undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
15
4,3 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:5,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 23 mai 2013
Avec "The Mountain of Madness", rédigé en 1931, Lovecraft appose définitivement sa griffe en tant qu'écrivain exceptionnel. Scientiste, mais feignant dans le même temps que la science ne nous dévoile une vérité cauchemardesque, nous écrit là un chef-d'oeuvre. Plutôt à part dans l'univers lovecraftien, car les personnages s'aventurent hors de Nouvelle-Angleterre, lant vécu au pe récit a pu être écrit dans l'esprit d'Edgar Allan Poe ("Les aventures d'Arthur Gordon Pym") même si au niveau des faits, les textes sont bien différents. Mais on peut considérer cette suite bien meilleure que "Le Sphinx des glaces" de Jules Vernes (1897), car, fort de son imagination à la fois passionnée par la science et la terreur, Lovecraft nous décrit une exploration croissante vers l'horreur. La présence de créatures ayant vécu au pré-cambrien, la découverte de la cité abandonnée (mais l'est elle vraiment), la description anatomique de ces créatures, leur histoire au travers de fresques, tout concourt à nous dévoiler une novella de génie... Et lorsque le narrateur commence à franchir la ligne et à éprouver de la compassion pour ces créatures, voici d'autres entités qui surgissent et relancent l'horreur, le récit s'achevant sur les délires de Danforth, qui ne dévoile en fait rien, mais laisse entrevoir un univers de cauchemar que l'esprit de l'homme ne saurait supporter.

Le récit est suivi de "Dans l'abime du temps", un texte assez parralèle aux Montagnes Hallucinées, rédigé en 1935, dans la mesure où il contribue à démolir aussi le soit disant "mythe de Cthulhu". En effet, là aussi un texte purement SF, et non un mélange savant de SF et fantastique. Ce n'est pas pour rien que le texte a été publié dans "Astounding Stories" parce que Weird Tales n'en voulait pas. Lovecraft nous y décrit une race d'entité extra-terrestre ayant maîtrisé le Temps par l'interversion d'esprit... mais chut, n'en disons pas plus ! Il reste que si la première partie est un peu longue dans la mesure où le narrateur ne cesse de vouloir trouver une explication rationnelle à ce qui est arrivé lors de son étrange amnésie, la deuxième partie rattrape le tout par le voyage en Australie et l'objet qui devra définitivement convaincre le héros de la réalité de ses prétendus "rêves".

Deux nouvelles à ne pas manquer, mais on peut les retrouver dans d'autres ouvrages plus riches en textes (je pense à Denoël éditions folio intitulé 'Dans l'abime du temps", ou mieux encore à l'anthologie publiée par Laffont et dirigée par Francis Lacassin).
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 janvier 2016
Entendons nous bien, je considère ces deux nouvelles comme étant à lire au moins une fois dans sa vie. Mais, contrairement à d'autres histoires de l'auteur, je trouve ces deux là bien plus moyennes. En quelques points, je vais essayer d'argumenter.

- La forme : lourd, lourd, lourd ! N'étant pas anglophone, je me suis même demandé si cela ne venait pas de la traduction. D'après mes recherches, ce n'est pas le cas. Lovecraft nous inonde (c'est le mot je vous assure) de descriptions, de répétitions, de termes scientifiques sur des dizaines et des dizaines de pages. Cela rend le texte très étouffant, peu agréable. On passe d'un chapitre à l'autre en lisant toujours plus de descriptions (parfois les mêmes que dans le chapitre précédent, mais avec d'autres termes). J'ai eu l'impression de lire par moment un cours de géologie peu claire et un cours d'architecture. HPL en fait beaucoup trop.

- L'action : il n'y en a pas. C'est bien simple, à chaque fois que le narrateur évoque une chose "horrible" ou trop effrayante pour l'humanité, Lovecraft a préféré utiliser le bon vieux système de l'ellipse, et de passer à autre chose: à nouveau trois tonnes de descriptions géologiques et architecturales. Et c'est la même chose pour les deux nouvelles qui sont présentes dans ce recueil.

- Trop d'explications : par ces deux histoires, nous allons enfin connaître une bonne grosse partie de toute la cosmologie chère à l'auteur. Alors certes, cela permet de rentrer dans l'univers de l'écrivain parfaitement, de comprendre les enjeux proposés, les thématiques préférées de HPL. Mais, je fais peut être partie des rares qui trouvent que trop d'explications démystifient l'ensemble. Cela n'engage que moi bien entendu, mais on perd tout le mystère qu'il y avait autour de Cthulhu, des Shoggoths, des Mi-Go et tout le toutim.

En somme, "les Montagnes Hallucinées" et "Dans l'Abîme du Temps" sont deux nouvelles poussives, un peu lourde qui peuvent rebuter ceux qui ne connaîtraient pas l'auteur ou qui aimeraient s'initier à l'univers Lovecraftien. Alors certes, cela reste un classique, à lire. Mais il faut s'attendre à un texte poussif.

Je lui préfère largement "L'Affaire Charles Dexter Ward", "le Mythe de Cthulhu" et "Le Cauchemar d'Innsmouth".
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 novembre 2006
La nouvelle est menée à la Lovecraft, pourrait-on dire: des scientifiques, dont le discours rend crédible l'ensemble, partent à la découverte de bien mystérieuses ruines. Lovecraft, dans ses oeuvres, utilise souvent les termes "innomable" ou "indicible" mais, dans ces ruines, par un effet de suggestion assez incroyable, donne une consistance à ces termes. L'effet sur le lecteur est... Indicible! La patte d'un immense écrivain.
0Commentaire| 17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dans les enfers glacés des pôles veillent les gardiens de nos archives maudites. Résidence privilégiée pour garder nos fantasmes le temps qu’un visionnaire psychotique vienne les sortir de leur léthargie. De leur regard halluciné renaissent ces créatures monstrueuses cachées depuis toujours dans les coins les plus reculés de notre archaïsme reptilien nous rappelant cette condition instable qui est la nôtre, ce temps suspendu entre deux cataclysmes entre lesquels pour un très court instant s’insinue la vie. Sans doute Lovecraft fut-il un individu peu attrayant. A voir sa tronche de sacristain vicelard on a guère envie de s’en faire un ami. Mais on attend de lui rien d’autre que d’être un bon guide de l’étrange et pour cela il vaut mieux compter sur un expert. A lui de nous amener dans ces promiscuités de la « chose d’un autre monde » dans ces pays obscurs où toujours l’Alien rode dans les coins sombres et finit par avoir le mot de la fin.

Pourtant cet arrière-plan fantasmagorique ne sert qu’à créer l’atmosphère. Le fond du sujet, fond qui rejoint la pensée de Lovecraft, est la place de l’homme dans la création. L’invention des monothéismes et pire encore de dieux bons et justes préparait le terrain à une humanisation de l’impénétrable dessein divin qui ne pourrait être que la marche aveugle de l’univers vers son terme. Dieu serait une invention récente et dans ces montagnes hallucinées l’auteur nous renvoie vers ces forces monstrueuses qui ne semblent pas se préoccuper de l’homme. Bien entendu chacun y verra ce que bon lui semble, mais parfois il est bon que des auteurs, même discutables, nous retirent le nez du guidon. Les anciens croyaient que le soleil tournait autour de la terre, Lovecraft nous rappelle que le monde ne fut probablement pas créé pour l’homme.
Pour autant le récit de ces montagnes hallucinées vire trop souvent à la visite immobilière. Trop de détails à répétition et de visions souvent éludées au motif que les mots ne sauraient les décrire. Au final un récit fastidieux à suivre.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 novembre 2014
Lovecraft est une légende de la littérature, il faut lire au moins un de ses livres une fois.
Après c un peu barré et compliqué à cerner avec des mini histoires et une trame quelquefois un peu décousue
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 février 2015
Je vous place la note parfaite parce le livre est à l'état neuf et je le recommande à tous ceux qui aime les histoires invraisemblables.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 novembre 2005
Avec LES MONTAGNES HALLUCINÉES Lovecraft nous tisse un superbe récit de la découverte d' une antique ville morte, au beau milieu de l' Antarctique, ainsi que des horreurs qui s' y trouvent encore.
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 septembre 2015
le fantastique sans Lovecraft ça serait un peu comme la télé réalité sans nabila, ça ne serait pas complet, pas absolu.
A lire forcément (au lieu de regarder des âneries à la téloche :-) ).
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mai 2016
Reçu dans les temps et en parfait état, on a beau dire que les Français râlent, ici y'a rien à dire, tout est parfait (y) !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mars 2016
j'ai decouvert cet auteur récemment, super livre, plusieurs a lire en ce moment, je vais dévorer a fond sans me lasser
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles