undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici nav_WSHT16 Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles318
3,9 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:6,95 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 1 février 2016
Coup de gueule. J'avais dans ma PAL ce "roman" dans la lignée des "50 nuances" et "After" ; parce qu'on a beau aimer la littérature, on peut estimer qu'il n'y a pas de mal à se faire du bien avec un peu de récit érotique sans prise de tête.

Alors quand on a ce genre de livre entre les mains, on accepte tacitement d'entailler de quelques coups de canifs ses convictions féministes (la suite montrera que ce n'est d'ailleurs pas une bonne chose). En effet, bien qu'écrits par des femmes et destinés à des femmes, ces romans sortent difficilement de la vision de la femelle d'autant plus excitée qu'elle sera soumise voire malmenée par l'homme... Au mieux c'est l'homme qui l'éveillera au désir (After) ; au pire elle acceptera tout et n'importe quoi (50 nuances). Mais bref, faute de mieux, lançons nous.

Eh bien c'est la première fois que ça m'arrive, mais j'ai balancé ce torchon avant la vingtième page. Habituellement, tout dominant qu'il est, l'homme entreprend quelque chose qui s'apparente à de la séduction pour arriver à ses fins ; et même si cela consiste à traquer le portable de la demoiselle et à lui offrir un tour en deltaplane pour lui donner une idée de la grosseur de sa... fortune (50 nuances), on apprécie que le jeune homme fasse au moins quelques efforts et que la première scène hot n'arrive pas avant la cinquantième page, c'est à dire pas avant que la tension sexuelle soit réellement installée.

Eh bien dans "Beautiful Bastard", que nenni. La narratrice (dont je ne peux pas dire que j'ai oublié le nom car je n'ai MEME PAS EU LE TEMPS de retenir son nom, bon sang j'ai l'impression d'avoir eu connaissance de la marque de sa culotte avant son prénom) raconte brièvement ses rapports désastreux avec son patron (le fameux "Beautiful Bastard", littéralement "beau salaud"), tellement désastreux qu'ils mériteraient un recours aux prud'hommes. Après s'être fait pourrir pour une heure de retard, la demoiselle se voit chargée d'un travail incommensurable, à faire le jour même, par son odieux chef, ainsi que d'une "présentation" à lui faire dans son bureau le soir même (tu la sens la grosse anguille sous roche là ?). Le tout ordonné sur un ton très autoritaire. Comme seule protestation passant par la tête de l'employée, on lira "Ouh il est vraiment méchant mon patron, mais qu'est ce qu'il beau"...
Après avoir passé la journée à bosser sans presque rien manger, la dame va dans le bureau du monsieur et commence sa "présentation", non sans se remémorer la fois où elle l'a surpris torse nu et tout en sueur dans la salle de sport... À peine a-t-elle prononcé deux phrases (littéralement, DEUX PUTAIN DE PHRASES), vla ti pas qu'elle sent la main du susdit patron sur ses fesses...

MAIS CASSE TOI, baffe-le, fouzy un coup dans les kiwis et appelle la police, m**** !!! Bon sang mais même si Robert Pattinson en personne te fait ce coup là, tu n'apprécies PAS le moment quoi !!! Une femme victime de ce genre de chose peut aussi être sidérée et ne pas parvenir à réagir, mais ça n'en reste pas moins un abus sexuel, bordel.

Eh bien pas avec Miss Culotte. Miss Culotte se retourne et en redemande, et on assiste à la scène de sexe la moins émoustillante de la galaxie ; à coté, 50 nuances, premier roman intégralement écrit avec les pieds, devient aussi subtil que les Liaisons Dangereuses, c'est dire. Je n'ai même pas lu le passage en entier, même pas par curiosité, c'est dire aussi.
C'est là que j'ai balancé le bouquin dans le mur, furieuse contre moi même d'avoir fait gagner quelques euros à la maison d'édition, et à l'auteure (car oui je viens de vérifier, c'est bien une femme). Je ne peux racheter mon crime qu'en écrivant cette critique. J'ai parcouru quelques avis sur le net, rassurée de voir que je n'étais pas la seule à ne pas avoir aimé, admirative face à celles qui l'avaient tout de même lu en entier, triste de ne pas lire d'autres indignations féministes. Ce fut tout de même l'occasion d'apprendre que les scènes à venir ressemblaient toutes à celles-ci, que la demoiselle giflait souvent le monsieur entre deux parties de jambes en l'air, que les protagonistes se parlaient constamment comme des chiens, et qu'ils se traitaient régulièrement de "bastard" et de "whore". Or, on le sait, "salaud" n'a jamais été l'équivalent de "salope"...

À quand une mise en scène de la sexualité féminine qui cesse de placer nécessairement la femme au rang d'objet, vierge effarouchée ou produit de consommation ? Bien sûr je n'ai pas lu toute la littérature érotique mondiale, et j'imagine et j'espère qu'il existe quelques écrits de qualité qui donnent une autre place à la femme (à chercher d'ailleurs : une autre rédemption possible !). Mais je suis comme tout le monde, j'ai acheté ce qui se vend le plus, j'ai cédé au marketing, j'ai pris ce qu'on trouve en tête de gondole chez Leclerc et chez Amazon. Je suis surprise à tort. Mais indignée à raison.

Mais cette indignation, cette déception de lectrice, ces 17€ (arg) partis en fumée, ce n'est rien. Car j'ai la chance d'avoir 34 ans et assez de recul pour vomir ces quelques pages.
Ce qui n'est pas le cas des tres jeunes filles, voire des petits filles, car oui j'ai vu des romans de cette "auteure" dans les mains d'une eleve de sixième ! Il est facile de blâmer les parents, mais peut être qu'ils ne connaissent pas jusqu'à l'existence de ce genre "littéraire" à succès, qu'ils ne savent pas que ça se trouve à Leclerc entre le rayon CD et le rayon électroménager. Peut être aussi qu'ils n'ont jamais songé à vérifier les lectures de leur fille, parce qu'un livre, c'est forcément innocent n'est ce pas.

Je pense donc qu'il serait indispensable d'instaurer au moins une signalétique "+ de 18 ans" sur les livres...

... à défaut d'une signalétique "attention objectivation de la femme".
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 25 octobre 2013
Surfant sur la vague des romances érotiques un peu crues, Beautiful Bastard m'aura finalement bien surprise, et agréablement.
Certes le texte ne brille pas par la profondeur de son intrigue (je suis sure que Cess aurait quelque chose à dire la dessus), mais il a quelque chose que Fifty Shades n'a pas : il assume son côté érotique ! Alors oui c'est direct et parfois un peu vulgaire, mais pour autant il n'y a pas de "fausse pudeur" ou "fausse modestie". Ce sont des relations sexuelles et voilà.
J'ai bien aimé les personnages choisis par l'auteur et même si quelques clichés sont inévitables, je m'y suis attachée.

Alors il est vrai qu'il y a beaucoup de scènes osées et que le côté vulgaire n'est pas ce qui m'a le plus plu, plutôt l'inverse, mais cette lecture m'aura offert une heure de détente sans prise de tête.
Comme quoi, on peut toujours être surpris :)
0Commentaire|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 25 novembre 2013
4,5/5
Depuis un bon moment dans ma PAL, Beautiful Bastard souffrait un peu de sa réputation à la fois positive et négative et aura mis du temps à en sortir. C’est maintenant chose faite, et je ne regrette pas du tout d’avoir attendu. N’allez pas croire que je n’ai pas apprécié ma lecture, bien au contraire, mais j’ai pu le lire avec une certaine distance par rapport à d’autres romances érotiques du même thème (Cinquante nuances, Crossfire, etc…). L’histoire de Beautiful Bastard est totalement différente et rien que pour cela ma lecture a été d’autant plus agréable.
Loin des héros torturés par un passé douloureux voire dramatique, ici nos deux protagonistes sont plutôt bien, même très bien, dans leurs baskets. En pleine ascension professionnelle, Chloé et Bennett sont jeunes et dynamiques et complètement en phase avec leur conception de la sexualité.
Bennett Ryan, directeur du service marketing de la société familiale, est un patron du genre tyrannique, grossier et sans aucune considération pour les autres. Enfin, tout cela s’applique surtout envers son assistante-stagiaire. Au niveau personnel, il est égocentrique, dominateur mais tellement sexy, bien entendu, qu’il réussit tout de même à nous faire rêver. Cela fait neuf mois qu’il travaille en étroite collaboration avec une stagiaire ultra-compétente qui prépare un Master, Chloé Mills, et le moins que l’on puisse dire c’est que les relations qu’il a avec elle sont des plus conflictuelles ! Pas un jour ne se passe sans agressions verbales, attaques et lancés de piques acerbes ! Les « connard » et « salope » fusent dans les bureaux ! Alors effectivement le langage est très « fleuri » et que ce soit dans les joutes verbales ou dans les scènes de sexes, nos chers héros aiment se jeter des petits noms d’oiseaux au visage. Et j’avoue que cela ne m’a pas (bizarrement) dérangé. Leur relation prend une tournure si particulière, dans l’extériorisation de leurs instincts les plus bas que ce langage vulgaire et cru s’applique tout à fait au caractère des personnages et à l’intrigue.
Chloé aura eu un grand rôle dans mon appréciation de l’histoire. Elle incarne pour moi la super Nana ! Du haut de ses 26 ans, elle est mature et totalement décomplexée ! Elle voue une haine farouche à son patron – qui lui rend très bien – et ne s’autocensure jamais (ou presque) quand il est question de dire ce qu’elle pense de lui ! J’ai beaucoup aimé ce côté-là de l’histoire. Il y a beaucoup d’humour, et j’ai bien souvent souris en lisant leurs disputent qui finissent irrémédiablement en partie de jambes en l’air ! La dispute c’est un peu leur déclencheur sexuel… et comme ils se disputent souvent, trèèès souvent, fatalement ils se culbutent souvent. Donc inutile de jouer les étonnés en lisant ce genre de roman, on sait pourquoi on le lit, on sait ce que l’on va y trouver, si on veut du sexe et une intrigue qui tient la route il faut se diriger vers d’autres titres… Moi, j’ai eu ce que je cherchais, une histoire avec des héros qui m’ont plu chacun à leur manière, des scènes de sexes en veux-tu en voilà et qui sont bien dans la psychologie des personnages, une relation passionnée qui vire à l’amour rapidement même si eux ne le savent pas (nous lectrices nous le savons !!) et en prime j’ai eu de l’humour !
Comme je le disais, après 9 mois à se retenir de sauter sur son assistante que pourtant il déteste, Bennett « craquera » un jour dans une salle de conférence alors qu’il est seul avec Chloé… Alors à partir de ce moment, il n’y a plus de raison, plus de réflexion, voire même plus d’amour-propre qui tiennent, ce sont uniquement les corps qui s’expriment et qui vont bien souvent trahir le discernement de chacun. Leur relation est électrique, explosive, violente, affamée et incontrôlable. C’est un régal de suivre leur cheminement, de les voir complètement dévorés par la passion et sentir l’amour éclore petit à petit au milieu de tout cela.
Le gros point positif dans cette histoire, c’est que Chloé va rendre complètement dingue son patron par son côté provocatrice et elle saura à chaque fois comment le mettre à genoux, au propre comme au figuré… Mais jamais pour avancer dans sa carrière professionnelle ! Elle veut le torturer, lui faire ravaler ses reproches et ses insultes mais perdra rapidement le contrôle dans une dépendance qu’elle aura également bien du mal à réprimer et va vite comprendre que si sa relation avec son patron s’ébruite elle aura toutes les apparences d’une « promotion canapé », chose qu’elle refuse entièrement, et ruinerait sa carrière
Avec un érotisme assez conventionnel comme on en trouve dans ce genre de livres, où bien souvent les scènes sont beaucoup moins hots que l’on veut bien nous le faire croire, les deux auteures ont réussi néanmoins à faire une histoire coquine, romantique et avec de l’humour.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 juillet 2014
Je ne comprends que moyennement les bons commentaires sur ce livre, je n'ai pas accroché du tout ! Votre boss vous saute dessus en mode requin et elle, "oh oui tiens ça l'air fun" en plus d'être dans un langage grossier, dénoué de tout attrait littéraire, la première scène me faisait à moitié penser à un viol.
Bref j'enchaîne sur les chapitres suivant, rien n'y fait, je n'aime pas ce ton, provocateur et facile, du sexe du sexe à tout pris sans qu'on comprenne ni les personnages, ni qu'ils n'aient une pointe de réalisme.
Je n'ai pas aimé ce livre, et ne le recommande pas pour celles qui sont dans la recherche de sentiments similaires éprouvés à la lecture de cinquante nuances.
0Commentaire|20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 août 2014
Oh my god !!! Un livre qui m’a mise dans tous mes états !!!
Dès les premières lignes on est embarqué dans cette histoire qui vous accapare totalement !
Je suis définitivement accro aux romans à deux voix !! Avoir le ressenti de Chloé et de Bennett est vraiment géniale et donne encore plus d’attache pour ses personnages !
J’ai ADOREEEEEE Chloé !! Loin d’être une « Anna » complètement écervelée et sans poigne (ne vous méprenez pas j’ai aimé 50 nuances mais ça c’était avant^^) Chloé ne se laisse pas faire, elle a un caractère au top et n’hésite pas à traiter Bennett de gros salaud !
Bennett haaaaa Bennett mis à part son prénom à chiotte je garde tout !!!!! Au fur et à mesure où il lui arrachait ses petites culottes les miennes mourraient à petit feu !!!

Ce livre m’a vraiment mise dans tous mes états !!! (Oui je radote^^ mais wahouuu)
Sexe, vocabulaire cru, érotisme un magnifique mélange pour un moment fort en émotions !!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 mai 2013
J'ai adoré ce livre, sensuelle, sexy, brutal, érotique....mmmhhh. A lire sans modération, après avoir lu les trilogie de Grey et celle de Sylvia Day.... je ne regrette pas celui-ci. Pas de SM pour ce livre, mais plutôt une envie et une attirance sexuelle dévorante.
0Commentaire|32 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce livre est un amalgame détonnant d'humour et de sexe qui donne raison au vieil adage: entre l'amour et la haine il n'y a qu'un pas!
Tiré d'une fanfiction écrite à deux mains dont les droits cinématographiques seraient déjà engagés, il nous fait passer un moment délicieux en compagnie de deux héros vraiment pétillants, entiers, naturels, pleins de fougue et de passion, qui n'ont pas la langue dans leur poche quand elle ne traine pas sur le corps de l'autre... Car la narration est faite pour chacun d'eux, et on plonge dans leur univers avec délectation, on suit leurs pensées avec plaisir, on les cerne de mieux en mieux, on entre dans leur intimité et on se régale au point de toujours en vouloir plus!

Chloe, 26 ans bosse depuis quelques temps déjà dans l'entreprise de communication familiale des Ryan qui l'apprécient vraiment, mais seulement depuis 9 mois pour l'un des fils, Bennet, avec qui les rapports sont plus que tendus. Ils se détestent cordialement et se le montrent chaque jour, puisque Chloé n'est pas du genre à se laisser marcher sur les pieds! Elle est intelligente, compétente et acharnée et son séjour en entreprise aux cotés de Bennet lui permettra de soutenir sa thèse pour obtenir son Master. Bennet, trentenaire odieusement séduisant et hautement diplômé, n'a pas son pareil pour la faire sortir de ses gonds tant il est arrogant, hautain et détestable. Leurs joutes verbales sont truculentes, et pourtant, un jour pas fait comme les autres, Bennet la touche, elle s'enflamme et leurs corps prennent le pas sur leur ressentiments.

Les auteurs ont réussi l'exploit de nous faire adorer ces deux personnages qui peuvent nous paraitre déjantés tant ils se cherchent des poux dans la tète avec la même violence que leurs corps s'unissent dès qu'ils se frôlent. Ils mettent tant d'énergie à refuser cette attraction que toutes leurs bonnes résolutions volent en éclat avec tout autant d'intensité et de violence même dès que le désir explose, ce qui arrive souvent, et n'importe où! Mais aucun d'eux ne veut lâcher prise, ne veut céder le pouvoir à l'autre, tous deux veulent diriger, contrôler, garder le dessus. Ils vont avoir du mal à concilier leur vie professionnelle avec ce désir dévorant qui les tiraille en tout sens, mais quel bonheur de les suivre pas à pas! On ne s'ennuie jamais, il nous let de bonne humeur, on ne peut qu'adorer!

J'ai vraiment été séduite par ce livre très moderne, le langage y est cru et cash et donne un rythme haletant à l'histoire, on s'y sent chez nous, à l'aise sans aucune fausse note, il lui apporte un cachet et du pep's. Il est sexy au possible avec des scènes torrides et enflammées, jamais vulgaires, et quand des sentiments plus profonds pointent le bout de leur nez, nous sommes au paradis, car l'évolution s'effectue sans que jamais l'un des deux héros ne perde de sa superbe. Il n'y a jamais rien de mielleux, tout y est toujours fougueux bien au contraire et comble nos âmes avides de contes de fées, de romantisme épicé, de rêves si joliment concrétisés! Je lirai la suite avec joie!
22 commentaires|58 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mai 2013
la seule originalité du bouquin est que la femme et l'homme sont narrateurs à tour de rôle (désolée j'ai oublié les prénoms des personnages : l'hommes est trés beau et la femme super canon, et en plus elle s'habille chez guci car elle a des plans et porte des sous vêtements trés chers, pourtant elle est stagiaire hein) . Ensuite il n'y a pas de scénario, les scenes sexuels s'enchaînent bestialement émaillés de gros mots. De la grande littérature quoi! MEME PAS EXCITANT TELLEMENT C BANAL .
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 octobre 2013
J'ai lu les "Cinquantes Nuances" (le premier m'a plu, le second moins et le troisième n'en parlons pas...),et les "Crossfire" que j'adore véritablement !!!! Et bien Beatiful Bastard est dans la même lignée que les Crossfire ! Complètement addictif !!!
Bennett on commence par le détester puis son caractère son charisme et surtout sa façon d'être avec Chloé le rende à tomber.
Quand à Chloé enfin une de ces nombreuses héroïnes qui ne se laisse pas faire... Anna était insupportable avec son côté nunuche, Eva elle, avait déjà beaucoup plus de caractère et se laissait moins faire mais au moins Chloé elle rétorque et envoi bouler.
Je ne l'ai pas encore terminé mais ça va arriver très prochainement et j'ai hâte de savoir comment va se terminer cette passion !
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beautiful bastard (Poche)
C'est comme commencer une boite de chocolats,on ne peut s'arrêter avant de l'avoir finie.Ici on est entrainé malgré nous dans ce rapport haine /attraction entre Bennet et mademoiselle Mills(Chloé).Patron ,employée mais sans rapports sado-maso,ce qui change un peu.Erotique,imagé,drôle mais jamais vulgaire,on se demande tout au long du livre comment ça va évoluer....je vous laisse découvrir...un bon moment en perspective!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,95 €
4,95 €
6,95 €
4,95 €