Commentaires en ligne


21 évaluations
5 étoiles:
 (9)
4 étoiles:
 (6)
3 étoiles:
 (3)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


52 internautes sur 54 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Après nous le déluge ?
"Homo Disparitus" est sûrement l'un des ouvrages les plus passionnants qu'il m'ait été donné de lire ces derniers mois. Pour rappel, l'auteur (un journaliste américain) a enquêté sur le fait de savoir ce que deviendrait la Terre si l'espèce humaine disparaissait de sa surface. Qu'en irait-il de nos immeubles, nos monuments, nos...
Publié le 17 juillet 2007 par Danino

versus
3.0 étoiles sur 5 Avenir du renouvelable
Voici une manière originale d'aborder le problème de la surpopulation, même si dans bien des domaines le mal paraisse irréparable (éternels polymères par exemple) ou promette à la plupart des espèces vivantes qui prétendront y survivre le plus longtemps possible, une adaptation radicale souvent proche de la...
Publié il y a 15 mois par Claudec


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

52 internautes sur 54 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Après nous le déluge ?, 17 juillet 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Homo disparitus (Poche)
"Homo Disparitus" est sûrement l'un des ouvrages les plus passionnants qu'il m'ait été donné de lire ces derniers mois. Pour rappel, l'auteur (un journaliste américain) a enquêté sur le fait de savoir ce que deviendrait la Terre si l'espèce humaine disparaissait de sa surface. Qu'en irait-il de nos immeubles, nos monuments, nos usines, nos infrastructures... Comment la nature reprendrait-elle ses droits, que deviendraient les autres espèces vivantes (animaux sauvages, domestiques, les végétaux...). En fait, bien plus rapidement que l'on ne pense, surtout si l'on mesure la durée nécessaire (50 ans à quelques siècles pour la plupart des cas, sauf exceptions dans le cas des PCB et du plutonium) à l'échelle des temps géologiques, bien plus large que celle des civilisations humaines.

Pour ma part, après avoir découvert ce livre, je n'ai pu m'en défaire avant d'avoir tourné la dernière page. C'est à mes yeux un remarquable travail de recherche, j'espère que le plus grand nombre de lecteurs possibles en profiteront.

Une réserve cependant : je ne souscris pas à certaines suggestions dont l'auteur se fait l'écho, notamment celle d'une extinction volontaire de notre espèce. L'idée me paraît aussi morbide que dangereuse.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La Terre sans l'Homme, 30 août 2011
Par 
Veilleur - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Homo disparitus (Poche)
Les questions écologiques soulevant bien des passions, le journaliste s'est posé la question radicale : et que deviendrait la Terre sans les Hommes ? Sans tomber dans les travers de groupes qui prônent purement et simplement la suppression de l'espèce humaine pour sauvegarder la pureté de la face de la déesse Gaïa, laquelle n'aurait donc plus d'admirateurs, Alan Weisman prend comme point de départ que l'homme disparaît un jour brusquement, du jour au lendemain. Il ne s'étend pas sur les causes de cette disparition. C'est un point de départ pour une réflexion théorique.

Théorique, pas tant que cela car l'absence de l'Homme, ou son retrait, a comme conséquence d'observer la disparition des "marqueurs" d'espace qu'il a mis, marqueurs dont l'impact se mesure dans les différents écosystèmes. On se rend compte, à la lecture de ce livre passionnant, aussi haletant qu'un thriller, que les cinquante dernières années de développement humain (tendance homo occidentalis) ont fait beaucoup de mal. Je retiens de ce livre les chapitres liés à l'impact des composés plastiques sur l'environnement et en particulier sur les mers. C'est tout bonnement affolant car les plastiques demeurent et ne se bio-dégradent pas, même en microparticules. Du moins, ne se dégradent pas encore sous l'effet d'enzymes ou de réactions microbiennes diverses. Le chapitre sur le nucléaire vaut son pesant d'uranium également, surtout pour ce qui est de la conservation et traitement des déchets mais également de la corrosion naturelle des centrales qui seraient restées en activité après le retrait humain.

Tous les chapitres sont passionnants à lire et j'ai été très fasciné par ceux qui rendent compte de la reconquête de la nature sur les zones urbaines (Chypre, Corée du Nord). Ils rendent compte de la puissance de reconquête de la nature et, par effet de miroir, de la vanité de certaines de nos ambitions.

Un livre qui nous fait mesurer les efforts qu'il y a à accomplir pour aboutir à un modèle de civilisation et de développement respectueux à la fois de l'Homme et de la nature. La rencontre ne s'est pas encore faite sur le modèle occidental. A lire avec une vue d'avenir pour gommer les effets collatéraux de nos inventions.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Les conséquences de l'activité humaine sur l'environnement..., 18 mai 2014
Par 
Jord - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Homo disparitus (Poche)
Cet essai du journaliste américain "Alan Weisman" imagine l'avenir de notre planète si l'humanité venait brutalement à disparaître. L'auteur en déduit notamment ainsi qu'en quelques siècles, les villes seraient redevenus forêts ou marais et que seules quelques constructions souterraines resisteraient. Il décrit avec précision comment se détérioreraient les vestiges de notre civilisation moderne, infrastructures et constructions diverses, villes, complexes industriels, déchets plastiques, chimiques et radioactifs, armes, etc... et l'évolution des animaux et de la flore survivants qui s'en suivrait.
Un ouvrage des plus instructifs sur les conséquences de l'activité humaine sur l'environnement, les effets pervers de nos choix industriels, comme ceux provoqués par l'utilisation massive de matières plastiques et des engrais chimiques qui étonnent par leur ampleur et leur longévité. Un livre passionnant qui nous fait réfléchir sur notre façon de traiter notre pauvre Terre en essayant de ne pas commettre les erreurs passées.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Après nous, la nature reprend ses droits..., 16 septembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Homo disparitus (Poche)
Qu'adviendrait-il de "notre" Terre si en un clin d'oeil nous en disparaissions (vous, moi et les 6 milliards d'autres humains)? C'est la question fascinante que pose Alan Weisman dans ce livre. Comme on s'y attendrait, la réponse est loin d'être simple. Chaque chapitre envisage un aspect précis du problème, illustré par un exemple (Que deviendraient les grandes villes?, Comment évoluerait la faune?,...) L'auteur a réalisé un travail d'investigation remarquable auprès des personnes les mieux placées pour répondre à chacune de ces questions. On y glane des informations fascinantes sur quantités de problèmes bien réels et actuels comme par exemple la disparition des forêts primaires.
En plus d'être sérieux, inspiré et formidablement bien documenté, ce livre est fort bien écrit (cependant, je l'ai lu en anglais et je ne sais pas ce que donne la traduction).
Il est également une bouffée d'espoir car on y découvre que sans intervention humaine, la nature reprend inexorablement ses droits (avec cependant des bémols...).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Great!, 25 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Homo disparitus (Poche)
Et si l'humanité disparaissait du jour au lendemain de la surface de la Terre, qu'adviendrait-il de la planète ? Voila le thème que choisit d'aborder Alan Weisman, journaliste scientifique, qui à travers son livre envisage les conséquences que laisserait le passages des humains sur la Terre.
Quels monuments et quelles traces une autre civilisation retrouvait de la notre des milliers d'années après notre passage ? Qu'adviendra-t-il des tonnes de plastiques déversés dans les oécans, des immeubles de Manhattan ou des centrales nucléaires ? Comment les Hommes auront fait évoluer le climat par leurs présences (et leurs pollutions)? Voila quelques unes de questions que ce pose Alan Weisman.
Si le livre se veut accessible au plus grand nombre, attention cependant, car certains passages sont "hard" (nécessitant souvent des prérequis en physique/chimie/mathématique) et nombreux sont ceux qui auront surement l'impression de rester sur leur faim à défaut d'assimiler les données.
Un excellent ouvrage qui fait froid dans le dos.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 c'était mieux avant l'homme...., 9 octobre 2008
Par 
Gerard Müller "médicactus" (Nouvelle Caledonie) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Homo disparitus (Poche)
A la lecture de cet essai extrêmement documenté, on éprouve un immense sentiment de gâchis de par l'inconscience de l'homme, et la phrase de RABELAIS n'a jamais été autant d'actualité:"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme". Mais aussi ,ruine de la Planète Bleue, destruction aveugle et progressive de sa faune et de sa flore pour le profit et la volonté de puissance . Même si l'Homo sapiens venait à disparaître, jamais ce qui fut notre belle Terre ne retrouvera son harmonie et son équilibre. Les dégâts paraissent trop importants et irréparables surtout quand on considère les déchets dont la demi-vie est de 700 000 ans et même 4 milliards d'années !! A lire absolument, pour savoir désespérément ....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Avenir du renouvelable, 23 février 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Homo disparitus (Poche)
Voici une manière originale d'aborder le problème de la surpopulation, même si dans bien des domaines le mal paraisse irréparable (éternels polymères par exemple) ou promette à la plupart des espèces vivantes qui prétendront y survivre le plus longtemps possible, une adaptation radicale souvent proche de la mutation.

Bien que non exhaustif, comme l'auteur le souligne, l'inventaire auquel il se livre et les sources qui le cautionnent démontrent l'inutilité des combats d'arrière-garde auxquels se livrent les uns et les autres, le plus souvent au nom de préoccupations ou de vues personnelles plus proches du hobby ou de la marotte que d'un véritable souci de l'avenir de l'humanité.

Si cette dernière entend perdurer, elle ne le devra qu'à une seule mesure, à instaurer d'urgence en faisant fi de toute autre considération : « ... qui limitera à UN le nombre d'enfants qu'une femme sera capable de porter.»

Et il en va non seulement de l'espèce humaine mais de toutes les autres, outre la fait que ce soit pour l'homme l'ultime chance de prouver la supériorité de son intelligence. De quoi démentir en tout cas les prophètes les plus pessimistes quant à la capacité de la nature à se ressourcer, et rassurer ceux qui les écoutent.

Quoi qu'il en soit, l'essentiel de l'enseignement à tirer de ce livre n'est-il pas qu'en dépit de ses prouesses techniques et technologiques, l'homme sera vite oubliée lorsqu'il sera parvenu au maximum de ce que tolérera la planète ? Celle-ci peut faire sans lui et aura tout son temps pour réparer le pillage dont il se sera rendu coupable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Passionant mais un peu indigeste, 21 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Homo disparitus (Poche)
Le thème d’ « Homo Disparitus » est : «si l'humanité était balayée de la surface de la Terre, qu'adviendrait-il de la planète ? ». Alan Weisman, journaliste scientifique, a parcouru le monde et rencontré des spécialistes de domaines très variés afin d’envisager les conséquences qu’aurait la disparition de l’Homme.
Attention, ce livre n’est en aucun cas un roman de science-fiction, mais bel et bien un essai de science humaine à travers toutes ses facettes : de l’archéologie à la climatologie en passant par la démographie avec un soupçon de sciences « dures » également.
Si nous disparaissions demain, qu’adviendrait-il de nos villes, de nos centrales nucléaires, de nos plates-formes pétrolières et autres barrages hydrauliques ? Combien de temps les océans resteraient-ils pollués ? Comment évolueraient la faune et la flore ?
C’est à ces questions, et bien d’autres encore, qu’Alan Weisman tente de répondre, ou au moins de formuler des hypothèses grâce à de très nombreux entretiens réalisés lors de l’écriture de cet ouvrage et en s’appuyant sur ce qu’il s’est déjà produit dans le passé.
Si le sujet est passionnant, le livre manque parfois un peu de cohésion, de structure. Il est parfois assez indigeste également dans ses explications et démonstrations. On soulignera en revanche la traduction française de grande qualité, car ça n’a pas du être de tout repos pour celui qui a du s’en charger.
« Homo Disparitus » n’est donc pas un ouvrage à mettre entre toutes les mains et vise un public averti mais pas forcément érudit pour autant.
Il nous montre en tout cas, si besoin était, à quel point l’empreinte de l’Humanité sur notre planète est importante et que notre disparition serait, d’un certain point de vue, une bénédiction.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Gaïa nous pardoneras-tu?, 7 avril 2010
Par 
Hexagone (France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Homo disparitus (Poche)
Livre à charge contre l'espèce la plus nuisible, la plus destructrice, et aussi malheureusement la plus intelligente, l'homo sapiens sapiens. Pour être plus exact, il s'agit surtout de l'homme contemporain, celui des 50 dernières années. Pollution des mers, destruction des forêts, génocide des animaux, restructuration des cours d'eau, autant d'actes qui condamnent à moyen terme l'espèce régnante. Car l'homme en lui même n'est pas plus un fléau que les termites, des millénaires de vie en symbiose avec la nature se sont bien passé. Le problème c'est son nombre et son mode de vie. De l'omniprésence du plastique dans l'environnement, l'exemple du gel douche est édifiant, aux radiations actives en passant par les lignes électriques, ces trois facteurs génèrent des catastrophes terribles pour la nature. Je ne citerai que 2 exemples :
1/ Le gel douche. Celui-ci est composé de microbilles plastique qui ne se décomposent pas et que l'on retrouve dans les organismes et micro organismes marins, qui eux mêmes sont mangés par les plus gros prédateurs qui finissent dans notre assiette, puis repartent dans un cycle sans presque jamais se décomposer.
2/ Les tours d'habitation et les pylônes haute tension. Responsables de 500 millions, 1 demi milliard, de morts d'oiseaux rien qu'aux USA, et encore il s'agit d'une estimation basse.
L'auteur prenant en compte tous ces paramètres essaie de déterminer le temps qu'il faudra à la nature pour reprendre ses droits après l'extinction de l'espèce humaine. De quelques centaines d'années pour les forêts à des millions d'années pour les radiations. Un bouquin édifiant, qui n'est plus une mise en garde mais une mise en demeure de réagir vite. Même si il est certain que l'espèce humaine disparaîtra, ne serait-ce que dans 5 milliards d'années quand le soleil explosera, estimation haute, à notre autodestruction dans quelques millénaires, estimation basse. Il nous faut réagir et changer. Loin des discours politiques bo-bo et bo-go, ce livre est un plaidoyer pour la nature, accessible, pédagogique, indispensable pour faire prendre en compte par la population les incidences de nos modes de vie sur notre mère la terre. INDISPENSABLE.
En conclusion : " La terre a une peau et cette peau a des maladies ; une de ces maladies s'appelle l'homme " Nietsche.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Génial, 4 mars 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Homo disparitus (Poche)
Super ce livre, surtout quand on apprend qu'il y a 441 centrales nucléaires dans le monde (à l'époque où ça a été écrit, maintenant il y en a plus) et ce qu'il arriverait si elles étaient laissées à l'abandon. Quand on sait ce qui pourrait se passer avec les exportations de pétrole [...] on se fait moins d'illusions sur l'avenir de notre "belle" humanité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Homo disparitus
Homo disparitus de Weisman Alan (Poche - 25 août 2008)
EUR 7,80
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit