undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles49
4,0 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 11 janvier 2011
C'est le deuxième fois que je lis un livre de Harlan Coben
Je ne suis pas déçu et le 2e tout comme le 1er ont attiré mon attention.
Une intrigue policière bien ficelée associée à un enfant malade dont il faut sauver la vie et qui en plus a des liens plus qu'étroits avec Myron Bolitar dont la vie est sans cesse mouvementée.
Je recommande ce livre qui me permet de mieux en apprécier l'auteur.
0Commentaire3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 janvier 2010
Depuis que j'ai decouvert les aventures de Myron, j'attend toujours avec impatience la sortie des nouveaux opus. Et là, j'ai été déçue. Entre les problèmes cardiaques de son père, sa rupture et le deuil qu'il a subi dans le precedent "épisode", Myron a quelque peu perdu de son insouciance et de son humour caustique qui m'avait ravis. Myron a perdu de son innocence, et son coté ado un peu attardé , facétieux et riant de "presque" tout. Un roman a l'ambiance nettement moins lègère. Dommage !
0Commentaire13 sur 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 mars 2015
Ce 7ème livre de la série réserve à Myron Bolitar de grands chamboulements personnels : d'abord, la santé préoccupante de son père, puis le retour impromptu d'une ancienne copine de fac lui annonçant qu'il est le père de son fils ! Ce dernier, âgé de 13 ans, est atteint d'une maladie grave et a besoin d'une greffe de moelle osseuse. Or, le seul donneur potentiel a disparu de la circulation.

Myron embrasse cette nouvelle cause avec la fougue et l'impulsivité qu'on lui connaît, lui qui s'imagine toujours devoir sauver le monde... Hélas, pour le coup, je n'ai pas été trop emballée par l'intrigue et son flot de révélations sirupeuses, concernant le nouveau rôle de Myron, les libertés qu'il va prendre dans son enquête et l'incongruité finale. Où trouve-t-il le temps d'être agent sportif ? Ah oui, il reçoit un coup de fil pour une soirée à sensation où une joueuse de tennis doit faire une apparition dans une tenue suggestive (= “visibilité des tétons”).

C'est donc un bouquin que j'ai lu, une fois encore, très vite, mais sans tressauter sur ma chaise. C'était bien, mais pas transcendant. Et Myron m'a un peu déçue dans cette histoire, il tabasse un type pour parvenir à ses fins, puis se pose en bon samaritain, moralisateur... bof ! Même son ennemi juré - Greg Downing - sera absous de ses crimes et pêchés du passé. Un comble. Je ne me suis pas du tout retrouvée dans ce livre.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 14 février 2013
La situation de Myron Bolitar n'est pas brillante. Son agence bat de l'aile et voici qu'une ancienne amie, Emily, l'appelle pour lui demander de retrouver un donneur de moelle osseuse subitement disparu et qui était compatible avec son fils Jérémy, atteint d'une maladie dégénérative et promis à une mort certaine. Autrefois, Emily a quitté Myron pour son rival Greg qui, depuis, l'a quittée à son tour. Myron est-il le père de Jérémy, c'est en tout cas ce que laisse supposer Emily pour le convaincre de lui venir en aide. Myron se lance dans une difficile et délicate enquête pour retrouver ce fameux donneur dont on ne connaît même pas l'identité. Avec « Peur noire », Harlan COBEN nous assène une nouvelle fois une preuve de son indéniable talent car, si le style est un peu quelconque par moments et si de fréquentes longueurs m'ont gêné, je n'ai pas pour autant décroché de cette enquête haletante, parsemée de rebondissements et d'action, dont on ne sait si elle va enfin faire la lumière sur ce mystérieux donneur qui se cache apparemment sous un faux nom et qui semble n'avoir plus laissé la moindre trace dès ses premiers pas à l'école maternelle. Le dénouement n'est pas décevant et ne vient que dans les toutes dernières pages. Un bon moment de lecture que je n'hésite pas à recommander.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mars 2012
Grande fan de Myron Bolitar et de ses accolytes, je suis déçue par ce livre. C'est vrai, on a toujours du mal à le lâcher,l'écriture est toujours rythmée mais la chute est prévisible et le tandem Myron-Win est largement au second plan ... Pas de folies, pas de situations alambiquées, pas de dialogues délicieusement surréalistes ... dommage. Si vous êtes fans, lisez-le sur la plage, si vous voulez découvrir Myron Bolitar, passez votre chemin
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 octobre 2010
Si la série des Myron Bolitar est nettement supérieure aux polars "classiques" de Harlan Coben, malgré le tissu d'invraisemblances encore plus épais qui la recouvre, c'est bien à cause de l'humour grossier qui nous est servi à la pelle, du langage trivial utilisé, et de la galerie de personnages truculents, toutes choses qui pourraient rappeler ce que Frédéric Dard faisait avec ses "San Antonio"... Sauf que, malheureusement, Coben s'arrête avant de franchir la frontière du mauvais goût. Et que son très fort puritanisme américain l'oblige à créer une distance morale entre ce que son personnage vit et fait et sa propre appréciation de ses actes et de ses motifs (le double de Bolitar, Win servant en général à exprimer de manière commode les pulsions sadiques, criminelles ou libidineuses de Bolitar / Coben). Cette antipathique ambiguité arrive à un point de non retour avec "Peur Noire", livre moins efficace qu'à l'habitude (l'intrigue s'enraye et cesse de nous intéresser aux 3/4 du bouquin) et nettement plus dégueulasse : entre tendances fascisantes (le droit à la vengeance personnelle y est défendu par Coben) et brouet de théories bien répugnantes sur l'humanité (la scène où Bolitar torture un homme, et la scène encore plus ignoble où il va s'excuser...). Au milieu de tous ces trucs qui donnent envie de ne plus jamais rouvrir un livre de Coben, ce dernier réussit quand même à glisser une poignée de scènes à haute teneur émotionnelle, tournant comme toujours autour de la tendresse et de la force des rapports filiaux, un sujet qui, on le sait, est au coeur de "l'oeuvre" de Coben. Est-ce suffisant pour qu'on ait envie de lire le prochain ?
0Commentaire12 sur 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mai 2010
Depuis quelques temps déjà,les derniers livres d' Harlan Coben me déçoivent. Je ne retrouve pas l'humour et le rythme de ses premiers livres! c'est lourdingue, sans finesse,je ne resssens aucune empathie pour les personnages. Je trouve qu'il y a trop de vulgarités. Heureusement, l'histoire policière sauve l'honneur et m'a poussé à le terminer ; mais je n'achéterai plus d'Harlan Coben.
22 commentaires13 sur 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un bon polar bien dans la tradition des classiques américains .
Si les personnages ne sont guères surprenants, par contre l'intrigue est un sacré « noeud de vipères », à un point qu'au final, malgré un récit fort bien mené tout au long du roman ,on finit par avoir un certain mal à tout accepter .
On frise l'indigestion de retournements de situation et d'explications « phylo- psycho..... complexes » .
A un moment, je n'ai pu m'empêcher de faire un parallèle avec un autre polar qui lui aussi se déroule en Amérique et dans lequel aussi , les confessions écrites portées à la connaissance de tous ont une très grande importance dans le déroulement de l'intrigue . Ce livre là se nomme « Personne n'y échappera » et son auteur est un « petit français » : Romain SARDOU .
Lisez les deux et comparez, pour moi, il n'y a pas de doute, avantage au « frenchie » .
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 octobre 2009
Ce n'est pas le meilleur de Coben : l'histoire est brouillonne, longue à se mettre en route, et moins accrocheuse que les précédentes.
0Commentaire16 sur 20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 août 2012
Même si je trouve qu'Harlan Coben est de plus en plus à court de bonnes idées, son dernier "Myron Bolitar" n'est pas mal du tout. Par contre, autant je ne suis pas fan des livres qui reviennent sans cesse sur les épisodes précédents, autant là, j'étais un peu perdue car je ne me souvenais plus du dernier bouquin de la série, et l'auteur y fait allusion sans préciser. Autre déception : Win est un peu en retrait de l'histoire, c'est dommage je trouve, c'est un super personnage secondaire !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,10 €
8,10 €
7,30 €