Commentaires en ligne


440 évaluations
5 étoiles:
 (214)
4 étoiles:
 (106)
3 étoiles:
 (62)
2 étoiles:
 (28)
1 étoiles:
 (30)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


119 internautes sur 126 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une Perle !!!
Mon deuxième livre de Michel Bussi, après les Nymphéas noirs.
Contrairement à de nombreux auteurs actuels, nous avons ici une histoire bien différenciée sans aucun élément qui ne "sente le réchauffé".
C'est pour moi à nouveau un énorme coup de coeur.
Michel Bussi gagne...
Publié il y a 20 mois par Jean-Luc

versus
77 internautes sur 89 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 ...sauf la fin !
Je dois être très prudente pour rédiger mon commentaire puisque le polar n'est pas mon choix de lecture habituellement. Mais précisément ce qui m'a plu c'est que pendant les 4/5 du roman nous ne trouvons pas de policiers et voyous, l'intrigue est très originale et bien menée, l'écriture m'a semblée assez...
Publié le 26 avril 2012 par spanish lullaby


‹ Précédent | 1 244 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

119 internautes sur 126 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une Perle !!!, 19 avril 2013
Par 
Jean-Luc "Je ne commente que des livres!" (Switzerland) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un avion sans elle (Poche)
Mon deuxième livre de Michel Bussi, après les Nymphéas noirs.
Contrairement à de nombreux auteurs actuels, nous avons ici une histoire bien différenciée sans aucun élément qui ne "sente le réchauffé".
C'est pour moi à nouveau un énorme coup de coeur.
Michel Bussi gagne encore à être connu du grand public.
L'édition des Nymphéas noirs chez Terres France n'a peut-être pas permis une distribution suffisamment élargie et c'est un plaisir que "un avion sans elle" soit édité également chez Pocket.

Tout d'abord les points négatifs :

Maintenant les points positifs :

Michel Bussi nous délecte d'une plume merveilleusement soignée.
Une écriture en phrases courtes, précises, taillées comme des joyaux, souvent délicieusement poétiques.

L'histoire d'une flamboyante originalité, une mise en place progressive de chaque éléments du puzzle, chacun nécessaire, pas de fausses pistes inutiles.
Tout est savamment étudié et si le milieu de l'oeuvre peut paraitre parfois un peu s'étaler ce n'est que pour mieux converger vers un dénouement exceptionnel d'ingéniosité.

Un avion sans elle fait partie (tout comme les Nymphéas noirs) de ces rares romans qui me laissent un souvenir puissant, de ces romans que l'on sait que l'on va relire un jour et que l'on a envie de faire découvrir à ses meilleurs amis.

Avec une maitrise éblouissante se dégage un récit original, érudit, intelligent et restant d'accès aisé. Un véritable tour de force!

Les personnages sont très crédibles avec une profondeur psychologique et une "épaisseur" authentique.

Bref: Michel Bussi est définitivement un auteur à découvrir qui fera, j'en suis certain, de plus en plus partie du paysage littéraire français.
BRAVO et MERCI Monsieur Bussi
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un avion sans elle est un roman haletant, plein de surprise et plutôt bien écrit., 19 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un avion sans elle (Poche)
1980, un avion se crashe contre le Mont Terrible dans le Jura. La majorité des passagers ont péri, pour la plupart, brûlés vif. Pourtant parmi les décombres, un seul survivant, un bébé de 3 mois, qui suscitera l’engouement des médias et le déchirement de deux familles qui affirment que ce nourrisson appartient à leur famille. Lyse – Rose ou Emilie ? La petite surnommée Libellule deviendra une Vitral. Pourtant le doute demeure et 18 ans plus tard, Lylie disparaît laissant le carnet de note du détective Grand Duc à son frère Marc. Ce dernier comprend peu à peu que ses propres doutes ne sont peut-être pas que des élucubrations.

