undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles25
4,2 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:9,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

L'histoire générale, qui se déroule lentement en arrière plan, par touches parfois nébuleuses, n'est pas la raison principale pour laquelle j'ai apprécié ce livre.
L'intrigue parait intéressante, certes, mais sans rien de particulièrement original. Très vite le lecteur comprend qu'il lui faudra patienter, et lire les livres suivants, pour découvrir toute la trame. Cela n'a rien de lassant, car le livre est volontairement traité ainsi.
L'auteur nous présente dans ce livre son acte 1, où évoluent de nombreux personnages, mais où trois d'entre eux tiennent la vedette. Le style de J.A est très visuel ; il y a de multiples scènes d'action, bagarres en tous genres, sportives, sanglantes ou cruelles (pas tout à fait ma tasse de thé mais qui feront le bonheur de certain(e?)s), ainsi que de nombreuses descriptions, suffisamment courtes pour ne pas être ennuyeuses. Il y a également de fascinantes scènes de société (tout à fait ma tasse de thé !) où les personnages principaux évoluent de manière souvent désopilante.
En effet le point fort de J.A est certainement l'humour ; il est le plus souvent horriblement, atrocement, abominablement drôle, mais aussi parfois simplement drôle, avec malice.
L'acte 1 nous présente ainsi ses trois personnages principaux, fort occupés à tourner en rond dans leurs cages tels de pathétiques hamsters, bien incapables d'expliquer pourquoi ils continuent à faire tourner leur roue. Il se posent pourtant souvent la question, chacun leur tour, mais sans trouver de réponse satisfaisante...
Un autre point fort de l'auteur est de réussir à nous faire apprécier ses personnages, contre toute attente.
Il y a Logen, un mercenaire sanglant et sans-pitié, que l'on découvre humain, compatissant et d'une grande finesse sous son emballage de brute épaisse.
Il y a aussi Jezal, jeune noble incroyablement centré sur sa personne, tel une héroïne de Jane Austen qui n'aurait pas encore repris le droit chemin, mâtiné d'un peu du Prince Charmant de Shrek 2, qui nous serait insupportable s'il n'était pas si régulièrement châtié par les circonstances, et s'il n'était pas parfois capable d'une étincelle de lucidité
(avant de replonger rapidement dans une bienheureuse auto-satisfaction ou dans un pathétique apitoiement sur sa personne).
Il y a enfin Glokta, héros déchu, transformé en une sorte de monstre par la torture, amer et aigri, dont les monologues intérieurs, où il vitupère contre son entourage et contre les escaliers, oscillant entre auto-dérision et élans de haine soigneusement dissimulés, valent à eux seuls la peine de lire ce livre !

Ce style conviendra à un certain style de lecteurs, mais pas forcément à tous les lecteurs de fantasy classique. Mais ceux qui aimeront l'aimeront certainement beaucoup !

(Remarque : d'après lecture du texte anglais).
0Commentaire|26 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 mai 2014
(Oui, c'est une allusion même pas voilée à la publicité TV du moment).

Ce premier tome d'une trilogie est en fait la présentation de quelques personnages clés :
Logen neufs doigts, un barbare du nord, force de la nature, surnommé le sanguinaire, mais plus subtil qu'il n'y paraît.
Maître Bayaz, l'éternel mage façon Gandalf, mais d'une assurance phénoménale et bien plus roublard et tricheur que son modèle.
Ferro Maljinn : l'ancienne esclave, qui a oublié de se laver, prête à tout pour se venger de l'espèce humaine esclavagiste.
Le capitaine Jezal, épéiste confirmé, imbu de lui-même mais pas si crétin que cela.
Le colonel Glotka, ancienne victime de torture, devenu lui-même inquisiteur et donc maître dans l'art d'extorquer des aveux par la force : mon préféré.

Ce n'est pas la communauté de l'anneau. Cela sent la transpiration, la pourriture et la torture à tout va. Un mix entre la Compagnie noire et GOT. Mais l'auteur réussit à rester étonnamment léger et plein d'humour.
Du grim & gritty (traduction littérale, sinistre et graveleux) (une expression que je viens de découvrir, je vous la ressers), une atmosphère sombre et glauque avec une touche de légèreté donc, qui font de ce premier tome, une présentation particulièrement enlevée où l'on ne s’ennuie pas une seule seconde.
On pourra regretter un background que l'on devine riche, mais insuffisamment exploité et développé (un comble pour le cas présent), l'auteur se concentrant sur les personnages.

Vivement la suite : Déraison et sentiments.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce bouquin est un pont entre la Fantasy haut de gamme, pleine de nuances mais dure à lire et la Fantasy bourrin, excitante mais peu satisfaisante. On a bien les personnages dirait-on « classiques » du domaine : le barbare invincible à la Conan (Logen neuf doigts) mais avec des états d'âme, le Roi-dictateur qui veut envahir le monde (avec une dent contre le barbare d'ailleurs), un magicien à l'attitude désinvolte (Bayaz), un inquisiteur-tortionnaire ex-belle gueule d'amour ayant gouté trop longtemps à sa propre médecine, une belle esclave en fuite, des sorciers hérétiques et un mignon capitaine des gardes avec le crâne plein de toiles d'araignée ...

La galerie de personnages est fort garnie ma foi, de quoi générer de la confusion dans la lecture ? Et bien non, la « voix » de chaque personnage est tellement claire qu'on identifie instantanément le locuteur (important au début tant qu'on ne maitrise pas les noms).

L'auteur a choisi une narration proche de celle utilisée par Glen Cook dans la Compagnie Noire, le réalisme cynique, qui fait merveille depuis qu'on ne croit plus aux contes de fées. Dans ce premier volume il nous régale surtout et d'abord d'une introduction de chaque personnage dont les destinés convergent au cœur de l'Union menacée par la guerre. En plus de cet enjeu on a le sentiment que l'origine de ce Monde n'est pas très naturelle ... liée en cela au Premier Magicien, à suivre aux prochains numéros ... Un Chef d'œuvre, tout simplement.

A noter que ce bouquin a déjà connu une première édition avec une couverture totalement ratée (La première loi, Tome 1 : L'éloquence de l'épée) et a connu un four commercial. Ceci est sa seconde chance ... ne ratez pas votre tour gentlemen !
Lu en anglais.
33 commentaires|20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je viens de rajouter la première loi au panthéon de mes livres de fantasy préféré, à côté de L'Assassin royal, Tome 1 : L'apprenti assassin et de la compagnie noire. On nous promet régulièrement un nouveau souffle dans le domaine du fantastique, car j'avoue que le fils de berger qui grâce à une prophétie se retrouve à effectuer une quête qui le transformera en roi du monde, sage et bienveillant tout en anéantissant le mal ultime, cela me donne un sentiment de déjà beaucoup vu et j'aspire à un peu de nouveauté.

Et, c'est enfin le cas, il y avait longtemps que je n'avais pas pris autant de plaisir à lire un roman de fantasy, les différents protagonistes de l'histoire sont truculents et tous comme dans le monde réel ont des jugements à l'emporte pièce, ne se font pas d'illusion sur la méchanceté humaine et ne se gênent pas d'ailleurs à ajouter leurs propres objectifs pour perturber un monde déjà bien instable.

J'ai adoré entre autre le personnage de Glotka, inquisiteur de sa Majesté et ancien prisonnier torturé qui possède un humour noir et un cynisme qui donne au récit une touche d'humour particulièrement réjouissante. Bayaz, figure importante du collège des mages, ne se prend jamais au sérieux et n'hésite pas à se moquer finement de ses adversaires.

L'histoire quant à elle est très bien menée par l'auteur. On est dans un monde très bureaucratique, l'Union qui a réussi à assimiler plusieurs nations mais qui maintenant se délite progressivement et passe son temps à gérer des luttes intestines. On sent à travers plusieurs histoires parallèles que ce monde est en train de basculer et que les ennemis se pressent à ses frontières. L'histoire est parfois un peu lente mais les personnages sont tellement bien présentés et tellement humains que j'ai pris un énorme plaisir à lire ce premier tome nous décrivant ce monde de l'Union, ses rapports de forces et ses dissensions.
22 commentaires|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mai 2012
Joe Abercrombie est a mon avis le meilleur auteur Fantasy contemporain, et sa trilogie "The first law" n'est a manquer sous aucun prétexte pour tout amateur du genre qui se respecte. Je lis environ 1 livre par jour (ou tous les 2 jours pour les plus long), la Fantasy et la SF étant ce que je lis le plus, je dirais que cette trilogie est dans le top 3 de ce que j'ai lu ces dernières années.

Ceci dit, ce n'est pas de la Fantasy pour adolescent ou 1 seul personnage passe de fils de fermier à demi-dieu en 150 pages, et c'est justement ce qui fait la différence entre Abercrombie et la littérature Fantasy soupe qu'on trouve au kilo.

Les personnages sont excellents, particulièrement Glotka, et une fois que l'on se laisse embarquer par l'histoire, les 3 tomes sont englouties en un rien de temps, heureusement que d'autres livres sont disponibles dans le même univers (best served cold, the heroes et red country qui sort d'ici peu).

Pour finir, j'ai lu la trilogie il y a quelques années mais en Anglais, donc je ne peux pas juger de la qualité de la traduction. J'étais passé voir si la version française était disponible pour Kindle pour mes enfants(ce qui n'est pas le cas erf) et après avoir lu le commentaire signifiant que le livre était trop long (sigh) je me suis senti obligé de faire un petit commentaire de plus pour aider un de mes auteurs préférés ^^
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Au commencement, ce livre donne l'impression de proposer une histoire décousue. J'avoue que les 3 premiers chapitres m'ont surpris, décontenancés, voire ont-ils été difficiles pour moi. J'ai failli décrocher.
Mais... Les événements de mettent en place. On sent un puzzle se dessiner. On entrevoit les futures interactions entres toutes ces histoires disparates. On s'y prend. On s'y enfonce.
Maintenant, j'y ai goûté. Je dévore le tome 2 et vais bientôt commander le tome 3. Ce livre m'a fait arrêter de regarder ces idioties à la tv et me relance dans le goût perdu de la lecture.

Si vous appréciez le genre, cette trilogie est une valeur sûre.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mars 2015
Voilà 3 semaines que j'en suis au tiers du volume, et je n'arrive pas à aller plus loin.
Les phrases sont belles, les personnages ont leur caractÃ're propre mais, nom d'une pipe! rien ne se passe. J'ai l'impression de lire des descriptions sans fins: description de la journée de chaque personnage, du systÃ'me politique, des lieux, du passé, sans que la base d'une intrigue ne soit vraiment posée. Je n'ai pas le courage de faire du surplace plus longtemps et je vais fermer définitivement ce bouquin.
Cela dit, ceux qui aiment se plonger dans les ambiances aimeront certainement ce livre, dont l'écriture (et non la trame) est bonne.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 janvier 2014
Cinq étoiles...parceque qu'on aime ou non, c'est bien écrit, fouillé, travaillé, plier, examiné et retourner pour nous offrir un premier tome dense et pourtant si peu complet. (ben oui, on ne sait toujours pas ou on va au bout de 700 pages.)

Ici, on a une palette de personnages sont particulièrement travaillé. On disséquè chacun d'entre eux pour en connaitre toute l'anatomie, en passant du plus exaspérant petit m****** imbu de sa personne aux plus étrange magicien qu'on est jamais vu.
On s'étonne de voir un barbare à dédoublement de personnalité et philosophe sur les bord, d'une ancienne esclave qui tue à tout bout de champs, d'un apprenti magicien maladif et totalement nul dans le domaine et de son maitre bedonnant, chauve, sage et maniant les joutent verbales avec magnificence.

Sans compter les perso dirons nous, secondaire...Glotka, ha ce bon vieux Glotka, je le déteste et je l'adore. Il me fait de la peine sur une page, sur l'autre, j'ai juste envie de le frapper et par la suite, il me fait mourir de rire avec ses répliques acerbe, pleine de fiel et d'ironie. (bref, vous l'aurez comprit, lui c'est mon personnage fétiche.)

On a un univers qui finalement, comparé aux personnage est pour le moment en tout cas peu détaillé, mais alors on sent la tension entre les pays. Ça trahi, ça complote, ça vire sa chemise et en plus y en à d'autres qui attendent que ça ce passe sans imaginer qu'un jour une petite armée va venir frapper à sa porte pour boire son sang et lui piquer sa big maison.

Bref, au bout de tout ça voici tout nos héros réunit pour partir à l'aventure...ou ça? ben faut aller lire le tome deux pour savoir. Peut être qu’après les 900 pages on en saura un peu plus.

En conclusion: très, très bon roman. Bien qu'a réserver aux amateurs du genre. Tout le monde ne pourra pas aimer et certainement le trouver trop long sans avancer. Ce qui est vrai dans un sens. On avance pas vite mais on ce régale avec les perso. Pour moi, ça compense pas mal quand même.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Nous sommes vraiment tous incorrigibles.
Nous prétendons chercher les meilleurs bouquins, se renseigner un peu, fouiller à droite à gauche, mais en réalité notre regard parcourt en une poignée de secondes la table du libraire, repère une couverture alléchante et si la quatrième de couverture n'est pas trop ratée, hop l'affaire est faite !

Conséquence : votre libraire qui n'a pas le temps de faire une explication de texte à chaque potentiel acheteur entrant dans sa boutique ne mettra que les « belles » couvertures en avant, la boucle est bouclée !

Pire, l'histoire du genre disparaît petit à petit, les « vieux » livres disparaissant rapidement des rayons maigrissant.

Quant au rapport avec un texte et une couverture, honnêtement je ne vois pas, tenez regardez donc la première couverture qu'ait connu ce livre (La première loi, Tome 1 : L'éloquence de l'épée), sidérant non ?

Pourquoi cette diatribe ami internaute ? Hé bien parce que cet état de chose a conduit à une grande injustice: Joe Abercrombie est aujourd'hui inconnu en France, alors que c'est une star ailleurs, alors que je prétends que ses romans de Fantasy sont encore meilleurs que ceux de Patrick Rothfuss, Georges R. R. Martin ou Brandon Sanderson.
Parce que sans maltraiter la Fantasy comme un Lev Grossman (un coquin celui-là), il délivre des textes à la fois plein d'humour mais aussi de personnages tellement vivants et réels qu'ils en sortiraient presque des pages.

Mais revenons à ce premier livre qui est un pont entre la Fantasy haut de gamme, pleine de nuances mais dure à lire et la Fantasy bourrin, excitante mais peu satisfaisante. Pourtant l'auteur utilise bien les personnages « classiques » du domaine, mais à sa sauce:

*Le barbare invincible à la Conan, l'étonnant Logen-neuf-doigts, la terreur du Nord. Sauf que l'auteur est allé jusqu'au bout. Si Logen est dangereusement mortel, c'est qu'il l'est pour tous, y compris pour ceux qu'il appelle ou qu'il pense être ses amis.
Mais un tel monstre a-t-il réellement des amis ?
L'auteur a alors fait un second pas, et si Logen décidait d'abandonner son propre rôle, d'abandonner toute ambition, de quitter cette trajectoire qui ne pouvait l'amener qu'à être Roi ou Mort et de toute façon au milieu d'un monceau de cadavres ?
Génial !

*Le Magicien Bayaz dont l'attitude désinvolte est à mille lieux du sérieux de ses alter-ego et qui fait sans cesse étalage de sa puissance ... verbale. La façon dont sa Kolossale confiance en lui, mêlée il est vrai à sa connaissance parfaite de ce monde, balaye tous les obstacles sur sa route est une leçon de psychologie en soi (têtologie en bon pratchettien) !

*Le Héros-combattant, capitaine des gardes, le fameux Jezal. gratiné celui-là, il ne restera pas très longtemps un héros à vos yeux. Il faut dire que lorsque qu'on regarde un homme du même point de vue que son valet, on ne se fait plus beaucoup d'illusion (il doit y avoir une citation là-dessus).
D'un autre côté que peut-on reprocher à un homme élevé dans une culture médiévale noble, il est supérieur aux autres, il le sait et n'a même pas besoin de le prouver à qui que ce soit, même pas lui-même !
L'aveuglement de cet homme égoïste est magnifiquement rendu sans que l'auteur en ait fait sa tête de turc pour autant.

*Enfin un personnage plus inhabituel ... le tortionnaire, mon préféré, mon chéri, le prénommé Glokta. Car voyez-vous ce tortionnaire n'est pas n'importe qui, c'était un beau capitaine, coqueluche de ces dames, sans doute un peu fat. Mais deux ans passés sous les couteaux d'un tortionnaire, suite à une défaite militaire ont radicalement changé notre ex-belle gueule d'amour.

Notre homme est aujourd'hui un philosophe de la douleur, douleur qu'il pratique et décrit à longueur de paragraphe, je crois qu'on n'a jamais passé autant de pages à décrire un personnage en train de négocier un escalier ou de parlementer avec sa mauvaise jambe pour lui extorquer quelques mètres supplémentaires. Et puis quand on y pense, la proximité journalière de la mort et de la douleur n'est-elle pas le plus sûr moyen de remettre nos priorités dans l'ordre ?
Un must absolu.

Bref ne commettez pas le crime de laisser encore une fois ce livre dans l'obscurité, achetez une lampe euh non, le livre !
1414 commentaires|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 novembre 2012
Je l'ai acheté après lecture des commentaires sur le site, et je confirme : A lire absolument !
C'est un monument de littérature "complètement décalé" avec une grosse pointe d'humour noir britannique.
Cette série (3 tomes) fait partie des livres que j'aurais regretté de ne pas avoir lu.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

25,00 €