undrgrnd Cliquez ici Baby ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles177
4,2 sur 5 étoiles
Format: PocheModifier
Prix:8,40 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Glacé nous enfermait au milieu des montagnes et du froid. Cette fois, le Cercle nous cerne d'eau de pluie et nous fait plonger dans les eaux sombres d'un lac qui cache bien des mystères. D'ailleurs, ce titre est un choix très judicieux puisqu'il évoque à la fois le passé de Servaz, le passé des victimes, des suspects et surtout, le Cercle que forme désormais Servaz et Hirtman. Avec désormais deux romans à son actif, Bernard Minier nous prouve une nouvelle fois qu'il faut compter sur lui et qu'il fait partie intégrante du cercle des auteurs incontournables du genre.
Frederic Fontes, 4decouv
0Commentaire20 sur 23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 octobre 2012
J ai trouvé aussi bien que glacé. On a plaisir a retrouver les personnages...et je pense que l on va les retrouver encore une fois dans un troisième opus!
une histoire solide, avec du suspens, des rebondissements!On veut connaitre la fin, les pages tournent toute seule!
0Commentaire9 sur 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 octobre 2012
Moins thriller que l'ouvrage précédent de l'auteur, ce livre suppose cependant, pour une bonne compréhension, que Glacé ait été lu. On prend alors plaisir à suivre l'évolution des personnages principaux, dont le portrait se fait de plus en plus fouillé, de plus en plus attachant, dans un roman dont les fils se nouent de belle manière. Avec ce second livre, l'auteur épanouit le bon écrivain apparu dans le premier tome. Pour notre plus grand plaisir.
0Commentaire19 sur 22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mai 2014
Apres glacé,essai transformé. Le cercle est une pure merveille. Même mieux que le premier. J'ai enfin trouvé mon " cinq étoiles" de l'année. Je me plaignais de la longueur du premier, plus maintenant. On se sent tellement bien avec les personnages que l'on est heureux de les retrouver le soir venu. Une bien bonne addiction. B. Minier a atteint un sommet pour notre plus grand bonheur. Il y a des moments de suspens insoutenables, comme cette plongée dans le lac où le souffle m'a manqué. Je rejoins le groupe de fans et m'en vais de ce pas acheter la suite.
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 septembre 2014
Ne jouons pas les difficiles, ce thriller (plus que polar) est prenant, habilement mené, riche en coups de théâtre, se lit donc avec plaisir, mais après le "glaçant" Glacé, il m'a déçue (un peu). En fait il m'a donné l'impression d'être écrit sur la vague du succès de Glacé, un peu à la va vite... A l'inverse de ce premier roman fascinant,l'histoire du Cercle m'a paru peu crédible, exagérée dans l'horreur, compte tenu des personnages et de leurs motivations. Pas étonnant que le commandant Servaz (toujours attachant) y perde son latin bien souvent!
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 août 2015
Après le remarquable "Glaçé", je me suis jeté avec impatience et enthousiasme sur "Le Cercle", sa suite.
Mais des les premières pages, j'ai eu le sentiment que les principaux personnages avaient pris quelques rides. Le Commandant SERVAZ est moins alerte. Il parait avoir perdu de sa superbe et de sa niaque. Parmi ses acolytes, Samira et Irène ZIEGLER semblent s'être assagies, et être surtout moins déjantées. Comme si CHOPIN avait remplacé MAHLER, comme si la folie n'était plus une épidémie, comme si la peur n'était plus vraiment une maladie contagieuse... Seule Margot reste égale à elle même, un tantinet juvénilement décalée.
Néanmoins que l'on ne se méprenne pas. "Le Cercle" où l'on perçoit l'influence de Michael CONNELLY, constitue un excellent thriller. Bernard MINIER reste toujours présent avec son style fluide et acéré, son humour acerbe, son art subtil de la métaphore et son sens aigu de la description. Sans oublier bien sûr son sens critique de la société contemporaine et de ses dérives:
- les religions: "Comment de tels mensonges peuvent aveugler autant de monde" (P. 65);
- le football: " Du pain et des jeux. Au moins les gladiateurs avaient une autre allure que ces gamins en shoots courant après un ballon" (P. 61);
- l'âge adulte: "Une malédiction" (P.137);
- la classe politique française: "Les gens votent…ils croient qu'ils décident…ils ne font que reconduire à l'infini la même caste qui (vend) au peuple cette arnaque nommée alternance"…depuis cinquante ans (P.379);
etc…
On ne s'en lasse pas même si cela parait parfois un peu facile.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 11 avril 2014
Bernard Minier nous livre ici un thriller qui emprunte des éléments à son précédent opus, « Glacé », comme la présence obsédante de Julian Hirtmann, le procureur psychopathe, ou encore l’intervention de Ziegler, la gendarme qui avait conduit l’enquête à ses côtés. L’histoire qui nous entraîne toujours dans le sud-ouest est cependant en rupture sur le plan de l’intrigue. Une professeure de classe prépa a été monstrueusement assassinée dans sa salle de bains. Le commandant Servaz va s’attaquer à une enquête difficile dans l’univers de Marsac, petite ville universitaire de la banlieue toulousaine. La politique va se mettre de la partie sous les traits d’un jeune loup, député-maire, qui fera partie des suspects. La vie personnelle de Servaz aussi puisque l’un des principaux suspects n’est autre que le fils de Marianne, une ancienne petite amie du policier. Un thriller où les flics se situent à la limite des règles de procédure et même quelquefois les transgressent pour chercher à atteindre une vérité qui semble les fuir à mesure qu’ils avancent dans leurs investigations, au péril de leur vie et de celle de leurs proches. Une intrigue qui se présente comme un écheveau complexe, tantôt à la limite du compliqué, tantôt mue par des ressorts simplistes, mais une histoire qui m’a quand-même tenu suffisamment en haleine pour que j’aille jusqu’au bout malgré les 785 pages. La structure du récit est quelque peu hachée. Il faut donc, pour ne pas perdre le fil, rester plongé dans sa lecture. Somme toute, un thriller intéressant mais qui ne provoque qu’un coup de cœur modéré.
33 commentaires1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il est difficile de croire que nous avons à faire avec le même auteur que Glacé tant la transformation littéraire est profonde dans Le cercle.

Presque tous les défauts que nous avions rencontrés dans Glacé ont été miraculeusement éradiqué. Bien que l’auteur continue sur certains paragraphes à employer une phraséologie lourde,des références littéraires un poil élitiste, tout le. reste n’est que pur bonheur de littérature policière : rythme mieux maîtrisé s’approchant du turn-page, chausses-trappes, entourloupe, double piste, histoires parallèles. L’auteur prend un malin plaisir à nous mener vers de fausses pistes (il le dit même au travers de l’un de ses personnages).

L’autre bonheur dans la lecture de ce livre est de retrouver les mêmes personnages que dans Glacé. Leur personnalité s’affine, leur histoire passée se dévoile peu à peu, leur évolution de carrière nous est partagée.

Cependant, au magie des romans, il est toujours surprenant de voir avec quelle légèreté est considérée la hiérarchie, que l’irrespect des procédures légales tient de la tradition, mais et surtout que le travail conjoint de la police et de la gendarmerie semble être si facile.

La lecture du Cercle est donc un très bon moment que les amateurs de littérature policière auront plaisir de passer.
(quoilire.wordpress.com/2013/05/19/bernard-minier-le-cercle/)
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Comme beaucoup d'autres commentateurs, j'avais adoré "Glacé", et j'attendais sans doute trop de cette suite.

Le personnage de Servaz ainsi que ses proches collaborateurs restent intéressants et on a plaisir à les voir évoluer, mais l'histoire est résumée sur la 4è de couverture, qui évoque, par exemple, le 2è événement sanglant du roman-- et ne comptez pas en trouver d'autres-- qui ne se produit qu'à la page 442 d'un thriller qui en compte 784 !!! Ce nombre de pages est à mes yeux le plus gros défaut de cet opus : l'intrigue aurait gagné à être plus ramassée, car elle est sombre et touchante en raison de ceux qu'elle implique.

En revanche, l'auteur nous réserve une belle surprise en jouant à cache-cache avec un certain JH : absent ? présent dans l'esprit paranoïaque de Servaz ? Et j'avoue que j'ai dévoré la fin du texte qui était soudain redevenue plus que passionnante après des longueurs à mon sens inutiles.

Dernière raison de lire tout de même ce deuxième opus... Il se termine sur un "cliffhanger" digne des plus belles saisons des meilleures séries télévisées.

Evidemment, je n'ai qu'une envie : lire le 3è roman de Bernard Minier.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Martin Servaz mène une enquête délicate à Marsac pôle universitaire où une professeur, Claire Diemar, a été assassinée. Le premier suspect se révêle être Hugo, le fils de Marianne, elle-même premier amour du flic. Revenant sur ce campus où il fut lui-même étudiant, Servaz sera confronté à son passé mais aussi aux menaces qui pèsent contre sa fille Margot et à l'évasion du tueur en série, Julian Hirtmann, qu'il a précédemment arrêté.

Un thriller sombre et réaliste, riche en digressions critiques, de l'ambition et du cynisme en politique à l'importance ridicule prise par la coupe du monde de football de 2010...

Dans « LE CERCLE », il semble normal que les enquêteurs et les lecteurs tournent en rond. Les rebondissements sont nombreux, peut-être trop. Pour donner matière à ses 600 pages, Bernard NIMIER multiplie les fausses pistes, les enquêtes parallèles, les personnages et les coups de théâtre ... Une complexité qui, au final, entraîne quelques invraisemblances (mais bon... c'est le défaut de nombreux thriller) et autres bizarreries.

En conclusion, un « page-turner » efficace (peut-être un peu long) qui se lit avec plaisir .
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,40 €
8,40 €