Un roman qui a fait parlé de lui, qui a eu beaucoup de succès et comprend aisément pourquoi à sa lecture. Palpitant du début à la fin, ce thriller tient parfaitement son rôle et emporte son lecteur dans une quête de vérité qui sera bien plus surprenante que l’on ne pouvait l’imaginer. Des bribes d’éclaircissement puis à nouveau le lecteur est vite perdu dans de nouvelles révélations. Qui est vraiment Lylie ? Quel secret se cache dans chacune des familles ? A travers la lecture des notes reconstituant le passé et la guérilla des deux familles, les liens de Crédule avec la famille Vitral et les pistes maintes fois sans issues, on suit le périple de Marc et les dangers qu’il rencontre. Ce dernier cherche avant tout à enfin faire le jour sur la vérité et retrouver celle qu’il aime peut-être bien plus qu’il ne devrait, et peu à peu la reconstitution du puzzle se met en place.

Les personnages sont relativement simples et réalistes. L’aîné des Vitral est un jeune homme de 20 ans, qui entre dans le moule et ne présente rien d’exceptionnel, il suit des études et tentent de les réussir et se montre très protecteur avec sa petite soeur. Lylie est tout son contraire, brillante et d’une beauté excessive, elle réussie tout ce qu’elle entreprend depuis toujours, seuls leur blondeur et leurs yeux bleues semblent les lier. Malgré 18 ans d’enquête, le détective Grand Duc, mystérieux personnage embauché par la famille Carville, découvre la vérité en relisant, à la porte de son suicide, le journal de 1980 relatant la catastrophe, avant de mourir assassiner, laissant derrière lui ses notes d’enquête et les doutes qui l’habitaient. Malvina, l’aînée des Carville ayant perdu sa petite soeur est devenue aigrie par la colère et la vengeance et présente une grande instabilité menaçante pour finalement se révéler n’être qu’une victime collatérale de plus dans cette sombre affaire. Enfin, il y a les deux grands – mères, l’une est aussi froide que l’autre est chaleureuse, chacune meurtrie par le drame et cachant bien des secrets.

Michel Bussi montre une imagination et une logique sans faille, une fois les éléments du mystère remis dans l’ordre, le dénouement s’éclaire et le lecteur atteint la fin du roman. L’auteur réussie parfaitement à désorienter, à faire douter, qui est-elle ? Qui l’a tué ? Que cachent-elles ?, des questions que l’on se pose au fur et à mesure de la lecture et qui trouveront toutes leurs réponses en temps voulu. Par ailleurs, l’auteur présente une plume d’une lisibilité déconcertante, c’est fluide, bien écrit, bien raconté, les mots sonnent justes, les parenthèses de vie et les descriptions de Grand Duc apportent une grande part de réalisme et au final le roman se dévore.

En bref, un roman à découvrir, tout simplement !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


41 internautes sur 47 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Sur un air de Charlélie Couture, 26 septembre 2012
Par 
jay (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un avion sans elle (Broché)
Suite à un crash d'avion, le bilan est terrible - comme le nom du mont sur lequel le drame a eu lieu - puisqu'il n'y a qu'une seule toute petite miraculée, un bébé de 3 mois. Mais, ironie du sort, deux familles avec une fille de 3 mois avaient embarqué sur cet avion et les grands-parents des deux côtés réclament l'enfant. Un côté est du type prolétaire dieppois et l'autre du type nanti à particule. On penserait presque à « La vie est un long fleuve tranquille » mais nulle comédie ici. On pourra s'agacer de l'approche manichéenne de la lutte des classes, avec les gentils pauvres et les vilains riches mais en même temps, c'est un des ressorts pertinents d'une intrigue bien ficelée. L'auteur parvient à maintenir l'intrigue pendant 18 ans en alternant dans la narration d'une part le journal du détective privé chargé (par la famille riche, naturellement) de l'enquête jusqu'aux 18 ans du fameux bébé et d'autre part l'action présente des différents protagonistes jusqu'au surprenant dénouement. Cela paraît difficile de nous tenir aussi longtemps en haleine...on pense à l'ADN, les photos etc et l'on sent que c'est à la limite du crédible mais l'auteur arrive pourtant à conserver l'adhésion. « Comme un avion sans elle » est un polar original à l'intrigue bien menée et aux personnages bien campés : une bonne découverte en ce qui me concerne.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Lu en juillet, je ne sais combien de commentaires mais je ne peux m'y soustraire !, 24 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un avion sans elle (Poche)
Depuis Georges Simenon, la littérature ne pouvait plus sonner ni résonner avec "roman policier".
Mais voilà que le temps arrive où tout redevient possible avec quelques rares auteurs qui renouent l'une avec l'autre.

J'ai pu lire quelques bons ouvrages ces dernières années en ce domaine; mais Michel Bussi se distingue par le côté romanesque
romantico-policier. Dur labeur que de renouer les trois.
Un curieux mais très sèrieux mélange.

Pour certaines raisons, j'aimerai dire que (quitte à me ridiculiser, rien à craindre puisque cela ne tue pas) cet ouvrage est un savant mélange de l'époque de Jean de Meung et de Mahaut de Courtenay de Maurice Leblanc avec un arrière fond de Dennis Lehane; rien que cela !

Romantique, c'est certain.
Policier, sa raison d'être.
Intrigant à souhait pour l'auteur du roman Shutter Island (Lehane).

Si l'histoire est simple, le tout juste départ nous rappellerai volontiers "La neige en deuil" de Troyat !

Un avion s'écrase en montagne mais s'il n'y a pas de rescapés, il y a une miraculée; une toute petite poupée vivante sur deux poupées montées dans l'avion .

Il est nécessaire d'identifier quelle enfant est en vie : soit une Vitral de son nom, soit une de Carville de son nom possibles.

Familles que tout oppose entre richesse et pauvreté; la richesse permet d'embaucher un détective privé de renom : "Crédule Grand Duc" (bon, pourquoi pas...) afin de prouver de qu'elle lignée est la petite rescapée.

Tout au long du roman l'auteur et ses narrateurs vont nous faire vivre minute après minute le journal du détective. L'affaire serait là encore simple si une histoire d'amour d'un temps ancien (raison pour laquelle j'ai cité ces auteurs médiévaux) histoire qui pourrait bien se terminer par le constat d'une relation incestueuse ! Histoire encore qui vient troubler et embellir les pages ce déjà beau et copieux roman.

A découvrir absolument, certes un "turn pager" qui comme un bon vin se boit du bouchon jusqu'à la lie sans s'arrêter tout en prenant son temps.

Bonne lecture et surtout ne le manquez pas car ce serait un beau gâchis !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


77 internautes sur 89 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 ...sauf la fin !, 26 avril 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un avion sans elle (Broché)
Je dois être très prudente pour rédiger mon commentaire puisque le polar n'est pas mon choix de lecture habituellement. Mais précisément ce qui m'a plu c'est que pendant les 4/5 du roman nous ne trouvons pas de policiers et voyous, l'intrigue est très originale et bien menée, l'écriture m'a semblée assez agréable.
La fin ne m'a pas convaincue.J'ai été désolée par cette fin un peu facile et "rapide". Je me suis sentie comme "coupable" ou "fautive" d'avoir aimé le livre jusqu'à ce happy end !
Cependant je compte lire un autre Michel Bussi pour effacer cette vilaine sensation de facilité
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


30 internautes sur 35 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Un avion sans elle... et sans moi., 17 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un avion sans elle (Poche)
Il y a Emilie, créature de rêve délicate, sensuelle, mystérieuse, puits de science et de culture, qui fait se retourner tous les hommes sur son passage, elle le sait mais qu'est-ce qu'elle y peut Emilie si elle est comme ça ?! : "Emilie semblait tombée d'une soucoupe volante...()Emilie adorait l'école. Première dans toutes les classes...() Emilie aimait la musique. Emilie aimait les arts. Emilie aimait les livres... Emilie et son corps de déesse... et... et n'en jetez plus. Emilie sait courir comme une championne olympique, presque voler, Emilie fait sa queue de cheval et ses lacets comme personne.
Il y a Marc, un personnage beau, gentil et fade qui fantasme à plein tubes sur sa soeur Emilie (ou pas) depuis son plus jeune âge.
Une gentille famille de gauche, pauvre et pétrie de valeurs morales : les Vitral.
Une méchante famille de bourges capitalistes sans scrupule que les mauvais sentiments rendent laids : les De Carville (évidemment, les gentils sont beaux et les méchants sont moches!).
Une méchante, laide, presque difforme (si,si!) et stupide grande sœur (ou pas) nommée Malvina ( Mal venue ? Ou créature venue du mal ? On se demande presque ou veut en venir l'auteur, mais perso j'ai même pas envie de le savoir). Là aussi, ce sont les mauvais sentiments qui l'ont faite vilaine au fil du temps. Et oui, c'est comme ça. Plus tard d'ailleurs, on apprendra qu'un accouchement transforme une superbe jeune femme de 18 ans en « déchet » aux seins devenus des « morceaux de chair flasque qui pendaient » … hein ? Mais oui ! Merci Dr Bussi ! C'est élégant...
Il y a un détective privé avec un nom improbable qui n'a pas de vie à lui et qui s'est mis à élever des libellules parce que lui aussi il est fasciné par la divine, que dis-je la magnétique, la troublante, la subjugante Emilie/Lyse-Rose !
Il y a un Airbus, un bébé. Le bébé on ne sait pas si il est aux méchants ou aux gentils. Le détective enquête là-dessus depuis 18 ans, (que ça à faire je vous dis) il ne sait toujours pas et puis un jour il sait. Il meurt. Mais pas trop quand même. Il y a la Turquie, des os et des tests ADN.
Emilie est ambiguë avec son frangin qui attend que ça, jusqu'à quel point ?.... hmm... C'est normal ! Emilie a 18 ans et comme un bon fantasme que l'auteur ne peut réaliser que dans ses bouquins, il va bien falloir qu'elle se débarrasse de sa virginité et Marc frère ou pas frère... comme par hasard... Bon, enfin...
Et puis il y a au moins 200 pages de trop. Il y a des longueurs et des longueurs, des détails dont on se fout éperdument, des scènes totalement ridicules (le jogging d'Emilie et Marc de 10 pages digne d'un roman harlequin), des répétitions interminables, des noms de marques.
Des personnages principaux comme secondaires comment dire, « too much », peu crédibles et carrément risibles (l'hôtesse et son « joli corps de poupée », le quadra en roller torse nu en plein mois d'octobre sur l'esplanade des invalides pour épater l'irrésistible Emilie et j'en passe.... et toujours cette obsession de l'auteur : des beaux trèèès beaux et des laids très méchants).

Je n'ai pas aimé ce roman, trop long, ennuyeux, bourré de clichés et de scènes soit répétitives, soit inutiles, soit ridicules ou tout en même temps. Je ne comprends pas son succès. Même avec 250 pages de moins, ça aurait été plus digeste d'accord, mais pas extraordinaire non plus, un roman de plage digne d'un soap, rien de plus. Je suis restée totalement à côté. Quant au dénouement... Tout ça pour ça ??? J'ai bien fait de sauter des pages moi... Bon et puis il y a le titre, ça aide. A vrai dire, on a été obligé de s'y mettre à deux pour la fin. Comme je n'arrivais vraiment pas à avancer même avec de la bonne volonté, c'est mon mari qu m'a raconté la fin et a gentiment soulagé mon indigestion.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Très décevant, 26 octobre 2014
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un avion sans elle (Poche)
J'ai lu Nymphéas noir que j'avais adoré. Sans rien révéler, les deux livres marchent sur la surprise. Nymphéas noir est plaisant tout au long de la lecture. Celui-ci est ennuyeux et la surprise on la voit arriver à un tiers du livre. En plus les personnages sont caricaturaux, les pauvres gentils, les riches méchants. Très décevant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


18 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Long et... Long, 22 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un avion sans elle (Poche)
Attiré par les commentaires élogieux et par les bons retours de la presse, j'ai acheté ce livre pensant me plonger dans un bon policier. Mais ça ne marche pas. Il y a des longueurs de récit, souvent du a une écriture plutôt mauvaise et des descriptions dignes de la collection Harlequin, des clichés sur les pauvres, les riches, les femmes, les jeunes, les parisiens, les montagnards, bref sur tout et n'importe quoi. Le lecteur n'est pas tenu en haleine et je me suis forcée a finir le livre sans en avoir rien a faire du dénouement. Je trouve la comparaison avec Musso faire par d'autres lecteurs plutôt juste.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


33 internautes sur 39 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Hou la la !, 2 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un avion sans elle (Poche)
N'ayant plus rien à lire, je me suis basée sur les avis des internautes pour acheter ce livre (j'ai hélas acheté aussi Les nymphéas noires). Dès les premières pages, j'ai compris mon erreur. Ce roman est bourré de clichés, les bourgeois méchants, les pauvres sympathiques, le jeune homme travaillé par ses hormones, les émigrés chaleureux, un peu de foot, etc. Aucune finesse psychologique. On est à des kilomètres d'Erlendur ou de l'inspecteur Chen. Toute l'intrigue repose sur l'identité d'un bébé, alors on se demande pourquoi le test ADN intervient bien après que celui-ci soit admis auprès des tribunaux ! J'ai tout détesté dans ce trop gros livre, écrit dans un style aisé mais racoleur.Désolée pour les lecteurs qui ont aimé, moi, tout au long de la lecture, je me suis sentie minable d'avaler une telle bêtise.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un suspense passionnant, 3 janvier 2013
Par 
JML (Var) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un avion sans elle (Broché)
Au départ, c'est un « pavé » de 533 pages et, comme à chaque fois dans ces cas-là, on se dit qu'il va falloir que l'intrigue soit à la hauteur pour réussir à en venir à bout. Toute lecture est une nouvelle aventure, un pari. Et, cette fois, le pari est gagnant. Tout commence par une catastrophe aérienne le 23 décembre 1980, quelque part dans la montagne jurassienne. Il n'y a qu'un seul rescapé : un nourrisson de quelques semaines que deux familles vont se disputer âprement : les de Carville, une famille de la haute bourgeoisie industrielle, et les Vitral qui tiennent une friterie ambulante sur la côte normande. Mathilde de Carville embauche un détective chargé d'enquêter pour établir la filiation du nourrisson, une petite fille qui, selon les cas, se nommerait Lyse-Rose ou Emilie. Crédule Grand-Duc, le détective, ancien mercenaire, va conduire ses investigations durant dix-huit longues années. De ce travail obstiné et patient résultera un cahier sur lequel il a consigné tout le déroulement de sa longue enquête et qu'il décide de remettre, le jour de ses dix-huit ans, à la jeune fille, avant de se suicider. Il semble qu'au dernier instant, au moment de mettre fin à ses jours, il ait découvert un élément qui remet en cause toute son enquête et apporte la lumière sur la véritable identité du nourrisson. A travers l'alternance entre le récit de l'enquête de Crédule Grand-Duc et celui de l'enquête menée en 1998 par Marc Vitral, le frère putatif de la jeune fille, le lecteur est entraîné dans une aventure de plus en plus palpitante, de Paris en Normandie, en passant par le Jura. Plus on avance dans la lecture et plus l'intrigue se complexifie. Le suspense s'amplifie au fil des pages, savamment distillé et dosé par Michel Bussi. Le dénouement est totalement inattendu et parfaitement amené. L'écriture est fluide, agréable, ponctuée d'évocations culturelles et sportives sur les années 80. Un polar à découvrir absolument.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 244 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Un avion sans elle
Un avion sans elle de Michel Bussi (Poche - 7 mars 2013)
EUR 7,70
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit