undrgrnd Cliquez ici Baby ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

  • Le K
  • Commentaires client

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles30
4,3 sur 5 étoiles
Format: PocheModifier
Prix:6,20 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 7 juin 2002
Tout d'abord un petit mot sur l'auteur. Dino Buzzati est né à Belluno en 1906 et mort à Milan en 1972. Il s’est fait connaître en France dès 1949 avec son roman « Le Désert des Tartares », son troisième roman qui lui valu le Prix Halpèrine Kaminsky en 1950. Ce livre lui apporte très vite une renommée internationale avec un style d’écriture ramarquable très prêt de Kafka, nous plongeant dans une certaine angoisse, et nous interrogeant sur la fatalité et la raison de vivre. Vous l'aurez compris ce livre, avec le K, est l'un de mes préférés.
Après des études de droit faites à Milan (où son père était professeur de droit international), il se tourne bien vite vers la littérature. Très jeune, il écrivait déjà des poèmes. A vingt-deux ans, il est correspondant du Corriere della Sera en Ethiopie, puis, par la suite, il sera correspondant de guerre dans la Marine,…
Le livre dont je vais vous parler aujourd'hui est en fait un recueil de nouvelles, au total 44 récits très différents les uns des autres où se mêlent merveilleux, humour, sensibilité, doute, mystère et j'en passe. 44 histoires qui font que Buzzati peut, sans aucun doute se placer parmi les meilleurs auteurs contemporains. Le K est donc un excellent ouvrage à lire absolument sans retenue.
Vous y découvrirez "Le K", une légende des gens de la mer où un énorme squale (qu'on nomme K) suit sa victime pendant des années jusqu'à ce qu'il puisse la dévorer. C'est l'histoire d'un homme Stéphano qui va passer sa vie à fuir ce monstre et qui, devenu vieux décidera de faire face à son destin. Mais pour quelle raison, au fait, ce squale le poursuit-il ?
Vous lirez avec sourire "La création", où comment le Tout-puissant accepta, bien malgré lui, de créer le premier homme et la première femme.
Vous serez presque gêné devant le "Pauvre petit garçon !" au doux petit nom de Dolfi qui est le sujet de moqueries des autres garçons de son âge qui l'appelle Laitue.
Vous frémirez en ajustant à votre corps "Le veston ensorcelé". Ou encore après avoir rencontrés les "Chasseurs de vieux".
Et que feriez-vous ? si un jour vous étiez "Le défunt par erreur" qui comme un "Fauve au volant" "Voyage aux enfers du siècle".
Mais je ne vais pas non plus vous citer et vous décrire chacune de ces merveilleuse Nouvelles. Je préfère vous laissez les découvrir ou bien encore les redécouvrir, car même si j'ai déjà lu ce livre plusieurs fois, j'ai toujours pris plaisir à le relire encore.
Je puis tout de même vous donner un avant goût et vous livre, ici, un petit morceau choisi de la nouvelle intitulée "La création" :
"…Les Dessins représentait un animal dont l'aspect était vraiment désagréable, pour ne pas dire répugnant, mais qui frappait, toutefois, parce que totalement différent de tout ce qu'on avait vu jusqu'alors. D'un côté était représenté le mâle, de l'autre la femelle. Comme beaucoup d'autres bêtes, ils avaient quatre membres mais, du moins à en juger d'après les dessins, ils n'en utilisaient que deux pour marcher. Pas de poil, si ce n'est quelques touffes ça et là, spécialement sur la tête, comme une crinière. Les deux membres antérieurs pendouillaient sur les côtés d'une façon un peu ridicule…"
Bonne journée et bonne lecture
0Commentaire49 sur 52 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 janvier 2008
Gé-nial ! Cela faisait bien longtemps que je n'étais pas tombé sur un bouquin à la fois facile à lire et à l'écriture soignée.
"Les satisfactions que l'on tire d'une existence laborieuse, aisée et tranquille sont grandes, certes, mais l'attraction de l'abîme est encore supérieure."

Une véritable légèreté présente tout au long du recueil de nouvelles, légèreté n'empêchant pas d'aborder des thèmes originaux, graves ou plus classiques, le tout avec un regard d'une certaine profondeur qui invite -mais sans l'obliger- le lecteur à l'accompagner comme dans une balade champêtre avec un ami philosophe qui vous parlerait de la nature des hommes et du monde qui nous entoure, comme ça, juste pour le plaisir.
Oui, c'est bien d'une telle liberté tranquille qu'on parle, et ça fait vraiment du bien.
11 commentaire8 sur 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 juin 2007
Un des meilleurs livres de nouvelles, chacune étant un conte grinçant et pourtant bien huilé à la fois...

Livre inclassable: il appartient a une 4eme dimension, entre l'imaginaire fantasque et visuel de certains épisodes d'Alfred Hitchkock Present et le réalisme cynique des «Nouvelles Romaines» d'Alberto Moravia, parfois proches de celles, plus torrides, de Tennessee Williams ou éclectiques comme certaines du «Je pensais que mon père était Dieu et autres récits de la réalité américaine» de Paul Auster... bref en très bonne compagnie.

Désespéré et illusoire comme un F.S. Fitzgerald, fantastique et inquiétant comme une des «Fictions» de J.L. Borges, certains y reconnaitront l'esprit du grand Albert (Camus) celui de «L'Exil et le Royaume» avec toute la magie néo-réaliste de l'Italie des années soixante-dix en plus.

Comme vous le voyez, un livre difficile à décrire, mais si facile à lire et impossible à oublier. Je l'ai lu quand j'avais 16 ans, et près de trente années plus tard il est encore très présent dans ma mémoire d'homme. Vous pensez l'avoir dévoré, en fait c'est lui qui vous ronge... le K est un véritable squale !
0Commentaire12 sur 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 avril 2004
Petits contes modernes, passés, renouvellés, signés Buzzati: que du bonheur ! Un brin légères, pleines de malice et jamais ennuyeuses, ces cinquante nouvelles se devinent parfois, mais certaines surprennent tout de même. Buzzati nous fait des clins d'œil, des sourires en coin, son « K » est un rappel de celui de Kafka, de son absurdité pourtant bien organisée, son côté fantastique, le genre, pas le superlatif. Découvrez le « K, » un monstre des mers qui suivit un capitaine toute sa vie pour lui remettre un cadeau précieux. Ou encore l'histoire de Dolfi, ce petit garçon dont les autres se moquaient mais qui plus tard se vengea contre toute l'humanité. Mais encore : le « cas » de cet homme qui écrivait si bien qu'il eut peur de faire trop de jaloux, et donc modéra l'expression de son talent.... Cinquante petits textes pleins d'humour, qui éclairent brièvement mais remarquablement la faiblesse, la naïveté humaines, son entêtement, son tragique, son comique. A lire tôt ou tard, mais toujours avec un sourire, un sourire doux-amer sans doute.
0Commentaire12 sur 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le K, de l'auteur italien Dino Buzzati, est une pure merveille. Le titre ne fait référence qu'à la première histoire, celle qui ouvre le recueil, et le reste des textes est sans rapport avec ce titre. La plupart vous marqueront longtemps. Ce sont des merveilles de concision et de densité, vous faisant passer par une gamme incroyablement variée d'émotion : de l'humour, de la gravité, du cynisme, de la romance, du lyrisme, du désespoir. Rarement recueil aura renfermé une telle diversité et pourtant la patte de l'auteur est là, présente, qui unifie le tout dans une cohérence incroyable.

J'ai remarqué qu'on faisait lire ce recueil au collège, mais c'est à mon avis un peu jeune de lire ce volume avant 15 ans. Il faut un minimum de maturité pour en apprécier vraiment la finesse. Certaines nouvelles jouent volontairement sur la répétition en leitmotiv et pourraient ennuyer les plus jeunes. Pour ceux-ci, on recommandera plutôt, du même auteur, le conte La fameuse invasion de la Sicile par les Ours. Pour en revenir au K, permettez-moi de vous offrir un petit conseil, d'expérience : voilà un livre de chevet parfait pour ceux qui sont en classe prépa: six pages avant de se coucher, et on a eu une histoire complète qui vous change les idées comme aucune autre œuvre !
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mars 2010
Comme la vie quotidienne peut devenir étrange, merveilleuse ou tragique, parfois surnaturelle ! Chaque nouvelle se déroule en quelques feuillets pleins de surprises et d'imaginaire, où cependant la mort est toujours présente, en attente'
Cinquante contes teintés d'un peu d'ironie, d'un peu de tristesse, de délicieuse malice. Préférez-vous : La Création, Général inconnu, L'humilité, L'arme secrète, Le casse-pieds, Chasseur de vieux,, Le veston ensorcelé ?Toutes sont un pur bonheur.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 novembre 2009
Un livre surprenant avec des nouvelles bluffantes. Buzzatti adapte son style à des histoires pour en faire des contes philosophiques passionnants. A lire de toute urgence
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 avril 2012
Ce livre est composé de nouvelles aussi captivantes les unes que que les autres, elles auraient pu servir de scénario à une série TV très populaire des années 60 : la quatrième dimension (the twillight zone).

a consommer sans modération !
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 janvier 2005
Des nouvelles surprenantes, inquiètantes, écrites avec virtuosités. Buzatti détient l'art de la chute bien amenée.A lire absolument.
0Commentaire5 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 mars 2015
Un grand recueil d'un très grand écrivain.

Les thèmes chers à Buzzati sont tous présents : l'attente, l'inutilité des choses, le temps qui passe, les rendez-vous manqués, l'absurdité de l'existence,...

On ne peut reprocher qu'une chose à Buzzati : il est lisible facilement, par tous, du coup il n'est pas considéré comme un TRÈS grand écrivain, comme il le mériterait.

Si vous aimez ce livre, d'autres chefs d’œuvres sont à suivre : Les Sept Messagers, Panique à La Scala, En Ce Moment Précis, Un Amour, Les Nuits Difficiles,...

C'est, à mes yeux, LE grand écrivain italien du XXème siècle.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles