undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
115
4,3 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,80 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Yasmina Kahdra m'a toujours touché au plus profond de mon être : Les hirondelles de Kaboul,L'attentat ne peuvent laisser insensible le lecteur ami de l'humanisme.

L'auteur, ancien officier de l'armée algérienne, a réussi à témoigner de son amour pour son pays. Refusant la nostalgie, pour assumer le passé, en saisir sa profondeur, évitant de juger l'histoire, il milite pour l'avènement d'une société libre, épanouie, dans laquelle hommes et femmes ont pleinement droit de cité.

"Ce que le jour doit à la nuit" exprime cet amour de son pays. La France fut présente ni en touriste, ni en esclavagiste comme le déformé esprit biaisé des "indigènes de la république" l'affirme, révisionnistes et haineux qu'ils sont. L'histoire est plus nuancée. la France s'y investit ; qui ? Des Espagnols, des Juifs, des Alsaciens fuyant l'occupation allemande au sortir de la guerre de 1870-1871, des aventuriers, ... Commerçants, artisans, agriculteurs, industriels ; riches, pauvres. Peut-on brosser un portrait unique du colon ? Quelle signification apposer à ce terme ? Yasmina Kadhra démontre dans son roman que la réalité est tellement plus complexe, riche, pétrie de l'humain, de ses faiblesses, défaillances, ... de ses fiertés, honneurs. Quelle fresque !

Cette attente exprimée par le héros, Younès - Jonas à l'aéroport de Marseille, s'apprêtant à s'embarquer pour retourner en Algérie, prenant son temps confiant en son intuition, attendant Jean-Christophe, l'ancien de l'OAS : il vient :

"(...) - M'a-ton pardonné ? s'exprime-t-il dans les bras de Younès
- Et toi, est-ce que tu m'as pardonné ? (Younès)
- Je suis trop vieux, Jonas. Je n'ai plus les moyens de ma rancune; la moindre petite colère me terrasse." - p.440

Ce livre s'inscrit dans la continuité de la belle complicité inscrite dans le temps, par la souffrance, le sang, les pleurs, les joies entre la France et l'Algérie telle qu'exprimée dans le magnifique film Des hommes et des dieux).

L'adaptation cinématographique par le juif pied-noir d'Algérie, Alexandre Arcady, est d'une très grande sensibilité. Heureux film !

Plus de un million d'exemplaires de ce livre a été acheté en Algérie. Le succès est populaire d'un côté et de l'autre de la Méditerranée, gage d'un avenir à construire ensemble, en amis. Superbe aventure à créer.
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 novembre 2011
La grande première partie du livre est vraiment intéressante par la description des lieux, mais surtout des personnages et des sentiments. J'ai aussi retrouvé un réflexe de ma jeunesse : noter les mots que je ne connaissais pas !

Et puis il y a tous ces derniers chapitres, et là, je dois avouer que j'ai été bluffé !

Quelle puissance d'écriture.

Je crois que c'est la première fois, pour un livre, qu'à plusieurs reprises j'ai été saisi de gros sanglots difficiles à étouffer.

Est-ce la beauté du récit, de la description des êtres, cette énorme nostalgie de tout ce que nous avons tous raté, cette profonde mélancolie, voire tristesse. ?

Bravo Monsieur Khadra.
22 commentaires| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 août 2011
J'ai eu la chance de découvrir cette longue fresque romanesque et historique, grâce à la voix magique d'André Pauwels. Je ne connaissais pas Yasmina Khadra, et cette découverte fut un choc. J'ai rarement rencontré plume à la fois si puissante, si riche en évocations, et si sensible. Le roman achevé m'a laissée quelques jours quasi-étourdie, émotionnellement parlant, comme si aucun stimuli de cette ordre ne pouvait lors se faire entendre, après pareille déferlante. André Pauwels prête à cette oeuvre une voix envoûtante et virtuose, rendant avec élégance les différents timbres des personnages, leurs caractères propres, ainsi que leur vieillissement. Un vrai bonheur !
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dans les années 30, le jeune Younès, fils d'un paysan ruiné, est confié à son oncle, pharmacien aisé d'Oran pour qu'il l'élève à l'européenne et lui permette d'échapper au sort misérable du reste de sa famille. Partisan du nationaliste Messali Hadj, le pharmacien est arrêté et soupçonné d'agissements indépendantistes. Il quitte la ville et se réfugie dans une petite bourgade, Rio Salado, où il pense trouver une vie plus calme. Les grands évènements de l'époque y parviendront atténués : la seconde guerre mondiale, les émeutes de 1945, la Toussaint rouge de 1954, la guerre d'Indépendance et l'exode des pieds-noirs. Au milieu de ce grand tourbillon, Younès grandira dans une ambiance d'abord fraternelle entre chrétiens, juifs et musulmans avant que tout ne se délite et qu'il ne reste seul à Rio avec au cœur son amour impossible pour Emilie, la petite française qu'il a connu enfant et dont le souvenir l'obsède.
Un roman d'amour impossible sur fond de drame historique avec des personnages attachants comme Younès ou Emilie ou hauts en couleurs comme les colons espagnols fiers de l'œuvre accomplie et sûrs de leur bon droit. Un style toujours aussi agréable, mais une histoire assez légère dans cette Algérie torrentielle, excessive, passionnée et douloureuse. Le plus intéressant est sans nul doute la description de la vie avant guerre. Les « évènements » sont traités de manière édulcorée. La description des histoires d'amour constituant l'essentiel d'un livre qui ne m'a pas semblé le meilleur de l'auteur.
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce que le jour doit à la nuit/Yasmina Khadra
C’est un roman qui va directement là où ça fait mal : au cœur et les dernières pages m’ont laissé pantois et bouleversé.
L’histoire, contée par Younes alias Jonas, débute à l’époque coloniale vers 1930 dans la région d’Oran en Algérie.
Le jeune Younes, arabe, vit avec ses parents et sa sœur handicapée dans la misère la plus totale. Son père décide alors de confier son éducation à son frère pharmacien. L’amour de l’oncle et de la tante, l’amitié partagée avec des copains de toutes confessions, fait de cette époque une période bénie pour Younes.
La rencontre avec Madame Cazenave va décider de toute la vie de Younes qui va être déchiré entre des choix qu’il ne saura pas faire malgré les conseils de son oncle.
La seconde partie du roman conduit Younes à naviguer difficilement à travers les écueils du drame algérien avec la guerre d’indépendance qui débute en 1954. Torturé par des amours violents et des amitiés contrariées, Younes jusqu’au bout se demandera à quel monde il appartient.
Les amours, les nostalgies et les regrets nous sont narrés par Y.Khadra dans un très beau style.
Un magnifique roman d’amour qui est aussi une page d’histoire.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un très bel ouvrage, magnifiquement écrit où j'ai retrouvé la force d'écriture de Yasmina KHADRA que j'ai tant aimé dans "L'attentat".

Dans cette oeuvre l'auteur s'attache à décrire le destin tourmenté d'un homme prisonnier entre deux mondes, entre deux cultures, entre ses sentiments et ses engagements moraux avant et pendant le drame de la guerre d'Algérie. L'apaisement de sa vie et de ceux qui l'entourent n'arrivant que dans le dernier chapitre, qui se déroule après ce drame dans un univers où règne la paix civile mais où toutes les plaies restent ouvertes.

J'ai trouvé dans cet ouvrage des personnages entiers et attachants qui, pour bon nombre, présentent les traits de caractères propres aux pieds-noirs dont je fais partie, en particulier pour ce qui concerne la souffrance liée à l'abandon que nous avons vécu de la part de la métropole et à la "nostalgérie" toujours présente en nos cœurs.

Le dernier chapitre est une magnifique synthèse de l'ouvrage. Empreint d'un lyrisme magnifique qui sublime l'Amour dans tous les sens du termes: Amour pour une femme, Amour entre "frères" et Amour pour un "paradis perdu", l'Algérie française. J'ai vraiment "vibré" à sa lecture.

L'auteur s'est surtout attaché à décrire les tourments du personnage principal dans un environnement bouleversé par l'Histoire. Je l'ai personnellement trouvé plus partisan en termes d'approche du contexte socio-politique que le magnifique film d'Alexandre ARCADY, adaptation de cette oeuvre. Trop élogieux pour les rebelles du FLN et les indépendantistes car gommant une bonne partie des horreurs dont les Français d'Algérie ont été les innocentes victimes. Mais l'essentiel n'étant pas là puisque ce n'était pas l'objet du récit, je considère ce livre comme étant vraiment à lire et à recommander.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 août 2010
J'ai beaucoup aimé livre ce livre, qui m'a plongé dans une histoire que je connais mal. Les personnages sont attachants et leurs péripéties sont décrites précisément: le lecteur sera vite plongé dans l'ambiance du récit.
En revanche, une fois terminé, j'ai eu une impression de manque: l'auteur a abordé beaucoup de sujets qui auraient mérité d'être traités plus en profondeur. J'ai d'ailleurs trouvé L'attentat, du même auteur, beaucoup plus réussi de ce point de vue.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 30 juillet 2015
J'ai beaucoup aimé livre ce livre, qui m'a plongé dans une histoire que je connais bien, puisque c'est la mienne.
Ce que je n'apprécie pas, c'est le titre, même si il est poétique.
Nous étions la nuit et l'Algérie de Bouteflika le jour ?
Certes, il y a des nuits étoilées, riches d'un avenir différent et des jours blafards où même le soleil est voilé.
Nous étions un certain nombre à avoir voulu une issue de la guerre d'Algérie qui fût une république interculturelle,
une synthèse savoureuse de la Méditerranée : Arabe, Berbère, Juive, Hispanique.
L'Histoire a fait exploser ce rêve dans l'inexpiable combat.
C'était un rêve et aujourd'hui on sait qu'il était inatteignable,
même si on peut espérer avec Yasmina Khadra ou avec Kamel Daoud (Meursault contre enquête)
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 octobre 2010
Le livre commence comme un grand classique très bien écrit dans un contexte historique très intéressant, après j'ai trouvé que l'auteur passait beaucoup de temps sur l'histoire d'amour entre Emilie et Jonas et d'une manière trop mélodramatique. J'ai donc été déçu par rapport à la première partie ! Dommage, mais je vais lire d'autres livres de Yasmina Khadra.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 octobre 2015
Algérie, dans les années 1930. Les blés frissonnent dans un champ propriété d’un arabe algérien. Que de sueur pour ce superbe résultat qui devrait redonner vie à cette famille dans la difficulté. Dans trois jours, les moissons, le salut. Mais une triste nuit vient consumer l'espoir. Le feu, les cendres, la moisson est détruite, la famille s’exile dans un bidonville . Pour la première fois, le jeune Younes voit pleurer son père. Et de pleurs, la vie de Younes n’en manquera pas.

Son père croit en lui alors il le confié à un oncle pharmacien, lui aussi arabe, dans un village de l’Oranais; le jeune garçon s'intègre à la communauté pied-noire, noue des amitiés indissolubles, françaises, juives : " les doigts de la fourche ", comme on les appelle. Et le bonheur s'appelle Émilie, une " princesse " que les jeunes gens se disputent.

L’interdit de l’enfant arabe qui n’ose affiicher son amour à cette belle algérienne française, c’est le mélodrame de ce roman.

C’est aussi le temps où l'Algérie coloniale vit ses derniers feux, dans un déchaînement de violences, de déchirures et de trahisons, les amitiés se disloquent, s’entrechoquent, disparaissent.

Un long roman, trop long à mon goût, avec trop de stéréotypes sur la fin de l’Algérie française mais une belle histoire si vous êtes amateur de mélodrame
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,40 €