undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

20
4,2 sur 5 étoiles
Dracula
Prix:4,70 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

16 sur 18 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 15 juin 2014
Depuis quatre ans qu'elle a fait irruption sur le marché littéraire, la traduction de Jacques Sirgent est partout annoncée de façon tapageuse (pour ne pas dire racoleuse) comme la traduction « ultime » de Dracula, une traduction qui surtout serait prétendument (nous y reviendrons) « intégrale », « complète », après des décennies de censure injustifiée... Lancée au départ par un obscur éditeur spécialisé dans le satanisme tendance extrême-droite (Camion Noir, pour ne pas le nommer), cette campagne mensongère a fait mordre à l'hameçon les prestigieuses éditions J'ai Lu, et par la magie de la réédition (les coquilles et les fôtes en moins - à ce titre l'édition Camion Noir mérite le détour), voilà les extravagances confidentielles de Jacques Sirgent propulsées sur les étals des libraires. Car, autant le dire tout de suite, la traduction de monsieur Sirgent n'a strictement rien d' « intégrale », pour la simple et bonne raison que le texte intégral de Dracula est publié en France depuis... 1960, par Lucienne Molitor d'abord (les éditions Marabout clamant d'ailleurs, sur leur couverture, avoir publié le texte intégral, et cela cinquante ans avant monsieur Sirgent...), puis par Jacques Finné, qui a produit la meilleure traduction française disponible à ce jour.
Désolé pour monsieur Sirgent, mais ni Lucienne Molitor ni Jacques Finné n'ont « censuré » quoi que ce soit, ni n'ont disposé de manuscrits « tronqués ». Quand Jacques Sirgent affirme rendre, lui le premier, les impressions puritaines-victoriennes de Jonathan Harker (sur les tenues indécentes des paysannes roumaines notamment), il n'ira jusqu'à duper que le lecteur non averti : ces impressions sont bel et bien présentes dans les traductions Finné et Molitor... tant et si bien que l'argument-massue de monsieur Sirgent se transforme en pétard mouillé.
Plus que ces exagérations publicitaires, c'est la méthode même de Jacques Sirgent qui est parfaitement inacceptable : celui-ci va jusqu'à rajouter (!!!!) en français des termes et des mots qui n'existent pas dans la version originale, réécrivant ainsi le roman à sa sauce. Un exemple, dans le texte anglais, Jonathan dit, en parlant des trois femmes vampires, qu'il désire la chose suivante : « that they would kiss me » (éditions New Riverside, p. 181), soit « qu'elles m'embrassent ». Or, Mr. Sirgent traduit « kiss me » par de « longs baisers fougueux » (p. 76 de l'édition J'ai Lu). . C'est très joli certes, surtout si on aime les romans Harlequin, mais c'est totalement inexact et ampoulé.
Un autre exemple : dans le texte anglais, quand Lucy est devenue vampire, il est écrit que ses yeux « blazed with unholy light » » (p. 324 de l'édition New Riverside). Monsieur Sirgent traduit par « un regard flamboyant et pervers dont la lumière évoquait immanquablement les ténèbres » (p. 383 de l'édition J'ai Lu), inventant des mots qui n'existent pas dans le texte anglais, et brodant tant bien que mal des expressions éculées de romans de gare d'épouvante. Tout le reste est du même tonneau : monsieur Sirgent utilise indûment des expressions du XXIème siècle pour faire parler des personnages du XIXème siècle et, entraînant le roman dans les bas-fonds des téléfilms érotiques du dimanche soir sur M6, truffe le texte de termes fleurant bon la gaudriole franchouillarde (« pervers », « vicieux », etc. le pompon revenant à l'expression « une non-morte libertine » à la page 664, là où le texte anglais emploie le terme « wanton », c'est-à-dire « licencieux »). Tout ceci pourrait prêter à rire, le ridicule ne tuant pas, mais monsieur Sirgent devient franchement odieux quand il insère des propos homophobes dans ses phrases, propos absents du texte original !
A la page 665 de l'édition J'ai lu, monsieur Sirgent écrit « l'instinct mâle au fond de moi, qui pousse tous les représentants de mon sexe à aimer et à protéger toutes les femmes comme elles ». Le texte anglais, à la page 453 de l'édition New Riverside, dit lui : « the very instinct of man in me, which calls some of my sex to love and to protect one of hers". "Some of my sex", ce qui veut dire "certains" et non pas "tous". Eh oui, monsieur Sirgent, même si cela vous déplaît, tous les hommes n'aiment pas les femmes (l'homosexualité, vous connaissez ? 5 à 10 % des hommes sont concernés...). Bram Stoker le savait bien, lui (et pour cause). Donc de traduire « some of my sex » par « tous les représentants de mon sexe à aimer et à protéger les femmes » est totalement tendancieux et ouvre la porte à l'homophobie la plus rance.
Rien d'étonnant à cela, quand on sait que les éditions Camion Noir ne publient que des textes ésotérico-nazis de divers illuminés (Aleister Crowley, Anton LaVey, Michael Aquino et autres frappadingues satanistes) et que la plus proche collaboratrice de Jacques Sirgent, une « sorcière » (sic) auto-proclamée nommée Clotide Duroux (à laquelle cette traduction de Dracula est dédiée en prime...), a été numéro 2 de la liste FN à Nantes aux dernières municipales, en compagnie de Christian Bouchet, grand zélateur de la « magie sexuelle » (sic) et de l'occultisme satanique. Deux raisons donc de ne pas acheter cette traduction de Dracula : ne pas cautionner les élucubrations pseudo-littéraires de monsieur Sirgent (amplement dénoncées dans le livre « A la poursuite de Dracula » de Simon Sanahujas), et ne pas soutenir financièrement une maison d'édition flirtant avec l'extrême-droite sataniste néo-nazie (Camion Noir). La traduction de Jacques Finné, publiée conjointement aux éditions "Le Livre de Poche" et chez Pocket, est d'une plus grande fidélité au texte original, en plus d'être de haute volée et d'une rare élégance poétique : à consommer sans modération donc.
44 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 mars 2014
Je faisais partie de ceux qui n'avaient jamais lu Dracula, peut-être en raison d'un snobisme fort répandu.
J'ai découvert un grand roman 19ème.
L'auteur fait partie de ces rares romanciers qui ne vous lâchent pas. Quelle que soit l'heure de la nuit il vous contraint à tourner la page. Magnifique écriture, chaque paragraphe vous empoigne vers le suivant.
Au-delà même de l'histoire, à chaque instant passionnante, on est plongé dans la société britannique de la fin 19ème. Une société en pleine métamorphose et ceci sous toutes sortes d'angles : technologies (on découvre l'usage immodéré du télégramme pour télé-converser à Londres ; le luxe que constituaient les transports à vapeur lorsque les chevaux restaient le moyen de transport en usage : l'apport de la sténo et de la dactylo) vie sociale (rôle de la co-création pour faire avancer une réflexion ; un personnage féminin remarquable de par le profond féminisme du regard porté sur lui, etc.)
Une grande œuvre.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 juillet 2014
Moi qui aime tant le fantastique, je n'avais pas non plus (à ma grande honte !) lu l'Authentique... A la recherche de l'original ? Amoureux de littérature anglaise de la fin du XIXe ? Amateurs de fantastique à la mode XIXe ? Passionnés par la littérature foisonnante inspirée par ce grand classique ? Cinéphiles curieux de décourvrir le livre qui inspira Friedrich Murnau en 1922, Terence Fisher en 1958 et Francis Ford Coppola en 1992 ? Je pense que tous trouveront leur content dans cette lecture. Seul point négatif : les coquilles, nombreuses hélas, qui m'ont empêchée de pleinement vivre ce livre...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 novembre 2012
J'ai lu pour la première fois Dracula à l'âge de 14 ans, bien qu'étant une lectrice assidue j'ai eu du mal à lire la traduction que j'avais.
J'ai maintenant 24 ans et c'est avec un plaisir immense que j'ai redécouvert cette œuvre exceptionnelle grâce à la traduction de Jacques Sirgent.
Il a su restaurer un parlé correspondant aux personnages par leur éducation, leur situation dans l'action et leurs origines. A l'exemple du professeur Van Helsing: c'est un hollandais, son anglais n'est donc pas parfait, Jacques a su restituer ses erreurs de langage.
La lecture est fluide, agréable, on rentre vraiment dans le livre.

Personnellement, je trouve que le travail que le traducteur a fourni pour nous offrir cette nouvelle traduction est impressionnant et digne de respect.
Je vous encourage vivement à partir à sa découvrir, vous ne pourrez que l'apprécier. Et vu le prix, vous n'avez aucune raison pour vous en passer!!!!!

Bonne lecture
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 28 octobre 2012
Nous ne le savions pas mais jusqu'ici nous lisions des versions
françaises de Dracula complètement aseptisées, voire inexactes. Jacques Sirgent a su restituer les pages et les passages manquants que d'autres traducteurs ont "oubliés", soit par incapacité de vraiment comprendre l'univers victorien et ses non dits, soit par pudibondrie. Avec cette traduction, que les (en)censeurs du sérail trouveront iconoclaste, Van Elsing n'est plus ce vampirologue distingué qu'on nous présentait jusqu'à là mais un être plutôt vil. Mais il faut vraiment entrer dans les subtilités de la langue d'un Bram Stoker, dur mais habile critique de son époque pour comprendre la véritable dimension du roman. Cette mise à nu devait être faite. Jacques sirgent l'a fait.
On regrettera seulement que l'éditeur ait laissé passer un certain
nombre de coquilles.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 23 juin 2014
Quel livre! Je l'ai acheté par pur plaisir vu que je ne l'avais jamais lu, et j'ai adoré! D'après les autres commentaires, la traduction n'est pas excellente, je cite "trop tripatouillée". Je ne vais pas la juger, mais la lecture est nette et fluide, si elle a été modifiée, c'est sûrement qu'il y avait une raison!
Je ne suis pas une grande lectrice, alors quand j'ai vu les 600 pages j'ai été déboussolée, mais je ne me suis pas démontée et je l'ai commencé! Je n'ai pas été déçue, je l'ai finis en 2 semaines concrètement tellement l'histoire est accrochante, tellement il y a de suspens!
Je vous conseille ce livre ET cet édition, il y a une petite préface très courte au début très intéressante et l'histoire est top!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Une Nouvelle traduction INTEGRALE, annonce la couverte (assez laide d'ailleurs)!!
De qui se moque t-on?
Ici, la traduction de J.FINNE est trés légèrement tripatouillée, mais sans relief, un peu modernisée,
mais sans abus...
Le côté positif c'est le prix, trés raisonnable pour plus de 600 pages à gros caractères...
Le livre reste un chef d'oeuvre et si vous tenez à J'AI LU, lisez plutôt la version de L.MOLITOR,
qui reste une merveille (N° 3402), avec un beau dossier sur l'auteur et le mythe...
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 12 mars 2015
Si vous vous intéressez à la figure du vampire, il faut passer par ce classique. Ce roman, un peu volumineux, pose les bases des recettes surexploitées ces dernières années (...). Stoker avait des idées brillantes, mais le livre connaît trop de longueurs, notamment dans l'analyse psychologique, qui pourtant n'est guère satisfaisante. Ce qui captive, en fait, ce n'est pas le comte Dracula, mais plutôt son mystérieux adversaire, Van Helsing.
Je l'ai fait lire à quelques-uns de mes élèves de 4ème (en texte intégral) et certains n'ont pas été rebutés. De là à dire qu'ils ont aimé... .
Pour ma part, je dirais qu'il y a bien des classiques du fantastique à dévorer avant celui-ci.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 juillet 2014
Un classique surprenant écrit il y a plus de 100 ans et encore tellement enivrant et si bien écrit! O
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 22 mai 2014
Bram a le don pour souffler le chaud et le froid et nous partager entre attirance et dégoût pour Dracula. Quand on s'est un peu intéressé à la véritable histoire de Vlad Tepes (le personnage historique qui a inspiré Bram Stocker) c'est encore plus entraînent! Tout ça avec un ton ironique, un humour noir à relever les morts! :[
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Dracula
Dracula de Bram Stoker (Poche - 30 septembre 2009)
EUR 5,90

Dracula
Dracula de Bram Stoker (Broché - 25 août 2012)
EUR 2,90

Dracula
Dracula de Bram Stoker (Broché - 1 avril 2005)
EUR 5,60