undrgrnd Cliquez ici Toys Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles78
4,3 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:4,95 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 30 juillet 2006
Ce n'était pas aussi drôle que je m'y attendais, mais c'était drôle tout de même, et, pour qui s'est un peu intéressé aux théories de l'évolution, c'était aussi très subtil. "Pourquoi j'ai mangé mon père" décrit les (més)aventures d'une horde préhistorique ménée par Edouard, le père ingénieux qui s'échine à faire progresser l'espèce : "je crois que notre force viendra de ce que nous ne sommes pas des spécialistes", explique-t-il à ses fils dont l'un se trouve être le narrateur, en faisant valoir la capacité de son espèce à influer sur son évolution morphologique par la grâce de ses réalisations. Oncle Vania a beau gueuler "Back to the trees", rien ni personne ne peut persuader Edouard de mettre un terme à ses expériences, d'autant plus que les réussites se succèdent à une vitesse hallucinante. C'est d'abord le feu, les lances durcies, l'art figuratif, l'élevage, l'exogamie, la cuisine (enfin, la viande cuite), la musique, la danse, et l'arc, mais j'en oublie sans doute, notamment celles qui ressortent de l'ordre du symbolique et que l'auteur suggère très finement, comme lorsqu'il relate les interprétations que la petite troupe échafaude pour s'expliquer le rapport entre la disparition de la figuration d'un mammouth - qu'ils ne savent pas effacée par la pluie - et le fait qu'ils en aient chassé un justement : "l'ombre est à l'intérieur de nous, ensemble avec le mammouth", évidemment.

Extrêmement bien écrit - il faut dire que Vercors a contribué à la traduction -, "Pourquoi j'ai mangé mon père" est vraiment l'exemple à citer de livres qui vous instruisent tout en vous amusant... à condition de faire l'effort d'y méditer un peu. car c'est bien la grande leçon de ce livre que "pour résoudre des problèmes, il faut d'abord se les poser. Et pour se les poser, il faut se créer des difficultés personnelles à se casser le ciboulot."
0Commentaire|22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 novembre 2006
L'électricité, le confort, l'automobile, les buildings, la télévision, ..., le progrès ! Tout ceci nous semble à présent naturel et pourtant au commencement de notre espèce, nous n'étions que des primates. Nous nous tenions à 4 pattes, chassions difficilement avec les outils à dispositions, nous contentant de dormir, chasser et manger. Le but de la vie était donc de survivre et répondre aux besoin vitaux.

Et voilà que l'homme apprend à utiliser le feu. A partir de là, l'unique obsession d'Edouard sera le progrès. Ce n'est pas l'avis d'Oncle Vania qui le considère comme une malédiction et un élément contre nature.

On suit cette famille d'hommes préhistoriques dans l'apprentissage du progrès et c'est un régal. J'ai été parfois étonnée des expressions laissées en anglais comme "back to the trees", pourquoi spécialement l'anglais pour ces expressions? Aucune idée, çà m'a échappé.

Certains passages tout simple m'ont vraiment fait rire, notamment lorsqu'ils nomment des endroits tels que "les Pyrénées" ou la "Dordogne" et la "Chine", désignations qui sont pourtant contemporaines et loin d'être préhistoriques. Ou l'oncle Ian qui rentre racontant son voyage en Afrique. A ce passage j'ai vraiment ri car si par leurs croyances, ces hommes étaient des primates, alors nous le sommes autant qu'eux. Le progrès ne serait donc qu'une façade. Notre évolution des mentalités n'est pas allée aussi vite que l'évolution tehcnologique. Edouard en parle d'ailleurs au moment du choix des épouses pour ses fils.

Le moment où Edouard se demande à quelle période ils se trouvent m'a beaucoup amusé aussi. C'est comme s'il avait une frise des époques devant lui allant du bigbang à notre futur et qu'il disait : " J'espère que nous sommes ici". Si nous voyons encore ce genre d'animaux c'est que nous ne sommes pas encore assez évolués.

Tout au long du livre, j'ai pas mal ri. La fin m'a cependant déçue. Mais elle n'est pourtant pas si loin de la réalité.
0Commentaire|18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 avril 2001
On se prend a s'imaginer avec des pauvres dents de végétarien, avec un pauvre estomac de végétarien en train de manger de la viande crue (et donc dure). La vie de famille s'organise et peut être qu'on devrait suivre le conseil de l'oncle et remonter dans nos arbres De plein pied dans l'anachronisme, on se dit que nos ancêtres etaient vraiment pas bêtes (!!)et en tous cas très droles mais qu'ils ont du passer des sacrés étapes . Hilarant !
du même auteur plus sérieux et encore plus intéressant .... le singe nu. Très loin du politically correct : pourquoi l'amour est une necessité de survie, comment ce pauvre être humain qui coure moins vite que le léopard, grimpe moins bien aux arbres, n'a pas de griffe comme un lion a pu survivre !! Un must
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 avril 2006
une belle parabole sur la puissance destructrice de l'humanité...
ou comment avoir une reflexion pertinente sur le pourquoi et l'utilité de notre progrès technologique (le parallèle entre l'incendie et l'atome est évident)
faut il partager, faut il garder la puissance pour soi ?
tant de questions abordées de façon indirecte à travers un livre drôle et intélligent
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Roy Lewis, sociologue, nous plonge au cœur de la préhistoire dans l'aire du pléistocène en compagnie d'une famille de pithécanthropes. Le père n'a qu'une idée en tête, le progrès. Il rêve de maîtriser le feu, ce qui sera positif pour l'évolution de l'espèce! L'oncle, au contraire est très réfractaire à toute forme de progrès et ils se chamaillent sans arrêt. Le fils est le narrateur qui conte à la première personne.
Non seulement l'histoire est originale, elle compte un bon nombre de situations désopilantes, les faits sont documentés (la faune décrite retrace l'époque, mammouths, hipparions...)
Mais en plus le livre entier est très spirituel et fait référence à plusieurs reprises à des extrait de la Genèse et du Deutéronome les passages les plus émouvants de la Bible: "Tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal", "Tu ne déroberas pas le feu pour te chauffer", " Tu ne graveras pas d'image[...]"
et un autre oncle qui raconte ses voyages lointains (dans le Sahara, les Pyrénnées, l'Europe, les Balkans... "J'ai fini par atteindre la Palestine. C'était en pleine bagarre. Entre immigrants d'Afrique et Néenderthaliens. tout abonde dans le pays, le lait et le miel. Mais il y a quelque chose dans l'air qui vous rend agressif.
Ces phrases rédigée dans ce contexte préhistorique donne de quoi réfléchir! Bref très amusant mais pas seulement.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mai 2011
J'ai découvert ce livre par hasard et je ne l'ai pas regretté. Il est d'une drôlerie irrésistible et en même temps très réaliste. Les débuts des premiers hommes avec leurs expériences heureuses et malheureuses. Une petite merveille à conserver précieusement dans sa bibliothèque... et surtout à faire partager !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 juin 2011
Quel beau mélange de finesse dans les approches...Un livre "inclassable" : antropologie, jeux de mots, ouvrage de sociologie qui nous ramène à notre quotidien actuel, roman d'aventure...court, efficace, et surtout très original !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 janvier 2004
Oui, je me suis pris à sourire plus d'une fois en lisant ces histoires d'hommes préhistoriques inventant des trucs à tour de bras.
Mais c'est finalement parce que j'y reconnais notre humanité avec ses torts et ses bienfaits; finalement, elle fonctionne comme ces êtres mi-hommes, mi-singes: un progressiste activiste à tout prix (le père Edouard), un conservateur acharné (l'oncle Vania, charmant clin d'oeil à Tchekhov), puis une belle jeunesse qui profite du progrès - tout comme le conservateur.
Les liens avec les inventions d'aujourd'hui sont quasi transparents. Il est presque évident de faire le lien entre l'incendie de la forêt avec un feu fait maison, et la bombe atomique sur Hiroshima. Et plus loin, quand ces grands singes sont en pourparlers pour obtenir des territoires de chasse, ne croirait-on pas voir les présidents des superpuissances actuelles en train de se partager le monde?
A lire, à méditer, par-delà les rires.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 février 2011
Ce roman réjouissant évoque avec humour et anachronisme les temps préhistoriques du pléistocène. Le narrateur, un australopithèque prénommé Ernest, décrit les découvertes d'Edouard, son père et patriarche de la tribu, qui saisi d'une boulimie inventive, franchit à lui seul toutes les étapes de l'évolution. Les dialogues d'Edouard avec l'oncle Vania sont l'occasion de joutes philosophiques sur le sens du progrès et de l'évolution.

Cette fable passionnante peut se lire à différents niveaux. Le livre mérite le succès qu'il a connu à sa sortie. L'interprétation de Michaël Lonsdale est excellente comme d'habitude. Dommage que les disques ne soient pas au format MP3 et que le prix reste un peu trop élevé.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 juin 2007
Completement impertinent, et carrément décalé ce livre parait venir d'un autre monde!

Quel humour! Roy Lewis nous fait découvrir la vie d'une famille préhistorique.. et pas n'importe laquelle!

Un père précurseur dans tous les domaines et voulant faire avancer sa micro-société, un oncle barjo pétrifié par les avancés, des gosses "specialisés" dans leur domaine, une mère apprenti cuisinière..

Bref on rigole avec ce livre jouant avec les anachronismes..

Un bon moment!
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,50 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)