undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,6 sur 5 étoiles76
3,6 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,60 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 20 décembre 2007
Je viens de lire les commentaires négatifs et je me rends compte que K.Dick est vraiment un auteur difficile pour celui qui n'est pas initié... Ne pas voir le délire qui entoure ce livre c'est rater le meilleur! La fixation sur les objets, les collectionneurs, avec l'extrêmisme en fond de toile... tout ça crée une ambiance qui conduit le lecteur à se demander s'il n'est pas fou lui non plus! La montée en puissance de la paranoïa et de la schizophrénie tout au long de l'histoire n'est peut-être pas aussi subtile que dans Ubik mais est quand même bien mise en scène.
Alors, oui, en effet ce livre ne remet pas en question l'horreur nazie (quoi que... ça se discute qd mm!) mais il montre que l'humanité est capable de s'adapter aux pires horreurs sans le moindre problème et qu'elle ne se rend même pas compte de ces horreurs. Je pense que le coeur du livre se situe à ce niveau.
Bonne lecture!
22 commentaires|49 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 avril 2010
Non, ce livre ne traite pas vraiment de ce qui se serait passé si l'Axe avait gagné, si c'est ce que vous cherchez il vous décevra...
Le sujet omniprésent est la réalité, sa définition, l'authenticité de la réalité, et surtout notre capacité individuelle à faire des choix susceptibles de modifier nos vies à tous, des choix dont le libre arbitre est discuté. Il n'en reste pas moins une intrigue de qualité totalement centrée sur la psychologie des personnages, une approche assez cynique de la mentalité humaine, et un potentiel de seconde lecture indéniable.
Ce n'est pas de la SF, ce n'est pas un polar, mais plutôt une discussion philosophique qui prend l'apparence d'un roman de gare, ce ne sera qu'une réflexion autour des apparences de plus !
0Commentaire|15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 novembre 2012
Le maitre du haut château est un roman très révélateur de la personnalité et des talents de P. K. Dick.
En partant d’une idée de réalité alternative relativement simple (la 2ème guerre mondiale est gagnée par les puissances de l’Axe), il décrit le monde sous le regard totalement singulier de personnages passionnés d’art.
La construction torturée de l’histoire nous rappelle également à la personnalité tout aussi déchirée qu’avait Dick.
Sous un récit dont les contours sont parfois difficiles à appréhender, Dick décrit une histoire de mise en abimes ou de multivers d’une grande subtilité.
Cette réédition du premier chef-d’œuvre de Dick offre des textes inédits. En effet, sont publiés les 2 premiers chapitres de la suite du maitre du haut château que K. Dick avait commencé à écrire.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 juillet 2008
En 1962, Dick invente l'Uchronie (Dick a inventé beaucoup de choses, mais on ne s'en est pas encore aperçu).
Mais cela va bien plus loin que ça. L'uchronie n'est pas ici la finalité.
Derrière le décor, il y a les étiquettes, les modèles : une réalité en vaut bien une autre. Un thème très (mais alors très) cher à Dick.
Par définition, les livres de Dick qui traitent ce thème ne peuvent pas avoir de "fin". Ce livre à du "Wu", il est en équilibre ;-)
Modification : Ouch, j'ai vu les commentaires de ceux qui en attendaient un pur roman narratif avec intrigues sur le thème "et si l'axe avait gagné" ... effectivement, vous vous êtes trompé de marchandise et je comprend votre déception.
J'espère que vous retenterez l'aventure avec Dick et que vous finirez par le découvrir.
22 commentaires|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 novembre 2009
Entrez dans un univers où les nazis et les Japonais ont gagné la seconde guerre mondiale. Les Japonais ont établi un protectorat sur la côte Ouest des Etats-Unis. La population locale semble accepter son infériorité vis-à-vis de ses nouveaux maîtres.

Au-delà de cette mise en place, Dick développe une histoire, ou plutôt un ensemble de personnages dont les rapports vont aller en s'éclaircissant, dont l'intérêt essentiel réside bien plus dans l'affermissement du monde décrit que dans les péripéties elles-mêmes.

C'est cet affermissement qui va permettre de rendre plus déroutante la conclusion du livre, qui joue comme souvent autour du questionnement sur la réalité et notre perception du monde - cette fois, le questionnement est plus profondément troublant, car il inclut le monde du lecteur.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juin 2007
Ne prenez pas un Dick pour un Silverberg, par exemple. Philip K. Dick était un homme tourmenté, drogué aux amphétamines, angoissé et particulièrement marqué par la philosophie allemande (Kant, hegel, Nietsche). Il n'y a donc que rarement chez lui:des récits linéaires avec des héros, des vaisseaux qui explosent et de belles amourettes. Dick me rappelle parfois Cioran, c'est un être qui se protège du monde par le cynisme et l'absurde. D'où les délires sur les moutons ou l'incapacité empathique des humains dans Blade Runner ou encore la fixation névrotique des humains, dans tous ses romans, sur des futilités et des fuites dans l'imaginaire (comme les maisons de poupées combinées aux drogues dans le Dieu venu du Centaure)... C'est qu'il y a chez Dick une quête mystique qui le mine et dont il semble en même temps s'éloigner par le pathétique. Nombre de ses personnages sont angoissés, pleutres, voire totalement fous! Malgré tout, cela reste un génie du récit déconstruit, décousu où ce sont les impressions, la subjectivité du perçu qui l'emportent sur un récit omnipotent du narrateur. Dick est peut-être plus proche, dans son écriture d'un Carlos Fuentes que de n'importe quel auteur de SF...

Oui, il n'est pas facile de lire Dick, mais la SF n'est pas qu'un genre de récits épiques pour ados attardé-e-s!
11 commentaire|23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 février 2015
Dick, personnage tourmenté et passionnant, s'interroge sans arrêt, erre dans des délires mystiques ou paranoïaques, selon les périodes de sa vie. Ici, il imagine une "Uchronie", une situation qui aurait pu se produire, mais.. Mais au fait, qu'est-ce qui est réel, et qu'est-ce qui est illusoire ? Aussitôt le roman commencé, on en vient à se demander où finit le fantasme et où commence la pesanteur de ce qui est tangible, incontestable, certain ? Comme dans tous ses romans, Dick nous fait douter, nous entraîne dans des univers qui se croisent, se recoupent, se ressemblent, finissant parfois en forme d'impasses... Les Américains ont-ils perdu la guerre, ainsi qu'on le croit ? Ou bien une résistance s'organise-t-elle pour peu à peu sortir de l'étreinte brutale des nazis et des Japonais ? Dick, toujours aussi pertinent, multiplie les fausses pistes et on assiste à une mise en abyme : un roman dans le roman, qui serait la clé du mystère. Guidé par le Yi-king, le livre des transformations, Dick jette les pièces de monnaie à mesure qu'il écrit, et se laisse ainsi inspirer par les choix de l'oracle. Mais ce choix apparemment hasardeux ne l'empêche pas de construire un roman passionnant, structuré et rigoureux, agrémenté comme toujours de toutes sortes de petits fragments de Vie, si sentis, si intimement vécus...
En fait, ce qui caractérise cet auteur, c'est la façon qu'il a de nous toucher, toujours si sensible, si tourmenté, et excellant dans l'art difficile de transmettre la moindre vibration de son âme. Dick sait s'adresser à la partie la plus profonde de son lecteur, l'affectivité, et il le fait grâce à cette faculté d'empathie dont il parle tant dans son autre roman, "Blade Runner". L'empathie étant la clé pour aborder cet écrivain fascinant, qui toujours sait faire palpiter notre coeur, nous toucher, nous émouvoir, à travers ses personnages, si tourmentés eux aussi.
A ne rater sous aucun prétexte.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 novembre 2014
Le maître de l'uchronie nous présente une histoire vraiment bien ficelée. Imaginer que la seconde guerre mondiale n'ait pas été gagnée par les alliés mais par les forces de l'axe et rester cohérent était une tâche difficile que K.DICK a maîtrisé à la perfection. A recommander!
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce roman de Philip K. Dick a reçu le prix Hugo en 1963.
"Le Maître du haut château" est considéré comme l'un des meilleurs romans Uchronique se déroulant durant la seconde guerre mondiale avec "La Séparation" de Christopher Priest et "Fatherland" de Robert Harris.
L'excellent "Le Son du cor" du britannique Sarban décrit plutôt un monde parallèle qu'une histoire revisitée.
Par contre la bande dessiné de Richard D. Nolane, "Wunderwaffen" rentre complètement dans ce schéma.
Revenons-en au roman de Philip K. Dick.
L'histoire se déroule dans une réalité divergente où les Alliés ont capitulé en 1947.
Les Etas Unis sont séparés en deux: A l'Est, les Nazis, à l'Ouest, les Japonais.
Le récit se déroule sur la côte Ouest ou les Nippons sont un peu moins tyranniques que les Nazis qui occupent l'Est du pays.
Un écrivain Hawthorne Abendsen, habitant dans une grande demeure retirée viens de changer la donne.
Il vient d'écrire un livre, "La Sauterelle" où il raconte qu'en réalité les Alliés ont gagné la guerre en 1945.
Tout au long du livre nous suivons un antiquaire Robert Childan, un fonctionnaire Nippon Tagomi et Juliana, une femme qui après avoir lu "La Sauterelle" veut rencontrer Hawthorne Abendsen.
Ce roman qui est d'abord une Uchronie est en réalité une étude sur la perception de la réalité.
Le livre est assez complexe et la fin m'a tout de même laissé un peu perplexe car elle est réellement énigmatique.
A vous de juger.
En résumé, "Le Maître du haut château" est un excellent ouvrage mais qui demande au lecteur une certaine réflexion car la fin du livre est assez ardue.
Je vous le conseille tout comme "UBIK" bien évidemment.
Adanson Marco.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un des meilleurs livres de Dick, qui a reçu le prix Hugo en 1962, et le moins que l'on puisse dire est qu'aujourd'hui encore il a gardé toute son éloquence. En partant du point de vue que l'Allemagne, l'Italie et le Japon gagnent la guerre, Dick n'imagine pas seulement une autre réalité ; mais au fil des descriptions, la question, terrible et lancinante, se profile, lorsqu'on apprend que dans ce monde, existe un livre de "science-fiction" ,interdit,décrivant la victoire des alliés...et le questionnement des personnages ira de pair avec celui des lecteurs ; l'empire nazi et japonais est-il si différend de ce qu'aurait pu être un empire américain ou anglais ?
Tout en subtilité, avec en fil rouge un magasin d'antiquité décrit avec minutie, nous plonge dans un glissement temporel, métaphysique et politique.
L'utilisation du Yi-King chinois et des étranges pierres donnent une dimension spirituelle inédite, pour un livre à la fois poétique et sulfureux, sans concession.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,10 €
6,95 €