undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,9 sur 5 étoiles7
4,9 sur 5 étoiles
5 étoiles
6
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Poche|Modifier
Prix:9,30 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

China Miéville étant reconnu pour la ferveur de son imagination, je craignais un peu de me retrouver dans un monde absurde, sans tenant ni aboutissant, devant ainsi subir une lecture brumeuse, comme dans un rêve semi-éveillé.
Mais l'auteur est touché par le grâce du détail-qui-fait-tout et arrive à nous dépeindre un monde très différent, avec des êtres parfois très étranges, tout en nous faisant partager une sensation de réel et de concret extraordinaire.
Sa force (et sa faiblesse sans doute pour certains lecteurs) est sa puissance dans les descriptions. Celles-ci sont très nombreuses, très détaillées, mais aussi superbes, évocatrices et si inspirées qu'elles m'ont beaucoup plu la plupart du temps, alors que d'ordinaire j'ai bien du mal à me concentrer sur la description du cadre (décor, paysages, choses inertes). J'ai seulement trouvé un léger déséquilibre sur la fin, quand ces descriptions coupaient l'action qui s'accélérait drastiquement. Mais voilà bien un défaut véniel au regard du reste...

Les personnages de ce livre atteignent la perfection, étrangers aux stéréotypes habituels. Leurs défauts et qualités sont crédibles, tout comme leurs sentiments, leurs actions, leurs décisions. Le couple, pourtant très mal assorti, du personnage principal (Isaac, un savant à la Léonard de Vinci, sans le glamour !) et de sa compagne (Lin, la femme-artiste-scarabée, sans doute mon personnage préféré) est pourtant un modèle d'amour partagé. L'homme-oiseau au destin tragique, au profil psychologique d'abord incompréhensible, qui s'humanise petit à petit, offre une dimension poétique intéressante face au pragmatisme de l'intrigue générale. Et les méchants, divers et variés (vraiment très divers et variés !) n'ont rien à leur envier...

L'intrigue générale, à la fois basée sur des manipulations biologiques, la science, le monde politique, les rois de la drogue et de la pègre, des créatures extraordinaires (et assez horribles) pas tout à fait de ce monde, se complique à loisir avant de se dérouler lentement - et complètement.

Un des points forts de cet auteur, outre ses évidentes qualités imaginatives et son talent pour faire vivre ses personnages, est sa retenue. Malgré l'évocation d'un monde terrible (où ceux qui transgressent la loi sont "refaits", c'est-à-dire transformés en monstres mi-homme, mi-animal, ou mi-homme, mi-machine), de maltraitance, de meurtres et de tout ce qui escorte la condition humaine, je n'ai jamais ressenti de gêne. La plupart du temps, ces récits sans concession pour les natures délicates qui usent (et abusent) des horreurs en tout genre (pour servir leur histoire, avec parfois plus ou moins de justification) me semblent au final très malsains.
Ce n'est pas le cas dans ce livre, j'ai aimé la nature chaleureuse des relations humaines et la compassion pour les horreurs en question. Jamais celles-ci ne sont considérées comme normales, admissibles, et la répugnance voire la honte des personnages face à cette réalité sonnent juste, sain.

Du coup, je me demandais comment l'auteur allait finir son histoire : happy end ou alors (trop facile à mon sens) fin spectaculaire dans son cruel réalisme - la vie n'est pas un long fleuve tranquille, les choses ne sont pas roses, les gens meurent et sont malheureux et c'est comme ça etc. ?
Et bien, il s'en sort en demi-teintes et j'ai été assez admirative de cette fin douce amère...

(Remarque : ayant lu ce livre en anglais, ce commentaire concerne à la fois les tomes 1 et 2 de "Perdido Street Station")
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 juin 2013
La suite et fin du roman Perdido Street Station 1 que l'édition française a scindé en deux -ce qui est par ailleurs très dommage car le roman prend tout son sens dans ce second volume. Le rythme descriptif est moins haletant et moins erratique, le monde de Nouvelle Crobuzon est décrit de façon beaucoup plus ciblée, chapitre par chapitre laissant au lecteur le temps de visualiser et d'imaginer la fabuleuse complexité des populations en cohabitation dans la ville. Chaque chapitre agit comme une loupe sur un quartier et un ou plusieurs personnages hauts en couleurs, offrant de quoi nourrir l'imagination des plus avides.
Le lecteur entre vraiment dans l'intrigue et saisit enfin le fil conducteur que l'on « devinait » dans la première partie dans l'enchevêtrement des destins croisés et on ne le lâche plus d'un chapitre à l'autre. Tout s'accélère et il est parfois difficile de s'arracher à la lecture lorsqu'on est littéralement emporté par le feu de l'action.
Le récit prend très rapidement une dimension tragique et emprunte certains aspects à l'épopée moderne. Les personnages que l'on découvre sont aussi divers qu'hétéroclites et le mélange sur les dernières scènes notamment est détonnant et digne d'une fresque steampunk.
Les réflexions apportées sur l'énergie, la pensée intelligente et mécanique est tout à fait captivante et sa « matérialisation » très bien menée.
Seul réel bémol : le rôle du « gouvernement » en demi-teinte qui apparaît tantôt comme prépondérant, tantôt occulté : Le lecteur ne sait pas sur quel pied danser.
En conclusion, une belle œuvre qui donne envie de replonger de nouveau dans ce monde steampunk et d'en découvrir un peu plus sur chaque tranche de la population, son histoire et ses intrigues.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 janvier 2012
Ne vous laissez pas surprendre par le côté "fouillis" apparent du scénario. Même si, à un moment donné de l'histoire, celle-ci parait partir dans tous les sens, les nouveaux éléments s'accumulant sans en montrer aisément le sens a priori, au final, l'intrigue est bien ficelée et totalement géniale.
Énormément d''imagination, beaucoup d'aventures, de la noirceur et de l'espoir, du combat, des personnages intelligents, force et beauté, Perdido Street Station est un des meilleurs romans fantasy que j'ai lu depuis un bon moment.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'univers de China Miéville est absolument unique, et pour ceux qui ont aimé le tome 1, à priori le tome 2 se lit de la même façon. On se retrouve à la Nouvelle Crobuzon où les gorgones font de plus en plus de victimes.. Izaac se sent responsable de ces morts, et va essayer de monter une équipe pour capturer les gorgones. Les personnages, caractères, descriptions sont crédibles et l'univers de China Miéville est unique.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Rarement la fantasy n'a été aussi originale et aussi bien écrite. On se retrouve dans l'aventure suite à la la libération de l'indicible.

Nouvelle Crobuzon apparaît comme une cité à la richesse infinie (décrite avec un rare soucis du détail) où les héros peuvent compter sur d'improbables alliés.

Les évènements s'enchaînent sans qu'on ait le temps de reprendre son souffle et le final est magistral.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mars 2007
Un grand livre très peu fantasy contrairement à ce que l'on laisse croire. Après un premier tome axé sur la ville de Nouvelle Crobuzon, un second tome qui conclue l'histoire de manière aussi sombre que l'on pouvait le craindre.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 janvier 2006
Exellent. Je n'ai lu que le tome 1 pour l'instant. J'avoue que le débu n'est pas simple, cet univers et ses etranges habitants, il faut arriver à ploger dans l'intrigue. Un fois plongé, impossible d'en sortir. Petit regret que les enjeux ne se mettent pas en place plus tot, mais franchement belle oeuvre de SF fantasy.
11 commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

11,40 €