undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos B01CP0MXG6 Acheter Fire cliquez_ici Cliquez ici Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,2 sur 5 étoiles74
3,2 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:6,95 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

100 PREMIERS RÉVISEURSle 16 juillet 2013
Monsieur REVEL est quelqu'un de fort intéressant, que ce soit dans ses articles ou dans ses interventions télévisées. C'est d'ailleurs suite à l'une d'elles que j'ai décidé d'acheter son livre et de le lire.
Je ne suis pas coutumier de ce genre de lecture mêlant le "people" à la politique.

La problématique de base est intéressante (montrer la connivence entre le pouvoir des médias et le pouvoir politique), même si l'on a pas attendu Monsieur Rével pour la révéler.
Néanmoins, le traitement est assez irrégulier et par moment manque un peu d'argumentation.
Bref, pas grand-chose de nouveau sous le soleil.
Les seules choses qui m'ont, par certains moments intéressées, sont les mentions des journalistes qui ont refusées de se prêter à ce "petit jeu" de connivence. Certaines ont remonté dans mon estime.
De plus, l'ouvrage est assez clair sur le fait que les hommes politiques n'ont pas été les seuls bénéficiaires de ce système : les journalistes elles-mêmes ont contribué à entretenir "la machine" par soif de pouvoir, pour voir évoluer leur carrière, etc.

Si vous aimez la presse people et que vous souhaitez des éléments factuels, ce livre est pour vous. Vous pourrez le lire sur la plage sans vous prendre la tête.
Si, en revanche, vous cherchez une étude plus "sociologique"... il vaut mieux poursuivre votre chemin.
J'espère que ce commentaire vous aura été utile.
0Commentaire|27 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
A priori l'auteur de ce livre est un journaliste. D'où les informations "confidentielles" qu'il nous distille avec une jubilation certaine, cette satisfaction à poser les choses, à éventer les secrets. Sauf que... le style de l'ouvrage est à pleurer : cela oscille entre Voici (pour les scoops graveleux) et France Dimanche (pour les histoires à l'eau-de-rose). La morale de l'histoire ? Les femmes journalistes sont les reines des confidences sur l'oreiller. Et les hommes journalistes ? Ils regardent et ils font leur beurre...
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 février 2014
J'ai passé un très bon moment, même si je suis un peu écoeurée par la conduite de nos dirigeants, l'amour du pouvoir n'est pas le véritable amour, c'est un abus de leur part. Je suis aussi très étonnée par les journalistes femmes politiques, elles sont prêtes à se donner pour un scoop, pour un article, pour un avancement dans leur carrière. Comment peuvent-elles se regarder dans une glace ?
Je ne pensais pas que le palais de l'Elysée était un véritable baisodrome !
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Quelle excellente idée de (re)faire sortir ce livre en édition de poche au moment où notre cher président se retrouve empêtré dans de sombres histoires de galipettes où gang mafieux et scooters se croisent entre 2 jambes en l'air. Evidemment, en matière de relation avec la presse, le président nous avait déjà présenté sa compagne (avec laquelle, a-t-il cru bon de préciser, il n’est pas marié) confortablement entretenue sur nos deniers en tant que « première dame ». Mais, à l’époque où le livre est paru, livre au demeurant très gentillet dans l’enquête qu’il propose (ne vous attendez pas à de fracassantes révélations, les amours d’un soir d’un Giscard, Chirac ou Sarkozy étant finalement de notoriété publique), à cette époque là disais-je, la relation de F. Hollande avec une actrice, plus toute jeune n’était pas encore connue.

Il ne faut donc voir aucune malice à ce que ce livre, sorte aujourd’hui, peut être juste un petit clin d’œil du destin, une manière de rappeler que, loin de se soucier de l’intérêt commun, mission pour laquelle pourtant ils ont été élus, nos hommes politiques préfèrent largement profiter du charme que leur confère le pouvoir. Les journalistes, quant à eux (elles) ont tout intérêt à ce que cela ne se sache pas trop et tout se petit monde se tient gentiment par la barbichette, histoire de ne pas dire autre chose, au mépris de la sécurité de l’état et, plus grave sans doute encore, au mépris de leurs électeurs.

Que ces histoires de coucheries puisse aujourd’hui servir au gouvernement d’écran de fumée pour masquer l’échec cuisant de sa politique semble finalement l’aboutissement logique de pratiques de plus en plus affichées pour peu qu’elles permettent de e pas parler des choses qui fâchent. Le politique y trouve son compte et le journalisme son argent, qui s’en plaindrait ? Pendant ce temps, dans le monde réel, les fins de mois arrivent de plus en plus tôt.

CREW.KOOS
11 commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
100 PREMIERS RÉVISEURSle 13 février 2014
Réfléchissez bien avant d'acheter ce livre.
Pourquoi ne pas vous contenter de feuilleter la page 306 (la dernière, ouf !)? Revel y revient, pour le déplorer (avec humour ?) sur le démenti opposé à l'AFP par Julie Gayet suite à la rumeur d'une relation avec F. Hollande (le livre a été écrit en 2013) : "Si l'on avait des doutes sur sa capacité à gouverner, ses amours alternées laissaient espérer un quinquennat prometteur. Et patatras !"

Aujourd'hui, Revel doit être rassuré. FH peut encore espérer rattraper ses prédécesseurs (mais il va quand même falloir qu'il accélère).

Pour le reste....
J'ai trouvé ce livre pénible, léger et déprimant.

Là voilà donc la triste réalité du pouvoir politique : des Présidents priapiques et des femmes journalistes attirées par le pouvoir comme les papillons par la lumière.
Revel les appelle "Amazones de la république". Admettons. A la lecture, on se surprend à envisager pour certaines d'entre elles, un autre qualificatif (mais il était déjà utilisé par Deux viers j'y cours).

Amazones ?
Quelle dérision.

Face à celles ci, nul Achille, Thésée ou Héraclès, mais des VGE, Mitterrand, Chirac...abusés par les mythes.

Revel jette une lumière glauque sur les liens entre le pouvoir politique et le 4ème, celui de la presse. Pourquoi pas ?
Le problème, c'est qu'il livre des noms en pâture, sans faire vraiment la part des choses. Quand il n'affirme pas (c'est à dire souvent), il suppute.

Le comportement de certaines protagonistes ne semblent pas laisser place au doute, mais d'autres sont exposées avec un point d'interrogation qui les condamne, les salit irrémédiablement.

Vrai ? Faux ? révélations ? Semi-révélations ?
Revel ne fait pas de détail et balance : Danielle Breem, Valérie Trierweiler, F. Giroud en mère maquerelle, Michelle Cotta, Catherine Nay, Laurence Ferrari, Sylvie Pierre-Brossolette, Catherine Langeais, Anne Fulda, Anita Hausser...Mata-Hari du stylo (enfin, de la plume) ou victimes de l'Amour ou de la rumeur ? Et Arlette Chabot alors, elle sent le pâté ?!

On assiste à un mauvais boulevard avec ces portes dérobées, ces collaborateurs complices, ces 5 à 7 planifiés entre 2 visites protocolaires, où les hétaïres présumées se font culbuter sous les ors de la république.

On pourrait s'amuser de tout ça et se dire qu'au fond, comme semble le penser Revel, ce n'est pas bien grave, nos hommes politiques sont pleins de verdeur et troussent gauloisement le cotillon...

Certes.
Sauf que, pour satisfaire la libido de ces Don Juan en écharpe tricolore, il faut déployer combines, passe-droits, détournements...
Sauf que quand ils évoquent le chômage les yeux humides, ce n'est pas sur ses courbes rébarbatives que leurs yeux se fixent. Quand ils parlent de redressement national, ils envisagent davantage la prise de Viagra que des mesures utiles au pays.
Faut-il rire en imaginant nos décideurs se faire tailler des spécialités jurassiennes pendant que les machettes des miliciens d'un gouvernement ami taillaient les enfants Rwandais en rondelles ?
Est-ce rassurant d'envisager le jour où, saisi d'une transe libidinale, un de leur doigts se crispera par erreur sur le bouton qui nous enverra en l'air ?

Non, cette connivence, cette union de potes, est désolante et nos édiles se jouent de la raie publique.

La seule indulgence que j'éprouve au sortir de ce livre pénible concerne certaines de ces pauvres femmes(Jaqueline Chabridon, Anne Fulda...) , jetées après usage, reléguées au fond d'un placard, répudiées d'un mot, d'un geste, par ces machos boursouflés et goujats. Elles valaient sans doute mieux qu'eux.

Un dernier mot sur le style de Revel.
Soit il est volontairement lyrique et pompier afin de faire ressortir son détachement et le caractère dérisoire de ce vaudeville d'Etat, un peu dans le style de la presse à sensations ("Cette autre poupée délaissée s'en allait noyer son chagrin auprès des siens, couchée sur les coussins d'une mer de tristesse").

Soit il écrit avec les pieds.

Il est journaliste à l'Express (c'est un indice)
55 commentaires|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 mars 2014
enfin un livre bien documenté parmi la ribambelle de titres accrocheurs qui concernent les frasques des Dati et autres personnages de notre vie politique et ce par le petit bout de la lorgnette. trés bien écrit. Il est amusant de s'apercevoir que déjà Napoléon le petit sortait , afin de retrouver ses maîtresses, par un passage dérobé de l’Élysée qui débouchait comme c'est curieux par la rue du cirque!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 juin 2013
Que le pouvoir et les médias entretiennent des relations passionnelles, personne n'en doute. Mais l'entreprise consistant à recenser les frasques de nos dirigeants avec ces dames de l'Express ou du Figaro, à l'exclusion de toutes les autres collusions plus ou moins honnêtes, relèverait d'une nostalgie louis-quatorzienne somme toute assez pardonnable, si tout le long catalogue déroulé par Renaud Revel n'était de surcroît imprégné d'une complaisance machiste fort peu reluisante.
Cependant, ce qui gêne encore le plus dans ce bien vain numéro spécial hors série de France-Dimanche, c'est son invraisemblable écriture, bourrée d'impropriétés de vocabulaire, de clichés usés jusqu'à la corde, d'hyperboles tirées par les cheveux, de métaphores incohérentes en cascades qui rendraient vert d'envie le Joseph Prudhomme d'Henry Monnier. Un petit aperçu savoureux:

"Et c'est avec le pinceau de ses mots qu'il compte bien lui ciseler, au moment du dessert, quelques amabilités en plein milieu d'un toboggan d'évocations historico-politiques de sa confection : les mignardises d'un président de la République en surcharge pondérale sur le plan féminin, dès lors qu'une ravissante amazone pénètre dans son périmètre."

Au début on reste interloqué, mais bientôt on guette la prochaine perle avec une gourmandise sarcastique. Probablement pas le but de l'auteur, qui pense à coup sûr être un styliste hors pair! Comme dit à peu près le personnage de lord Henry Wotton dans Le portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde : on se demande où les journalistes apprennent à écrire. Et ce monsieur exerce ses "talents" à l'Express, paraît-il? Reposez en paix, Françoise Giroud, et surtout restez de l'autre côté.
22 commentaires|23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 juin 2014
Je n'ai jamais eu beaucoup de sympathie ou d'estime pour la caste des hommes politiques.Après lecture de ce livre, ils m'écoeurent ! "Indécrottables séducteurs grisés par la gloire" -comme l'auteur les qualifie-, Giscard, Mitterrand et Chirac faisaient leur choix parmi un harem de jeunes et jolies femmes consen-tantes, essentiellement des journalistes. Pour les aider, ces sultans pouvaient compter sur une camarilla de fidèles de leur parti politique dévoués et discrets comme des eunuques ... Les coucheries ont occupé une telle place dans leur vie qu'on peut légitimement se demander combien de temps ils consacraient à s'occuper des affaires du pays ...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 août 2014
Livre pour "faire un coup" qui n'apporte que peu de révélations contrairement à ce que laissait supposer la promotion. Bien écrit et se lisant facilement mais vite oublié ...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 février 2014
Je suis scotchée sur toutes ces révélations qui montrent la face cachée de nos politiques mais surtout une grande hypocrisie .Très instructif.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,20 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)