undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles57
4,2 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:5,40 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 6 août 2003
Adrien, le personnage principal, défiguré par un éclat d'obus, se retrouve dans un service spécial réservé aux mutilés du visage. Le roman n'a pas de mal à entrer dans le vif du sujet et en quelques pages, nous nous retrouvons en train de lire l'accident. Donc, la mise en place est très rapide et efficace. Les passages qui auraient pu être narrés avec crudité sont très subjectivement expliqués, ce qui laisse une certaine liberté de l'imaginaire. A mon sens, l'esprit "fraternel" des hommes qui vivaient à cette période de l'histoire, n'est pas assez franche et assez profonde. La dualité entre la peur de la guerre, la joie de la victoire, l'appréhension du regard des autres, l'angoisse de la mort; et bien tout ça donne à ce roman une sorte de consistance très intéressant. De plus, il se lit très vite.
0Commentaire|15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 octobre 2010
Malgré un thème difficile (les gueules cassées pendant la Grande guerre), "La chambre des officiers" est une pure merveille. Le parti pris de l'auteur -éviter tout misérabilisme- permet de se concentrer sur le sujet du livre : la gestion des conséquences horribles de la guerre. Son propos est servi pas une écriture simple, fuide et efficace. L'humour, l'espoir et un regard profondément humain portent l'histoire et emmènent le lecteur jusqu'à la dernière page. Ce livre est à mettre entre toutes les mains.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'ai ce livre dans ma biblio 14-18 depuis pas mal d'années, ceci est une relecture. Le personnage principal, officier subalterne dans le génie, est grièvement blessé lors de sa première "patrouille" tout début 14. Il se réveillera à l'"ambulance" avec une horrible blessure à la face qui ne met cependant pas sa vie en danger. Cet homme va faire la guerre pendant quatre ans- sans avoir jamais vu l'ennemi dans une chambre de quatre lits- d'une autre façon. Soins, opérations, mais aussi vie quotidienne , rencontres, vie en communauté, amitiés, "amour" vis-à-vis d'une femme blessée à la face, souvenirs d'une nuit d'amour avec une inconnue la vieille de partir à la guerre, soirée chez les prostituées ... tout cela défile au gré des pages...la guerre finie, c'est l'entre deux guerres et le difficile apprentissage d'"être différent - monstueux", puis une nouvelle guerre et enfin la fin!
Un premier roman assez fort, un sujet délicat - les geules cassées- , l'auteur réussit une immersion totale dans un monde qui s'éloigne dans le temps et dans la description réussie d'une guerre "autrement".
55 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 28 décembre 2012
J'aime beaucoup l'auteur. C'est le second ouvrage que je lis de lui et je retrouve une profonde sensibilité pour entrer dans une autre époque- la guerre 14-18- et dans l'esprit des jeunes mutilés de guerre, ceux qui ont perdu leur vrai visage. Comme toujours, Marc Dugain sait nous émouvoir en racontant ce que ces sacrifiés de la 1ère guerre mondiale vivent, leur renoncement à l'amour charnel qui viendra malgré tout pour quelques-uns, leur incapacité à se dévoiler totalement pour ne pas inquiéter leur famille.

Cet ouvrage m'a vraiment fait prendre conscience d'un aspect de la guerre que j'ignorais en partie émotionnellement: que vivent ceux qui subissent opération sur opération, qui ont perdu forme humaine? Que leur reste-t-il? Comment revoir un amour passé quand on a perdu "la face"? Le livre répond à toutes ces questions par un message optimiste d'ailleurs, délivré en fin d'ouvrage.

"La Chambre des officiers" parle aussi de certains événements très meurtriers de la 1ère guerre mondiale comme la grande offensive du Général Nivelle: "[elle] nous sortit de cet engourdissement. Le massacre fut tel que, pour la première fois, on dut garer les gueules cassées dans les couloirs." Cet épisode fit non seulement de nombreux morts, mais handicapa de nombreux soldats.

J'ai aussi beaucoup apprécié cette citation, prononcée par le protagoniste, Adrien Fournier, car elle montre toute l'ampleur de la fatalité dont il a été victime et son combat au quotidien pour rester digne et tenter d'aimer encore la vie: "Car moi, le mutilé de la face, je ne vieillirai pas. La guerre m'a fait vieillir à 24 ans. Je n'ai pas eu le courage de me suicider. J'ai eu le courage de ne pas me suicider.La rancoeur, l'aigreur menacent. Je fais face à l'ennemi intérieur."

Un beau livre, juste, émouvant et qui nous rappelle que la guerre doit être évitée à tout prix!
1111 commentaires|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 mai 2001
sur un sujet a priori lourd, l'auteur parvient à nous emmener partout où il veut aller : dans l'imaginaire, dans le désespoir (jamais trop), dans la joie (et oui), bref, dans tout un éventail de sentiment, qui je le répète ne me semblait pas évident à retranscrire. Tout en finesse, Marc Dugain a réussi un formidable premier roman, d'où on titre! au plaisir de le lire de nouveau...
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 février 2015
Best-seller qui ne mérite qu'assez peu son succès. L'histoire se focalise sur un jeune soldat, Adrien qui passe la première guerre mondiale dans une infirmerie consacrée à la reconstruction faciale, puisqu'il a été blessé dès le premier feu. Il y rencontre trois autres compagnons qui luttent contre leur suicide.
On ajoute une histoire d'amour entamée juste avant le conflit, laquelle est de peu d'intérêt. Le style est volontairement neutre, mais cette objectivité rend l’œuvre peu plaisante à lire.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 août 2003
En 1914, au début de la guerre, Adrien, ingénieur officier est défiguré par un éclat d'obus. La guerre sera donc pour lui une période de souffrance et de reconstruction au Val-de-Grâce, dans la chambre des officiers, une pièce sans miroir réservée aux bléssés de guerre. Dans le souvenir d'une femme qu'il a connu brièvement avant l'accident, en compagnie d'autres bléssés au visage qui partagent sa chambre, Adrien va réapprendre à s'alimenter, à communiquer, à vivre... et surtout à affronter le regard des autres. 5 ans passés dans un monde clos où il raconte modestement sa souffrance pour réapprendre à vivre mais aussi l'amitié indestructible qui le liera aux autres victimes de guerre qui n'étaient que son seul miroir et avec lesquels il a partagé ces moments de silence et d'espoir.
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mai 2014
Des fois, les romans les plus longs ne sont pas forcément les meilleurs, et je dirais que c'est le cas de ce petit roman, qui m'a étonné par sa brièveté et sa force. Je ne prétends pas connaître les méfaits de le Première Guerre dans les détails, mais l'auteur approche le sujet avec sensibilité, sans sombrer dans l'horreur et le voyeurisme. La guerre n'est ici présentée que comme un outil de contexte historique, car ce qui compte, pour le personnage principal (Adrien), c'est sa chambre, la chambre des officiers. Il n'y a pas de gros repères temporels dans le déroulement de l'histoire, juste une succession de blessés, d'opérations chirurgicales plus ou moins réussies, de visites (rares) et de jeux de cartes. Mais ce roman est très facile à lire et n'est certainement pas monotone ou contemplatif, malgré mon résumé. Je pense que ce livre peut être très utile à lire pour des collégiens qui travaillent sur le sujet, ou bien pour des gens comme moi, c'est-à-dire qui ne connaissent rien à la guerre et qui évitent les livres sur le sujet. Celui-ci pourrait très bien m'avoir réconcilié avec ce sujet sensible, qui sait.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce livre a été apprécié par trois générations au sein de ma famille (Jeune Homme, Parents, Grands-Parents) puisqu'à travers ce roman contemporain -écrit par Marc Dugain (né en 1957- sur les "Gueules cassées" de la Guerre de 14-18 et l'après-guerre des années 1920 et 1930 : il y a un hommage rendu à l’héroïsme des poilus pour avoir protéger la patrie. Et l'on réalise que ces poilus auraient mérités encore plus de la part de leurs contemporains dans les années 20 : ils le méritaient !

Ainsi, bien que le style de l'écriture soit assez simple, ce qui fait la force de cet ouvrage c'est ce thème permettant que le roman s'impose !

Le roman de ces victimes innocentes dont la vie est à reconstruire lentement et comme ils peuvent.
Appartenant à ce groupe, le protagoniste principal du livre sera convié au Traité de Versailles (1919) où Clemenceau en les décorant aura la larme à l'œil devant ces braves. Ainsi, Marc Dugain, sans être manichéen, nous montre la tristesse des hommes qui pourtant doivent tenir le cap pour que le pays ne s'effondre pas. Difficiles dilemmes pour de dures époques.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 novembre 2002
Le thème, tragique et dur, est traité avec fluidité. La détresse de ces soldats pourrait nous faire pleurer mais, souvent, on rit. Cet épisode monstrueux de la guerre 14/18 est dépeint avec clairvoyance et la vie, plus forte que le désespoir, pointe entre les lignes. La joie, l'amitié, l'avenir - toujours présents - éclairent les murs de l'hôpital de milliers d'éclats de rire ensoleillés.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles