undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

8
4,0 sur 5 étoiles
Pas d'inquiétude
Format: PocheModifier
Prix:7,60 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Le thème de Pas d'inquiétude, de Brigitte Giraud, n'est pas sans rappeler celui de La guerre est déclarée : un couple face à la maladie, très grave, de leur enfant. Dans le roman, le narrateur est le père, qui témoigne au jour le jour de son impuissance, de son incapacité à agir, de l'aigreur qui l'absorbe jusqu'à rendre son fils coupable de l'empêcher de vivre "normalement". Sur le ton, rien de commun donc avec le film de Valérie Donzelli : le couple de Pas d'inquiétude n'est pas armé pour se défendre, les rapports entre les deux parents se lézardent, chacun vivant son rapport au monde du travail de façon très différente. Ce portrait de père à la dérive, sans solutions, est ce qu'il y a de plus touchant dans le livre. Mais à l'inverse d'Une année étrangère, son roman précédent, l'auteure a choisi d'être directe et son style s'en ressent. La situation est claire d'emblée, la dégradation psychologique de son personnage principal lente et inéluctable. Ainsi, Pas d'inquiétude est moins émouvant qu'il aurait pu être, assez monocorde, ne lâchant pas d'une semelle ce père sans repères, démuni et presque pathétique. Il en résulte une tristesse apathique qui, hélas, finit par nous être étrangère. Et on le regrette sincèrement.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Brigite Giraud écrit bien, avec un grand souci de la précision et du détail réaliste, mais aussi avec beaucoup de finesse. Il lui fallait ce talent pour mettre des mots sur l'innommable: la maladie d'un enfant. Pour éviter tout pathos, elle choisit de faire entendre la voix du père dans un récit a posteriori, presque au jour le jour. De l'hôpital, des soins que reçoit Medhi, de l'angoisse et des peurs de celui-ci, le lecteur ne saura rien. Mais il assistera au desarroi d'un homme qui verra la maladie s'immiscer dans la vie quotidienne de sa famille, modifier ses relations avec sa femme et avec sa fille adolescente, avec ses amis et ses collègues ... désarroi d'un père obligé de rester à la maison avec un fils de 10 ans qu'il connaît mal et qu'il apprendra à découvrir peu à peu. Malgré la révolte , le découragement, les tentations de fuite, le récit est traversé par des moments lumineux où père et fils apprennent à se découvrir et où l'enfant précocement mûri par la maladie regarde avec indulgence ce père si maladroit. C'est aussi un roman social, le monde du travail est très présent car le narrateur et sa femme appartiennent à la classe des travailleurs et Brigitte Giraud n'esquive pas la question: comment trouver le temps d'accompagner son enfant malade quand le monde du travail est inhumain?
Je dois avouer que j'ai commencé la lecture de ce roman avec réticence car je redoutais un mélo! au contraire je l'ai dévoré,parce que l'écriture tient à distance l'émotion, mais aussi car j'étais talonnée par le désir de connaître le dénouement dont je ne dirais rien. A mon avis, c'est là qu'est le point faible du récit!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 2 avril 2014
Le lent combat tenace et quotidien d'un couple et même plus singulièrement d'un homme ayant bénéficié d'un arrêt maladie prolongé, afin de pouvoir se consacrer corps et âme à la soudaine maladie imprévisible de son tout jeune fils. Si le précepte et la continuité de la forme d'écriture sont quelque peu décliqueter d'embardes dans une périssoire en mots stylés qui pourrait éblouir la plupart des lignes, paradoxalement, la sincérité des sentiments couchée dans une déclinaison phrasé des plus simples et courantes demeure absorbement confondante. Le narrateur de l'histoire qui est au coeur de cet équinoxe tragique et tant inquiétante érode au plus fort de ses pensées toutes les étapes successives vécues et endurées, d'un bruissement de découragement qui peut guetter à tout instant, jusqu'à la lassitude pendante et tenue, en passant par la légitime et inévitable peur intense attenante. Puis un certain soulagement également, au devant de la remission bienveillante d'une douleur qui se disloque et s'éloigne, du bien souvent à la simple joie béate qui soulage dans un splendide écappatoire cérébral et exprimable. Tout le quotidien de l'enfant dans son évolution latente et incertaine nous est ainsi précisé dans les détails les plus appropriés, décuplé en retenu, pudeur, dignité, mais sans pour autant escamoter les travers et revers des faiblesses psychiques et humaines. Ceci afin de nous rapprocher au plus près en vérité de l'apprêté de la traversée. Tout en même temps inquiétant, tenace, prenant et empli d'espérance, pour un des sujets les plus éprouvants qui soit, décuplant la force insouçonnée et inaltérée du combat concernant la vie la plus précieuse qui soit... celle d'un enfant. Triste et rude en conséquence, mais impossible d'y être indifférent !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
VINE VOICEle 24 octobre 2011
L'auteur(e) de l'excellent "Marée noire" nous évoque le formidable traumatisme causé par l'arrivée subite de la maladie grâve d'un enfant, vue par le père.

Depuis l'annonce à laquelle il ne peut, ou ne veut pas croire tout de suite, à la difficulté de communiquer avec ce fils, sans le blesser ni le rabaisser; jusqu'à l'éloignement de la mère dont c'est la façon de se protéger.

Beaucoup de pudeur masculine transparait dans ce roman qui jamais ne tombe dans le mélo.

A rapprocher aussi de "Le fils" de Michel Rostain (mais là c'est le fils qui raconte post mortem).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 24 mars 2012
Ce roman m'a emportée ! Le style est vraiment très agréable à lire et la narration m'a bluffée car on dirait vraiment des pensées d'un homme alors que l'auteure est une femme . C'est prenant , j'ai été happée par le romanet l'ai lu en deux jours . Certains disent qu'il n'y a pas de pathos . J'ai été au contraire envahie au fur et à mesure par une tristesse terrible face à la difficulté du père de vivre cette situation , ce livre montre aussi des moments uniques et parvient à nous faire sourire . C'est un très très bon roman !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 13 octobre 2011
J'aime beaucoup ce livre écrit avec beaucoup de recul par rapport au drame qui se noue dans cette famille. Ce n'est donc pas plombant même si c'est émouvant mais c'est raconté avec un tel réalisme et une telle vérité avec tous les problèmes que rencontre ce couple pour s'organiser, qu'on se surprend par moment à sourire.C'est écrit de telle manière qu'on ne sombre jamais. J'ai adoré !!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 9 septembre 2012
Comment la maladie d'un des membres de la famille influence l'ensemble de leur vie, de leurs relations aux autres. Avec sa précision et son élégance habituelle, B. Giraud nous dépeint la progression du drame interne et ses répercussions externes. C'est toujours bien écrit, jamais dans le pathos, et tellement vrai. Un régal.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 18 février 2014
Le livre est intéressant mais pas manque de consistance. Le début est prenant, mais dès la fin du 1/3 de l'ouvrage le soufflé retombe... Dommage. Cela étant, l'angoisse des parents d'un enfant malade ressort bien. J'écris cela en connaissance de cause...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
L'amour est très surestimé
L'amour est très surestimé de Brigitte Giraud (Poche - 15 août 2008)
EUR 5,10

Une année étrangère
Une année étrangère de Brigitte Giraud (Poche - 28 août 2011)
EUR 5,80

A present
A present de Brigitte Giraud (Poche - 19 février 2003)