Commentaires en ligne


56 évaluations
5 étoiles:
 (6)
4 étoiles:
 (21)
3 étoiles:
 (12)
2 étoiles:
 (11)
1 étoiles:
 (6)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 "Ces petits riens qui me venaient de vous"
C'est un livre que j'ai découvert, après avoir longtemps tourné autour. Parce que pour l'avouer tout net, Olivier ADAM, ça me faisait un peu peur. Trop de noirceur, trop de pesanteur. Plusieurs fois j'ai ouvert "Des Vents contraires" pour le refermer, par peur de ce que j'allais y trouver. C'est Clarabel, je crois, qui m'a suggéré de...
Publié le 12 mars 2009 par Patricia BS

versus
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Absence
L'auteur, à travers l'histoire de cette jeune fille et de sa famille, a choisi de nous parler de l'absence et des conséquences souvent dramatiques que cela peut occasionner chez les personnes qui la subissent. Dans un style minimaliste, épuré, avec une certaine sensibilité, l'auteur relate les évènements au quotidien de...
Publié le 6 juin 2007 par Fred@


‹ Précédent | 1 26 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 "Ces petits riens qui me venaient de vous", 12 mars 2009
Par 
Patricia BS (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Je vais bien, ne t'en fais pas (Poche)
C'est un livre que j'ai découvert, après avoir longtemps tourné autour. Parce que pour l'avouer tout net, Olivier ADAM, ça me faisait un peu peur. Trop de noirceur, trop de pesanteur. Plusieurs fois j'ai ouvert "Des Vents contraires" pour le refermer, par peur de ce que j'allais y trouver. C'est Clarabel, je crois, qui m'a suggéré de commencer par Je vais bien, ne t'en fais pas. Bonne idée. Sage idée. Car j'ai été immédiatement happée par l'histoire (que je connaissais pourtant) et surtout par l'écriture.

Quelque chose d'indescriptible, une parole qui semble couler de source tant elle est proche de la nôtre et du quotidien. Les mots d'Olivier ADAM sont ceux du quotidien, du fil des jours, mais il a l'art de faire surgir le petit fait, le "petit rien" cher à Gainsbourg ( "Rien c'est bien mieux C'est bien mieux que tout") au coeur d'une parole qui file parfois à perdre haleine, jusqu'à l'essoufflement. Les mots d'Olivier ADAM nous touchent, parce qu'ils sont les nôtres ou ceux de gens que nous connaissons, forcément.

"Si je choisis d'écrire sur un certain type de personnages, c'est parce qu'ils me touchent, expliquait-il à Stéphanie JANICOT dans la magazine MUZE. Et s'ils me touchent, c'est parce qu'ils sont fragiles, mal armés et livrés et aux vents contraires." C'est exactement le cas de Claire, perdue sans son frère, perdue dans sa vie et désorientée. Fragile comme la flamme d"une bougie, elle continue cependant de se consumer et brille, vaille que vaille. jusqu'à ce que...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 simple lecture de vacances ?, 28 octobre 2008
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Je vais bien, ne t'en fais pas (Poche)
Simple lecture de vacances?
Quand on commence à lire le bestseller d'Olivier Adam <<Je vais bien, ne t'en fais pas>>, on n'arrive plus à s'arrêter. On veut connaître la raison pour la tristesse du personnage principal, Claire. On veut essayer de l'aider à oublier le malheur qu'elle vient de subir et qui la tourmente tellement. Et puis on veut la remuer, lui crier la vérité en pleine figure, lui expliquer qu'elle se fait avoir du début à la fin de l'histoire, qu'elle est perdue dans une mer de non-dits. Mais finalement, on ne peut pas l'abondonner, elle qui est tellement faible.
<<Je vais bien, ne t'en fais pas>> raconte la douleur d'une jeune femme (20 ans), qui - en rentrant de vacances - apprend que son frère Loic (18 ans) est parti et ne reviendra jamais. Elle n'arrive pas à comprendre, vu qu'ils étaient inséparables et aucun des deux ne semblait pouvoir vivre sans l'autre. C'est finalement par des lettres qu'elle apprend, qu'il l'aime toujours mais qu'ils ne se reverront plus jamais. Claire ne peut pas le supporter et part à la recherche de la vérité.
Olivier Adam parvient à captiver le elcteur par de phrases courtes et simples qui se suivent comme des petites bulles dans un enorme courant d'eau. En plus, il arrive à nous faire aimer les personnages du livre, les uns plus bizarres, uniques et souvent renfermés que les autres.
Ce livre est simple à lire et le mélange de malheur, maladie, amour et mort qu'on y trouve pourrait nous rappeller un mauvais roman pour la plage. Mais ce l'est pas, l'histoire d'Olivier Adam ne peut que vivre si le lecteur y participe et vous accompagnera encore pendant plusieurs jours et nuits dans vos pensées.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Absence, 6 juin 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Je vais bien, ne t'en fais pas (Poche)
L'auteur, à travers l'histoire de cette jeune fille et de sa famille, a choisi de nous parler de l'absence et des conséquences souvent dramatiques que cela peut occasionner chez les personnes qui la subissent. Dans un style minimaliste, épuré, avec une certaine sensibilité, l'auteur relate les évènements au quotidien de cette jeune fille sans jamais aborder le problème de fond. Les évènements glissent sur les personnages sans avoir l'air de les concerner, de les atteindre. Pourtant l'absence et la souffrance sont omniprésente du début à la fin. Beaucoup de non-dits, chacun lutte contre ce manque, afin de conserver d'un point de vue personnel un peu de dignité et de maintenir une certaine cohésion au sein de la cellule familiale. L'angle d'approche n'est pas inintéressant et a le mérite de fonctionner mais l'absence est tellement présente qu'a l'arrivée il manque quelque chose au lecteur. J'aurai aimé trouver plus de profondeur psychologique chez les personnages et la fin me laisse quelque peu sur ma faim.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un roman qui démarre au diesel, 31 août 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Je vais bien, ne t'en fais pas (Poche)
Le style de Adam est "haché". Des phrases courtes, des dialogues minimalistes voire remplacés par la narration (ce qui de temps en temps donne quelque chose d'un peu lourd à mon sens). L'histoire en elle même est crescendo; le départ est lent à entrer dans le vif du sujet (mais le bouquin n'est pas bien épais). Lorsqu'on arrive aux trois quarts du livre, l'histoire devient intéressante. On sent le malaise de vivre de Claire (le personnage principal) à chaque page. A mon goût, les rapports entre les personnages sont assez éthérés. Ceci dit, le livre a le mérite de se lire en un après-midi. Le malaise entre les personnages atteind son paroxysme à la fin, dans les dix dernières pages. Ce qui m'a déplu, c'est l'omniprésence des marques publicitaires. Nous sommes assez entourés par les pubs quotidiennement, et le fait de voir autant de noms de marques dans un roman est un peu embêtant. Dommage sur ce point.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


14 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Pas ma tasse de thé, mais..., 11 octobre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Je vais bien, ne t'en fais pas (Poche)
...O. Adam est un écrivain, aucun doute là-dessus : l'univers et le style sont là. Reconnaissables, identifiables ("ça, c'est du Adam"). Et les dialogues sonnent particulièrement justes.

A part ça, pour aimer ce livre, il faut avoir envie d'une histoire sombre, plombante, qui n'offre à peu près aucun moment de répis, aucun moment léger... C'est hyperréaliste : les mots fonctionnent comme une caméra à l'épaule décrivant les faits et gestes de personnages mal dans leur peau, se démenant dans un environnement glauque (le supermarché, le camping, le pavillon de banlieue)... Les phrases sont courtes, froides, jetées comme des caillous...

A la limite du complaisant et très conforme au jeune roman français d'aujourd'hui.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Minutieux, 30 octobre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Je vais bien, ne t'en fais pas (Poche)
Je n'ai pas réussi à accrocher au texte avec ses phrases courtes et précises. Presque chirurgicales. Je ne sais pas si l'auteur écrit toujours ainsi, mais je trouve ici la même lourdeur que je trouve chez Garçon manqué de Nina Bouraoui. Beau, mais difficile. L'histoire en soi est touchante, on devine très vite les raisons et les silences. Mais ce n'est pas ma tasse de thé et pourtant, j'en avais entendu le plus grand bien :(
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Ne tient pas ses promesses, 17 mars 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Je vais bien, ne t'en fais pas (Poche)
Un peu déçue par ce livre. L'histoire d'une soeur qui part à la recherche de son frère qui s'est volatilisé 2 ans plus tôt mais de qui elle reçoit des cartes postales fréquemment. Cela aurait pu être un livre coup de poing. Mais, au contraire, la fin est d'une banalité qui nous laisse sans voix
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 C'est du Olivier Adam, toujours fidèle à lui-même, 4 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Je vais bien, ne t'en fais pas (Poche)
Les commentaires que j'ai pu lire sur ce livre d'Olivier Adam me semblent inapropriés. En effet, la plupart des commentaires sont mauvais. Mais le don et le talent d'Olivier Adam se résume pourtant à ça : parler de la vie quotidienne, dans ses joies, ses déboires, ses peines. Comment peut-on dire que c'est léger ou mauvais ? Là, je ne suis pas d'accord avec les lecteurs. Il parle de la vie tout simplement ! Et il en parle avec justesse. Il faut apprendre à lire, à réfléchir au pourquoi il a écrit ça... il a du style, un style sans ambages et sans fioritures, limpide et épuré. "Je vais bien, ne t'en fais pas" est un très bon roman. Olivier Adam fait partie des meilleurs auteurs contemporains, mais certes, il ne s'adresse pas à tous les lecteurs... ce n'est pas du livre "commecial", c'est de la littérature. Et on perd ça de nos jours : apprécier la "vraie" littérature.

A réfléchir...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Portrait d'une existence fragile et délicate, 13 février 2006
Par 
HORAK (Zug, Switzerland) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Je vais bien, ne t'en fais pas (Poche)
Claire Tellier mène une existence triste et fragile. Elle est caissière chez Shopi à Paris, métier peu enviable, et rentre chaque soir chez elle "les yeux pleins d'étiquettes, la tête farcie de codes-barres." Elle n'a pas d'amis et les hommes qu'elle rencontre à des fêtes la traitent comme une fille facile. C'est peut-être la raison pour laquelle elle reste intimement liée à ses parents, Irène et Paul, auxquels elle rend fréquemment visite. À trois, ils évoquent alors le souvenir du frère de Claire, Loïc, qui les a quittés à la suite d'une dispute avec son père. Le souvenir de Loïc est si présent dans l'esprit de Claire qu'il prend presque la forme d'une obsession. Pourtant Loïc écrit parfois des cartes postales qu'il envoie dans une enveloppe chez ses parents – elle est toujours exclusivement adressée à Claire - et qui contiennent généralement la phrase qui donne le titre au roman de M. Adam. Comme la dernière carte a été envoyée de Portbail, Claire décide d'y passer ses vacances et tenter d'y retrouver Loïc.
Au fil du récit, le lecteur en apprend davantage sur l'enfance de Claire, sur le sort de Loïc, sur l’identité de l'expéditeur des cartes postales et le récit se termine tout de même sur une note optimiste. Un bon roman qui dresse le portrait d'une jeune femme solitaire dont l’existence est difficile et qui est hantée par le souvenir de son frère disparu.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Tres touchant..., 14 mars 2007
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Je vais bien, ne t'en fais pas (Poche)
J'ai acheté ce livre au départ juste car j'ai eu le coup de foudre pour l'album d'Aaron qui est la BO du film..

Le livre se lit à une vitesse ! et oui 150 pages .. enfin tout est bien fisselé, au contraire on se demande comment en si peu de page on peu autant s'attacher au personnage (claire ou lilly).. C'est pour ça que certain reste sur leur faim, la fin répond à la question la plus importante du livre mais ça nous suffit pas, on s'attache trop à elle ...

Enfin je le conseil car il provoque bcp d'émotions... N'ayant pas vu le film, je ne ferais aucune comparaison..
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 26 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Je vais bien, ne t'en fais pas
Je vais bien, ne t'en fais pas de Olivier ADAM (Poche - 10 août 2006)
EUR 4,90
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit