malgré une bonne documentation, on reste sur sa faim. L'intrigue est tirée par les cheveux et la finesse de la description des sentiments est proche de celle de Dallas.
0Commentaire0 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,80 €
12,71 €