undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_ss16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles256
4,2 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:8,20 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 16 mai 2013
Ce n est de toute évidence pas un roman à l eau de rose.
C est noir, très noir, dur, éprouvant, par moments à la limite du soutenable, mais dès le prologue vous êtes dedans et l auteure ne vous lâchera plus jusqu à la fin et même et surtout jusqu à la dernière ligne qui vous laissera larmoyant et ko debout.
Alors oui, très dur, très noir, très éprouvant parce que réalité oblige, violent, effroyable par moments mais hélas tellement réel.
Une écriture bouleversante, percutante, insoutenable quelques fois, mais tellement précise et à la hauteur de ce que peut être la cruauté humaine.
Aucun personnage ne vous laissera indifférent, tous vous toucheront et c est tout l art de Karine Giebel qui dans un style éblouissant vous entraînera au plus profond de l âbime humain.
Certains vont trouver ce roman trop dur et pourtant ce serait dommage de passer à côté de cet authentique chef d oeuvre, tout comme d ailleurs ces derniers romans.
Bien supérieur à certains auteurs vedettes que je ne nommerai pas, vous ne trouverez aucune fioriture ou description totalement inutiles sauf à remplir des pages.
Le style est précis dur et percutant, même si on aurait par moments besoin de quelques pauses, mais vous n en aurez pas.
N hésitez pas dévorez ce roman noir, même si comme moi il vous faudra un certain temps avant de vous remettre à lire un livre afin de digérer celui ci.
Mme Giebel je n ai qu un reproche à vous faire, c est qu il va falloir attendre un an avant de dévorer votre prochain roman.
Vous êtes de très loin mon auteure préféré avec peut être Patrick Senecal.
22 commentaires|61 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 mai 2013
Après "Meurtres pour rédemption" je me suis dis, voilà, ce livre sera son meilleur, impossible de faire mieux. Effectivement, "Juste une ombre" m'avait un peu déçue --meme si c'est un excellent thriller--- car, de mon avis, il n'avait pas la force de "Meurtres...".
Et puis là...... avec ce Purgatoire des Innocents je dois avouer que je suis restée clouée? transfixée? Bref, commencé ce matin avant d'aller travailler, et terminé dans la soirée. Encore plus prenant que mon favori de Karine Giebel, encore plus puissant, encore plus addictif..... je ne trouve pas d'adjectifs assez forts pour le décrire. Je ne peux vous dire qu'une chose : achetez le! télechargez le! piquez le à votre meilleur ami! Mais surtout lisez le vite! Il est impossible que vous le regrettiez.
Madame Giebel, vous êtes un Maitre. Un très grand Maitre. Je crois qu'il est temps que les auteurs anglo-saxons de thrillers fassent très attention.......
Je n'ai qu'un regret : l'avoir lu si vite et ne plus avoir la chance d'en découvrir les premières pages.
88 commentaires|66 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'ai acheté ce livre en suivant les conseils des lecteurs souvent élogieux, sans tenir compte de ceux qui l'étaient moins. J'ai eu du mal à accrocher dès le départ l'écriture un peu particulière. J'ai tendance à aimer les images, une écriture plus évocatrice. Mais au fil de la lecture, j'ai réussi à apprécier le côté cash, très brut et direct du phrasé.

Au départ, l'histoire de ce braquage qui tourne mal et l'arrivée des braqueurs chez la gentille vétérinaire me laissait supposer que ça allait se retourner au fur et à mesure et ça a mis un certain temps mais oui, ça se retourne. Mais du coup la première partie semble un prétexte à la seconde et rien ne sera épargné aux personnages.

Alors je n'ai pas réussi à aller au bout parce que ça me gonfle le sadisme gratuit et là on est dans du sadisme gratuit. Si vous aimez les intrigues travaillées avec des rebondissements, alors ce n'est pas le bon livre. Par contre si vous aimez aller au fond de la noirceur de l'âme humaine, et lire toute les horreurs qu'on peut faire subir à quelqu'un alors là c'est bon vous allez vous faire plaisir. De mon côté, ça me laisse déçue et comme c'est mon premier livre de cette auteure, eh bien pas sûre d'y revenir. Enfin je lui donnerai sans doute sa chance parce que l'écriture est assez efficace. Lisant dans les commentaires qu'on monte toujours dans l'horreur, je me suis arrêtée à la cigarette dans l'oeil d'un des personnages.

Par comparaison, pour le sadisme, Chevy Stevens dans son livre "Séquestrée" offre un peu le même genre de relation bourreau/victime mais c'est plus léché et on n'a pas envie d'arrêter juste pour s'épargner.
0Commentaire|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 10 janvier 2016
Si ça, ce n'est pas un livre de psychopathe alors, je suis carrément à côté de la plaque. Mais où va chercher toutes ces idées noires, Karine Giebel ? Tout le long du livre ou plutôt à partir de la seconde partie du roman, je me suis posée cette question : Madame Karine Giebel, qu'est-ce qui ne va pas chez vous ?? Croyez-moi, il faut avoir le coeur bien accroché pour lire ce livre ; pourtant, j'ai adoré l'histoire bien que sadique et morbide. Je vous rassure tout de suite, ce n'est pas pour tout le monde.

Des braqueurs vont faire un casse dans une bijouterie bien connue qui va mal tourner. Il y a un blessé parmi eux. Il faut donc s'enfuir au plus vite. Impossible d'aller à l’hôpital. Du coup, prennent en otage une vétérinaire pour s'occuper du blessé. Mais ce qu'ils ne savent pas, c'est qu'il y a un psychopathe qui rôde et qui attend sagement pour agir. L'enfer ouvre ses portes.

Les rôles vont s'inverser et l'histoire va devenir noire, bien glauque avec un gout amer dans la bouche. On prend même en pitié ces braqueurs qu'étaient au départ assez violents.

Certains passages sont durs. D'autres sont bien pires. Et plus on avance, plus on s'enfonce dans la folie psychotique de cet homme complètement barge qui prend un plaisir fou à faire souffrir l'autre. Le mec excelle vraiment en la matière.

Karine Giebel va encore plus loin en nous balançons dans l'horreur, cette violence gratuite. Les scènes sont choquantes, humiliantes, hallucinantes et pourtant, j'étais là à tourner les pages. J’espérais une issue pour eux et ce, jusqu'à la dernière page ; l'auteure tient le lecteur en haleine totalement immergé dans le suspense jusqu'aux pensées les plus profondes des protagonistes. On panique pour eux avec le coeur qui bat très, très fort. Qu'est-ce qui va se passer encore ?? Tellement bien écrit que tu te demandes si l'auteure est normale. Si c'est normal d'écrire des romans de la sorte avec autant de détails ?!
Tellement de scènes bien décrites que, personnellement, j'en ressentais du dégoût au point même de verser quelques larmes. Faut dire, que Purgatoire des innocents à deux voire trois histoires en parallèle et, surtout pas anodines du tout, que l'on découvre tout au long du roman. Alors quand il s'agit de rentrer dans la tête calculatrice et perverse de ce malade, je vous assure que ce n'est pas rien. C'est écœurant.

Karine Giebel vient encore une fois de me bluffer avec sa plume efficace et addictive. On rentre tout de suite dans le vif du sujet même si la deuxième partie du roman est beaucoup plus intense que la première partie et c'est d'ailleurs pour ça, que je prends toujours un plaisir à découvrir ces romans même si je sais que je n'en sortirai pas indemne et c'est le cas pour celui-là.
Il y a toujours une leçon à en tirer.
- See more at: [...]
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mars 2015
Je viens de finir "Purgatoire des Innocents" de Karine Giebel (jamais lu 600 pages en si peu de temps), je dois dire que même Maxime Chattam ne m'a jamais fait ressentir autant de choses en lisant (au niveau de la sensibilité et de la peur j'entends).
Dans un sens cela me rassure, cela veut dire que même en ne lisant quasiment exclusivement que des romans noirs et des thrillers très durs, je ne suis pas immunisé et suis toujours finalement sensible à la violence.
Car c'est bien de violence dont il s'agit dans ce roman, dont la lecture, lors de certains passages, est vraiment éprouvante tant la violence et la peur ressentie par les personnages est bien retranscrite. C'est un livre très immersif, que je ne recommanderai pas aux âmes sensibles. Il m'en faut beaucoup pour me choquer, et je dois bien avouer qu'à certains passages j'ai éprouvé presque du dégoût. On se demande où l'auteure a pu aller chercher tout ça!
En tout il se lit très bien, c'est très bien écrit avec des courts chapitres entrecoupés de petits passages de flashbacks.
Méfiez vous des apparences...
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juin 2014
Alléchée par les nombreuses critiques élogieuses, je me suis procuré Meurtres pour rédemption et Purgatoire des innocents. Si le premier est un pavé de mille pages à l'histoire invraisemblable, il se lit aisément... On ne croit pas une seconde à ce personnage de Marianne, fille de Fantômette et de Terminator, se relevant toujours après coups et sévices de toutes sortes, mais il y a une intrigue... peu crédible mais prenante.
Le second, ce fameux Purgatoire, est plutôt une purge... Je ne remets pas en cause le talent d'écrivain de Karine Giebel : elle a un style. Mais que cherche-t-elle en écrivant une telle succession d'horreurs ? Je m'interroge.
Ce livre est un véritable manuel à l'adresse des sadiques en panne d'inspiration. Et j'ai eu presque honte de le lire, honte d'encourager, en ayant acheté son livre, l'auteure à continuer à creuser encore plus dans la cruauté, à la détailler avec une précision quasi-chirurgicale. En lisant cela, me suis-je dit, on se fait voyeur. On devient complice de quelqu'un qui exhibe la violence, la détaille avec une rare complaisance, s'en délecte visiblement. Certes, les personnages sont de fiction, mais les faits racontés pourraient être vrais. Et ils sont insoutenables. Et l'auteure en rajoute, toujours, encore plus, jusqu'à l'écoeurement. Et les rebondissements se succèdent, c'est la surenchère, on croit avoir atteint le pire, il n'en était rien. Les êtres criblés de balles, brûlés, tailladés, battus survivent : oui, il faut les faire souffrir, encore plus ! (C'est récurrent chez Karine Giebel, ça, d'ailleurs.) Moi qui me croyais une criminelle pour avoir récemment aplati un moustique, je me découvre angélique, naïve de n'avoir jamais imaginé que l'on pouvait faire agir des personnages (de fiction, qui plus est) de façon aussi barbare. Bref... Je mets deux étoiles car je respecte le travail de l'écrivain, mais j'en retire trois car l'intention qu'il y a derrière cet acte d'écriture là me met profondément mal à l'aise. Braquer les projecteurs sur un être aussi abject que Patrick, nous faire partager ses délires sadiques, nous faire entendre ses propos ignobles... et surtout imaginer tout ça, pourquoi ? Comment ? D'autant que cela se fait au détriment d'une intrigue entraperçue au début, espérée même, et vite abandonnée au profit d'un exhibitionnisme malsain, gratuit... L'intrigue du départ n'apparaît plus très vite que comme un prétexte pour justifier la narration d'une succession de sévices... Un prétexte pour s'autoriser à mettre en scène un pervers, pour lui faire dire et faire l'innommable, pour détailler ce qu'il fait, pour insister mille fois sur la souffrance physique et morale de ses victimes...
Vous l'aurez compris, je ne conseille pas ce livre. Il n'a aucun intérêt selon moi pour les amoureux de la belle littérature, il pourrait choquer les âmes sensibles, et les pervers de toutes sortes n'ont pas besoin qu'on leur fournisse une illustration supplémentaire des différentes façons de torturer un être humain. Quant aux autres... Ils se feront leur propre avis, comme moi.
11 commentaire|34 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 février 2015
Extraordinairement puissant cet ouvrage de Karine Giebel est sans conteste un des plus aboutis de l'auteure ...et même du genre!!!.! Elle nous entraine toujours plus loin dans l' univers de folie et de cruauté d' un psychopate hors normes dans une ambiance malsaine et...."dérangeante" qui va bien au-delà de ses oeuvres précédentes , y compris "meurtres pour rédemption" que je considérais jusqu'à ce jour comme son chef-d'oeuvre. Certains passages (à la limite du nauséeux) ont même réussi à me mettre mal à l'aise! Bref, un ouvrage "fantastique*"
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 janvier 2016
Ou quand un roman vous réconcilie avec un auteur'
Parce que là, ce n'est pas un coup de cœur mais un coup aux tripes.
Quand j'ai tourné la dernière page, j'étais en larmes, toute retournée.
C'est la deuxième fois en quelques mois qu'une histoire m'atteint autant.
« Je m'appelle Raphaël, j'ai passé quatorze ans de ma vie derrière les barreaux. Avec mon frère, William, nous venons de dérober trente millions d'euros de bijoux. Ç'aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang. Deux morts, un blessé grave. Le blessé, c'est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre où il pourra reprendre des forces. Je m'appelle Sandra. Je suis morte, il y a longtemps, dans une chambre sordide. Ou plutôt, quelque chose est né ce jour-là... Je croyais avoir trouvé le refuge idéal. Je viens de mettre les pieds en enfer. Quelque chose qui marche et qui parle à ma place. Et son sourire est le plus abominable qui soit... »
Quatre braqueurs et l'un d'eux est blessé pendant leur fuite.
Ils trouvent refuge chez une vétérinaire qui, sous la contrainte, soigne Will.
Mais c'est sans compter sur le retour de son « mari », monstre psychopathe'
Haletant, terrifiant, violent et passionnant.
Autant j'avais détesté « Chiens de Sang » que j'avais trouvé mal écrit, sur un thème vu et revu ; autant j'ai adoré le Purgatoire des Innocents.
Je crois avoir tout dit et je ne rajouterai qu'une chose : si vous ne l'avez pas encore lu, foncez !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 décembre 2014
Inconditionnel de Giebel qui manipule le lecteur comme personne, qui nous séquestre comme ses héros, qui nous emmène dans des voyages sans retour, au bout de la folie (chiens de sang, meurtres pour rédemption, juste une ombre) mais cette fois l'impératrice du polar s'enfonce dans les entrailles du mal jusqu'à...l'overdose, alors certes l'intrigue est à son comble mais ce huis-clos déconcerte par sa seconde partie faite de cruauté et de tortures inutiles et malsaines. Un faux-pas qui me laisse sur ma faim.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Toujours adepte de Karine dont j'ai lu tous les romans. Celui-ci est un des plus réussi, beaucoup d'inquiétude pour les héros, beaucoup d'empathie. On tremble de la tête aux pieds et c'est délicieux d'avoir peur pour rire ! Karine, encore, encore ! Maintenant, à vous de découvrir le livre, Lecteurs !
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,00 €