undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles40
3,8 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:8,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

En préambule je dirai (comme je l'ai lu sur divers sites internet) que ce n'est pas parce que le livre s'intitule "Le violon du diable" et que la couverture représente un violon que vous allez obligatoirement connaître l'histoire sans avoir lu le roman. Heureusement l'histoire est plus complexe qu'une couverture et qu'un titre.
Ce premier opus que j'ai lu à sa sortie et que je viens de relire me semble contrairement à "Danse de mort" qui est le suivant et que j'ai beaucoup aimé, plus proche de la "chambre des curiosités". On est ici en plein polar fantastique.
En résumé Aloysius Pendergast est confronté avec l'agent d'Agosta à quatres meurtres par combustion spontanée. De plus, on retrouve les empreintes du diable (pieds fourchus) un peu partout.
Après maintes recherches aux USA et sans grand résultat, nos deux policiers font un voyage en Italie où grâce à des archives et à de vieilles photos, ils remontent vingt ans en arrière pour commencer à enfin percer un début de mystère.
Une fois sur place, ils ne seront pas au bout de leurs surprises et vont rencontrer une personne très importante pour l'énigme.
Pour moi ce violon du diable est un livre plein de mystères, de surnaturel et d'actions. La fin est incroyable.
J'attends avec impatience le troisième et dernier opus "le livre des trépassés" que je viens de commander pour enfin connaître la fin de cette grandiose trilogie.
Vous n'êtes absolument pas obligés de lire "danse de mort" mais la fin est telle qu'il n'y a pas moyen de faire autrement.
Comme pour "la chambre des curiosités" ou "les croassements de la nuit", je mets la note maximum.
Je viens d'apprendre que la maison d'édition va rééditer "Relic". Bonne nouvelle car on ne le trouve plus.
0Commentaire|22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 octobre 2006
Pour être franche, je suis assez déçue de cet opus des aventures de l''inspecteur Pendergast : je n''ai pas réussi à retirer le même enthousiasme que lors de ma lecture de l'excellent, que dis-je, l''exceptionnel « Chambre des curiosités » des mêmes auteurs.

J''ai trouvé Harryman, le journaliste remplaçant du très bon Smithback, très pâlot et quasi inexistant. D''agosta ne m''a pas fait non plus grand effet. Bref, les acolytes de Pendergast n''ont pas d''épaisseur et cela nuit beaucoup à l''aura du thriller.

Seul le comte Fosco possède peut-être assez de carrure (au sens propre comme au sens figuré d''ailleurs !) pour fournir un personnage intéressant.

Pendergast bien sûr demeure incontournable. Fascinant. Quel étrange personnage décidément, qui a pu parfois me faire penser à Nosfératu de Murnau dans sa manière de se déplacer. Quelque chose de fantômatique. Une retenue "so british" pour un américain.

Pour en venir à l''histoire, je ne lui trouve pas de charme remarquable. La quatrième de couverture déflore le mobile et ne laisse plus beaucoup de place à l''imagination. Certes, ça bouge, ça tue, ça s''échappe, ça voyage' mais ça lasse. Beaucoup d''épisodes inutiles à mon sens. La même technique d''alternance des points de vue et des scènes que dans le livre précédent. Bref, tout cela m''a au final 'oserais-je le dire ?- ennuyée. Je ne suis pas parvenue à retrouver l''émotion absolument géniale et fantastique procurée par la Chambre des curiosités. D''autant qu''encore une fois, il faut sacrifier à la sacro-sainte mode des suites et des teasing qui ne vous laissent dans la tête qu''un retentissant « tadaaaammm' la suite au prochain épisode' ». Un peu énervant, ça aussi'.

Au final, ça se laisse lire, sûrement mieux sur la plage. Mais Preston et Child n''ont pas réussi à renouveler en moi l''exploit du premier livre que j'aie lu d'eux.

Pour conclure, Le violon du diable n'est pas une réussite, mais on ne peut pas dire non plus que ce soit un désastre. Une petite friandise (un peu lourde certes, et attention à l''indigestion) si l''on n'a rien d''autre à se mettre sous la dent.
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 août 2010
Je vois ici ou là que les lecteur trouvent ce livre un peu décevant. Pour moi il n'en est rien. Sur le plaisir pur de lire je le met à égalité avec « la chambre des curiosités », tandis que je persiste à dire que « les croassements de la nuit » est un cran en dessous. Des chapitres courts rendent digeste ce petit pavé (700 pages en édition de poche). Les personnages secondaires, en effet, tel le journaliste
Harriman, sont un peu moins attachants que dans « la chambre des curiosités », mais le Sergent D'agosta, et surtout l'inspecteur Pendergast sont au mieux de leur forme. L'intrigue se tient et même le mot fin intronise déjà la suite, « danse de mort », le deuxième opus traitant du frère de pendergast, à savoir Diogène du même nom, à peine évoqué dans "le violon du diable".
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 janvier 2007
Je suis d'accord avec le précédant commentaire sur le titre et la couverture... c'est dommage car cela lève le voile sur un mystère clé du livre mais bon...

Il est vrai qu'après "la chambre des curiosités" et "les croassements de la nuit ", ce nouvel opus est un peu léger mais néanmoins très agréable. D'ailleurs, il annonce, à mon sens, une suite des plus haletantes et j'attend avec impatience la suite!!! Pour moi, ce livre est une transition donc il ne faut pas le bouder... Faites vous plaisir!
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Preston et Child sont inconstestablement des maîtres du polar fantastique grâce à leur extraordinaire enquêteur qu'est l'inspecteur du FBI Pendergast.
Accompagné du sergent Vincent d'Agosta dans ces nouvelles aventures qui les conduisent auprès de people New Yorkais, puis à Florence, le spectacle affligeant des gourous évangélistes américains y est par ailleurs bien caricaturé.
Le violon du diable est une bonne distraction que l'on dévore même si tout n'est pas parfait dans l'histoire et dans l'écriture.
Et comme il fait 700 pages, on le dévore en plus d'une nuit...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 juin 2011
Le Violon du Diable est le premier opus de la trilogie Pendergast contre son frère Diogène. Que dire ... les auteurs ont toujours autant d'imagination et nous proposent encore une fois une oeuvre riche en suspense et en rebondissements. On retrouve avec plaisir des personnages de la Chambre des Curiosités (et quelques autres ...) auxquels on ne peut que s'attacher tant ils sont développés par le duo Preston&Child.

Bien qu'il s'agisse du premier tome d'une trilogie consacrée au frère de Pendergast, il n'apparaît que très peu dans le récit. Pendergast doit lutter contre une force démoniaque et l'aide du lieutenant D'Agosta lui sera précieuse. Le charisme du méchant est quant à lui à la hauteur de celui d'un Joker du Batman de Nolan. Cela rend certaines scènes tout simplement jouissives.

Comme le titre le laisse penser, l'intrigue tourne autour d'un violon et c'est toujours avec la même finesse et la même élégance que les auteurs nous glissent des références documentaires sur la manière dont les grands violons, les Stradivarius, étaient prêtés par leur propriétaire à d'éminents musiciens le temps d'une ou plusieurs représentations. La fin du livre est quant à elle ... je ne trouve pas les mots, mieux vaut que vous le lisiez, vous verrez !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 novembre 2009
Je dois dire qu'après avoir lu "la chambre des curiosités" j'avais hâte de poursuivre ma découverte de ces auteurs et donc ,ne pouvant mettre la main sur le 1er tome j'ai pris le 2ème...Je reconnais avoir eu plus de mal à entrer dans celui là malgré le côté "surnaturel" qui plane sur ce tome et dont je suis d'habitude assez friande ...Heureusement l'énigmatique inspecteur Pendergast est toujours là mais ses acolytes ne sont pas aussi attachants que dans "la Chambre des curiosités"..(en particulier le journaliste Harryman.) Mais ,car il y a un mais, l'amitié qui se développe entre Pendergast et le policier d'Agosta renforcée par les épreuves qu'ils traversent font que progressivement nous entrons dans le jeu des auteurs et ensuite ,de page en page, les évènements s'accélèrent pour finir sur une terrible frustration et incertitude qui fait que je me suis précipitée pour avoir la suite "danse de mort" ....Evidemment, maintenant il va falloir que je me procure au plus vite la suite de danse de mort (car j'ai terminé celui là également....)

Donc,en résumé :Peut être pas le meilleur opus en tout cas ,pour mon goût personnel,il n'est pas au niveau de"la chambre des curiosités" mais il se laisse lire même si parfois il y a des longueurs....Mais si vous voulez lire le prochain ....il faut "passer" par celui là...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 septembre 2010
J'avais bien aimé "La chambre des curiosités" mais là quelle déception ! C'est banal, plat, une intrigue pas terrible : à quoi sert ce livre ???
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 août 2013
Le Violon du Diable est le premier tome d'une trilogie consacrée à l'inspecteur Pendergast et son frère, Diogène.

Le roman débute avec la mort, par combustion spontanée, de 2 personnes. S'agit-il du diable qui vient chercher ces âmes perdues ? Les preuves parlent d'elles-mêmes, l'empreinte d'un pied fourchu, le visage du Malin..... et aucune donnée qui puisse éclairer ces affaires de manière scientifique.... C'est sans compter l'inspecteur Pendergast et son fidèle ami, le lieutant (euhhh sergent) d'Agosta.

Comme toujours les auteurs ont largement documenté leur récit et tiennent en haleine le lecteur, ménageant le suspense jusqu'au dénouement, et nous faisant voyager en Toscane. Je peux vous le dire sans dévoiler un secret, l'inspecteur Pendergast peut éprouver des sentiments.... Si parfois, les personnages secondaires manquent de relief et si certaines situations peuvent paraître alambiquées, ce livre reste un excellent thriller. Forcément, je me suis jettée sur la suite, le livre des Trépassés.....
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 novembre 2006
Ce livre est un peu décevant.

J'ai du mal à croire qu'il ait été écrit par les auteurs de l'excellent "La Chambre des Curiosités".

Le quatrième de couverture ne laisse guère de place pour l'imagination ou le doute durant la lecture du roman.

En tous les cas, on sait qu'un violon est à la base de tout ceci.

Les personnages manquent de relief, tout comme le scénario. Je m'attendais à mieux, d'autant plus qu'il y a le fameux et énigmatique inspecteur Aloysus Pendergast.

Bref, il s'agit donc de mort par combustion spontanée d'hommes qui se connaissent depuis très longtemps. Les conditions de la mort sont quelques peu surprenante. On retrouve sur les lieux de leur mort des signes du diable, des odeurs, et la température élevée.

A aucun moment,le livre n'est réellement prenant et la fin est décevante.

Ce n'est pas le titre à lire en premier si vous voulez découvrir ces auteurs qui, mis à part ce petit écart, sont excellents.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,10 €